•   
  •   

France Oberhoffen-sur-Moder : La gendarmerie saisit son inspection générale après le meurtre de Sylvia Auchter

01:30  13 novembre  2019
01:30  13 novembre  2019 Source:   20minutes.fr

Une quarantaine d’armes à feu saisies près de Vesoul

  Une quarantaine d’armes à feu saisies près de Vesoul Outre les fusils et les armes de poing, six grenades ont été retrouvées. Les enquêteurs se demandent à quoi elles auraient pu servir. © Groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Saône. Le Parisien Un trafic d’armes a été démantelé en Haute-Saône et dans les Vosges par la gendarmerie. Une quarantaine d’armes de poing et de fusils mais aussi 6 grenades. Cinq personnes ont été interpellées.Les cinq suspects, qui travaillent comme ferrailleurs en Haute-Saône et dans les Vosges, ont été interpellés mercredi et placés en garde à vue, a précisé le procureur de la République à Vesoul, Emmanuel Dupic.

Selon la gendarmerie, « un audit a été demandé sur l’ensemble de l’intervention » effectuée lors du meurtre de Sylvia Auchter

Un camion de gendarmerie. (illustration) © RAPHAEL BLOCH/SIPA Un camion de gendarmerie. (illustration) ENQUETE - Selon la gendarmerie, « un audit a été demandé sur l’ensemble de l’intervention » effectuée lors du meurtre de Sylvia Auchter

La gendarmerie nationale a annoncé mardi avoir demandé à son inspection générale, l’IGGN, d’enquêter sur les circonstances de l'intervention des gendarmes effectuée lors du meurtre d’une femme à coups de couteaux par son conjoint à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin).

« Un audit sur l’ensemble de l’intervention » a été demandé, a indiqué la gendarmerie. La fille de la victime, qui a vu sa mère mourir sous ses yeux dimanche soir, reproche notamment aux forces de l’ordre le temps qu’elles ont mis pour arriver sur place et a estimé que « personne n’a voulu nous aider ». Sa mère avait déjà déposé une main courante et une plainte contre son conjoint.

Bas-Rhin : une femme mortellement poignardée par son conjoint

  Bas-Rhin : une femme mortellement poignardée par son conjoint La victime avait déjà déposé une main courante et une plainte contre son époux pour des faits de violences. © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP ; Une voiture de Gendarmerie devant une caserne de Gendarme. (MaxPPP TagID: maxstockworld345814.jpg) [Photo via MaxPPP] Un homme a été placé en garde à vue dimanche, soupçonné d'avoir mortellement poignardé sa conjointe à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin), a-t-on appris lundi du parquet de Strasbourg, confirmant une information de France Bleu Alsace.

« Personne ne peut accepter un féminicide »

Ce mardi soir, Christophe Castaner a déclaré que « personne ne peut accepter un féminicide, personne ne peut accepter un assassinat ». « Le procureur de la République s’est prononcé cet après-midi, le directeur général de la police nationale a demandé que l’IGGN soit saisie et ça devra nous apporter tous les éclaircissements nécessaires à l’enquête qui doit se dérouler », a souligné le ministre de l’Intérieur en déplacement au Teil (Ardèche), commune frappée lundi par un séisme.

« Je comprends l’émotion de la fille (de la victime) et j’éprouve une grande sympathie pour son émotion. Parce que personne ne peut accepter un féminicide, personne ne peut accepter un assassinat. Nous lui devons toute la transparence, ce à quoi je m’engage », a encore déclaré Christophe Castaner.

« Personne n’a voulu nous écouter » : la colère d’une femme témoin du féminicide de sa mère

  « Personne n’a voulu nous écouter » : la colère d’une femme témoin du féminicide de sa mère La fille de la victime reproche aux gendarmes d’avoir trop tardé à intervenir.Interpellé dimanche dans la soirée, l’homme était toujours en garde à vue lundi en fin d’après-midi, a indiqué cette même source, sans plus de précisions. Selon France Bleu Alsace, le drame se serait produit au domicile du couple, sur fond de séparation.

L’homme soupçonné d’avoir tué à coups de couteau sa femme, morte sous les yeux de sa fille dimanche soir à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin), a été mis en examen mardi pour meurtre sur conjoint et écroué après ce nouveau féminicide qui suscite une vive émotion.

Une rumeur fatale : à 14 ans, certain que sa petite amie est enceinte, il la tue .
Un adolescent américain de 14 ans a plaidé coupable du meurtre de sa petite amie du même âge, qu'il croyait enceinte.Le jeune garçon a également plaidé coupable d’entrave à la justice pour avoir fourni des informations fausses et trompeuses à la police et de possession d’arme à feu. Dans le cadre de son accord passé avec la justice, ses charges de meurtre aggravées ont été réduites à un simple meurtre. Il devrait rester en prison jusqu’à ses 21 ans. Il a accepté de ne pas demander de libération anticipée.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!