France: A Hayange, le maire RN poursuit sa bataille contre le Secours populaire - - PressFrom - France
  •   
  •   

France A Hayange, le maire RN poursuit sa bataille contre le Secours populaire

09:25  14 novembre  2019
09:25  14 novembre  2019 Source:   liberation.fr

Trump doit dévoiler ses déclarations fiscales, estime une cour d'appel fédérale

  Trump doit dévoiler ses déclarations fiscales, estime une cour d'appel fédérale Une cour d'appel fédérale a confirmé lundi 4 novembre que le président devait dévoiler ses déclarations d'impôts réclamées depuis des mois par le procureur de Manhattan. Mais les avocats de la Maison Blanche refusent de céder et affirment qu’ils vont faire appel devant la Cour suprême. Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet Le procureur de l’État de New York agit dans le cadre d’une enquête sur les 130 000 dollars versés à uneAvec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

L’engagement solidaire du Secours populaire français en toute transparence. Utilisez l'outil de géolocalisation ci-dessous pour trouver une structure Secours populaire près de chez vous. Renseignez une région, un département, une ville ou une adresse.

L’engagement solidaire du Secours populaire français en toute transparence. Pour le 30 e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant , le Secours populaire interpelle le grand public sur la question de la pauvreté des mineurs, en France et dans le monde.

Le maire d'Hayange  Fabien Engelmann en 2017. © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN Le maire d'Hayange Fabien Engelmann en 2017.

L'organisation, qui aide environ 400 familles précaires dans cette ville de Moselle, a disparu de l'annuaire des associations locales, un énième épisode qui illustre l'affrontement que l'édile Rassemblement national Fabien Engelmann orchestre depuis 2016.

Lorsque le nouvel annuaire des associations d’Hayange (Moselle), consultable sur le site de la mairie, est paru, les membres du Secours populaire y ont cherché l’adresse de leur local, en vain. A la rubrique «Caritatif et d’utilité publique», au Secours catholique succède directement une association de visites de malades à l’hôpital. Disparu, le Secours populaire. Dans ses locaux du 10, rue Jean Jaurès, l’organisation continue pourtant de venir en aide – alimentaire et vestimentaire, mais aussi journées de vacances pour les enfants, assistance aux personnes âgées… – à 400 familles, soit un millier de personnes, en situation de précarité. «Toutes les associations sont dans le livret, même les témoins de Jéhovah, et nous on n’y est pas, ni sur le site de la mairie, se désole la présidente du comité local, Anne Duflot-Allievi. [Le maire] fait comme si on n’existait plus, il s’est arrangé pour qu’on n’ait plus de visibilité.»

Déversement d'ArcelorMittal dans une rivière en Moselle : enquête ouverte

  Déversement d'ArcelorMittal dans une rivière en Moselle : enquête ouverte La CGT dénonce un rejet "délibéré d'acide chlorhydrique", ce que le groupe conteste.Selon ArcelorMittal, le 30 octobre, "une opération sur notre station de traitement des eaux de la cokerie" a entrainé des "irisations" dans la Fensch, affluent de la Moselle. Le leader de l'acier avait affirmé qu'"aucun rejet d'acide (n'avait) eu lieu" dans le cours d'eau et que "les mesures d'acidité (pH) réalisées au point de rejet montrent que les valeurs sont restées conformes aux valeurs réglementaires prescrites".

Le Secours populaire d’ Hayange (Moselle) a reçu ces dernières semaines des dons inhabituels. Aucune discussion n’a abouti. Le maire maintient la pression, arguant par ailleurs que la mise à Le Secours populaire , de son côté, n’a – étrangement – toujours pas engagé de procédure judiciaire

Le maire Front national d' Hayange , en Moselle veut expulser le Secours populaire . L'association devra remettre les clés de son local à un huissier de

Bataille éminemment politique

Cet épisode, l’énième dans la bataille qui oppose le Secours populaire au maire Fabien Engelmann (Rassemblement national, ex-FN) depuis son élection, intervient alors que la justice doit – à nouveau – arbitrer leurs différends. Après avoir continuellement diminué ses subventions, la mairie avait, en 2016, coupé l’eau et l’électricité au local appartenant à la ville et occupé à titre gracieux par l’association, laquelle avait porté l’affaire devant les tribunaux. Obligée par la justice, en 2017, de rétablir le courant, la mairie avait ensuite demandé à pouvoir expulser le Secours populaire qu’elle accusait d’être «occupant sans droit ni titre».

Le maire Fabien Engelmann, qui n’a pas répondu à nos sollicitations, jugeait que c’était «la suite logique de demander l’expulsion de cette association sans droit, ni titre, ni assurance, dont le comité à Hayange est ultra-politisé, noyauté par le Parti communiste, et pro-migrants». La bataille est justement éminemment politique, même si le Secours populaire estime simplement venir en aide aux plus précaires, sans distinction. En décembre 2015, un commentaire d’Anne Duflot-Allievi a déplu au maire. «Un goûter pour les enfants était organisé par les associations, et la mairie était partie prenante, rappelle la présidente du comité local. Sur le flyer, il était marqué qu’il était réservé aux enfants des familles touchant les minima sociaux, j’avais relevé que ça excluait les enfants de migrants.»

Irak: les deux visages de la place Tahrir

  Irak: les deux visages de la place Tahrir La violente répression en Irak a considérablement affaibli la mobilisation populaire. La place Tahrir, épicentre de ces manifestations antigouvernementales à Bagdad, offre désormais deux visages : elle est quasiment vide en journée mais le soir, les plus téméraires font entendre leur voix. Avec nos envoyés spéciaux à Bagdad, Sami Boukhelifa et Boris Vichith Il est midi sur la place Tahrir, et seuls une cinquantaine d’étudiants manifestent encore. Drapeau irakien sur les épaules, Malek Hussein, futur ingénieur, semble déterminé à poursuivre la mobilisation. « À cause de la répression, les gens ont abandonné le combat. Nous subissons également des pressions.

Le maire Front national (FN) de Hayange Fabien Engelmann, a déclaré que le Secours populaire était «prié de quitter les lieux au plus tard vendredi «Je n'ai rien contre le Secours populaire , mais à Hayange la présidente et le trésorier sont des militants du PC qui font de la propagande pro-migrants

A Hayange , cela fait des semaines que le Secours populaire est promis à l’expulsion. Le maire , Fabien Engelmann, a cette fois mis ses menaces à Entourées de dizaines de bénévoles et de bénéficiaires de l’aide du Secours populaire , venus en soutien – certains étaient en larmes, selon

«On aide tout le monde»

Elle soupire : «Pour une phrase dans le journal, il dit qu’on est des anarcho-communistes, que je fais de la propagande… Son reproche, c’est de dire qu’on aide les migrants, je l’entends encore le dire, ça : "Vous êtes pro-migrants." Mais non, on ne l’est pas, on aide tout le monde ! Ce qui importe, c’est comment on peut aider.» Au printemps, la justice a donné raison à l’association, mais le maire a fait appel. Une prochaine audience – essentiellement technique – aura lieu en décembre, avant de fixer la date où les avocats remettront leurs conclusions.

Jeune élu Front national aux municipales de 2014, Fabien Engelmann avait été soupçonné de fraude dans ses comptes de campagne et condamné à un an d’inéligibilité, avant de faire annuler sa sentence par le Conseil d’Etat l’année suivante. Dès son élection, il a inscrit son action municipale dans une logique identitaire, instaurant par exemple la Fête du cochon. «Il est très dans les symboles, il l’aime sa Fête du cochon. A la Saint-Nicolas, dans la ville, il donne des saucisses de porc aux enfants, c’est ciblé», commente Anne Duflot-Allievi.

Violences conjugales : la femme du maire de Cabourg condamnée à son tour .
Fin 2018, Tristan Duval avait été condamné à trois mois de prison avec sursis. Son ex-compagne, Solène Mauget, écope, elle, d’une amende. © Flickr/Patrick Janicek Le Parisien Son avocat évoquait « une morsure défensive ». Un an après la condamnation du maire de Cabourg (Calvados) pour violences conjugales, sa femme, Solène Mauget, a été condamnée mercredi pour le même motif à 1 500 euros d’amende, dont 1 000 euros avec sursis, rapporte France 3. Comme son ancien compagnon, elle a annoncé qu’elle ferait appel.L’origine du différend remonte au 7 août 2018.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 2
C'est intéressant!