France: Dans le Morvan, une manifestation pour «poser la question du futur» des forêts - - PressFrom - France
  •   
  •   

France Dans le Morvan, une manifestation pour «poser la question du futur» des forêts

21:25  17 novembre  2019
21:25  17 novembre  2019 Source:   liberation.fr

Comment la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche

  Comment la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche Prévue dimanche à Paris, la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche. Le PS ne participera pas, ni certaines figures de LFI ou du PCF. Au départ, ils étaient nombreux à avoir signé la tribune pour dénoncer la stigmatisation des musulmans, à l'origine de cette manifestation. Mais la présence d'une personne soupçonnée d'être proche des Frères musulmans, ou encore une petite phrase dans le texte qui dénonce des lois liberticides en France, ont semé le doute à tel point que la gauche désormais s'éparpille et se divise sur sa participation à la manifestation contre l'islamophobie, prévue dimanche à Paris.

« Dans le Morvan , c’est le pire du pire. Mais ce qui se joue actuellement concerne l’ensemble des forêts . Avec cette action, on veut poser la question du futur de La question de l'alimentation doit être abordée de façon globale, de la production à la consommation. Il faut mettre en place un pilotage

Environ 500 personnes se sont rassemblées à Quarré-les-Tombes, dans le Morvan, dimanche. © Emeric FOHLEN Environ 500 personnes se sont rassemblées à Quarré-les-Tombes, dans le Morvan, dimanche.

Ce dimanche, près de 500 personnes ont protesté dans l'Yonne pour demander l'interdiction des «coupes rases», une pratique d'abattage contestée par les écologistes.

A peine descendue du bus, Jeanine tombe nez à nez avec ce qu’elle est venue combattre. Un paysage éventré, une parcelle de forêt rasée à blanc. Seules quelques souches et des branches mortes jonchent encore le sol boueux. «Des panoramas comme celui-là, il y en a de plus en plus dans le Morvan», assure cette retraitée, arrivée il y a vingt ans dans ce massif de basse montagne au cœur de la région Bourgogne-Franche-Comté. Comme près de 500 personnes de tous âges, elle a donc répondu présente à l’appel des associations SOS forêt et Canopée Forêts vivantes. Les deux groupes avaient donné rendez-vous aux participants dimanche en début de matinée à Quarré-les-Tombes (Yonne), dans le nord du parc naturel régional du Morvan. Puis direction une parcelle privée pour une action «géante, surprise et non violente».

Haïti: les opposants trouvent un accord sur un éventuel plan de transition

  Haïti: les opposants trouvent un accord sur un éventuel plan de transition En Haïti, les opposants à Jovenel Moïse sont parvenus à s’entendre sur un plan de transition. Après deux jours de négociations parfois houleuses, sous la pression de militants manifestant à la porte de la salle de réunion, les partis politiques et groupes de la société civile se sont mis d’accord pour choisir le prochain président parmi les juges de la Cour de cassation. De notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron L’accord trouvéDe notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

Carré-les-Tombes, France, le 17 novembre 2019. Des militants participent à une action surprise et non-violente sur une parcelle privée. Cette action coordonnée par le collectif SOS Foret, l'association Canopée et soutenue par de nombreuses associations locales à pour but d'alerter sur forets de feuillus du Morvan qui disparaissent au profit de plantations de pins Douglas entraînant une profonde modification des paysages, une érosion de la biodiversité et une dégradation des sols. © Emeric FOHLEN Carré-les-Tombes, France, le 17 novembre 2019. Des militants participent à une action surprise et non-violente sur une parcelle privée. Cette action coordonnée par le collectif SOS Foret, l'association Canopée et soutenue par de nombreuses associations locales à pour but d'alerter sur forets de feuillus du Morvan qui disparaissent au profit de plantations de pins Douglas entraînant une profonde modification des paysages, une érosion de la biodiversité et une dégradation des sols. Peu à peu, les forêts naturelles de feuillus disparaissent, remplacées par des plantations de résineux en monoculture, principalement des pins Douglas. Photo Emeric Fohlen pour Libération

«Le drone va décoller, on ne bouge plus ! Faites de belles lettres», scande au mégaphone un des organisateurs. En prenant un peu de hauteur, on distingue un «STOP !» dessiné par les corps emmitouflés. «Le propriétaire de la parcelle, quand il va recevoir la photo, il va être content», lâche Yves dans un sourire, placé à l’extrémité du S. Il est venu de Sancerre (Cher), à deux heures de route, pour demander l’interdiction des coupes rases. Cette pratique, fréquente dans les forêts morvandelles, revient à abattre tous les arbres d’une exploitation forestière en même temps, laissant le sol à nu.

Quel plan pour l'hôpital avant la grande manif de jeudi ?

  Quel plan pour l'hôpital avant la grande manif de jeudi ? On ignore encore ce que la ministre de la Santé compte mettre sur la table, mais Bercy exclut en tout cas de reprendre la dette des hôpitaux publics. Un fardeau de 30 milliards d'euros. Y aura-t-il de quoi éteindre le feu qui crépite depuis mars dernier ? A quelques jours de la «grande manifestation» des personnels hospitaliers prévue ce jeudi à Paris, le «plan de soutien» promis par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, n’est toujours pas connu.

«Une autre sylviculture, plus durable, est possible»

Peu à peu, les forêts naturelles de feuillus disparaissent, remplacées par des plantations de résineux en monoculture, principalement des pins Douglas. Ces arbres sont très appréciés dans la construction. Mais, pour beaucoup, ils symbolisent l’industrialisation de la forêt. Dans le Morvan, ces peuplements purement résineux représentent déjà 30% des surfaces forestières, selon les chiffres de la région. Et la proportion augmente chaque année. «Ce sont des pratiques agricoles. On plante des champs d’arbres», s’indigne Frédéric Beaucher, président du groupement forestier du Chat sauvage. Avec d’autres habitants du coin, il rachète des parcelles menacées d’enrésinement. «On veut montrer qu’une autre sylviculture, plus durable, est possible», ajoute Danielle, elle aussi membre du groupement. En trois ans, plus de 50 hectares ont déjà été rachetés.

Gilets jaunes : à Paris, la préfecture annule la manifestation après des violences

  Gilets jaunes : à Paris, la préfecture annule la manifestation après des violences Pour ce 53e samedi de mobilisation, le mouvement s'était notamment donné rendez-vous place d'Italie, à Paris. Avant même le départ du cortège, des heurts ont eu lieu avec les forces de l'ordre. Dans une place noyée dans la fumée des gaz lacrymogènes, des casseurs s'en sont pris au centre commercial Italie 2. • Premier jour du week-end anniversaire des gilets jaunes, ce 53e samedi de mobilisation a donné lieu à des premiers affrontements à Paris, place d’Italie (XIIIe arrondissement), un des deux points de rendez-vous du mouvement. Les premiers manifestants – pour beaucoup le visage masqué – ont allumé des feux.

Car l’enjeu écologique est immense. Les coupes rases sont accusées d’être destructrices pour la biodiversité et d’accélérer le réchauffement climatique. «On a besoin de forêts vivantes qui stockent du carbone. Même si on replante derrière, il faudra des dizaines d’années pour que cela fasse effet», avertit Sylvain Angerand, fondateur de Canopée Forêts vivantes. D’autant que les monocultures de résineux sont bien moins efficaces pour remplir cette mission. Généralement, un Douglas est récolté quarante ans après avoir été planté. Un délai bien trop court à l’échelle d’une vie d’arbre. Selon une étude de l’Inra, il faut environ soixante-cinq ans pour que cette essence forestière ait redonné au sol tout ce qu’elle y a puisé pour grandir.

Le gouvernement à l’écoute ?

«Dans le Morvan, c’est le pire du pire. Mais ce qui se joue actuellement concerne l’ensemble des forêts. Avec cette action, on veut poser la question du futur de la gestion forestière en France», lance Sylvain Angerand. Le parc naturel régional a bien tenté de modifier les règles du jeu dans le cadre du renouvellement de sa charte de classement pour la période 2020-2035. Son président Sylvain Mathieu, joint par téléphone, souhaitait notamment que les coupes rases soient soumises à autorisation dès lors que les parcelles dépassent 0,5 hectare, contre 4 actuellement. Sans succès. «Les propriétaires pourraient décider d’attaquer la nouvelle charte devant le Conseil d’Etat. On ne veut pas prendre ce risque», tempère-t-il.

Jérémy Clément, gilet jaune, sur les violences à Paris : "C’est bien fait pour nous"

  Jérémy Clément, gilet jaune, sur les violences à Paris : Un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, une grande journée de mobilisation était prévue samedi à Paris. La manifestation a été annulée par la préfecture après des violences entre forces de l'ordres et manifestants, place d'Italie.Jérémy Clément, gilet jaune du Loiret, était sur Europe 1 samedi pour commenter cette journée : "C’est bien fait pour nous. On a voulu jouer le jeu démocratique en déclarant nos manifestations. Le problème, c’est que c’est une invitation à portes ouvertes. N’étant pas structuré comme un syndicat sur le terrain, nous n’avons pas de service d’ordre".

Carré-les-Tombes, France, le 17 novembre 2019. Des militants participent à une action surprise et non-violente sur une parcelle privée. Cette action coordonnée par le collectif SOS Foret, l'association Canopée et soutenue par de nombreuses associations locales à pour but d'alerter sur forets de feuillus du Morvan qui disparaissent au profit de plantations de pins Douglas entraînant une profonde modification des paysages, une érosion de la biodiversité et une dégradation des sols. © Emeric FOHLEN Carré-les-Tombes, France, le 17 novembre 2019. Des militants participent à une action surprise et non-violente sur une parcelle privée. Cette action coordonnée par le collectif SOS Foret, l'association Canopée et soutenue par de nombreuses associations locales à pour but d'alerter sur forets de feuillus du Morvan qui disparaissent au profit de plantations de pins Douglas entraînant une profonde modification des paysages, une érosion de la biodiversité et une dégradation des sols. Les coupes rases sont accusées d’être destructrices pour la biodiversité et d’accélérer le réchauffement climatique. Photo Emeric Fohlen pour Libération

Le combat se déplace donc sur le terrain politique. Les participants ont d’ailleurs pu compter sur le soutien de la députée de La France insoumise (LFI) Mathilde Panot, présente à l’action. L’élue a récemment pris la tête d’une commission d’enquête parlementaire et citoyenne sur le sujet et ne cache pas ses ambitions : «On peut inscrire dans la loi l’interdiction des coupes rases et décider démocratiquement de ce qu’on veut faire de nos forêts.» Et le gouvernement semble prendre lui aussi la question au sérieux. En décembre 2018, l’exécutif a chargé la députée LREM Anne-Laure Cattelot d’établir une feuille de route et des propositions sur la politique de la forêt à l’échelle nationale. l’élue du Nord n’a pas été choisie au hasard : en fin d’année dernière, elle dénonçait elle aussi la surexploitation de la forêt de Mormal, dans l'Avesnois, et appelait à interdire les coupes rases.

Bolivie: la police disperse une cortège funéraire pro-Morales .
Des partisans de l'ex-président bolivien déchu Evo Morales ont défilé jeudi 21 novembre dans les rues de La Paz en portant les cercueils de manifestants tués lors des heurts avec les forces de sécurité. Le cortège a été dispersé par la police. Des milliers de personnes, qui portaient les cercueils de cinq personnes tuées mardi dans des heurts, sont descendus de El Alto, ville-jumelle de la capitale administrative et considérée comme acquise à l'ex-président Evo Morales, parti en exil au Mexique.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 10
C'est intéressant!