France: La CFTC n'appelle pas à la grève le 5 décembre : "le temps est encore au dialogue" - - PressFrom - France
  •   
  •   

France La CFTC n'appelle pas à la grève le 5 décembre : "le temps est encore au dialogue"

19:25  19 novembre  2019
19:25  19 novembre  2019 Source:   europe1.fr

Le 5 décembre, "il y aura probablement une grève suivie", reconnaît Jean-Baptiste Djebbari

  Le 5 décembre, Le secrétaire d’Etat chargé des transports a reconnu vendredi sur Europe 1 que la journée de grève interprofessionnelle du 5 décembre, lancée par des syndicats de la SNCF et de la RATP, sera probablement très suivie. Il a aussi assuré tout faire pour que le mouvement ne dure pas. A partir du 5 décembre, cela risque de devenir compliqué de prendre le train ou le métro. Plusieurs syndicats de la SNCF et de la RATP ont en effet annoncé une grève illimitée, laissant craindre, aux usagers d’abord, aux autorités surtout, un mouvement qui s’installe dans le temps.

Dans un communiqué, la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) annonce qu'elle ne va pas appeler à la grève le 5 décembre prochain, contrairement à de nombreux autres syndicats. Pour elle, © GERARD JULIEN / AFP Dans un communiqué, la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) annonce qu'elle ne va pas appeler à la grève le 5 décembre prochain, contrairement à de nombreux autres syndicats. Pour elle, "les intentions finales du gouvernement sont encore trop incertaines".

La Confédération française des travailleurs chrétiens [CFTC, ndlr] a annoncé mardi ne pas appeler à la grève interprofessionnelle du 5 décembre contre la réforme des retraites, considérant que le "temps est encore au dialogue" et jugeant les intentions finales du gouvernement "encore trop incertaines".

Pécresse a "beaucoup de craintes" sur la grève du 5 décembre

  Pécresse a La présidente de la région Ile-de-France dit vendredi avoir "beaucoup de craintes" sur la grève du 5 décembre contre la réforme des retraites. "J'ai beaucoup de craintes sur cette grève du 5 décembre" qui risque de plonger "des millions de Français dans une galère épouvantable", notamment en Ile-de-France où "8,5 millions de personnes" empruntent les transports en commun, a-t-elle affirmé sur Sud Radio.Mme Pécresse, également présidente de l'organisme Ile-de-France Mobilités (IDFM), a appelé les syndicats de la SNCF et de la RATP à "ne pas se tromper de combat.

"Parce qu'elle considère que le temps est encore au dialogue, parce que les intentions finales du gouvernement lui apparaissent encore trop incertaines, la CFTC n'appelle pas à la grève le 5 décembre", écrit-elle dans un communiqué. La confédération laisse toutefois "le choix" aux syndicats qui la composent "de manifester ou non le 5 décembre prochain". Elle sera reçue en bilatérale à Matignon le 25 novembre, l'occasion de demander des "garanties", notamment sur "le respect du principe de répartition, le maintien des pensions actuellement versées, des droits acquis avant l'instauration du futur régime, la prise en compte au titre de la solidarité des situations familiales, des travaux pénibles et plus généralement des aléas de la vie".

Le PS appelle ses sympathisants à manifester le 5 décembre

  Le PS appelle ses sympathisants à manifester le 5 décembre Partis de gauche et syndicats appellent à cette manifestation pour protester contre le projet de réforme des retraites. « Le Parti socialiste apporte son soutien à la manifestation du 5 décembre et appelle ses sympathisants à se joindre aux cortèges », à Paris et en province, indique la résolution du PS.

L'exigence du maintien de l'âge légal de départ à 62 ans

La CFTC "réaffirmera son exigence d'un maintien de l'âge légal de départ à 62 ans". Concernant la méthode, elle demandera au Premier ministre, qui va aussi recevoir la semaine prochaine les autres syndicats et organisations patronales, des clarifications sur le statut et le devenir du rapport Delevoye : "quelle articulation avec d'autres travaux ? Avec la consultation citoyenne ? Quid de la temporalité de cette réforme ?"

De leur côté, la CGT, FO, la FSU et Solidaires ont appelé ensemble en octobre à une "première journée de grève" le 5 décembre, rejoignant plusieurs syndicats de la RATP, de la SNCF. Les appels se sont étoffés depuis, avec des syndicats d'Air France, d'avocats, mais aussi de "gilets jaunes".

>> LIRE AUSSI - Grève contre la réforme des retraites : qui sera dans la rue le 5 décembre ?

La CFE-CGC, opposée au projet de réforme des retraites, n'appelle pas à la grève interprofessionnelle, mais "soutient celles de ses fédérations qui s'y associeront". La CFDT, favorable au principe d'un système universel par points, a toutefois mis en garde l'exécutif ces derniers mois contre une réforme "financière" et attend des éclaircissements sur la pénibilité, les carrières des femmes et les régimes particuliers. Elle ne s'est pas encore exprimée à propos du 5 décembre.

Grève du 5 décembre : Le PS appelle ses sympathisants à manifester

  Grève du 5 décembre : Le PS appelle ses sympathisants à manifester Olivier Faure, premier secrétaire du parti, estime que « il n'y a qu'un régime spécial que les manifestants veulent abolir, tout de suite, celui des grandes fortunes » © NICOLAS MESSYASZ/SIPA Olivier Faure, le premier secrétaire du PS. (archives) CORTEGE - Olivier Faure, premier secrétaire du parti, estime que « il n'y a qu'un régime spécial que les manifestants veulent abolir, tout de suite Le Conseil national du parti socialiste, réuni samedi à Paris, a appelé à l’unanimité ses sympathisants à participer à la manifestation du 5 décembre.

Les syndicats de police menacent de se joindre au mouvement social

De leurs côtés, plusieurs syndicats de police dont Alliance et Unsa menacent de se joindre au mouvement social du 5 décembre avec des actions dans les commissariats si le ministère de l'Intérieur "ne répond pas à (leurs) attentes", selon un communiqué de presse.

Le 2 octobre, à l'appel d'une intersyndicale inédite depuis près de 20 ans, les policiers avaient défilé dans une "marche de la colère" pour exprimer "leurs mécontentement sur les conditions de travail, le manque de reconnaissance, la perte de statut et la remise en cause de leur retraite", rappelle le communiqué de presse intitulé "dernière sommation !". Cinq points étaient au coeur des revendications des policiers en octobre: "l'amélioration de la qualité de vie au travail", "une véritable politique sociale pour les agents", "une réponse pénale réelle, efficace et dissuasive", "la défense des retraites" et une future loi d'orientation et de programmation "ambitieuse".

Réforme des retraites : Philippe met de la souplesse dans sa fermeté (et réciproquement) .
Le Premier ministre a précisé que le projet du gouvernement serait présenté mi-décembre. Il prétend avancer «sans brutalité» et liste quelques concessions possibles. Il ne transigera pas sur «l’objectif» mais il prendra «le temps qu’il faut pour y arriver». Ce mercredi, en sortant du Conseil des ministres, Edouard Philippe s’est lancé dans un subtil exercice de souplesse et de fermeté. A huit jours du début de la grève reconductible soutenue par la plupart des syndicats et des partis d’opposition, le chef de l’Etat a confié à son Premier ministre le soin de faire passer le message : le gouvernement serait à la fois «ouvert au dialogue» et «plus que jamais déterminé à

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!