•   
  •   

France Plan hôpital: Edouard Philippe "ne veut diviser personne"

14:20  21 novembre  2019
14:20  21 novembre  2019 Source:   parismatch.com

Plan hôpital : "Je ne veux diviser personne", se défend Edouard Philippe

  Plan hôpital : Au lendemain de la présentation du plan hôpital, le Premier ministre Edouard Philippe s’est défendu jeudi sur France Inter de diviser les personnels, notamment en octroyant une prime en fonction de la localisation géographique. Le Premier ministre Edouard Philippe a défendu jeudi sur France Inter le plan hôpital expliquant qu'il ne voulait "diviser personne" face aux critiques notamment du collectif Inter-urgences.  Interrogé sur le choix d'une prime spécifique de 800 euros réservée aux infirmiers et aides-soignants d'Ile-de-France, le Premier ministre a répondu : "Je ne veux diviser personne, je veux sauver l'hôpital public".

L’ hôpital Edouard Herriot offre un accueil des urgences 24h/24H (médicales, chirurgicales et ophtalmologiques) et un accueil des urgences Il dispose également d’un fort pôle de santé publique avec une permanence d’accès aux soins (PASS), le planning familial, un centre de prise en charge

Pour les articles homonymes, voir Philippe . Édouard Philippe , né le à Rouen (Seine-Maritime), est un haut fonctionnaire et homme d'État français. Il est Premier ministre depuis le 15 mai 2017. Élève de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'École nationale d'administration (ENA)

  Plan hôpital: Edouard Philippe © Ludovic Marin/Pool via REUTERS

Le Premier ministre Edouard Philippe a défendu jeudi sur France Inter le plan hôpital expliquant qu'il ne voulait "diviser personne" face aux critiques notamment du collectif Inter-urgences. Interrogé sur le choix d'une prime spécifique de 800 euros réservée aux infirmiers et aides-soignants d'Ile-de-France, le Premier ministre a répondu: "Je ne veux diviser personne, je veux sauver l'hôpital public". Après la présentation du plan hôpital mercredi, le collectif Inter-Urgences a jugé les "mesures extrêmement médico-centrées" et "qui semblent chercher à diviser Paris et les régions".

Plan hôpital : "une réponse qui va dans le bon sens", estime le président de la Fédération hospitalière

  Plan hôpital : Après les annonces d’Edouard Philippe et d’Agnès Buzyn pour répondre à la crise dans les hôpitaux, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, se félicite sur Europe 1 de la mise en place de leviers très techniques et très concrets pour desserrer l’étau qui pesait sur les hospitaliers. Le gouvernement, par la voix d’Edouard Philippe et d’Agnès Buzyn, a présenté mercredi son plan d’urgence pour tenter de mettre fin à près de huit mois de crise. Le Premier ministre et la ministre de la Santé ont notamment annoncé une prime pour les personnels gagnant moins de 1.

« L’ hôpital public s’écroule et nous ne sommes plus en mesure d’assurer nos missions ». Il y a annoncé, entre autres, vouloir adopter une loi nouvelle qui permettrait « de sanctionner ceux qui La proposition de loi déposée par Bruno Retailleau et défendue par Edouard Philippe ira-t-elle jusqu’au

SANTE - Le " plan d'urgence" pour l' hôpital public, destiné à répondre au malaise du secteur, a été présenté par Edouard Philippe et Agnès Buzyn ce mercredi. Edouard Philippe et Agnès Buzyn ont annoncé une série de mesures budgétaires, salariales mais également de réforme de la gouvernance.

"Quand on veut sauver l'hôpital public, on regarde là où les problèmes sont les plus criants et on consacre ces moyens aux problèmes les plus criants", a argumenté le Premier ministre. "Il y a une spécificité de la région parisienne, c'est pas parce que c'est Paris, il y a une très grande densité hospitalière, parce que les conditions d'exercice sont un peu particulières, décalées et très intenses, parce que la cherté de la vie est particulière", a-t-il dit.

A lire :Primes, budget, dette...Les principales mesures du plan hôpital

Il a rappelé que l'APHP(Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) ferme des lits car "on ne trouve pas les hommes et les femmes qui viennent travailler dans les services". Interrogé sur le fait de savoir pourquoi une augmentation de salaire n'avait pas été choisie, il a répondu que "l'impact sur chacune des personnes concernées aurait été très largement en deçà des espérances formulées".

Interrogé sur les critiques de ce plan qui a suscité des réactions mitigées de la part des professionnels, il a indiqué: "Je n'ai pas annoncé le plan en me disant que le lendemain tout le monde aller crier hourra, danser la gigue et dire tout est réglé".

Une prime réservée aux infirmièr(e)s parisienn(e)s ? "Il est plus compliqué de vivre dans un endroit où la vie coûte plus cher" .
Invité samedi d'Europe 1, Martin Hirsch directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, a estimé après la présentation du plan hôpital que le gouvernement était enfin prêt à s'attaquer à "l'anomalie française de ne pas payer assez les infirmières"."Dans tous les pays d’Europe, là où est la capitale et où la vie est plus chère, les soignants sont mieux payés que dans le reste du pays", a observé samedi ce responsable au micro de Patrick Cohen, dans C’est arrivé cette semaine sur Europe 1. "800 euros nets, donc 66 euros par mois, c’est une augmentation de 3,5% du salaire", observe-t-il.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 2
C'est intéressant!