•   
  •   

France Marche contre les violences faites aux femmes : "On attend des mesures fortes"

11:30  23 novembre  2019
11:30  23 novembre  2019 Source:   europe1.fr

Enfants maltraités : vers un renforcement du budget du 119

  Enfants maltraités : vers un renforcement du budget du 119 À l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, le gouvernement doit annoncer des mesures de lutte contre les violences faites aux enfants, dont le déblocage de 400.000 euros pour la plateforme d'écoute du 119.Dans les locaux de la plateforme d’écoute, psychologues, juristes et spécialistes en protection de l'enfance se relaient nuit et jour pour répondre aux appels. Au téléphone, une dame s'inquiète pour l'état de santé des petits de sa voisine. Visiblement, la mère les néglige. "Les enfants sont petits, et au niveau de la santé, il y a des choses qui sont inquiétantes", explique Marie-Christine, l’écoutante.

Il faut parler de la violence conjugale dès le collège, et lutter contre les stéréotypes dès les petites classes. Ces femmes vivent dans le déni. Au moindre doute, il faut faire passer le message, ne pas les On a appris des choses dans le Télégramme de Brest où ils ont donné le nom de ma sœur

Invitée de la matinale du week-end d'Europe 1 à quelques heures d'une nouvelle marche contre les violences sexistes et sexuelles, la directrice générale de la Fédération Nationale Solidarité Femmes affirme © THOMAS SAMSON / AFP Invitée de la matinale du week-end d'Europe 1 à quelques heures d'une nouvelle marche contre les violences sexistes et sexuelles, la directrice générale de la Fédération Nationale Solidarité Femmes affirme "cette situation intolérable concerne tout le monde, les hommes comme les femmes", alors que l'année 2019 compte d'ores et déjà plus de féminicides que 2018.

"Il faut manifester parce que les violences à l'encontre des femmes sont très importantes en France". À deux jours de la fin du Grenelle contre les violences conjugales, des milliers de personnes sont attendues ce samedi à Paris, Lyon, mais aussi dans d'autres villes, lors d'une marche contre les violences sexistes et sexuelles.

La France épinglée par le Conseil de l’Europe : "nous ferons tout pour améliorer la situation des femmes", assure Marlène Schiappa

  La France épinglée par le Conseil de l’Europe : Alors que le Conseil de l’Europe a pointé mardi les lacunes de la France en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, Marlène Schiappa a assuré mercredi sur Europe 1s’être engagée à faire tous les ajustements réclamés par l’instance européenne. Mardi, le Conseil de l’Europe a épinglé la France sur son traitement des violences faites aux femmes.

Cette marche "concerne tout le monde, les hommes comme les femmes"

Invitée de la matinale week-end à quelques heures du départ de la marche, Françoise Brié, directrice générale de la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) dénonce une "situation intolérable qui concerne les hommes comme les femmes", et affirme que "tout le monde à une personne dans sa famille, ses porches, ou ses collègues de travail qui a été touché par les violences faites aux femmes, et en particulier les violences conjugales". D'où "l'importance de cette marche de montrer que toute la société se mobilise", lance-t-elle alors que l'on dénombre plus de 130 féminicides en 2019, soit plus que toute l'année 2018.

>> LIRE AUSSI - Violences conjugales : une grille d'évaluation des signaux d'alerte pour les forces de l'ordre

Violences faites aux femmes : des milliers de personnes défilent à Paris

  Violences faites aux femmes : des milliers de personnes défilent à Paris La manifestation, à l'appel du collectif féministe #NousToutes, s'est élancée de la place de l'Opéra en direction de celle de la Nation, à Paris. L'an passé, fin novembre, près de 50.000 personnes s'étaient rassemblées dans toute la France dont 30.000 à Paris selon les organisatrices. Des milliers de personnes, femmes et hommes, ont commencé à défiler samedi à Paris pour dire "stop" aux violences sexistes et sexuelles et aux féminicides, à deux jours de la fin du "Grenelle" contre ce fléau.

D'après la présidente de la FNSF, "il y a beaucoup d'attentes de la part des femmes, des associations, mais aussi des collectifs de familles qui ont perdu une proche [...] et qui attendent des mesures fortes pour lundi", le dernier du grenelle. Et pour satisfaire ces attentes, en plus d'au moins un milliard d'euros par an, Françoise Brié, dont la fédération gère le 3919, la plateforme d'appels pour les femmes victimes de violences, il faut "des pôles spécialisés au niveau de la police, de la gendarmerie et de la justice".

Violences conjugales : "Si on ne part pas, c'est parce qu'on n'a pas le choix" .
Wendy Bouchard recevait samedi soir Charlotte, une ex-victime de violences conjugales. Cette dernière a évoqué son calvaire et appelle le gouvernement à prendre des mesures plus fortes, une semaine après la marche organisée par le collectif #NousToutes contre les violences faites aux femmes. Le 23 novembre, près de 50.000 personnes ont défilé dans les rues de Paris à l'appel du collectif #NousToutes contre le Deux jours plus tard s'achevait le Grenelle contre les violences faites aux femmes, mis en place par le gouvernement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!