•   
  •   

France A Bruxelles, des milliers de personnes défilent contre les violences faites aux femmes

23:35  24 novembre  2019
23:35  24 novembre  2019 Source:   20minutes.fr

Violences conjugales : faut-il lever le secret médical ?

  Violences conjugales : faut-il lever le secret médical ? Le gouvernement y est favorable pour mieux protéger les femmes victimes des coups de leur conjoint. Mais pour de nombreux experts, il faudrait d’abord que les commissariats prennent bien les plaintes et que la justice ne classe pas les affaires. Le débat. © AFP/Patrick Hertzog Le Parisien Le protocole existe déjà pour les enfants en danger. Demain, la levée du secret médical sera-t-elle étendue pour les femmes victimes de violences conjugales ? Cette recommandation figure en bonne place dans le rapport sur les homicides conjugaux, rendu public ce dimanche par l’inspection générale de la justice.

Environ 10.000 personnes , selon la police, ont participé dimanche à Bruxelles à un grand rassemblement dans le cadre de la journée internationale contre les violences faites aux femmes . Après un hommage aux femmes assassinées, qui s'est tenu dans la gare centrale de Bruxelles

Des milliers de personnes , femmes et hommes, ont défilé ce 23 novembre à Paris, comme dans d'autres villes du pays, pour dire «stop» aux violences sexistes et sexuelles et aux «féminicides», à deux jours de la fin du «Grenelle contre les violences conjugales».

Depuis le début de l’année, 22 féminicides ont été recensés en Belgique

A Bruxelles, le 24 novembre 2019. © Kenzo TRIBOUILLARD/AFP A Bruxelles, le 24 novembre 2019. PROTESTATION - Depuis le début de l’année, 22 féminicides ont été recensés en Belgique

Environ 10.000 personnes, selon la police, ont participé dimanche à Bruxelles à un grand rassemblement dans le cadre de la journée internationale contre les violences faites aux femmes. Samedi, plusieurs manifestations ont également eu lieu en France, où 49.000 personnes ont défilé rien qu’à Paris.

Après un hommage aux femmes assassinées, qui s’est tenu dans la gare centrale de Bruxelles, le cortège a pris la direction du Palais de justice, devant lequel ont été déposées des paires de souliers rouges, représentant les victimes de féminicides.

Paola et Albert II n’ont assisté à la Fête du Roi qu’avec leur gendre

  Paola et Albert II n’ont assisté à la Fête du Roi qu’avec leur gendre L’ex-reine Paola et l’ex-roi des Belges Albert II ont pris part, vendredi, à la traditionnelle cérémonie de la Fête du Roi, uniquement avec leur gendre le prince Lorenz. La femme de celui-ci, la princesse Astrid, d’ordinaire à leurs côtés pour cet événement, était absente en raison de son départ imminent pour l’Empire du Milieu. La sœur du roi des Belges Philippe conduit en effet, au nom de celui-ci, une très importante mission économique en République populaire de Chine, du 17 au 22 novembre, en compagnie de ministres fédéraux et régionaux.

La manifestation est partie de la place de l’Opéra pour rejoindre Nation, à l’appel du collectif #NousToutes. Le mot d'ordre : dire «stop» aux violences sexistes et sexuelles et aux féminicides. Depuis le début de l’année 2019, 137 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou

Pour dire stop aux violences contre les femmes et à deux jours de la fin du «Grenelle contre les violences conjugales», plusieurs dizaines de milliers de

« Lutter contre le silence »

« On en a marre », « Pas une de plus », pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants, des femmes mais aussi beaucoup d’hommes, et des enfants. Des banderoles et de nombreuses pancartes rappelaient aussi le nom des 22 victimes de féminicides depuis le début de l’année en Belgique.

Devant le Palais de justice, les manifestants ont fait « du bruit », faisant même sonner des alarmes, pour « lutter contre le silence » qui entoure les morts de ces femmes.

Les associations réclament un plan national

« La Belgique est un pays très complexe avec plusieurs niveaux de pouvoirs, fédéral, régions, communautés, et tous ces niveaux de pouvoir font des petites choses contre les violences faites aux femmes. Mais la première chose qu’on demande c’est un plan national », a expliqué Céline Caudron, l’une des organisatrices du rassemblement avec le collectif Mirabal, qui réunit une centaine d’associations.

Mathilde a terminé sa semaine en beauté à Baden-Baden

  Mathilde a terminé sa semaine en beauté à Baden-Baden La reine des Belges Mathilde avait quatre engagements à son planning cette semaine. Semaine qu’elle a achevée en beauté à Baden-Baden en Allemagne.La reine Mathilde de Belgique à Berchem, le 19 novembre 2019

Manifestation à Paris contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes , le 23 novembre. A deux jours de la fin du Grenelle contre les violences conjugales, plusieurs milliers de personnes ont manifesté, samedi 23 novembre, dans une trentaine de villes de France contre les

A Bruxelles quelque 2.000 personnes (selon la police) ont manifesté dans les rues. Les manifestants ont répondu à l'appel de la plateforme Mirabal. Amnesty International s'est joint à la Marche contre les violences faites aux femmes organisée à Bruxelles . En effet, si des avancées sont enregistrées

« On veut que ce plan soit coordonné pour qu’il soit cohérent, et surtout qu’il soit budgétisé », a-t-elle insisté, soulignant également l’importance de la prévention « à tous les niveaux de la société ». « Punir les auteurs c’est important, mais ce qu’on veut avant tout c’est que les violences n’arrivent pas », a insisté Céline Caudron.

Des chiffres « au-dessus de la moyenne d’autres pays européens »

Selon la plateforme Mirabal, au moins 98 féminicides ont été commis depuis 2017 en Belgique, dont « au moins 20 » depuis début 2019, des chiffres « proportionnellement à la population, bien au-dessus de la moyenne d’autres pays européens ».

A l’occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, deux partis politiques belges, PS et Défi, ont déposé chacun une proposition de loi pour inscrire le féminicide dans le Code pénal, a rapporté l’agence de presse belge Belga.

VIDEO. Grenelle des violences conjugales : « Rien n’est prévu pour l’accompagnement des proches des victimes de féminicide » .
Le chef du gouvernement a présenté ce lundi un ensemble de mesures à l’occasion de la conclusion du Grenelle des violences conjugales © Jacques Witt/SIPA Sandrine Bouchait, présidente de l'Union nationale des familles de féminicide, défilait en tête de cortège lors de la marche organisée par le collectif #NousToutes le 23 novembre. Elle déplore qu'aucune des mesures présentées en conclusion du Grenelles des violences conjugales ne porte sur la prise en charge des proches des victimes de féminicide.

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!