•   
  •   

France Qui étaient les 13 militaires français tués dans une collision d’hélicoptères au Mali ?

15:25  26 novembre  2019
15:25  26 novembre  2019 Source:   nouvelobs.com

Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France

  Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France Le gouvernement du Mali et le président du Burkina Faso, deux pays où opère Barkhane, ont exprimé mardi leur solidarité avec la France après la mort de treize soldats français."Le Mali est aux côtés de la France dans cette épreuve qui endeuille nos deux armées", a dit sur les réseaux sociaux le porte-parole du gouvernement malien et ministre de la Communication Yaya Sangaré.

L'Elysée a annoncé ce 26 novembre que 13 militaires français de la force Barkhane avaient trouvé la mort au Mali dans une collision accidentelle de deux hélicoptères lors d’une opération de combat contre des djihadistes.

Treize soldats français ont perdu la vie dans un accident d ' hélicoptère au Mali , annonce mardi 26 novembre Élysée. La collision des deux engins, qui a provoqué le crash, est intervenue dans le cadre d'une opération de combat contre des jihadistes.

  Qui étaient les 13 militaires français tués dans une collision d’hélicoptères au Mali ? © Copyright 2019, L'Obs

Emmanuel Macron a salué leur mémoire « avec le plus grand respect ». Treize militaires français de l’opération Barkhane ont trouvé la mort ce lundi 25 novembre au soir au Mali dans la collision accidentelle de deux hélicoptères qui appuyaient une attaque contre des djihadistes.

Il s’agit de l’un des plus lourds bilans humains essuyés par l’armée française depuis l’attentat du Drakkar au Liban en 1983, qui avait fait 58 morts. Cet accident porte à 38 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l’intervention française en 2013, avec l’opération Serval, d’après un décompte de l’AFP.

Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France

  Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France Alors que le pape François vient de passer quatre jours au Japon, nous sommes partis à la rencontre des rares chrétiens dans le pays. Ils sont environ 400 000 au Japon, soit moins de 0,5% de la population. Pendant plusieurs siècles, la religion chrétienne a été interdite dans le pays et les croyants, des "chrétiens cachés", contraints à la clandestinité. Reportage à Nagasaki de Louis Belin, Constantin Simon et Aruna Popuri.

très grave accident d ’ hélicoptères qui a eu lieu lundi 25 novembre au Mali et a tué 13 militaires de la force Ils participaient à une opération d’appui aux commandos de la force “Barkhane” qui étaient au leurs alliés français et ceux de la Mission de stabilisation des Nations unies au Mali (Minusma)

Deux hélicoptères transportant des militaires français sont entrés en collision lundi 25 novembre lors d'une opération de combat contre des djihadistes au Mali , a annoncé l’Élysée.

Qui étaient ces treize militaires ? Le président français a souligné qu’il s’agissait « de six officiers, six sous-officiers, et un caporal-chef, tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel », précise le communiqué de l’Elysée.

Le ministère des Armées a précisé leurs identités dans un communiqué posté sur Twitter :

    Le capitaine Nicolas Mégard (5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau),Le capitaine Benjamin Gireud (5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau),Le capitaine Clément Frison-Roche (5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau). Originaire de Villeneuve-sur-Lot, dans le Lot-et-Garonne, le militaire, âgé de 27 ans, était marié et père d’une petite fille de 7 mois. Ses parents ont raconté à « la Dépêche » qu’il avait intégré Saint-Cyr, avant de rejoindre une formation de l’aviation légère de l’armée de terre, pour devenir pilote d’hélicoptères à Dax. Il avait terminé major de sa promotion. Clément Frison-Roche était arrivé au Mali il y a deux mois.Le lieutenant Alex Morisse (5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau),Le lieutenant Pierre Bockel (5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau). Il s’agit du fils de l’ancien ministre et sénateur centriste français Jean-Marie Bockel,L’adjudant-chef Julien Carette (5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau),Le brigadier-chef Romain Salles de Saint-Paul (5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau).Le capitaine Romain Chomel de Jarnieu (4e Régiment de chasseurs de Gap),Le maréchal des logis-chef Alexandre Protin (4e Régiment de chasseurs de Gap),Le maréchal des logis Antoine Serre (4e Régiment de chasseurs de Gap),Le maréchal des logis Valentin Duval (4e Régiment de chasseurs de Gap),Le maréchal des logis-chef Jérémy Leusie (93e Régiment d’artillerie de montagne de Varces),Le sergent-chef Andreï Jouk (2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol).

Deux régiments sont particulièrement endeuillés, le 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau, auquel appartenaient sept soldats, et le 4e Régiment de chasseurs de Gap, qui compte quatre victimes. Le maire de Pau, François Bayrou, a d’ailleurs appelé à un moment de recueillement pour les soldats du régiment, à 19 heures devant sa mairie.

« La ville et ses soldats sont si proches ! », a réagi l’ancien ministre auprès de « la République des Pyrénées ».

« Nous partageons souvent des joies, et hélas des peines. »

Un autre rassemblement se tiendra au sein du régiment palois, à 13h30.

Pas d'action jihadiste à l'origine de la destruction des deux hélicoptères français au Mali .
Alors que l'EI a affirmé avoir provoqué la collision entre les deux hélicoptères lundi soir au Mali, le chef d'état-major de l'armée française a assuré vendredi qu'elle n'est pas due à des tirs ou à une action des jihadistes qu'ils combattaient."L'armée française dit la vérité: nous la devons à nos soldats et aux familles de nos compagnons qui sont morts", a-t-il assuré. "Les enquêtes ne sont pas terminées, les boîtes noires vont être exploitées pour avoir les détails précis de la manière dont nos soldats sont morts".

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!