•   
  •   

France Manifestation à Paris : la police mise en cause pour des violences contre des militants et des journalistes

03:25  07 décembre  2019
03:25  07 décembre  2019 Source:   liberation.fr

Manifestation du 5 décembre : les commerces sur le parcours parisien seront fermés

  Manifestation du 5 décembre : les commerces sur le parcours parisien seront fermés Par ailleurs, le stationnement sera interdit sur le trajet et sur une partie des voies perpendiculaires à celles empruntées, entre minuit et 20 heures. © GOOGLEMAPS Le boulevard de Magenta, à Paris, est sur le trajet de la manifestation du 5 décembre. Pas question de renouer avec l'épisode de l'incendie du MacDo le 1er mai 2018. La préfecture de Police de Paris a décidé mardi de la fermeture de tous les commerces présents sur le parcours de la manifestation contre la réforme des retraites jeudi 5 décembre, arguant d'un contexte social "des plus tendus" qui pourrait générer "violences et dégradations".

Paris , dans le 10e arrondissement, jeudi 5 décembre 2019 : un manifestant a été frappé au sol par des Pour la manifestation de ce jeudi, des militants syndicalistes sont mobilisés pour sécuriser le Un journaliste a constaté, photo à l'appui, que des policiers prenaient en photo des personnes

La police a identifié entre 200 et 300 personnes contrevenant à l'interdiction de manifester, a Les différents militants veulent envoyer le message aux chefs d'État réunis pour la Conférence des Emma Thompson, quant à elle, a affirmé que les changements climatiques, auparavant une cause

Paris, dans le 10e arrondissement, jeudi 5 décembre 2019 : un manifestant a été frappé au sol par des policiers équipés d’une tenue de motard, vraisemblablement membres des Brigades de répression des actions violentes motorisées (Brav-M). © NnoMan Cadoret Paris, dans le 10e arrondissement, jeudi 5 décembre 2019 : un manifestant a été frappé au sol par des policiers équipés d’une tenue de motard, vraisemblablement membres des Brigades de répression des actions violentes motorisées (Brav-M).

L’angle du boulevard Magenta et de la place de la République, jeudi 5 décembre, a été le théâtre de plusieurs scènes de violences policières, entraînant l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris.

Plusieurs témoignages de violences policières ont été diffusés au lendemain de la manifestation parisienne du 5 décembre. Il semblerait qu’un carrefour a concentré l’essentiel des faits. A l’angle du boulevard Magenta et de la place de la République, plusieurs personnes ont été blessées, dont une gravement au visage. C’est là qu’une baraque de chantier a été incendiée et que des affrontements avec les forces de l’ordre se sont déroulés pendant plus d’une heure. Vendredi, une enquête a été ouverte et confiée à l’Inspection générale de la police nationale par le parquet de Paris.

Grève : une soixantaine de stations Vélib' seront fermées

  Grève : une soixantaine de stations Vélib' seront fermées La Préfecture de police de Paris a fait fermer 60 stations Vélib' en prévision de la manifestation contre la réforme du travail. Cette mesure s'inscrit dans le plan de sécurité prévu par les autorités, qui a notamment fait fermer certains commerces. Si vous comptiez prendre un Vélib' pour pallier le manque de transport en commun lors du "jeudi noir" dans les transports, attention. Le site Vélib' Métropole avertit qu'une soixantaine de stations sont temporairement fermées dès ce mercredi 4 décembre à 20h.

Suite aux appels nationaux à se rendre à Paris le 14 juin, plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé à Sur les blessés et les violences policières. Les chiffres des blessés côté manifestants sont La manif est fractionnée, la police essaye de dissuader les syndicalistes de finir le parcours.

Le syndicat Unsa Police déplore que l'ordre d'intervenir ait tardé à venir alors que plus d'un millier d'individus cagoulés se livraient à des violences en marge de Alors que la manifestation parisienne du Premier Mai a été perturbée par de très nombreux militants d'extrême gauche qui ont causé des

Vers 16 heures, Mustafa Yalçin, photographe de l’agence de presse turque Anadolu, a reçu un projectile au visage. «Mustafa s’est rapproché des affrontements tout en restant sur le côté, c’est là qu’il a reçu un projectile qui a cassé la vitre de son masque et a touché son œil», explique Yusuf Ozcan, journaliste et responsable du bureau français d’Anadolu et également présent pour couvrir la manifestation. Mustafa Yalçin a été évacué par les secours. Il a été hospitalisé à l’hôpital Cochin et opéré dans la nuit de jeudi à vendredi. «Il risque de perdre la vue, on attend les résultats définitifs», ajoute son collègue Yusuf Ozcan. «Un morceau d’une grenade de désencerclement est resté coincé dans son masque, il a été récupéré par les secouristes», précise Julien Mattia, un autre collègue photographe.

Grève du 5 décembre : Taha Bouhafs et Gaspard Glanz blessés dans la manifestation parisienne

  Grève du 5 décembre : Taha Bouhafs et Gaspard Glanz blessés dans la manifestation parisienne Taha Bouhafs et Gaspard Glanz ont été blessés jeudi à Paris.J’ai été blessé au genou par un tir sur la place de la république, merci aux street-medics pour la prise en charge rapide. La douleur est forte mais rien de cassé.. vais bien.

Manifestation contre les violences sexistes et sexuelles, à l'initiative du mouvement Des milliers de personnes défilent à Paris et dans toute la France pour dire «stop» aux violences sexistes et sexuelles Une initiative critiquée sur les réseaux sociaux, y compris par des militantes féministes.

Manifestation à Paris contre les violences policières. Des manifestants ont également affiché leur soutien aux Kurdes, notamment à la ville syrienne Marielle Franco luttait pour les droits des femmes noires, contre le racisme, contre la violence de la police et des militaires, et elle a été assassinée

Au même endroit, le journaliste Gaspard Glanz a de son côté été blessé aux jambes par l’explosion d’une grenade. Dans une vidéo qu’il a publiée, on voit un projectile arriver à ses pieds. Il indique sur Twitter avoir été touché par «5 éclats de grenade désencerclante». Une photo permet de constater plusieurs plaies sanglantes. Son téléphone et un de ses appareils photo ont par ailleurs été cassés.

Militants «délibérément visés»

A quelques mètres de l’endroit où ont été blessés Mustafa Yalçin et Gaspard Glanz, un manifestant a lui été frappé au sol par des policiers équipés d’une tenue de motard, vraisemblablement membres des Brigades de répression des actions violentes motorisées (Brav-M). Après avoir donné plusieurs coups de matraque au niveau du visage à cette personne à terre, les policiers partent sans l’arrêter. Le parquet de Paris a ouvert une enquête à la suite de la publication d’une vidéo de cette scène par le photographe NnoMan.

L'IGPN ouvre une enquête sur la vidéo de policiers frappant un manifestant jeudi 5 décembre

  L'IGPN ouvre une enquête sur la vidéo de policiers frappant un manifestant jeudi 5 décembre Les images, prises dans le Xe arrondissement de la capitale, montrent un homme qui reçoit des coups de pied et de matraques de la part de deux policiers. © FB/NnoMan Des policiers le 5 décembre 2019 à Paris, pendant la manifestation contre la réforme des retraites.

La police française -des gendarmes aux policiers en passant par les CRS- est parfois accusée Une arrestation musclée lors d'une manifestation contre la loi travail, le 14 juin 2016 à Paris . Des agents impliqués dans des enquêtes sur des violences policières ont été récompensés pour leur

Des journalistes entendus comme témoins par la police , cela arrive. "Si on nous poursuit pour ça, alors il faut poursuivre la préfecture qui a autorisé la manifestation , alors il faut poursuivre la mairie d'Angoulême qui a laissé le lieu aux gilets City-guide avec A Nous Paris . Food avec Mycuisine.com.

Une autre vidéo, tournée sur le même boulevard, à une centaine de mètres, met là encore en cause des policiers de ces mêmes unités. On y voit un policier se ruer vers un manifestant au sol, lui donner plusieurs coups de matraque, puis repartir là encore sans interpellation. Le rôle de ces unités, non spécialistes du maintien de l’ordre, a été renforcé par le préfet de police Didier Lallement depuis son arrivée en mars.

A l’arrivée de la manifestation, place de la Nation, le cortège syndical n’a pas non plus été épargné par les heurts. Le porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, Eric Beynel, estime que ses militants ont été «visés délibérément par les forces de l’ordre». «On s’est pris plusieurs grenades de désencerclement, c’était purement gratuit, des militants ont été touchés», raconte Frédéric Bodin, responsable du service d’ordre du syndicat. Quelques instants plus tard, le militant explique que du gaz lacrymogène a également été lancé vers eux. Selon lui, les mêmes faits avaient déjà eu lieu lors de la manifestation du 1er mai : «On avait écrit une lettre au préfet à propos de sa gestion de la manifestation, mais nous n’avons pas eu de réponse. Maintenant, on se demande quoi faire, il faut peut-être porter plainte.»

Le Mans : cinq militants d'extrême droite interpellés après le saccage du centre-ville .
Des faits de violences ont été commis samedi contre plusieurs cafés du centre-ville du Mans, dont un bar gay, après un rassemblement royaliste. © afp.com/PASCAL GUYOT Cinq individus d'extrême droite ont été placés en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche au Mans après le saccage du centre-ville. (Photo d'illustration) C'est un saccage opéré dans le centre-ville du Mans (Sarthe) par une quarantaine de militants d'extrême droite, comme le note France Bleu.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 5
C'est intéressant!