•   
  •   

France Le nucléaire, énergie d’avenir ? « Trop cher et trop lent pour sauver le climat »

19:40  10 décembre  2019
19:40  10 décembre  2019 Source:   nouvelobs.com

Allemagne: des militants pour le climat tentent d'occuper des mines de charbon

  Allemagne: des militants pour le climat tentent d'occuper des mines de charbon Plus d'un millier de manifestants ont tenté d'envahir samedi 30 novembre des mines de charbon dans la Lusace, en ex- RDA. Le mouvement anti-charbon Ende Gelände (« fin de l'histoire ») revendiquait la présence de 3000 personnes. Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux Les manifestants maquillés, vêtus de blanc, ont tenté de pénétrer dans la mine de Welzow Süd protégée par un important dispositif policier. A Jänschwalde à quelques kilomètres de là, plusieurs centaines de personnes ont bloqué les rails du train qui permet d'écouler la lignite, ce charbon de mauvaise qualité particulièrement polluant produit dans la région.

  Le nucléaire, énergie d’avenir ? « Trop cher et trop lent pour sauver le climat » © Copyright 2019, L'Obs

Le nucléaire est-il vraiment bon pour le climat ? A en croire un rapport d’experts, la réponse à cette question est bien moins affirmative qu’il n’y paraît. Si cette énergie est indiscutablement peu émettrice de CO2, elle n’est pas pour autant la meilleure réponse à la crise climatique à laquelle nous devons faire face, souligne l’édition 2019 du World Nuclear Industry Status Report (WNISR).

Pour Mycle Schneider, le coordinateur de cet épais rapport annuel, auquel ont contribué huit experts interdisciplinaires, investir dans de nouvelles centrales n’est pas une bonne idée. Ce serait même « la pire chose à faire si l’on veut lutter efficacement contre le réchauffement climatique », explique-t-il à « l’Obs ».

La sœur de CR7 démonte Van Dijk

  La sœur de CR7 démonte Van Dijk Grande sœur à la rescousse. De huit ans son aînée, la sœur de Cristiano Ronaldo n'aime pas du tout qu'on s'en prenne à son petit frère, toute star mondiale qu'il soit. Et elle n'a pas du tout goûté la blague de Virgil Van Dijk, lundi soir, lors de la cérémonie du Ballon d'or. Interrogé sur l'absence de Cristiano Ronaldo, « un rival de moins dont il faut s'inquiéter », VVD a rétorqué, taquin : « C'était un rival ? » Liverpool, trop nombreux pour gagner ? Un second degré assez évident qui n'a pas atteint Katia Aveiro, qui a réagi très sérieusement sur son compte Instagram.

Alors que l’urgence climatique impose de réduire très rapidement nos émissions carbonées, l’atome présente, à l’entendre, deux énormes points faibles : le temps de construction des centrales et leurs coûts. « Le nucléaire est trop cher et trop lent pour sauver le climat », résume le consultant, expert en énergie.

« L’urgence climatique est telle que les investissements doivent être consacrés en priorité aux solutions énergétiques les plus efficaces, les plus économiques et les plus rapides.

»

Autrement dit, aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (rendre les bâtiments moins énergivores).

Climat : la France n’est pas (encore) dans les clous pour limiter le réchauffement à 1,5°

« Aggraver la situation »

Les conclusions du WNISR reposent sur plusieurs chiffres. Ceux de la durée moyenne de construction des réacteurs à l’échelle mondiale, tout d’abord. Celle-ci se situe autour de dix ans. Et ce délai tend à s’allonger. Certains chantiers s’étalent sur quinze ans, avec des retards importants (il n’y a pas que l’EPR), rappelle le rapport, contre « seulement » deux à cinq ans en moyenne pour les projets de construction des énergies renouvelables (éolien, solaire).

Climat: appel de parents du monde entier pour sauver l'avenir de leurs enfants

  Climat: appel de parents du monde entier pour sauver l'avenir de leurs enfants Des parents du monde entier ont lancé jeudi à appel vibrant aux signataires de l'Accord de Paris qui se doivent d'être "de véritables héros" pour limiter le réchauffement climatique."Bon nombre des délégués à la COP25 sont aussi des parents et c'est particulièrement à eux que nous faisons appel. Ces délégués sont des parents qui, grâce à leurs compétences professionnelles, sont capables d'être de véritables héros pour tous les enfants du monde", écrivent ces parents membres des coalitions "Our Kids' Climate" et "Parents for future".

« Investir dans de nouvelles centrales n’est pas une solution car elles seront opérationnelles trop tardivement pour nous permettre de réduire nos émissions à temps », avanceMycle Schneider, qui estime qu’un tel choix pourrait même « aggraver la situation », ces délais importants risquant de pousser des pays à recourir aux centrales thermiques, très émettrices de CO2, le temps que les réacteurs en question soient prêts.

Jeremy Rifkin : « Si la France continue d’opter pour le nucléaire, elle ira dans le mur »

D’un strict point de vue économique, le nucléaire présente aussi des faiblesses importantes, toujours en comparaison avec les énergies renouvelables, souligne le World Nuclear Industry Status Report. Alors que le coût de la production d’énergie solaire varie de 36 à 44 dollars par mégawattheure (MWh) et celui de l’énergie éolienne de 29 à 56 dollars par MWh, le coût du nucléaire oscille, lui, plutôt entre 112 à 189 dollars. « Au cours de la dernière décennie, hors subvention, les coûts du solaire ont baissé de 89 % et ceux de l’éolien de 70 %, tandis que ceux du nucléaire ont augmenté de 26 % », détaille Mycle Schneider.

L'Iran développe «des missiles balistiques à capacité nucléaire»

  L'Iran développe «des missiles balistiques à capacité nucléaire» Les pays européens siégeant au Conseil de sécurité de l'ONU affirment que l’Iran développe des « missiles balistiques à capacité nucléaire », à l’encontre de la résolution des Nations unies encadrant l’accord nucléaire avec Téhéran, votée en 2015. Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten La France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont interpellé le secrétaire général des Nations unies dans une lettre. Pour eux, c’est sûr, l’IranAvec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

« L’efficacité énergétique et les énergies renouvelables permettent non seulement de réduire plus rapidement les émissions de CO2, mais aussi plus efficacement, avec un coût financier largement moindre que le nucléaire. »

Vers une sortie « organique » du nucléaire

Faut-il y voir une conséquence de ce déficit croissant de compétitivité ? Le nucléaire, en tout cas, est une énergie de moins en moins plébiscitée au niveau mondial, peut-on également lire dans cette édition 2019 du World Nuclear Industry Status Report.

Si la capacité nucléaire installée n’a jamais été aussi élevée qu’aujourd’hui, la baisse des projets de construction de nouvelles centrales, visible depuis 2013, se confirme. Seulement 48 réacteurs sont aujourd’hui en construction dans le monde, contre 68 en 2013. Autre signe de ce déclin : seuls cinq projets ont été lancés en 2018… et deux en 2019. « Le renouvellement du parc nucléaire est trop lent pour garantir la survie du nucléaire », estime Mycle Schneider. Même en Chine, pays le plus actif en la matière au cours de la dernière décennie, le rythme ralentit. Plusieurs chantiers sont en cours, mais seulement un nouveau projet a été démarré depuis 2016.

À la COP25, Greta Thunberg s'entoure de jeunes activistes

  À la COP25, Greta Thunberg s'entoure de jeunes activistes Greta Thunberg, la jeune vedette mondiale du climat a donné ce lundi 9 décembre sa conférence de presse à la COP25 à Madrid, un événement très attendu: les journalistes du monde entier se sont bousculés pour y assister. Plusieurs jeunes militants venus des Îles Marshall, des Philippines ou d'Ouganda ont pris la parole. La jeune Suédoise Greta Thunberg l’annonce d’emblée ; elle ne parlera pas, elle préfère laisser la place à d’autres. « C’est notre devoir moral de profiter de cette attention médiatique et donner la parole à ceux qui ont besoin de raconter leurs histoires.

A l’inverse, l’essor des énergies renouvelables se poursuit, et se confirme, dans le monde et tout particulièrement en Chine. Plusieurs chiffres mentionnés par le WNISR donnent la mesure de la tendance actuelle. En 2018, un record de 165 gigawatts de nouvelles capacités renouvelables a été connectées au réseau électrique mondial, contre 9 gigawatts de puissance nucléaire. La Chine a, elle, investi 91 milliards de dollars dans les énergies renouvelables - contre 6,5 milliards pour le nucléaire. Sa production nucléaire y est ainsi inférieure d’un tiers à sa production éolienne. Dans l’Union européenne, enfin, 95 % des nouvelles capacités énergétiques ajoutées en 2018 proviennent des renouvelables…

« Tout le monde est, de fait, en train de sortir du nucléaire », analyse Mycle Schneider.

« Il n’y a pas de politique déclarée de sortie de l’atome, mais il y a une sortie organique, puisque les pays cessent de construire des réacteurs pour miser sur les renouvelables. »EPR : ça va mal, mais on continue (pour le moment)

La France, un cas à part ?

La France, comme souvent en matière de nucléaire (71,7 % de l’électricité y est produite par le nucléaire, ce qui en fait le pays le plus nucléarisé au monde) pourrait à nouveau se distinguer au niveau mondial, en allant à contre-courant de ces tendances fortes.

À la COP25, Greta Thunberg s'entoure de jeunes activistes

  À la COP25, Greta Thunberg s'entoure de jeunes activistes The new single from Liraz "Zan Bezan" Official release date 22.Nov 2019 'Zan Bezan' translated to 'Women, Sing' is an invitation to join Liraz's private revolution of song and dance, calling on women in the Middle East and around the globe to build on the positive language of female freedoms.

Malgré l’explosion des coûts de construction et les retards observés sur le chantier de l’EPR de Flamanville, l’édification de six nouveaux réacteurs demeure sérieusement envisagée. Un choix qui, s’il se confirmait, pourrait se révéler dramatique, estime Mycle Schneider : « La France est en train de prendre un retard considérable en matière d’énergies renouvelables et de passer à côté de cette révolution énergétique. »

Plus grave encore, l’expert juge qu’un tel choix pourrait compromettre sérieusement l’atteinte des objectifs de réduction des gaz à effet de serre que s’est fixée la France.

« Il va falloir des années avant que ces nouveaux réacteurs fonctionnent. Or les besoins, eux, ne vont pas attendre. Le parc actuel est vieillissant et sa productivité est déjà en train de diminuer. »

On peut lire sur ce point un tout dernier chiffre, dans le World Nuclear Industry Status Report, qui donne la mesure des faiblesses du parc actuel : en 2018, un réacteur français a connu en moyenne l’équivalent de trois mois cumulés de mise à l’arrêt, en raison de pannes ou d’opérations de maintenance.

A Falaise, les salariés de l’hôpital veulent sauver leurs fourneaux .
La cuisine de l’hôpital va fermer dans quelques mois sur décision de la direction. Les salariés s’inquiètent pour leur avenir et pour les patients. © DR Le Parisien « La qualité de service ne sera pas du tout la même. » Dans le cortège de manifestants à Falaise, mardi 17 décembre, un salarié de l’hôpital clame son inquiétude. D’ici six à neuf mois, les fourneaux de l’hôpital, qui préparaient 1500 repas chaque jour, vont s’éteindre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 5
C'est intéressant!