•   
  •   

France Meurtre de Sarah Halimi : à Marseille, une marche pour contester l'irresponsabilité pénale du suspect

10:00  05 janvier  2020
10:00  05 janvier  2020 Source:   europe1.fr

Pourvoi en cassation : «Qu’il lui soit rendu justice à elle, Sarah Halimi»

  Pourvoi en cassation : «Qu’il lui soit rendu justice à elle, Sarah Halimi» Le meurtrier présumé de la retraitée tuée en 2017 ne sera pas jugé. Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, les avocats du frère et de la belle-sœur de la victime en appellent notamment à la ministre de la Justice Nicole Belloubet. © Elene Usdin Le Parisien Muriel Ouaknine Melki, Stéphanie Cohen, Oudy Bloch et Nicolas Benouaiche, avocats du frère et de la belle-sœur de Sarah Halimi.

La question du discernement du suspect est au cœur de cette affaire depuis les faits, qui se sont déroulés dans la nuit du Le meurtre de l’ancienne directrice de crèche continue de susciter une vive émotion au sein de la communauté juive. L’affaire avait pris une envergure politique en juillet 2017

Le parquet général estime que le suspect du meurtre de la sexagénaire juive Sarah Halimi à Paris en 2017 doit être déclaré irresponsable pénalement Les magistrats avaient, comme le prévoit la loi, saisi la chambre de l'instruction pour apprécier les suites médicales et juridiques à donner à cette affaire.

À 15 heures, une marche est prévue dimanche à Marseille pour protester contre la décision de la cour d'appel de Paris, qui a déclaré en décembre Kobili Traoré, le meurtrier de Sarah Halimi, irresponsable pénalement. © JACQUES DEMARTHON / AFP À 15 heures, une marche est prévue dimanche à Marseille pour protester contre la décision de la cour d'appel de Paris, qui a déclaré en décembre Kobili Traoré, le meurtrier de Sarah Halimi, irresponsable pénalement.

La décision avait provoqué l'indignation des proches de la victime. Le 19 décembre, la cour d'appel de Paris a déclaré pénalement irresponsable Kobili Traoré, l'homme qui avait tué Sarah Halimi, une sexagénaire juive, en 2017. Les magistrats de la chambre de l'instruction ont en effet conclu à l'abolition du discernement du jeune homme alors âgé de 27 ans. À Marseille, une marche est prévue dimanche à 15 heures pour protester contre cette décision controversée.

Dimanche 5 janvier, une marche "pas silencieuse" pour Sarah Halimi

  Dimanche 5 janvier, une marche Dans plusieurs villes de France, un rassemblement en hommage à Sarah Halimi est prévu dimanche 5 janvier, après que son meurtrier a été jugé pénalement irresponsable.Ces derniers jours, plusieurs appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux. Des rassemblements sont prévus dans quelques villes en France, comme à Paris, Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Bastia et Clermont-Ferrand le dimanche 5 janvier.

Les juges d'instruction en charge de l'enquête sur le meurtre de la sexagénaire juive Sarah Halimi estiment qu'il y a des «raisons plausibles» de conclure à l ' irresponsabilité pénale du suspect , a appris l'AFP ce vendredi de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Meurtre de Sarah Halimi : le parquet général penche pour l ' irresponsabilité pénale du suspect . Le 19 décembre, à l'audience, le parquet général s'était en effet écarté de la position du parquet de Paris qui demandait, comme les parties civiles un procès aux assises pour " meurtre à caractère antisémite".

La décision des magistrats s'appuie sur un point commun aux trois enquêtes psychiatriques. Les sept médecins consultés concluent que Kobili Traoré était atteint d'une bouffée délirante aiguë au moment des faits, qui a aboli son discernement. Pour l'un des médecins, sa prise de cannabis étant volontaire et consciente, il s'agirait d'une simple altération. Mais pour les deux autres collèges d'experts, soit six médecins, le jeune homme ne pouvait pas connaître les effets de la prise de cannabis sur son psychisme. Ils écrivent : "au moment des faits, son libre-arbitre était nul et il n'avait jamais présenté de tels troubles antérieurement".

Les juges ont pris en compte la dangerosité du suspect

C'est cette lecture que retiennent les magistrats, qui apprécient au cas par cas, et qui ont estimé ici que l'auteur était irresponsable pénalement. Pour autant, ils ont pris en compte sa dangerosité en demandant son hospitalisation d'office.

Par ailleurs, en 2010, une affaire semblable s'était retrouvé devant la cour de Cassation avec des conclusions similaires, mais n'a jamais fait jurisprudence, la prise de stupéfiants étant resté une circonstance aggravante dans la plupart des cas.

Cinq ans après, hommage aux victimes de l'attentat contre l'Hyper Cacher .
Une protestation contre la décision de justice rendue au sujet du meurtrier présumé de Sarah Halimi a également eu lieu lors de cet hommage aux quatre victimes juives. © Kenzo TRIBOUILLARD / AFP Une affiche montrant les visages de Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham et Francois-Michel Saada, les quatre victimes de l'attentat à l'Hypercacher, le 9 janvier 2015.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!