•   
  •   

France Des médecins jettent leurs blouses blanches contre le manque de moyens à l’hôpital

14:05  15 janvier  2020
14:05  15 janvier  2020 Source:   nouvelobs.com

En colère contre la réforme des retraites, des avocats jettent leur robe au pied de Belloubet

  En colère contre la réforme des retraites, des avocats jettent leur robe au pied de Belloubet Les avocats de Caen sont en grève contre la réforme des retraites.La scène, diffusée sur les réseaux sociaux, s’est déroulée dans le calme. Sur les images, on voit plusieurs dizaines d’avocats lancer à terre leur robe noire et leur rabat blanc. Face à eux, derrière son pupitre, la ministre est restée silencieuse.

Plusieurs dizaines de blouses blanches se rassemblent à l ' hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris, après que plus de 1.000 médecins ont menacé de démissionner de leurs fonctions administratives s'ils n'obtiennent pas l'ouverture de négociations sur le budget de l ' hôpital .

Hôpital , Lamballe, blouses blanches . Signaler. A Rennes, 1500 blouses blanches manifestent contre la déreglementation de leurs métiers.

Cette action symbolique a été effectuée pendant la cérémonie des vœux organisée par la direction de l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

Après les robes noires des avocats, les blouses blanches du personnel hospitalier. Lors de la cérémonie des vœux organisée le 14 janvier par la direction de l’hôpital Saint-Louis, à Paris, de nombreuses personnes ont jeté leur blouse et quitté la pièce. Un geste symbolique pour réclamer davantage de moyens, alors que les médecins et infirmiers multiplient les actions depuis plusieurs mois.

En combinaisons blanches, des policiers scientifiques dans la rue pour "un vrai statut"

  En combinaisons blanches, des policiers scientifiques dans la rue pour Pour réclamer "un vrai statut" et la prise en compte de la dangerosité de leur travail, des fonctionnaires de la police scientifique ont manifesté samedi devant le palais de justice de Lyon.Les manifestants avaient placé devant le Tribunal de grande instance deux faux cadavres, du faux sang et à terre des pancartes choc: "Attentat du Bataclan, j'y étais", "Attentat de Nice, j'y étais", "Charlie Hebdo, j'y étais".

Un geste symbolique pour dénoncer la situation de leur hôpital et leurs conditions de travail. Lundi 13 janvier 2020 avait lieu à l ' hôpital de Chinon, la traditionnelle cérémonie de vœux du Nouvel An. de l ' hôpital , Jean-Luc Dupont, des personnels ont jeté leur blouse blanche aux pieds de la nouvelle

Ils demandent la tenue d’un Grenelle de l ’ hôpital public pour répondre à leurs préoccupations. Pour sauver la blouse blanche , ils posent leur képi de chef. Ils évoquent une charge de travail allant parfois de 60 à 80h par semaine, le tout «en manquant cruellement de matériel et de moyens .»

Regardez les images :

Lors de cette même journée, plus de 1 200 médecins hospitaliers se sont engagés à démissionner de leurs fonctions administratives si Agnès Buzyn n’ouvre pas de « réelles » négociations sur le budget de l’hôpital et l’augmentation des salaires.

« C’est pour vous alerter solennellement que nous avons pris en toute responsabilité la décision inédite et difficile de démissionner collectivement à partir du 14 janvier 2020 si à cette date des négociations ne sont pas engagées », préviennent ces « chefs de service, responsables d’unités fonctionnelles » et autres « responsables de pôles » issus de toute la France.« L’hôpital doit être réformé, mais il n’y a pas de grande réforme possible sans moyens », écrivent les signataires d’une lettre adressée à la ministre de la Santé et publiée par « Libération », dénonçant « l’insuffisance » du plan d’urgence dévoilé fin novembre.

Hôpital public : 1 200 démissions en guise de coup de pression

  Hôpital public : 1 200 démissions en guise de coup de pression Plus d’un millier de médecins menacent de démissionner de leurs fonctions administratives. Ils dénoncent le manque de moyens et d’effectifs.Cette menace est une façon de mettre un nouveau coup de pression sur la ministre, alors que le mouvement pour la sauvegarde de l’hôpital s’essouffle quelque peu et que les soignants estiment ne pas avoir obtenu gain de cause avec le plan Hôpital, annoncé par le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre le 20 novembre 2019.

Ils demandent l'augmentation des moyens de santé à hauteur de 4%, au lieu de 2% actuellement. Crise de l ' hôpital public : les Blouses blanches réclament un traitement de choc - Продолжительность: 2:45 FRANCE 24 2 561 просмотр.

Médecins , infirmières, aide-soignants, brancardiers Les différents corps du monde hospitalier ont manifesté côte à côte contre le projet de loi "Hôpital Le texte prévoit, notamment, un renforcement du pouvoir du directeur de l ’ hôpital . C’est lui qui aura le dernier mot pour décider du projet médical

Tous réclament « une revalorisation significative des salaires, en plus des diverses primes annoncées », une rallonge supplémentaire de 600 millions d’euros pour les hôpitaux en 2020 et « une révision profonde » de leur mode de financement et de leur gouvernance.

Pas d’arrêt des soins

  Des médecins jettent leurs blouses blanches contre le manque de moyens à l’hôpital © Copyright 2020, L'Obs

Pas question d’arrêter les soins. Il s’agit d’abandonner le rôle de « chef d’orchestre » et d’interlocuteur avec l’administration, notamment pour la gestion des plannings ou lors de réunions « dont le seul thème est financier ou économique », a expliqué le professeur Stéphane Dauger, membre du collectif Inter-Hôpitaux et chef du service de réanimation pédiatrique à Robert-Debré, lors d’un point presse à la Pitié-Salpêtrière.

Un rendez-vous auquel s’est rendue la professeure Agnès Hartemann, cheffe « démissionnaire » du service de diabétologie du même établissement, avec « émotion » et « l’impression d’aller à un enterrement », celui de son « titre » et « un peu celui de l’hôpital public ».

Santé : Des milliers de chefs de service menacent de démissionner des hôpitaux pour dénoncer le manque de moyens

  Santé : Des milliers de chefs de service menacent de démissionner des hôpitaux pour dénoncer le manque de moyens Plusieurs centaines de chefs de service à l’hôpital ont décidé de démissionner administrativement pour dénoncer leurs conditions de travail détériorées © BORIS HORVAT / AFP Les services d'urgences de l'hôpital de la Timone à Marseille (image d'illustration). SANTE - Plusieurs centaines de chefs de service à l’hôpital ont décidé de démissionner administrativement pour dénoncer leurs con « Il y a urgence ».

PARU DANS LE JOURNAL DE DEMAIN - Après avoir brandi la menace dans le JDD en décembre, 600 chefs de service hospitaliers vont rendre effective leur démission collective mardi pour protester contre le manque de moyens accordés à l ' hôpital public.

Le cas de l ’ hôpital Dreux est emblématique des établissements qui cumulent toutes les difficultés. Pour ce médecin comme pour d’autres, la question n’est pas tant celle de l’origine des diplômes des médecins , mais le manque d ’attractivité de l ’ hôpital , et le peu de moyens que se donnent les

Manque de personnel, course à l’activité et « tableaux Excel » chronophages, sensation d’être « un robot » obsédé par la date de sortie des malades, surcharge de travail telle qu’il faut « trier les patients » pour ménager les infirmières… Le tableau dressé par la Pr Hartemann, « éthiquement insupportable », n’est pas nouveau.

« Goutte d’eau »

Mais la crise a franchi un palier avec la pénurie d’infirmières, « parties les unes après les autres », s’alarme-t-elle.

« Il y a 400 postes d’infirmiers vacants rien qu’à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris », où 900 lits ont été fermés faute de personnel, a rappelé son confrère, le Pr Xavier Mariette, chef du service de rhumatologie de l’hôpital Bicêtre.

D’où la revendication première d’une augmentation de 300 euros net des salaires, reprise au collectif Inter-Urgences, à l’origine de la grève inédite qui s’est étendue depuis mars à tout l’hôpital et touchait toujours 267 services d’urgences début janvier.

Démissions à l’hôpital public : « On refuse d’être les complices de ce sous-financement institutionnalisé »

  Démissions à l’hôpital public : « On refuse d’être les complices de ce sous-financement institutionnalisé » Plus d’un millier de chefs de service hospitaliers ont présenté ce mardi leur démission pour dénoncer le manque de moyens de l’hôpital public © DOMINIQUE FAGET / AFP De nombreux chefs de service de l'AP-HP, comme partout en France, ont signé ce mardi une lettre de démission collective pour dénoncer le manque de moyens qui ronge l'hôpital public. HOPITAL - Plus d’un millier de chefs de service hospitaliers ont présenté ce mardi leur démission pour dénoncer le manque Des hôpitaux à bout de souffle, des soignants à bout de force et des patients parfois à bout de nerfs.

Des chercheurs du service de maladie infectieuse de l ' hôpital Shaare Zedek de Jérusalem Les auteurs de cette étude ont passé à la loupe des microscopes les blouses de 135 praticiens : 60 L'élément le plus intéressant dans cette publication qui ne manquera pas de faire réfléchir : presque

Opérations escargot, cabinets fermés, opérations reportées : en ce "Black friday", médecins , dentistes ou encore infirmiers libéraux manifestent une nouvelle fois leur opposition au projet de loi santé et à sa mesure phare le tiers payant généralisé, à trois jours d'un nouvel examen du texte à l 'Assemblée.

Point d’orgue du mouvement, soutenu notamment par les syndicats, plusieurs milliers d’hospitaliers avaient défilé partout en France le 14 novembre.

Une « grève du codage » – c’est-à-dire de la transmission d’informations permettant aux établissements de facturer leurs actes à l’Assurance maladie – a également été lancée dans certains services il y a plus de trois mois.

La réponse du gouvernement ? « Un plan de 1,5 milliard sur trois ans qui en fait, quand on le décortique, n’est que de 200 millions par an », une « goutte d’eau » comparée au budget annuel de l’hôpital, de « 85 milliards », s’est indigné le Pr Mariette.

Agnès Buzyn a assuré mardi devant le Parlement qu’elle « recevrait le collectif en fin de semaine » pour « leur expliquer à quel point aujourd’hui les mesures proposées répondent exactement aux enjeux » pointés. Notamment la reprise d’un tiers de la dette hospitalière sur trois ans (10 milliards d’euros), qui permettra de dégager entre « 800 millions et 1 milliard de trésorerie par an », soit « bien plus que ce que le collectif réclame ».

Mais c’est un « correctif budgétaire » que réclament les démissionnaires, déjà soutenus par quelque 5 000 professionnels de santé, signataires d’un texte également publié dans « Libération ».

Paris : Les médecins généralistes prennent trois à six patients en urgence quotidiennement

  Paris : Les médecins généralistes prennent trois à six patients en urgence quotidiennement Les « maladies infectieuses » sont le premier motif de consultation (89 %) cité par les médecins libéraux, loin devant les traumatismes et les troubles digestifs © JEFF PACHOUD / AFP Les médecins généralistes sont obligés de prendre des patients supplémentaires SOINS - Les « maladies infectieuses » sont le premier motif de consultation (89 %) cité par les médecins libéraux, loin devant les traumati Les médecins généralistes franciliens réalisent en moyenne « 3 à 6 actes de soins non programmés par jour », selon une enquête réalisée pour le compte de l’Agence régionale de santé (A

Colére des blouses blanches de l ' hôpital Abass Ndao. Morganbarker. 0:54. Loi santé: les blouses blanches en grève contre le tiers payant généralisé. Des blouses blanches pour dénoncer le manque de moyens . Ouest-France.fr. 3:34. Les blouses blanches de l'unité Tamarin en première

ACTUALITE: Médecins , infirmières, aide-soignants, brancardiers Les différents corps du monde hospitalier ont manifesté côte à côte contre le projet de loi " Hôpital , patients, santé, territoires" de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

Une centaine de blouses blanches se sont ainsi réunies dans le hall de la faculté de la Pitié à la mi-journée pour applaudir les participants de la conférence de presse.

Et une nouvelle journée de mobilisation le 14 février est à l’étude avec les syndicats, le collectif Inter-Hôpitaux prévoyant de se réunir en assemblée générale nationale le 26 janvier.



Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Mort de Sylvain Souop au Cameroun: une commission d'enquête est créée .
Au Cameroun, quelques jours après la mort de Sylvain Souop, l'avocat de l'opposant Maurice Kamto, l'Ordre national des médecins du Cameroun a créé une commission d'enquête pour comprendre les circonstances de ce décès. Sylvain Souop est décédé le jeudi 16 janvier à l'hôpital de Yaoundé, après un accident de voiture dans la ville de Bafoussam. La semaine dernière déjà, des membres du MRC et des défenseurs des droits de l'homme s'interrogeaientSylvain Souop est décédé le jeudi 16 janvier à l'hôpital de Yaoundé, après un accident de voiture dans la ville de Bafoussam. La semaine dernière déjà, des membres du MRC et des défenseurs des droits de l'homme s'interrogeaient sur le drame.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 4
C'est intéressant!