•   
  •   

France Un trafic international de véhicules démantelé en région parisienne, trois jeunes hommes interpellés

20:30  25 février  2020
20:30  25 février  2020 Source:   francetvinfo.fr

Deux hommes mis en examen après une attaque à main armée contre un diplomate congolais en région parisienne

  Deux hommes mis en examen après une attaque à main armée contre un diplomate congolais en région parisienne L'attaque avait eu lieu en 2015, 900 000 euros contenus dans une valise avaient été dérobés. © Fournis par Franceinfo Deux hommes ont été mis en examen et écroués après une attaque à main armée en 2015 contre un diplomate congolais, a appris lundi 17 février franceinfo de source proche de l'enquête. L'homme s'était fait voler une valise contenant plus de 900 000 euros, près de son domicile à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne).

Ils sont soupçonnés d’avoir dérobé trente véhicules pour un préjudice estimé à environ 1,5 million d'euros.

  Un trafic international de véhicules démantelé en région parisienne, trois jeunes hommes interpellés © Fournis par Franceinfo

Trois jeunes âgés de 20 à 25 ans ont été placés en détention provisoire lundi 24 février par un juge de Melun (Seine-et-Marne), a appris franceinfo de source policière. Ils sont mis en examen pour vol et recel en bande organisée et association de malfaiteurs.

L’enquête des policiers de la sûreté départementale de Seine-et-Marne, épaulés par ceux de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Versailles, a duré six mois. Le trio de trafiquants présumés, originaire de Seine-Saint-Denis et du Val-d’Oise, est soupçonné d’avoir dérobé trente véhicules pour un préjudice estimé à environ 1,5 million d'euros.

Projets d’attentats contre des mosquées : le gouvernement allemand se dit «effrayé»

  Projets d’attentats contre des mosquées : le gouvernement allemand se dit «effrayé» Les plans d’un groupuscule d’extrême droite ont été déjoués grâce à un agent infiltré. © AFP/dpa/Uli Deck Le Parisien « Voir un groupe se radicaliser de la sorte aussi rapidement, c’est effrayant » : le gouvernement allemand a condamné lundi des projets d’attentats contre plusieurs mosquées du pays par un groupuscule d’extrême droite démantelé vendredi. Il entendait imiter le massacre de Christchurch il y a un an en Nouvelle Zélande… en l’amplifiant. Il est « important que les lieux de culte soient protégés », a affirmé Björn Grünewälder, un porte-parole du ministère fédéral de l’Intérieur.

Des DS7, des 3008 et des Range Rover comme cibles principales

Leur mode opératoire était très bien rôdé. Ils parvenaient à entrer dans les véhicules sans effraction visible, puis branchaient un ordinateur afin de pirater le système électronique, ce qui permet de démarrer le véhicule. "Ils dérobaient en moyenne trois véhicules par nuit, parfois jusqu’à huit", explique à franceinfo le commissaire Nathan Bauer, chef de la sureté départementale de Seine-et-Marne.

"Ils s’attaquaient principalement à des DS7, des 3008, mais aussi des Range Rover". Les vols étaient commis sur l’ensemble des départements d’Île-de-France, dans des communes plutôt résidentielles. Aucun vol n'a été commis à Paris.

Interpellés en flagrant délit

Ils profitaient de failles de sécurité sur certains modèles de voitures. Les véhicules étaient "replaqués" et partaient ensuite en conteneur dans des pays de l’Afrique de l’Ouest, au Mali et au Sénégal notamment.

L’un des suspects s’est vanté sur une écoute téléphonique d’avoir déjà dérobé plus de 2 000 véhicules grâce à ce mode opératoire. Ils ont été interpellés jeudi 20 février à Guignes (Seine-et-Marne) en flagrant délit, alors qu’ils chargeaient des véhicules volés dans un conteneur.

Trois hommes en garde à vue pour avoir voulu revendre 40 000 masques périmés .
"A l'aide de dissolvant, ils essayaient d'effacer la date de péremption pour pouvoir les revendre à l'unité" selon une source. Ils ont entre 20 et 28 ans. © afp.com/PHILIPPE DESMAZES Une ouvrière emballe des masques de protection à l'usine Valmy de Mably (Loire) le 28 février 2020 Trois hommes ont été placés en garde à vue jeudi à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), soupçonnés d'avoir tenté de revendre près de 40 000 masques périmés en pleine épidémie provoquée par le nouveau coronavirus, a-t-on appris auprès du parquet de Créteil.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 11
C'est intéressant!