•   
  •   

France Des hôpitaux s’inquiètent d’une possible pénurie de médicaments indispensables en réanimation

14:45  28 mars  2020
14:45  28 mars  2020 Source:   nouvelobs.com

VIDEO. Coronavirus en Corse : Un navire de la marine nationale évacuera des malades d'Ajaccio ce week-end vers la Côte d'Azur

  VIDEO. Coronavirus en Corse : Un navire de la marine nationale évacuera des malades d'Ajaccio ce week-end vers la Côte d'Azur Une douzaine de malades corses du coronavirus va être évacuée par l’armée vers des hôpitaux de la Côte d’Azur pour soulager l’hôpital d’Ajaccio © PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP Illustration de la crise du coronavirus en Corse EPIDEMIE - Une douzaine de malades corses du coronavirus va être évacuée par l’armée vers des hôpitaux de la Côte d’Azur pou Le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre de la marine nationale sera envoyé à Ajaccio ce week-end pour « l’évacuation sanitaire de patients atteints du Covid-19 » vers des établissements de Provence-Alpes-Côte-d'Azur, a an

"Il y a potentiellement une pénurie de médicaments de réanimation à venir", a déclaré le Pr Bruno Riou, directeur médical de crise de l'AP-HP, lors d ' un point Un afflux considérable de patients. Ses 35 hôpitaux franciliens "ont fait remonter les quatre ou cinq classes thérapeutiques sur lesquelles les

“Il y a potentiellement une pénurie de médicaments de réanimation à venir”, a déclaré le Pr Bruno Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP, lors Ses 35 hôpitaux franciliens “ont fait remonter les quatre ou cinq classes thérapeutiques sur lesquelles les risques étaient importants, du fait du nombre

  Des hôpitaux s’inquiètent d’une possible pénurie de médicaments indispensables en réanimation © Copyright 2020, L'Obs

Certains médicaments indispensables en réanimation commencent à manquer à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, et celle-ci essaie de réduire leur consommation, tout en soignant de plus en plus de malades du coronavirus, ont indiqué vendredi les responsables du plus grand centre hospitaliser français.

« Il y a potentiellement une pénurie de médicaments de réanimation à venir », a déclaré le Pr Bruno Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP, lors d’un point presse téléphonique.

Curares, hypnotiques, corticoïdes, antibiotiques : « Les produits qui sont en forte tension sont connus », a affirmé François Crémieux, directeur général adjoint de l’institution.

Coronavirus : 490 personnels de l'AP-HP ont été contaminés depuis le début de l'épidémie

  Coronavirus : 490 personnels de l'AP-HP ont été contaminés depuis le début de l'épidémie Selon un mail interne signé par le directeur de l'AP-HP, Martin Hirsch, certains ont été contaminés à l'hôpital et d'autres en dehors.

Renato Favero, ancien médecin chef d ’ un hôpital de la province de Brescia, soutenu par l'entreprise Isinnova (nord de l'Italie), a eu l'idée d'utiliser le masque de plongée «easy breathing» de Decathlon pour assister les patients en détresse respiratoire, l'un des symptômes les plus importants du

Pénurie d 'EpiPen : de possibles problèmes d'approvisionnement à l'horizon. Dans la lettre à Mme Petitpas Taylor, les groupes affirment que ces lois pourraient exacerber les pénuries de médicaments , qui constituent une préoccupation de plus en plus présente dans le système de santé canadien

Ses 35 hôpitaux franciliens « ont fait remonter les quatre ou cinq classes thérapeutiques sur lesquelles les risques étaient importants, du fait du nombre de patients qui vont être pris en charge tout au long du mois d’avril ».

Rony Brauman répond à Macron : « La métaphore de la guerre sert à disqualifier tout débat »

Une semaine d’approvisionnement

Selon un point de situation du ministère de l’intérieur du 25 mars que s’est procuré Mediapart, « les hôpitaux civils n’ont qu’une semaine d’approvisionnement, tandis que les hôpitaux militaires n’ont plus que 2,5 jours de stock, contre quinze jours en temps normal ». L’Agence régionale de santé parle le 26 mars d’une possible « rupture en fin de semaine » de curare, un anesthésique essentiel.

Coronavirus : L’objectif est de passer à « 14.000 lits » en réanimation annonce Olivier Véran

  Coronavirus : L’objectif est de passer à « 14.000 lits » en réanimation annonce Olivier Véran « Les capacités initiales de la France étaient de 5.000 lits de réanimation. Elles ont été augmentées (…) à 10.000 lits » a rappelé le ministre de la Santé © AFP Edouard Philippe et Olivier Véran lors de leur conférence de presse à Paris, le 28 mars 2020. PANDÉMIE - « Les capacités initiales de la France étaient de 5.000 lits de réanimation. Elles ont été augmentées (…) à 10.000 lits » a r Le gouvernement souhaite augmenter le nombre de lits en réanimation à « 14 à 14.500 », contre 5.

Pourtant, les pénuries ne cessent d’augmenter, créant inconfort, angoisses, voire dégradation de Il y a dix ans, les ruptures de stock concernaient à peine une cinquantaine de médicaments . La reconquête s’annonce longue et difficile, tout comme l’ indispensable rééquilibrage d ’ un système

Une réponse à l'OMS qui a réclamé de tester le plus possible . A ce jour 1331 décès du Covid-19 ont été enregistrés dans les hôpitaux et 2827 patients sont en réanimation , avec plus d ' un tiers dans le Grand Est, selon un dernier bilan officiel fourni le 25 mars.

Un réanimateur francilien témoigne auprès du site :

« C’est un énorme poids supplémentaire. Nous sauvons la vie des patients Covid les plus critiques en les endormant profondément, et en les faisant respirer grâce à des machines. Pour cela, on a recours à des médicaments anesthésiques puissants, notamment le curare, pour que l’organisme oppose le moins de résistance possible. Ce sont des médicaments quotidiens, anciens, de première nécessité. Dans mon hôpital, nous avons trois jours de stock. Pour s’en sortir, on fait appel à la débrouille, on appelle des collègues pour trouver des lots ici et là. Et on réfléchit à avoir recours à d’autres médicaments, parfois abandonnés depuis longtemps. On s’éloigne des standards de soins, à l’aveugle. C’est vrai, on doit choisir les patients admis dans notre service, en fonction de leur probabilité de s’en sortir. Mais si on en venait à ne plus soigner ou à mal soigner ceux qui peuvent s’en sortir, ce serait vraiment terrible. »

418 morts du coronavirus en 24 heures en France, la barre des 3 000 décès franchie

  418 morts du coronavirus en 24 heures en France, la barre des 3 000 décès franchie C’est la plus forte augmentation en nombre de décès sur une journée depuis le début de l’épidémie.424 personnes sont également entrées en réanimation ces 24 dernières heures, et 792 sont guéries.

Hôpitaux à la limite de la saturation, nombreux cas d'infections dans les Ehpad : la situation en Un patient sur un brancard est amené à la salle des urgences de l ' hôpital Henri Mondor à Créteil Mais «il nous faut des médicaments , des consommables, pour la réanimation », a indiqué le responsable de

Près d ' une semaine après le confinement de la population annoncé par l'Italie, Emmanuel Macron a décidé d'appliquer la même mesure en France pour tenter d'y endiguer la propagation du coronavirus. Ont alors été observés, dans plusieurs villes, les premiers hommages à l'ensemble du personnel

L’afflux dans les hôpitaux est déjà considérable : environ 2 500 malades hospitalisés en raison d’une infection au coronavirus, dont 700 en réanimation, pour une capacité de 811 lits à ce jour, qui « va continuer à augmenter dans les jours qui viennent », a précisé Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP.

A quand la fin du confinement ? Bonne question mais attention à ne pas déclencher un autre pic

L’autre grande inquiétude concerne les ruptures de stock d’antibiotiques, ajoute Mediapart, comme l’Augmentin, ajoute Mediapart. « L’Augmentin ou ses génériques sont donnés à tous les patients Covid-19 pour éviter les surinfections bactériennes, notamment pulmonaires », précise au site Alain Astier, chef de pôle honoraire de la pharmacie de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne).

Juste répartition

En contact avec l’agence du médicament (ANSM) et « certains laboratoires en direct », François Crémieux a indiqué que « sur les curares, il semblerait que les capacités de production puissent être de nature rassurantes ».

Mais « la pénurie déborde largement de la France et est européenne », avec « des enjeux de juste répartition entre l’ensemble des hôpitaux », a-t-il souligné.

Coronavirus : des hôpitaux de l’AP-HP testent l’oxygénation de patients à domicile

  Coronavirus : des hôpitaux de l’AP-HP testent l’oxygénation de patients à domicile Face à l’afflux de malades à cause du Covid-19, les hôpitaux de Paris innovent, annonce Martin Hirsch.L’oxygénation des patients à domicile aura lieu sous surveillance médicale à distance. L’initiative vise à « commencer à préparer la suite : faire en sorte que des patients puissent sortir de médecine aiguë plus rapidement de sorte à pouvoir en accueillir d’autres, par exemple sortant de réanimation », explique Martin Hirsch.

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de se propager, les hôpitaux du 93 se retrouvent dans une situation critique à cause du manque de lits en soins «En accord avec les réanimateurs, on essaye de retarder le plus possible l'intubation des malades [ ] de manière à gagner du temps».

Des médecins hospitaliers s ' inquiètent de pénuries de médicaments . Dès le 1er juillet, les patients ne pourront obtenir ce médicament en pharmacie que sur la présentation obligatoire d ' une attestation annuelle d'information signée.

Sur Twitter, le président de la CME (Comission médicale d’établissement) centrale de l’APHP, le Pr Rémi Salomon, indique avoir alerté les responsables politiques.

Pour éviter la rupture, un groupe de médecins anesthésistes et de réanimation de l’AP-HP a élaboré un texte, qui « explique en détail les bons principes d’économie » de ces « produits précieux », a ajouté le Pr Riou.

Plusieurs méthodes permettent en effet d’atteindre « l’efficacité sans dépasser la dose et en s’adaptant » : appareils mesurant « la profondeur d’anesthésie » ou « le degré de curarisation », médicaments pour « potentialiser » l’effet des hypnotiques…

« On peut obtenir une réduction de 20 % sur la consommation de ces produits (…) sans qu’il y ait de conséquences importantes pour les patients », a-t-il estimé.

Coronavirus : une adresse mail pour dénoncer le manque de moyens à l’hôpital .
Coronavirus : une adresse mail pour dénoncer le manque de moyens à l’hôpitalCe vendredi, elle lance même un appel à témoignages ** auprès de tous les professionnels de santé, citoyens… « qui ont eu à connaître des faits très récents de pénurie se rapportant à l'épidémie du Covid-19 et qui peuvent apporter un témoignage susceptible d'être produit en justice.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!