•   
  •   

France Covid-19 : les fêtes clandestines en plein air se multiplient

10:40  13 juillet  2020
10:40  13 juillet  2020 Source:   lejdd.fr

États-Unis : une "cagnotte" à gagner pour le premier contaminé lors de "soirées Covid-19" ?

  États-Unis : une En Alabama, les responsables locaux ont fait part d'un phénomène inquiétant chez les jeunes fêtards. On pourrait penser à une blague, mais selon les autorités locales il n'en est rien. En Alabama, des jeunes organiseraient des soirées Covid-19. Le principe de ces fêtes : le premier convive infecté décroche une cagnotte, affirment les responsables locaux, relayées par CNN. Les soirées seraient organisées à Tuscaloosa et des personnes infectées seraient invitées à y assister afin que d'autres puissent contracter intentionnellement le virus, explique Sonya McKinstry, membre du Conseil municipal.

En pleine pandémie de Covid - 19 , la Tunisie s’organise elle aussi pour lutter contre le virus, en ayant notamment instauré un couvre-feu à partir de 18h

Covid - 19 en France : l'état d'urgence sanitaire prend fin à minuit ce vendredi. Covid - 19 au Royaume-Uni : le régime de quarantaine assoupli en Angleterre.

Les soirées en plein air se multiplient. Dans la foule, des jeunes désabusés qui veulent oublier la crise. © AFP

Les soirées en plein air se multiplient. Dans la foule, des jeunes désabusés qui veulent oublier la crise.

"Fais un bisou!" Sans hésiter, le premier écrase une grosse bise sur la joue du second. Ces deux-là ne se connaissaient pas avant de partager une bière un peu chaude, décapsulée dans la pénombre du bois de Vincennes, samedi dernier. Les compères d'un instant se marrent puis repartent chacun de leur côté, s'enivrer de la techno dont les basses lourdes secouent la clairière. Une telle scène est proscrite depuis que, le 17 mars, le confinement, les gestes barrière et toutes les mesures de lutte contre le Covid-19 ont brutalement mis fin aux rapports éphémères, aux amours d'un soir, aux baisers volés.

États-Unis. Des étudiants organisent des « Covid parties » pour attraper le coronavirus

  États-Unis. Des étudiants organisent des « Covid parties » pour attraper le coronavirus « Covid parties » : c’est le nom d’un phénomène apparu dans plusieurs régions des États-Unis. Le principe ? Organiser une soirée avec des personnes contaminées par le coronavirus, dans le but d’être infecté. Et de développer une hypothétique immunité… C’est évidemment une très mauvaise idée. Les premières alertes avaient été lancées début mai. Des responsables de l’État de Washington, dans le nord-ouest des États-Unis, s’étaient inquiétés de l’apparition des « Covid party ».

Le traditionnel défilé militaire du 9 mai, reporté pour cause de Covid - 19 , se tient ce 24 juin dans la capitale russe. 13 000 militaires prendront part à l'événement ainsi que 234 équipements militaires modernes et historiques. Le 16 avril, le président russe Vladimir Poutine ordonnait de reporter les

Covid - 19 : le virus rebondit en Slovaquie. Covid - 19 : dépistage massif à venir en Mayenne où 6 clusters sont déjà apparus.

Ces comportements réapparaissent pourtant à la faveur de fêtes clandestines. Depuis quelques semaines, du bois de Vincennes au parc de La Villette à Paris, dans l'Aude, la Loire ou la Haute-Garonne, chaque week-end est rythmé par ces rassemblements en plein air où se réunissent des dizaines de jeunes, parfois des centaines, en dépit des interdictions. Fait nouveau lié à la fermeture des boîtes de nuit, à côté des free parties classiques organisées par des sound systems rodés aux manifestations pirates, des collectifs plus habitués à la légalité des clubs se mettent à "poser du son" en extérieur, augmentant une offre de fêtes libres normalement réservée aux initiés.

Une génération frappée de plein fouet

Si la gendarmerie nationale assure ne pas noter "une recrudescence inhabituelle" de ces rassemblements et malgré quelques récentes amendes, les quelques "instances" du mouvement techno et les organisateurs rencontrés l'affirment : la fête est de retour. D'après une modélisation de l'association DataCovid, en partenariat avec l'Ifop, au 9 juin, moins de la moitié seulement des 18-24 ans (37%) et des 25-34 ans (47%) déclaraient éviter les regroupements. À la fin du confinement, ils étaient près du double à les fuir.

L'OM annule un match contre un club portugais à cause du Covid-19

  L'OM annule un match contre un club portugais à cause du Covid-19 Mieux vaut prévenir que guérir. D'après La Provence, l'Olympique de Marseille, actuellement en plein stage de préparation au Portugal, a pris la décision de ne pas se mettre en jambe face au Lusitano FC, un club de troisième division portugaise, alors qu'une rencontre était prévue le 11 juillet prochain. Le « Head of business » de l'OM pris en grippe, la Commanderie taguée Le quotidien régional indique en effet que la décision a été actée par André Villas-Boas lui-même, afin de prendre le moins de risques possible face à l'épidémie du Covid-19.

Au Canada, environ 1 % des personnes atteintes de la COVID - 19 en meurent et 6 % d’entre elles nécessitent « Nous avons maintenant un aperçu de la gravité de la COVID - 19 au Canada, où 6,1 % de tous Attendre un enfant est une période très spéciale de la vie, et la vivre en pleine période de

Covid - 19 : l ’inquiétante rechute des Etats-Unis. Depuis sa construction en 1996, les riverains l’accusent de polluer l’ air et les nappes phréatiques. Ils avaient décidé d’organiser une grande manifestation mardi, au 100e jour de leur mouvement.

"

Ce sont les seules fois où je ne pense pas au Covid. Ici, on sent de la vie

"

Aujourd'hui, toutes les soirées payantes affichent complet en quelques heures et l'adresse des gratuites s'échange sur les réseaux sociaux, par chaîne de SMS ou bouche-à-oreille. Des fêtes où des 18-35 ans se retrouvent pour danser dans une sorte de frénésie libératrice. "C'est comme un besoin, pas vital mais nécessaire, qui permet de relâcher la pression, décrit Valentin, un juriste rencontré samedi dernier à Vincennes. Ce sont les seules fois où je ne pense pas au Covid. Ici, on sent de la vie." "On en a bavé, on a été dans le contrôle constant de tous les aspects de notre quotidien, précise son amie Léa, Parisienne de 26 ans. Ça fait du bien de décompresser."

Dès le 16 mars, le milieu de la musique alternative avait toutefois exhorté ses affidés à rester chez eux. "On a été responsables, il y a eu une vraie une prise de conscience de la techno underground au sujet de cette crise sanitaire, confirme Léo, actif dans un sound system des Yvelines qui a joué le week-end dernier. Mais aujourd'hui, c'est important de remettre de la joie dans les troupes."

Députés examinant les options de vote virtuel pour renforcer le Parlement COVID-19

 Députés examinant les options de vote virtuel pour renforcer le Parlement COVID-19 © Fourni par La Presse Canadienne OTTAWA - Les options de vote virtuel sont à l'étude par le comité des députés chargés de déterminer comment diriger le Parlement à l'ère COVID-19. Le président du , Anthony Rota, a déclaré aujourd'hui aux députés que le vote virtuel pouvait se faire à l'aide d'une application mobile spéciale qui donnerait aux députés la possibilité de voter de presque n'importe où.

Brésil - Des journalistes portent plainte contre Jair Bolsonaro qui a retiré son masque en pleine interview le 7 juillet alors qu'il est contaminé par le Covid - 19 .

Ils prédisent désormais un retour inévitable du Covid - 19 à la rentrée, voire un plus tôt. Alors que l'épidémie de coronavirus continue de circuler avec une faible intensité en France, les alertes se multiplient ces derniers jours de la part des autorités qui déplorent un abandon des gestes barrière

"

On va payer cette crise comme personne, et pas grand-chose n'est fait pour nous. Alors, je fais la fête pour oublier un peu ce qui m'attend

"

Tous sont pressés de laisser l'épidémie derrière eux. Mais aussi d'effacer, l'espace d'une soirée, l'avenir angoissant qui se dessine. Ils l'ont bien compris, la crise économique frappera leur génération de plein fouet. "Ma vie est triste en ce moment, soupire un trentenaire qui travaille dans le milieu de la communication. Il y a des réductions d'effectifs, je ne sais pas ce que je vais faire. On va payer cette crise comme personne, et pas grand-chose n'est fait pour nous. Alors, je fais la fête pour oublier un peu ce qui m'attend."

Des chaînes de contamination impossibles à remonter

Pour Robin, membre d'un sound system d'Île-de-France, cette génération désabusée est tout aussi perdue dans le monde d'après que dans celui d'avant "C'est l'expression d'une jeunesse qui ne se retrouve pas dans ses institutions, qui voit toutes les violences policières et les clivages sociaux s'aggraver, pense-t-il. C'est à la fois un exutoire et un endroit où on peut oublier tout ce qu'on nous jette à la figure."

Et le risque épidémique? À Vincennes, l'un des fêtards se rassure : "La deuxième vague arrivera avec ou sans nous." Et malgré les quelques affiches rappelant les bonnes pratiques, accrochées çà et là par les organisateurs, rares sont les participants masqués ou pratiquant les gestes barrière. Pourtant, les épidémiologistes craignent ces rassemblements peuplés d'inconnus à l'issue desquels d'éventuelles chaînes de contamination seront impossibles à remonter. Et avec l'annulation des festivals, le mouvement risque fort de s'accélérer tout au long l'été.

Allemagne. Affrontements avec la police lors d’une « fête corona » à Francfort .
39 personnes ont été arrêtées. Trente-neuf personnes ont été arrêtées pour avoir attaqué des policiers qui tentaient de contenir une rixe lors d’une fête en plein air rassemblant des milliers de jeunes dans le centre de Francfort, a annoncé la police de la ville allemande dimanche 19 juillet.« Fêtes corona »Cinq policiers ont été blessés dans ces violences qui ont éclaté vers 03 h (01 h GMT). Une pluie de bouteilles s’est abattue sur les policiers qui tentaient d’intervenir dans une bagarre impliquant une trentaine de personnes rassemblées sur la place de l’Opéra.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 9
C'est intéressant!