•   
  •   

France Gratuité du masque pour les élèves : les collectivités prennent le relais de l'exécutif

11:11  26 août  2020
11:11  26 août  2020 Source:   lexpress.fr

Peut-on être verbalisé si on ne porte pas correctement son masque ?

  Peut-on être verbalisé si on ne porte pas correctement son masque ? C'est possible, même si les textes de lois n’indiquent pas explicitement la façon dont on doit mettre le masque. Question posée par agosti-gherban le 11/08/2020 Bonjour, Après l’obligation du port du masque dans les espaces publics clos depuis le 20 juillet, l’impératif s’est étendu aux espaces publics extérieurs de plusieurs villes en France. Le 31 juillet, le ministre de la Santé a autorisé les préfets à imposer, localement, le port du masque à l’extérieur, si la situation sanitaire le réclame. En cas de défaut du port du masque dans les endroits visés, l’article L3136-1 du code de santé publique prévoit une amende de 135 euros.

de masques gratuits pour les élèves , après la confirmation de l ' exécutif qu'il n'en fournirait qu'aux plus précaires, malgré les appels pressants de Même au sein de la majorité, certains plaident pour la gratuité du masque à l'image du député LREM des Landes Lionel Causse: "A partir du moment où

Même au sein de la majorité, certains plaident pour la gratuité du masque à l'image du député LREM des Landes Lionel Causse: "A Face à la décision de l ' exécutif , plusieurs départements, en charge des collèges, et régions, compétentes pour les lycées, ont annoncé qu'ils allaient prendre le relais et

À l'issue d'un Conseil de défense mardi, une source proche de l'exécutif a confirmé que le gouvernement ne distribuerait des masques gratuits qu'aux plus précaires.

Les régions et départements prennent le relais de l'exécutif pour fournir aux élèves assez de masques pour la rentrée scolaire. (illustration) © AFP Les régions et départements prennent le relais de l'exécutif pour fournir aux élèves assez de masques pour la rentrée scolaire. (illustration)

Les départements et régions ont multiplié mardi les annonces de distribution de masques gratuits pour les élèves, après la confirmation de l'exécutif qu'il n'en fournirait qu'aux plus précaires, malgré les appels pressants de l'opposition.

En Europe, un mouvement anti-masque alimenté par un "imaginaire anti-système"

  En Europe, un mouvement anti-masque alimenté par un Alors que l'épidémie de Covid-19 connaît un rebond en Europe en pleine période estivale, des manifestants se réunissent depuis quelques semaines à travers le continent pour protester contre le port du masque obligatoire. Selon des spécialistes, ce mouvement anti-masque illustre un sentiment de défiance envers l'État. Madrid, Bruxelles, Berlin… Dans plusieurs villes européennes, des manifestations rassemblent depuis quelques semaines des centaines d'opposants au port du masque. L'apparition de ces rassemblements coïncide avec la mise en place, dans plusieurs pays, du port du masque obligatoire face à la résurgence de l'épidémie de Covid-19.

A l'issue d'un Conseil de défense, consacré entièrement à la situation sanitaire à une semaine de la rentrée scolaire, une source proche de l ' exécutif a Même au sein de la majorité, certains plaident pour la gratuité du masque à l'image du député LREM des Landes Lionel Causse: "A partir du

Gratuité du masque pour les élèves : les collectivités prennent le relais de l ' exécutif . Malgré ces appels pressants, l ' exécutif a confirmé mardi 25 août au cours d'un Conseil de défense sanitaire la décision de ne pas fournir de masques gratuits aux élèves , sauf pour les plus précaires.

À l'issue d'un Conseil de défense, consacré entièrement à la situation sanitaire à une semaine de la rentrée scolaire, une source proche de l'exécutif a confirmé que le gouvernement ne distribuerait pas de masques, qui deviennent obligatoires pour les collégiens et les lycéens à partir du 1er septembre.

LIRE AUSSI>> Covid-19 : pourquoi une vaccination obligatoire n'est-elle pas envisagée en France?

Le président a "demandé à ce que l'on aille au bout de la gestion locale, avec cohérence et responsabilité des acteurs". Il a aussi exigé de "l'efficacité sur tous les sujets", a ajouté cette source. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer avait annoncé jeudi que des masques gratuits pourraient être fournis au cas par cas aux familles "en grande difficulté". Mais que pour le reste ils feraient partie "des fournitures de rentrée" comme les stylos ou les cartables.

Rencontrez le directeur de l'école qui n'a jamais expulsé ou suspendu un élève

 Rencontrez le directeur de l'école qui n'a jamais expulsé ou suspendu un élève © Fourni par ABC Health Le directeur de l'école catholique Holy Family, Kerry White, dit que la dernière chose dont les élèves ont besoin est d'être exclus. (ABC News: Brant Cumming) Kerry White est directeur depuis 37 ans et il n'a jamais suspendu ou expulsé un étudiant. La raison qu'il a est simple: cela ne fait qu'empirer les choses. "Nous les gardons en interne parce que la question clé est d'avoir un sentiment d'appartenance", a déclaré M. White.

Des collégiens portent des masques dans un établissement parisien, le 7 juillet dernier, lors de la Les élus de gauche ne sont pas les seuls à avoir plaidé pour la gratuité des masques à l'école. Régions et départements prennent le relai. Certaines collectivités locales ont déjà fait savoir

L ' exécutif a tranché. Le masque obligatoire dans les collèges et lycées sera bien à la charge des familles. La décision a été prise lors d'un conseil Jean-Luc Mélenchon, le patron des Insoumis, a de nouveau réclamé la gratuité des masques dans son discours aux journées d'été du parti dimanche.

"C'est le rôle du ministère de l'Éducation nationale"

Depuis, le débat enfle : l'école étant obligatoire et gratuite en France, les masques devraient l'être également. Et c'est l'État qui devrait en supporter le coût. "C'est le rôle du ministère de l'Éducation nationale de s'assurer d'une distribution gratuite des masques dans les écoles et dans les collèges, ça nous semble indispensable et nécessaire", a insisté mardi sur Franceinfo le patron des députés LR Damien Abad.

LIRE AUSSI>> Coronavirus : pourquoi parle-t-on de rebond épidémique plutôt que de deuxième vague?

Même au sein de la majorité, certains plaident pour la gratuité du masque à l'image du député LREM des Landes Lionel Causse : "À partir du moment où les masques seront obligatoires à partir de 11 ans, il me semble important que l'État assure la mise à disposition de ces masques, non seulement pour des raisons de justice sociale mais aussi pour garantir une protection de notre jeunesse", a-t-il affirmé sur BFMTV.

Covid-19 : trois questions sur le refus de la gratuité des masques pour les élèves

  Covid-19 : trois questions sur le refus de la gratuité des masques pour les élèves L'exécutif a décidé de faire assumer aux familles l'achat des masques, obligatoires dès la rentrée pour les élèves de plus de 11 ans. Cette décision, prise pour responsabiliser les familles, est critiquée jusque dans les rangs de la majorité et permet aux collectivités de prendre la main dans ce dossier. Au temps du coronavirus, c’est l'une des questions sensibles à une semaine de la rentrée scolaire : qui doit payer les masques que devront porter obligatoirement les élèves dès le collège, ainsi que les enseignants ? Après plusieurs jours de débat, l’exécutif a choisi de ne pas opter pour la gratuité.

Notamment pour que ces masques soient gratuits pour les élèves de plus de 11 ans. D'ailleurs, des voix s’ élèvent pour demander cette gratuité au sein même de la République en marche. "C’est une mesure de bon sens", clame une macroniste auprès d'Europe 1.

Cette décision, prise pour responsabiliser les familles, est critiquée jusque dans les rangs de la majorité et permet aux collectivités de prendre la main dans ce dossier. Pour lutter contre le coronavirus, le masque sera obligatoire en classe pour les élèves de plus de 11 ans, dès la rentrée.

Face à la décision de l'exécutif, plusieurs départements, en charge des collèges, et régions, compétentes pour les lycées, ont annoncé qu'ils allaient prendre le relais et fournir gratuitement des masques. La présidente de la région d'Île-de-France, Valérie Pécresse, a regretté que "la région doive se substituer à l'Éducation nationale" en annonçant la distribution de deux masques lavables en tissu à chaque élève de seconde francilien et à chaque professeur.

"Ce n'est pas ça la France"

Concernant les collèges, les départements des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne ont annoncé mardi qu'ils fourniraient également deux masques lavables et réutilisables à tous les collégiens de leur territoire. En Seine-Saint-Denis, ce sont quatre masques qui seront distribués à chacun des 88 000 collégiens du public comme du privé. D'autres départements ont annoncé leur intention de fournir des masques gratuitement, à l'image des Alpes-Maritimes, du Puy-de-Dôme, de la Saône-et-Loire, du Tarn ou de la Seine-Maritime.

"Nous devons dans un moment d'épidémie protéger nos populations, l'État ne le faisant pas, la région Occitanie prend toute sa responsabilité et assume un coût financier lourd qui devrait être assumé par le budget de l'État", a déploré la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, sur BFMTV, évaluant le coût pour sa région à 550 000 euros par mois.

Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand (ex-LR), a promis lundi sur Twitter qu'un masque gratuit en tissu réutilisable serait remis à chaque lycéen et apprenti "afin de permettre une rentrée dans les meilleures conditions sanitaires".

Si les régions et départements se mobilisent, l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot a lui aussi regretté mardi que le coût soit pris en charge par les collectivités locales et non par l'État. Les annonces des collectivités créent un "pays éclaté, différencié dans les politiques publiques. Ce n'est pas ça la France, ce n'est pas ça la République une et indivisible", a abondé le député communiste Stéphane Peu sur CNews.

Coronavirus : personnes démunies, établissements scolaires, entreprises… Quatre questions sur la gratuité des masques .
Si le masque devient obligatoire un peu partout, sa gratuité ne concerne toujours que certaines catégories de personnes, comme l'a rappelé l'exécutif ces derniers jours.Ce sont des chiffres que le gouvernement aime marteler. "Nous avons envoyé récemment 50 millions de masques à 3 millions de familles modestes et précaires, c'est-à-dire à près de 9 millions de Français", a rappelé le Premier ministre, Jean Castex, lors de son point presse sur la situation sanitaire en France, jeudi 27 août. Des masques gratuits, seulement distribués aux plus "précaires" et aux personnes à risque.

usr: 0
C'est intéressant!