•   
  •   

France Camp de migrants à Saint-Denis : «Venez dormir ici une nuit et vous finirez complètement fou»

13:15  18 septembre  2020
13:15  18 septembre  2020 Source:   liberation.fr

Coronavirus : Le gouvernement grec instaure un confinement total dans trois camps de migrants

  Coronavirus : Le gouvernement grec instaure un confinement total dans trois camps de migrants La semaine dernière, les autorités ont détecté un premier cas de coronavirus dans le camp de Moria sur l'île de Lesbos, le plus grand et le plus sordide d'EuropeTrois camps de migrants, situé près d’Athènes en Grèce, ont été placés en « confinement sanitaire total », ce mardi et jusqu’au 21 septembre, après l’apparition pour la première fois de cas de Covid-19 dans ces structures, a annoncé le gouvernement grec.

Depuis la fin août, plusieurs centaines de personnes exilées se sont installées tout près de l’autoroute A1, dans des conditions de vie insalubres. Les associations réclament l’amélioration des conditions d’accueil.

Lorsque l’on quitte Paris par l’autoroute A1 en direction du nord de la France, il faut rouler quelques centaines de mètres pour apercevoir les premières tentes. En contrebas, sous un pont, des migrants se sont installés là à la fin du mois d’août, tout près de la voie express et du Stade de France. Pour la plupart des Afghans, entre 400 et 800 selon les jours, qui dorment à même le sol dans des conditions insalubres.

Italie : 2.400 migrants évacués de Lampedusa vers la Sicile, 220 cas de coronavirus détectés

  Italie : 2.400 migrants évacués de Lampedusa vers la Sicile, 220 cas de coronavirus détectés Selon l’ONU, entre janvier et juillet, les tentatives de traversée de la Méditerranée sur des bateaux par des migrants ont augmenté de 91 % en comparaison avec l’année dernière © AFP Des migrants pris en charge à Lampedusa, le 29 août 2020. RÉFUGIÉS - Selon l’ONU, entre janvier et juillet, les tentatives de traversée de la Méditerranée sur des bateaux par des migrants ont augmenté de 91 % en comparaison avec l’année dernière L’Italie a achevé mardi l’évacuation de quelque 2.400 migrants depuis des centres de rétention sur l’île de Lampedusa et vers la Sicile.

Au rythme où Paris et ses portes se gentrifient, ces exilés ont dû fuir la capitale où ils ne sont pas les bienvenus. «Certains n’y ont même plus accès, la police les contrôle systématiquement», assure une bénévole du collectif Solidarité migrants Wilson. Ces dernières années, plusieurs de ces camps de fortune ont vu le jour, d’abord à Stalingrad, puis à la porte de la Chapelle et plus récemment à la porte d’Aubervilliers. A chaque fois, ils ont fini par être évacués un matin à l’aube par un important dispositif policier. Résultat : ils installent leurs tentes quelques kilomètres plus loin, toujours plus loin de la capitale. «On ne fait que repousser le problème, on ne le résout pas», regrettent de concert les associations présentes sur place. Cette fois, ce sont les abords de l’autoroute du Nord qui ont été choisis, jusqu’à la prochaine évacuation. Sur un arbre, au milieu du camp, un papier à moitié déchiré de la mairie de Saint-Denis fait déjà office d’avis d’expulsion.

Grèce: La police transfère les migrants de Lesbos après l'incendie du camp de Moria

  Grèce: La police transfère les migrants de Lesbos après l'incendie du camp de Moria Grèce: La police transfère les migrants de Lesbos après l'incendie du camp de MoriaATHEÈES (Reuters) - La police grecque a commencé jeudi à déplacer des centaines de migrants bloqués sur l'île de Lesbos vers un nouveau camp de tentes temporaire, plus d'une semaine après que le plus grand camp de migrants de Grèce est parti en fumée.

«Avoir l’impression d’être propres»

Dans ce huis clos, comme dans les autres auparavant, il manque de tout ou presque. Il n’y a qu’un seul point d’eau, pas de toilettes, pas de nourriture non plus. Et dans les tentes, ni matelas ni couverture. «Vous imaginez quand le camp se réveille et que tout le monde a envie d’aller aux toilettes ? C’est ça le plus dur», assure Nasser, un Afghan de 31 ans.«Venez dormir ici une nuit et vous finirez complètement fou», abonde un autre homme. Quand il fait très chaud, comme ces derniers jours, certains se lavent directement dans le canal Saint-Denis tout proche, en attendant que les associations viennent subvenir à leurs besoins primaires.

Saint-Denis, le 17 septembre 2020. Distribution de vêtements de l’association Utopia 56 dans un camp de migrants afghans. © Albert FACELLY Saint-Denis, le 17 septembre 2020. Distribution de vêtements de l’association Utopia 56 dans un camp de migrants afghans. La file d’attente lors de la distribution de biens de première nécessité, à Saint-Denis, jeudi. Photo Albert Facelly pour Libération

Sur l'île grecque de Lesbos, les migrants évacués vers un nouveau camp "provisoire"

  Sur l'île grecque de Lesbos, les migrants évacués vers un nouveau camp La police grecque a commencé jeudi à évacuer une partie des milliers de réfugiés jetés à la rue par l'incendie de Moria vers un nouveau camp "provisoire" ont promis l'ONU et Athènes, qui ont évoqué Pâques comme date butoir pour quitter l'île. View on euronewsOpération évacuation sur l'île grecque de Lesbos. Plus d'une semaine après l'incendie qui a ravagé le camp de Moria, les autorités grecques ont commencé ce jeudi à évacuer une partie des milliers de réfugiés qui sont à la rue, vers un nouveau camp provisoire.

Saint-Denis, le 17 septembre 2020. Distribution de vêtements de l’association Utopia 56 dans un camp de migrants afghans. © Albert FACELLY Saint-Denis, le 17 septembre 2020. Distribution de vêtements de l’association Utopia 56 dans un camp de migrants afghans. Distribution de kits d’hygiène à Saint-Denis, jeudi. Photo Albert Facelly pour Libération

Grèce. 6 000 réfugiés dans le nouveau camp à Lesbos, 157 personnes positives au coronavirus

  Grèce. 6 000 réfugiés dans le nouveau camp à Lesbos, 157 personnes positives au coronavirus Depuis l’incendie dans la nuit du 8 au 9 septembre, plusieurs milliers de migrants vivaient dans des conditions insalubres dans le camp de Moria, sur l’île de Lesbos, en Grèce. 6 000 d’entre eux ont été installés dans un nouveau camp temporaire, ont indiqué les autorités. Quelque 6 000 des 13 000 réfugiés chassés par l’incendie du camp de Moria, sur l’île de Lesbos, en Grèce, étaient installés dans un nouveau camp, ont indiqué ce vendredi 18 septembre les autorités grecques, selon lesquelles 157 avaient été testées positives au coronavirus.

Cet après-midi, les membres de l’association Utopia56 sont venus apporter des kits d’hygiène et quelques vêtements. Chacun se met spontanément à la file et fait son petit marché. On y cherche un tee-shirt à sa taille ou un pull pour passer la nuit quand il fait plus frais. Ismaël, un Afghan de 25 ans, en ressort une paire de chaussettes à la main. «C’est mieux que rien quand on n’a pas de douche», reconnaît-il. La distribution faite, tous s’empressent de se changer «pour avoir l’impression d’être propres», confie le demandeur d’asile. Après avoir traversé l’Europe à pied, seize jours entre la Bosnie et l’Italie durant lesquels il dit avoir été arrêté 20 fois par la police aux frontières, puis huit nouveaux jours de marche pour rejoindre la France, Ismaël espérait pouvoir se reposer. C’est peine perdue : «Entre les bagarres, la circulation et la police, la nuit n’est pas calme ici.»

Haute-Garonne : Après 24 incendies, le pyromane présumé de Villaudric arrêté et mis en examen

  Haute-Garonne : Après 24 incendies, le pyromane présumé de Villaudric arrêté et mis en examen La série de feux a démarré en juillet au nord de Toulouse. La plupart ont été provoqués avec des allume-barbecue plantés sur un clou ou une vis © Mclean - Shutterstock - Sipa Un champ après un incendie. Illustration. ENQUETE - La série de feux a démarré en juillet au nord de Toulouse.

«Le numéro sonne occupé dès le matin»

«La police intervient de manière quasi quotidienne sur le campement, généralement de manière violente», décrit de son côté le collectif Solidarité migrants Wilson. Mujeeb, un Afghan de 26 ans, dit même avoir été interpellé et battu par les forces de l’ordre après une rixe au sein du camp. «Quand ils sont intervenus, ils ont pointé une bière et m’ont dit que je leur avais lancé dessus. Ils m’ont arrêté, mis en garde à vue et accusé d’outrage à agent. Je leur ai répondu que je n’avais rien fait et qu’ils n’avaient qu’à prendre mes empreintes, mais je dois quand même passer au tribunal dans six mois», explique le jeune homme.

Selon le compte rendu de plusieurs associations, les pressions policières ont atteint leur paroxysme au matin du 16 août dernier, quand des grenades lacrymogènes auraient été lancées directement sur des tentes. Compte tenu du contexte toujours plus électrique, elles ont écrit des courriers aux maires de Paris et Saint-Denis pour demander qu’une solution pérenne soit trouvée. Interrogés par Libération fin août, les services de la municipalité de Saint-Denis se sont dits préoccupés par «les conditions de vie très dégradées et précaires» et «par la localisation très dangereuse de ce campement, en bordure d’une bretelle d’autoroute». Ils ont assuré que des réunions devraient avoir lieu.

Migrants: Des ONG accusent l'Italie de retarder une mission de secours

  Migrants: Des ONG accusent l'Italie de retarder une mission de secours Le Sea-Watch 4 s'est vu interdire de quitter le port de Palerme (Sicile) après une inspection des autorités italiennes estimant que le navire n’avait pas les capacités pour embarquer autant de migrants qu'il s'apprêtait à accueillir. « Justification faiblarde » disent les ONG © Pablo Garcia / AFP Deux migrants secoururs par un navire regardent une embarcation à secourir en Méditerranée.

Saint-Denis, le 17 septembre 2020. Distribution de vêtements de l’association Utopia 56 dans un camp de migrants afghans. © Albert FACELLY Saint-Denis, le 17 septembre 2020. Distribution de vêtements de l’association Utopia 56 dans un camp de migrants afghans. Des multiprises branchées sur une armoire électrique permettent de charger les téléphones. Photo Albert Facelly pour Libération

En attendant de voir leur situation s’améliorer, les migrants passent le temps. Tout près d’une armoire électrique, un petit groupe s’est formé. Ils ont trouvé le moyen d’y raccorder des multiprises qui chargent leurs téléphones. Personne ne parle, tout le monde a le nez collé aux engins, seul moyen de rester en contact avec les proches et de se raccrocher un peu à ce qu’il se passe en dehors des limites du camp. Ils tentent aussi d’obtenir un rendez-vous auprès de l’OFII (1) qui coordonne le dispositif national d’accueil et les demandes d’asile, mais «le numéro sonne occupé dès le matin», expliquent-ils. Dans le groupe, certains d’entre eux n’ont pas quitté le camp depuis plusieurs jours, de peur de se faire arrêter. Les passeurs les ont déposés là, sans qu’ils sachent même où ils se trouvaient exactement. A quelques mètres d’eux, la station de métro «Porte de Paris» a pourtant tout l’air d’une promesse.

A Saint-Denis, jeudi. Photo Albert Facelly pour Libération

Koh-Lanta : pourquoi Lola et Angélique ont-elles éliminé Diane plutôt qu'Adrien, le stratège ? Elles s'expliquent !

  Koh-Lanta : pourquoi Lola et Angélique ont-elles éliminé Diane plutôt qu'Adrien, le stratège ? Elles s'expliquent ! Sur Instagram, Angélique et Lola se sont expliquées ce week-end sur leur choix d'éliminer Diane (et non Adrien) lors du 4e épisode de Koh-Lanta : Les 4 Terres sur TF1. Le dernier épisode de Koh-Lanta : Les 4 Terres n'en finit pas de faire parler ! Après le choc de l'élimination surprise de Mathieu, l'un des meilleurs aventuriers de la saison, par Aubin sur un collier d'immunité, les internautes se posent énormément de questions sur les rebondissements qui ont jalonné le quatrième épisode du jeu d'aventure phénomène de TF1.

(1) Office français de l’immigration et de l’intégration

Koh-Lanta : pourquoi Lola et Angélique ont-elles éliminé Diane plutôt qu'Adrien, le stratège ? Elles s'expliquent ! .
Sur Instagram, Angélique et Lola se sont expliquées ce week-end sur leur choix d'éliminer Diane (et non Adrien) lors du 4e épisode de Koh-Lanta : Les 4 Terres sur TF1. Le dernier épisode de Koh-Lanta : Les 4 Terres n'en finit pas de faire parler ! Après le choc de l'élimination surprise de Mathieu, l'un des meilleurs aventuriers de la saison, par Aubin sur un collier d'immunité, les internautes se posent énormément de questions sur les rebondissements qui ont jalonné le quatrième épisode du jeu d'aventure phénomène de TF1.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!