•   
  •   

France Les hôpitaux parisiens risquent d’être saturés « fin octobre », alerte le chef d’un service de réanimation

17:10  18 septembre  2020
17:10  18 septembre  2020 Source:   nouvelobs.com

« Tous les indicateurs » Covid se dégradent, y compris celui des décès

  « Tous les indicateurs » Covid se dégradent, y compris celui des décès « Pour la première fois depuis la levée du confinement, on observe une augmentation des décès pour Covid-19 », souligne Santé publique France ce vendredi. « Pour la première fois depuis la levée du confinement, on observe une augmentation des décès pour Covid-19 », avec un doublement à 265 morts, après 129 la semaine précédente, souligne l’agence sanitaire dans son dernier point hebdomadaire.

  Les hôpitaux parisiens risquent d’être saturés « fin octobre », alerte le chef d’un service de réanimation © Copyright 2020, L'Obs

Se dirige-t-on vers une saturation des lits réservés aux patients souffrant du Covid-19 des hôpitaux franciliens ? Alors que le nombre de contaminations en France connaît une hausse régulière (plus de 10 000 en vingt-quatre heures selon les chiffres de jeudi 17 septembre au soir), l’inquiétude grandit chez les médecins.

Un nouvel outil précieux pour contrôler l’épidémie ? 5 questions sur les tests salivaires

« Il est attendu que fin octobre, si les choses ne changeaient pas, on puisse aboutir à une saturation des lits réservés aux patients Covid dans les hôpitaux » de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), affirme sur Franceinfo Bruno Mégarbane, chef du service réanimation de l’hôpital Lariboisière à Paris.

Covid-19: Pourquoi la tension monte en Île-de-France

  Covid-19: Pourquoi la tension monte en Île-de-France "20% à peu près des lits de réanimation sont occupés par des personnes avec le Covid", a indiqué le directeur de l'ARS Île-de-France.

Hausse des hospitalisations

Selon lui, l’Ile-de-France pourrait être concernée par le même phénomène prochainement. « Début novembre, il faudra prendre la décision de consacrer d’autres lits de réanimation pour le Covid, alors qu’aujourd’hui nous prenons en charge dans ces lits les autres pathologies. »

Covid : Véran appelle à réduire ses contacts sociaux, de nouvelles restrictions attendues à Lyon et Nice

Quatre mois après la fin du confinement, la hausse du nombre de contaminations commence à se traduire par une hausse significative des hospitalisations et des admissions en réanimation.

Coronavirus : il est erroné d’affirmer que « l’épidémie est finie »

  Coronavirus : il est erroné d’affirmer que « l’épidémie est finie » Des publications, se référant au nombre d’hospitalisations en France quand il était au plus bas, se veulent rassurantes. Mais les indicateurs récents le sont moins. Ce que dit la rumeurC’est l’une des affirmations qui revient depuis la rentrée pour contester les mesures sanitaires : la crise serait derrière nous, et la deuxième vague, un mythe sans fondement.Ainsi de ce tract d’un collectif anti-masques qui circule sur les réseaux sociaux : graphique obsolète des hospitalisations quotidiennes et citations de médecins médiatiques à l’appui, il clame haut et fort que « l’épidémie est finie ».

Sur les sept derniers jours, 3 223 patients ont été hospitalisés et 535 admis en réanimation, dont 599 et 81 pour la seule journée de jeudi. Il y a un mois, on comptait quotidiennement environ 200 hospitalisations et une trentaine d’admissions en réanimation.

Coronavirus à Lyon : Pourquoi le CHU de Lyon a-t-il activé son plan blanc ?

  Coronavirus à Lyon : Pourquoi le CHU de Lyon a-t-il activé son plan blanc ? Les Hospices civils de Lyon, où désormais un quart des lits de réanimation est occupé par des patients Covid-19, ont déclenché leur plan blanc mardi soir © Lionel De Souza En réanimation aux HCL lors de la première vague Covid, à Lyon. Illustration. VIRUS - Les Hospices civils de Lyon, où désormais un quart des lits de réanimation est occupé par des patients Covid-19, ont déclenché leur plan blanc mardi soir Une hausse des patients positifs au Covid dans des services déjà bien chargés en malades atteints d’autres pathologies.

Actuellement, 5 825 malades du Covid-19 sont hospitalisés et 793 sont en réanimation. Certes, on est très en dessous des niveaux atteints lors du pic de l’épidémie, avec 7 000 malades en réa début avril. Mais la crainte est que ces chiffres montent avec quelques semaines de décalage sur les contaminations, puis que les hôpitaux finissent par être débordés.


Vidéo: Après six mois de crise sanitaire, quelle est l’état de l'économie française ? (France 24)

Covid-19 : à Marseille, un hôpital face à la vague .
A l'hôpital d'instruction des armées Laveran, un établissement des quartiers nord de Marseille, les patients atteints par le Covid affluent. Et les réanimateurs redoutent la saturation. Derrière les vitres, neuf corps immobiles, comme crucifiés par les machines, tuyaux arrimés à la bouche - ou dans la gorge - par des pansements. L'un a subi une trachéotomie dans la nuit ; l'autre survit depuis treize jours grâce au respirateur artificiel. Tous sont arrivés aux urgences en détresse respiratoire. Pour eux, ce fut le ­Covid version forme sévère. La réanimation. Le début du cauchemar.

usr: 0
C'est intéressant!