•   
  •   

France « On reste ouvert » : à 24 heures de leur fermeture, les restaurateurs de Marseille crient leur colère

17:00  25 septembre  2020
17:00  25 septembre  2020 Source:   nouvelobs.com

Seine-et-Marne : choisissez votre programme pour les Journées du Patrimoine

  Seine-et-Marne : choisissez votre programme pour les Journées du Patrimoine Seine-et-Marne : choisissez votre programme pour les Journées du PatrimoineAchères-la-Forêt. Samedi, de 8h30 à 12h30 et de 14 heures à 18 heures : village d'art préludien de Chomo.

  « On reste ouvert » : à 24 heures de leur fermeture, les restaurateurs de Marseille crient leur colère © Copyright 2020, L'Obs

« La coupe est pleine », « Laissez-nous travailler », « Insupportable » : criant leur colère dans une ambiance électrique, plusieurs centaines de restaurateurs, soutenus par des élus de tous bords, se sont rassemblés ce vendredi 25 septembre à Marseille pour protester contre les nouvelles mesures destinées à lutter contre le Covid-19.

Dès le début de la matinée, la foule s’est densifiée rapidement, comme le montrent les images publiées sur Twitter par le journaliste de Brut Remy Buisine.

Covid-19. À Marseille, Olivier Véran tente de déminer la colère des élus locaux et des restaurateurs

  Covid-19. À Marseille, Olivier Véran tente de déminer la colère des élus locaux et des restaurateurs La fermeture totale des bars et restaurants pour 15 jours à compter du samedi 26 septembre suscite la colère des élus locaux et restaurateurs marseillais. En visite ce vendredi dans la cité phocéenne, le ministre de la Santé a défendu les nouvelles restrictions qu’il a lui-même annoncées pour juguler l’épidémie de Covid-19. On ne peut pas se permettre de tergiverser : en visite à Marseille, où élus et restaurateurs sont vent debout contre les nouvelles restrictions destinées à enrayer le Covid-19, le ministre de la Santé Olivier Véran a défendu ses annonces, nécessaires mais pas arbitraires.

Les manifestants se sont réunis devant le tribunal de commerce, « car nous viendrons peut-être y déposer nos bilans », a lancé Bernard Marty, président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie des Bouches-du-Rhône, au mégaphone. Selon le quotidien local « la Provence », plusieurs centaines de personnes étaient présentes.

Lorsqu’il prononce le nom du ministre de la Santé Olivier Véran, attendu dans l’après-midi dans la deuxième ville de France, des huées montent de la foule compacte : « Et il est où ? Qu’il vienne ici ! », lance un manifestant. Convié par le préfet à une réunion en début d’après-midi, Bernard Marty a affirmé qu’il se rendrait plutôt à l’Institut hospitalo-universitaire de Didier Raoult, jouxtant la Timone, « pour voir le ministre » Olivier Véran, appelant tout de même au « calme ».

Coronavirus : pourquoi le gouvernement reprend la main sur les territoires

  Coronavirus : pourquoi le gouvernement reprend la main sur les territoires Le Premier ministre, Jean Castex, avait fait du dialogue avec les élus locaux l’une des pierres angulaires de sa politique. Mais la grogne à Marseille a illustré la difficulté, pour le gouvernement, de faire rimer concertation avec urgence sanitaire. Le gouvernement doit faire face à la grogne sur la gestion du coronavirus. Le Premier ministre Jean Castex avait promis la concertation avec les territoires, mais le cas de Marseille a illustré la difficulté de prendre des mesures contraignantes localement. Face à l’urgence sanitaire, l’exécutif devrait abandonner cette doctrine dans les prochaines semaines.

Pas de verbalisations ce week-end

Unis contre les mesures gouvernementales, annoncées sans concertation selon eux, des élus de tous bords ont rejoint la manifestation. A leur arrivée, Martine Vassal, présidente LR de la métropole Aix-Marseille et du département des Bouches-du-Rhône, et Renaud Muselier, président LR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ont été applaudis.

Pour sortir de la crise du Covid-19, comparons-la à celle du climat

« Je vais dire à Olivier Véran cet après-midi que ce n’est pas lui qui donne à manger aux salariés de ces restaurants, de ces bars, qui vont se retrouver au chômage parce que Monsieur Véran a décidé de façon unilatérale de les fermer », ajoute de son côté à l’AFP Samia Ghali, deuxième adjointe à la mairie de Marseille. Celle-ci a par ailleurs annoncé à BFMTV que les tenanciers de bars et restaurateurs qui décideraient de rester ouverts ce week-end ne seraient pas sanctionnés. « La police municipale ne verbalisera pas les restaurants et bars ouverts », a annoncé ce vendredi matin sur BFMTV Samia Ghali, deuxième adjointe à la maire de Marseille

Marquinhos évoque les ambitions du PSG

  Marquinhos évoque les ambitions du PSG Le nouveau capitaine du PSG, Marquinos, s’est exprimé sur la faim et la détermination qui animent son équipe en ce début de saison 2020/2021. © Panoramic Marquinhos PSG Après une saison 2019/2020 très satisfaisante, qui s’est conclue par un triplé national et une place de finaliste en Ligue des Champions, le PSG est reparti en conquête. Même si le début de l’exercice a été quelque peu compliqué, les Franciliens veulent continuer sur leur lancée et amasser tous les trophées possibles.

Une fronde contre le tour de vis annoncé par Véran

Le tour de vis annoncé mercredi soir dans la lutte contre le Covid-19 par le ministre de la Santé Olivier Véran, défendu par le Premier ministre Jean Castex sur France 2 jeudi, a provoqué un tollé, et pas uniquement à Marseille et dans sa région. Les bars et les restaurants devront aussi fermer à 22 heures à partir de lundi dans onze métropoles, dont Paris, Lyon ou Nice, toutes en « zone d’alerte renforcée ».

6 graphiques qui prouvent que la reprise de l’épidémie de Covid est vraiment « préoccupante »

Selon le dernier bilan national, 16 096 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en vingt-quatre heures, un niveau jamais atteint depuis le lancement des tests à grande échelle dans le pays.

En Ile-de-France, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a prévenu qu’elle était contrainte de déprogrammer 20 % des opérations chirurgicales dès ce week-end.

Marseille : Considéré comme un « parrain », Michel Campanella de nouveau en garde à vue .
Michel Campanella, considéré comme le « parrain » de Marseille, est entendu pour une enquête sur des extorsions en bande organisée © Amandine Rancoule / 20 Minutes MArseille le 21 OCTOBRE 2015 Illustration police. EXTORSION - Michel Campanella, considéré comme le « parrain » de Marseille, est entendu pour une enquête sur des Une nouvelle garde à vue pour des extorsions. Michel Campanella, considéré comme le « parrain » de Marseille, a été extrait de sa cellule ce mardi pour être entendu par la police judiciaire.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!