•   
  •   

France A Sarcelles, la communauté juive se sent «protégée par les forces de l’ordre»

01:00  28 septembre  2020
01:00  28 septembre  2020 Source:   msn.com

Vincent Lindon écoeuré par la vie de star : l'acteur ne se sent "pas à sa place"

  Vincent Lindon écoeuré par la vie de star : l'acteur ne se sent Vincent Lindon s’est confié auprès des journalistes de Brut, à l’occasion de la sortie du nouveau film de Jan Kounen, Mon cousin, dans lequel il donne la réplique à François Damien. L’acteur s’est dévoilé dans un entretien sincère, où il a évoqué son rapport au travail… et à l’amour. Vincent Lindon, habitué des rôles forts et des sujets poignants, a voulu jouer dans ce qu’on appelle couramment un "feel-good" movie. Le 30 septembre, il sera donc à l'affiche de, Mon cousin, un film réalisé par Jan Kounen dans lequel il donne la réplique à l'irremplaçable François Damien. Mais ce n'est pas pour autant que l'acteur de 61 ans en oublie ses engagements.

propalestiniens près de la gare de Garges- Sarcelles (Val-d'Oise), la ville de Sarcelles comptant une importante communauté juive séfarade. Des briques ont été jetées contre les forces de l ' ordre . Certains manifestants ont essayé d'envahir le commissariat central. Des magasins juifs de la Goutte

Forte présence de pro-israéliens radicaux à Paris, défiance des jeunes des cités envers la police, interdiction des rassemblements perçue négativement: des sociologues interrogés par BFMTV.com décryptent ce qu'il s'est passé ce Des jeunes face aux forces de l ' ordre , dimanche, à Sarcelles .

Sarcelles. Le dispositif policier renforcé mis en place après les attentats de 2015 est toujours en place devant et autour de la grande synagogue. © LP/A.L. Sarcelles. Le dispositif policier renforcé mis en place après les attentats de 2015 est toujours en place devant et autour de la grande synagogue.

Au cœur de la « Petite Jérusalem », à Sarcelles (Val-d'Oise), où se concentre l'une des plus importante communauté juive d'Ile-de-France, la sécurité est au centre des préoccupations. «Nous avons des CRS en poste devant la grande synagogue, des patrouilles de police fixes, d'autres mobiles... la communauté est bien protégée par les forces de l'ordre. Ils font ce qu'il faut », confie Moïse Kahloun.

Covid 19 : Mette-Marit de Norvège, une princesse vulnérable et sur-protégée

  Covid 19 : Mette-Marit de Norvège, une princesse vulnérable et sur-protégée Après s'être confinée dans une région reculée de Norvège, la princesse Mette-Marit a recommencé à sillonner le pays. Particulièrement vulnérable face à la Covid-19, l'épouse du prince héritier Haakon doit prendre des précautions. La santé de la princesse Mette-Marit de Norvège est au coeur de toutes les précautions. Particulièrement vulnérable face à la Covid-19, l'épouse du prince Haakon a pourtant recommencé à travailler. Après s'être confinée plusieurs semaines à Skaugum, le domaine du couple au sud d'Oslo, la maman de la princesse Ingrid Alexandra et du prince Sverre Magnus a repris le chemin des engagements publics.

La synagogue de Sarcelles a été dimanche la cible d'un cocktail molotov en marge d'un Mais il n'y a pas que les bâtiments de la communauté juive qui sont visés. Le 7 août 2013, un militaire est Enfin, il n'est pas rare de solliciter ponctuellement les forces de l ' ordre à la suite de profanations ou d'actes

Sarcelles , dans le Val-d'Oise compte l'une des plus importantes communautés juives de France. Après les violentes émeutes qui ont eu lieu La ville connaît une vague de violences sans précédent contre la communauté juive et les forces de l ’ ordre . Le 9 janvier 2015, un jeune bachelier sarcellois

LIRE AUSSI> Boulogne : à la veille du Yom Kippour, Darmanin veut rassurer la communauté juive

Le président de la communauté juive de Sarcelles souligne également des contacts réguliers, sinon quotidiens, avec la commissaire de Sarcelles, « qui est très présente ». Une présence policière accrue est régulièrement mobilisée aux abords de la grande synagogue, un des points sensibles du Val-d'Oise.

«Il y a de quoi nous inquiéter, mais pas de nous affoler»

Moïse Kahloun admet aussi son inquiétude après l'agression au couteau survenue devant le commissariat de la ville vendredi soir, quelques heures seulement après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie-Hebdo. « Nous sommes dans le flou. Nous n'en connaissons pas les tenants. Est-ce que cela a un rapport avec les faits de Charlie? On ne sait pas. Il y a de quoi nous inquiéter, mais pas de nous affoler. »

A Louisville, les manifestants antiracistes trouvent un soutien divin

  A Louisville, les manifestants antiracistes trouvent un soutien divin "Le sanctuaire est ouvert !" "Le sanctuaire est ouvert!"Contraste apparent avec le rassemblement de la veille lors duquel deux policiers ont été blessés par balle, le noyau dur de la contestation, cette fois pacifique, s'est rué une fois le couvre-feu tombé, à la First Unitarian Church.

Sous-Préfecture de Sarcelles : Pour éviter toute attente, nous vous proposons le(s) service(s) de rendez-vous suivant(s) En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

De violentes émeutes entre jeunes et forces de l ' ordre ont éclaté en marge du rassemblement pro-palestinien qui s'est déroulé ce dimanche à Sarcelles . hier ( ) ce sont une horde de sauvages, des gens qui ont décidé très jeunes de basculer dans un antisémitisme primaire et de l 'exprimer à visage

LIRE AUSSI> Attaque à Paris : le suspect, «en colère» après les caricatures, pensait bien attaquer Charlie Hebdo

La sécurité est aussi l'affaire de la communauté elle-même, ajoute-t-il. « Je vais demander aux fidèles la plus grande vigilance lorsqu'ils vont quitter la synagogue et rentrer chez eux. Ce sont eux aussi qui peuvent déceler rapidement un problème comme l'intrusion d'une personne inconnue dans la synagogue et donner l'alerte.»

Gérald Darmanin : «Nous sommes en guerre contre le terrorisme islamique»

Le risque terroriste "peut-être collectivement mis derrière nous", affirme Darmanin .
"Nous sommes dans une situation extrêmement critique, nous sommes en guerre contre le terrorisme islamique et peut-être que nous l'avons collectivement un peu mis derrière nous", a-t-il déclaré dimanche lors d'un point presse à l'occasion d'une visite de synagogue à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, pour la fête juive de Yom Kippour. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a estimé dimanche que les Français et leurs dirigeants avaient "peut-être (...) collectivement" mis derrière eux la réalité du "terrorisme islamique", deux jours après l'attaque au hachoir à Paris.

usr: 1
C'est intéressant!