•   
  •   

France Vaste filière de financement du terrorisme démantelée: 29 interpellés en France

21:20  29 septembre  2020
21:20  29 septembre  2020 Source:   lefigaro.fr

Soupçons de financement libyen. Décision cruciale attendue jeudi par le camp Sarkozy

  Soupçons de financement libyen. Décision cruciale attendue jeudi par le camp Sarkozy La cour d’appel de Paris se prononcera jeudi sur les recours du camp de Nicolas Sarkozy dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne 2007 de l’ancien président de la République. L’enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy va-t-elle connaître un coup d’arrêt ? La cour d’appel de Paris doit se prononcer jeudi 24 septembre sur les recours de l’ex-président et de ses proches qui contestent la validité des investigations lancées il y a huit ans dans ce dossier.

Menée ce mardi dans la plus grande discrétion, pas moins de 360 hommes de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont démantelé une vaste filière de financement terroriste au profit de djihadistes français encore installés en Syrie. Avec l’appui de dix équipes du RAID, mobilisées pour procéder à 55 perquisitions dans 26 départements, les policiers ont placé 29 suspects en garde à vue.

Soupçons de financement libyen : La cour d’appel de Paris valide l’enquête contestée par le camp Sarkozy

  Soupçons de financement libyen : La cour d’appel de Paris valide l’enquête contestée par le camp Sarkozy Depuis huit ans, la justice enquête sur les soupçons de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi © ISOPIX/SIPA Nicolas Sarkozy, le 3 septembre à Bruxelles. CAMPAGNE 2007 - Depuis huit ans, la justice enquête sur les soupçons de financement de la campagne de Nicola La cour d’appel de Paris a rejeté ce jeudi l’essentiel des recours déposés par le camp de Nicolas Sarkozy qui contestait la validité de l’enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Ce coup de filet, l’un des plus importants jamais réalisés, a été réalisé sous l’autorité du Parquet national antiterroriste (PNAT) qui, dans un communiqué diffusé mardi après-midi, révèle avoir mis au jour un «circuit sophistiqué de transferts de fonds à des djihadistes français encore présents en Syrie». Le mode opératoire, dévoilé par les magistrats spécialisés, en dit long sur la technicité mise en œuvre par les islamistes et sur l’étendue de leurs soutiens logistiques implantés sur le sol français.

«Actif depuis l’année 2019, le réseau de financement du terrorisme repose principalement sur l’achat, en France, de coupons de cryptomonnaie dont les références ont été transmises par messagerie sécurisée à des djihadistes présents en Syrie, puis crédités sur des plateformes de bitcoins», décrit le parquet antiterroriste qui révèle que «plusieurs dizaines de personnes résidant en France se sont rendues à maintes reprises, au cours des derniers mois, dans des bureaux de tabac répartis sur l’ensemble du territoire national pour acheter anonymement des coupons d’une valeur comprise entre 10 et 150 euros.»

EN DIRECT - Attaque à Paris : deux blessés graves et deux suspects interpellés

  EN DIRECT - Attaque à Paris : deux blessés graves et deux suspects interpellés Au moins deux personnes ont été grièvement blessées, lors d'une attaque perpétrée vendredi près des anciens locaux de "Charlie Hebdo", en plein procès de l'attentat meurtrier qui l'avait visé en janvier 2015. Deux suspects ont été interpellés dans le secteur de la place de la Bastille. Le parquet antiterroriste a annoncé être saisi. Suivez en direct l'évolution de la situation.

Deux «chevilles ouvrières» identifiées en Syrie

Ces coupons, précise-t-on de même source, étaient ensuite «crédités sur des comptes ouverts depuis l’étranger par des djihadistes qui se chargeaient de les convertir en crypto-monnaies sur des plateformes d’achat de bitcoins».

Âgés de 22 à 66 ans, les suspects entendus par les services spécialisés auraient, pour la plupart, injecté des fonds dans le réseau au bénéfice de proches se trouvant en Syrie. Parmi les bénéficiaires, les enquêteurs en ont ciblé deux en particulier. Il s’agit de Mesut S. et de Walid F., tous deux âgés de 25 ans. Basés dans le nord-ouest syrien, ils auraient «joué le rôle de chevilles ouvrières du système de cyber-financement, en apportant, depuis la France, une aide logistique à son fonctionnement».

Ayant rejoint les zones de combats en Syrie dès 2013, ces deux djihadistes sont suspectés d’être des membres du groupe terroriste Hayat Tahrir Al-Sham (HTS), affilié à al-Qaida. Ce derniers sont visés par un mandat d’arrêt suite à une première condamnation à une peine de 10 ans d’emprisonnement, prononcée le 10 avril 2016, en leur absence, par le tribunal correctionnel de Paris.

Attaque à Paris : un mode opératoire "probablement inspiré par la propagande djihadiste"

  Attaque à Paris : un mode opératoire Invité d'Europe Soir, Jean-Charles Brisard, le président du Centre d’analyse du terrorisme, a réagi à l'attaque à l'arme blanche qui a frappé le 11e arrondissement de Paris vendredi, à proximité des anciens locaux de "Charlie Hebdo". Selon lui, de nombreux indices quant au mode opératoire évoquent une action directement inspirée par la propagande djihadiste. Deux personnes ont été grièvement blessées lors d'une attaque à l'arme blanche vendredi matin à Paris, devant les anciens locaux du journal Charlie Hebdo, dans le 11e arrondissement.

De l’argent sale pour Al Qaida et l’État islamique

Le parquet national anti-terroriste estime que «plusieurs centaines de milliers d’euros auraient bénéficié à des membres d’al-Qaida encore en clandestinité dans le nord-ouest syrien, mais également à des djihadistes du groupe état islamique».

Minutieusement préparée, l’opération s’inscrit dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte le 24 janvier 2020 pour financement du terrorisme et association de malfaiteurs terroriste criminelle, suite à la détection par Tracfin, le service de Bercy qui traque l’argent sale.

Selon ces experts, cette affaire marque une mutation dans le financement du terrorisme: «Depuis 2013, l’envoi de mandats cash à des collecteurs implantés dans des pays limitrophes de la Syrie constituait le principal vecteur de transferts de fonds à des djihadistes, décrit-on au PNAT. La surveillance constante de ces réseaux a conduit les organisations terroristes à rechercher davantage d’opacité par le recours à des crypto-monnaies de type bitcoin.»

Le coup de filet est d’autant plus complexe qu’ «aucune prise d’identité n’est légalement exigée lors de l’achat de ces coupons de cryptomonnaie dans des bureaux de tabac». Ce qui constitue un véritable «angle mort» dans lequel se sont engouffrés tous les sympathisants français de l’islam radical.

Australia viennent de recevoir 1 milliard de dollars supplémentaires pour la recherche, mais cela suffira-t-il? .
Les universités © Fourni par ABC Health Des chercheurs du Mount Stromlo de l'ANU affirment que le «boom and bust» du financement a créé de l'incertitude pour le secteur. (ABC News: Ian Cutmore) Les universités de recherche Elite ont salué l'annonce par le gouvernement fédéral d'un nouveau financement de la recherche d'un milliard de dollars supplémentaires, après que les énormes revenus que le secteur a tirés de la pandémie COVID-19.

usr: 1
C'est intéressant!