•   
  •   

France Malgré les restrictions, les salles de sport font de la résistance

03:15  30 septembre  2020
03:15  30 septembre  2020 Source:   liberation.fr

Evra « anéanti » par Manchester United

  Evra « anéanti » par Manchester United Ancien Red Devil, Patrice Evra a observé avec consternation la défaite de Manchester United à Old Trafford ce samedi face à Crystal Palace, dans le cadre de la première journée de Premier League. Pour l’ancien Mancunien, United doit signer de nouveaux joueurs. « Je suis quelqu’un de positif, mais je me suis senti anéanti par ce […]"Je suis quelqu'un de positif, mais je me suis senti anéanti par ce premier match... Je pense que notre impact est plus fort sur les réseaux sociaux que dans la réalité." Comme souvent, Patrice Evra n'y est pas allé par quatre chemins pour exprimer ses sentiments.

Malgré les nouvelles restrictions , des studios de yoga bordelais entendent contourner l’obligation de fermeture pour 15 jours. S'abonner. Malgré les nouvelles restrictions , des studios de "Ce n’est pas de la rébellion tête baissée mais de la résistance intelligente ", clame tranquillement Séverine

Des milliers de personnes se sont rassemblées devant Trafalgar Square à Londres pour une nouvelle manifestation contre les mesures de lutte anti-Covid-19 D'autres ont brandi des pancartes : «La joie comme acte de résistance », «Démasquez la vérité», ou encore «Quand la tyrannie devient loi, la

Au Fitness Park de Nice, en juin. © ERIC GAILLARD Au Fitness Park de Nice, en juin.

L'exécutif a beau avoir décrété la fermeture des salles de sport dans les grandes villes visées par les restrictions, certains établissements continuent d'ouvrir leurs portes aux adhérents. Une manière de soulever les incohérences des arrêtés pris à leur encontre.

Depuis les annonces faites par Olivier Véran mercredi 23 septembre, tous les gymnases et salles de sport situées dans la dizaine de villes françaises en zone d’alerte renforcée (Paris, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Bordeaux, Lyon et Nice) doivent être fermés. A partir de cette semaine et jusqu’au 9 octobre inclus. Tous ? Pas exactement. Certains établissements tentent encore de faire de la résistance. Ou à défaut, de s’adapter aux différents arrêtés pris par les préfectures des grandes villes en question.

Delort envoie Montpellier au top

  Delort envoie Montpellier au top Le MHSC joue également les premiers rôles en ce début de saison de Ligue 1. A l’instar du RC Lens et du Stade Rennais samedi, Montpellier a également profité de la 4e journée de Ligue 1 pour s’offrir une 3e victoire de rang, lors de la venue d’Angers (4-1), dimanche après-midi. Les Héraultais avaient frappé […]PSG - OM : Alvaro ? "On ne parle pas assez du crachat de Di Maria" s'indigne Rongier

Le tribunal administratif de Marseille examinera le 29 septembre à 15 heures le recours déposé par le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier MARSEILLE - Quelques restaurants font de la résistance et ont ouvert leurs terrasses, malgré les restrictions sanitaires.

Grand Théâtre du Liceu - Tous droits réservés ESRTVE. Partager cet article. Partout en Europe, la culture et le spectacle sont mis à mal par les restrictions sanitaires. Mais les théâtres, opéras et salles de concert continuent néanmoins, malgré l 'adversité.

A Bordeaux, une dizaine de salles de yoga ont décidé de rester ouvertes, malgré les mesures de circonstances prises par le préfet samedi dernier en Gironde. L’arrêté mentionnait «la fermeture des salles de sport pour les espaces confinés dans lesquels le port du masque était impossible», souligne Séverine Hermery, fondatrice du Satnam Club, une salle de la ville qui dispense des cours de yoga, pilates et de barres au sol. Sitôt l’arrêté pris, elle s’est alliée avec la quinzaine de professeurs de yoga établis sur Bordeaux pour créer un collectif, et «déterminer les solutions qui pourraient être apportées afin de poursuivre nos activités.» Ce mardi, une dizaine de ces centres de yoga ouvraient encore leurs portes à leurs adhérents. Au Satnam club, le règlement est rigoureux : marquage au sol, pas plus de neuf personnes dans les salles (au lieu de la quinzaine qui était de rigueur jusqu’à présent), avec une distance d’un mètre à respecter entre chaque pratiquant. Et donc, le masque obligatoire pour tout le monde, enseignants compris.

Saint-Etienne craque à Nantes !

  Saint-Etienne craque à Nantes ! Après avoir mené 2-0 à la Beaujoire, l’ASSE de Claude Puel n’a finalement pris qu’un point (2-2), dimanche, mais reste en tête de la Ligue 1. Dans la foulée de son succès à Marseille (0-2), jeudi, l’AS Saint-Etienne n’était pas loin d’enchaîner une 4e victoire en autant de journées de Ligue 1, dimanche à Nantes. […]PSG - OM : Alvaro ? "On ne parle pas assez du crachat de Di Maria" s'indigne Rongier

INFOGRAPHIE - Le projet de loi de finances 2020 arrive ce lundi à l’Assemblée nationale. Il prévoit une baisse importante - mais en trompe-l’œil - du coût des Malgré les déclarations volontaristes de la majorité pour transformer en profondeur le système français, les niches fiscales font de la résistance .

Le retour du public dans les salles , malgré l 'explosion du "cinéma en chambre", via le DVD, profitera-t-il seulement aux mastodontes, multiplexes et multisalles ou bien les Rex, Arlequin et autres Palace, ces anciens cinémas de quartier, aujourd'hui largement subventionnés par les villes, auront-ils leur

«Ce n’est pas un mouvement de rébellion, il s’agit plutôt de trouver des solutions qui permettent de répondre à cet arrêté. Si on décide de rester ouvert, ce n’est pas envers et contre tous», insiste Séverine Hermery, qui a pris la peine de faire une demande d’audience auprès de la préfecture afin de plaider sa cause. Des délations ont eu lieu, mais lorsque «la police s’est déplacée, elle a pu constater que l’ensemble des mesures sanitaires ont été respectées», assure Séverine Hermery.

Un établissement de remise en forme du Grand Ouest a eu moins de chance. Lundi, il affichait encore ouvert, au rythme de deux à trois personnes par heure, parce que l’arrêté en question «n’était pas très clair. Des clubs ont fermé lundi soir, d’autres ont fermé samedi soir, souligne la responsable du club en question. On a poussé jusqu’à ce (mardi) midi.» Le temps de recevoir une visite des autorités dans la matinée. «Je donnais juste rendez-vous à une ou deux personnes pour finaliser un bilan de santé, et achever des tests d’efforts, car on reste professionnels avant tout», s’explique la même responsable.

Galtier l’a mauvaise

  Galtier l’a mauvaise Christophe Galtier n’a pas caché sa frustration, dimanche, après le match nul (1-1) concédé en fin de match par ses troupes au Vélodrome, les Lillois pouvant effectivement nourrir des regrets au vu de la physionomie du match. Lille n’a pas été payé, dimanche, au Stade Vélodrome. Car les Nordistes ont eu beau dominer les débats, […]PSG - OM : Alvaro ? "On ne parle pas assez du crachat de Di Maria" s'indigne Rongier

Et ce, malgré le maintien de certaines règles de restrictions des libertés de déplacement et de rassemblements. En conséquence, cela a provoqué plusieurs face-à-face avec les forces de l 'ordre qui se sont soldés par des interpellations. Des Gilets jaunes sur la Place de la République à Paris.

Ce que dénoncent les gérants de salle de sport , c'est le deux poids deux mesures dont ils sont victimes. Cela coûte donc moins cher de sacrifier les salles de sport », dénonce Grégoire de Belmont. Pourtant, le secteur du sport a obéi à un protocole sanitaire très strict pour rouvrir ses salles .

«Même si on veut essayer de lutter, ça devient très compliqué»

Ces lieux ne sont pas les seules à tenter de maintenir un semblant d’activité. Certaines salles indépendantes, plus roublardes, font passer les clients par une porte dérobée pour une séance privée. C’est le cas dans un arrondissement de l’Est de Paris, où les trois coachs d’un même centre convoquent leurs clients respectifs en individuel. «La distance physique est respectée, cela revient ni plus ni moins à faire une séance à domicile mais avec tout l’équipement du club», confie l’un d’eux.

D’autres, comme à Magic Form, une petite structure de 550m2 basée à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), assurent toujours une permanence. Ce lundi, l’établissement accueillait ainsi entre trois et cinq personnes maximum en moyenne. Ils étaient même parfois un ou deux sur des plateaux de 200m2. «On ne doit pas dépasser les vingt adhérents sur la journée», estime Guillaume Le Floch, gérant du club. Bien loin des 300 ou 350 personnes qui viennent d’habitude s’entraîner chaque jour de 9h à 23h. La plupart étant des réfractaires souhaitant pratiquer coûte que coûte. «Même si on veut essayer de lutter, ça devient très compliqué», se désole celui pour qui l’annonce du gouvernement a été perçue «comme un coup de poignard».

ASSE: Une première depuis 1979 !

  ASSE: Une première depuis 1979 ! En tête de la Ligue 1, l’AS Saint-Etienne compte 10 points après quatre journées. L’AS Saint-Etienne est repartie forcément frustrée de sa visite à Nantes. Malgré deux buts d’avance à vingt minutes de la fin, l’ASSE a en effet dû se contenter d’un match nul (2-2). Les Verts n’en restent pas moins en tête de […]PSG - OM : Alvaro ? "On ne parle pas assez du crachat de Di Maria" s'indigne Rongier

Profitez de tous les articles du site en illimité. Soutenez le journalisme local de qualité. Alors que les Multiplexes se multiplient et que la plateforme Netflix attire de plus en plus d’abonnés (4 millions en France et 140 millions dans le Monde), comment les petits cinémas réussissent à faire face à ces

La fermeture des salles de sport à Paris, classée «zone d’alerte renforcée» face à l’accélération de la circulation du Covid-19, a provoqué l’incompréhension des associations et des propriétaires. Ils se sont rendus ce lundi matin au ministère chargé des Sports . Reportage.

Il pointe l’incohérence des annonces, surtout celles qui différencient les publics ayant le droit d’exercer ou non. Sur le site du ministère des Sports, il est ainsi écrit que «des publics prioritaires pourront continuer d’y exercer leur pratique d’activité sportive au titre d’une continuité éducative, professionnelle ou de haute performance : scolaires, mineurs pratiquant en association sportive, sportifs de haut niveau et espoirs, sportifs professionnels». Mais pas les adultes, qui représentent une part non négligeable des licenciés. «C’est complètement incohérent, fustige Guillaume Le Floch, qui ironise : «Si je décide demain de transformer la salle de cours en salle de séminaire, ou pour célébrer un anniversaire ou un mariage pour trente personnes, je pourrais ouvrir. Alors que les risques de transmission sont aussi importants, si ce n’est pire».

Plusieurs précisions ou mesures contradictoires qui ont été prises ces derniers jours ont agacé les acteurs du milieu. Vendredi, le ministère des Sports préconisait finalement que les gymnases et piscines restent ouverts pour les mineurs qui pratiquent en clubs et associations. Mais dans le même temps, la Préfecture de Paris décidait dans la soirée de fermer les gymnases, exceptés pour «la pratique scolaire et périscolaire», à compter de samedi. A contrario, elle a décidé d’ouvrir les piscines à tous…

Sané et les comparaisons avec Robben et Ribéry

  Sané et les comparaisons avec Robben et Ribéry Leroy Sané estime avoir été à la hauteur, pour son premier match avec le Bayern Munich, mais ne veut pas encore prétendre être au niveau de Robben et Ribéry. © Fournis par Football 365 Sané Bayern Après le carton du Bayern Munich contre Schalke 04 pour l'ouverture de la saison 2020-2021 en Bundesliga (8-0), Leroy Sané est revenu sur les comparaisons faites par les supporters entre lui, Serge Gnabry et Arjen Robben et Franck Ribéry, les ailiers légendaires du club allemand.

Parmi les autres aberrations relevées par Guillaume Le Floch : le fait qu’Epinay partage sa frontière avec le Val d'Oise (95), donc à proximité de clubs qui ne sont pas situés dans les zones visées par les restrictions gouvernementales. «On déplace le problème, car les adhérents d’un club du 93 vont juste se réinscrire dans un autre du 95.» Renseigner ses adhérents est d’ailleurs l’une des raisons qui ont poussé Guillaume Le Floch à rester ouvert. «Lors de la période de confinement, c’était plus compliqué car tout le monde devait rester chez soi et nous ne pouvons pas télétravailler. Là, on a le droit de se déplacer, donc on a demandé à nos salariés qu’ils soient solidaires et présents sur place.» Charge à eux de renseigner les clients pour les renvoyer vers les clubs voisins, ou de préciser que des séances en live leur sont proposées, via les réseaux sociaux, pour qu’ils puissent s’exercer chez eux. Idem pour le centre du Grand Ouest, qui continue «d’envoyer des programmes adaptés pour que nos adhérents puissent s’exercer chez eux», précise la responsable. «C’est du bricolage, mais ça nous permet de tenir et d’éviter des actes de résiliation», précise Guillaume Le Floch, le mois de septembre étant le plus important pour sa structure (30% des inscriptions pour la saison se font à ce moment-là).

Des référés pris devant la justice

Plusieurs structures de fitness, foot à 5, escalade, ont décidé de déposer des référés devant la justice administrative ce lundi. Ils contestent notamment le fait de contribuer à la propagation du virus, avançant le chiffre de 200 cas de Covid-19 recensés dans les salles de sport sur près de 25 millions de passages depuis le mois d’août. «Le message passé par le gouvernement, c’est : ''allez dans une salle de sport et vous attraperez le virus''. Mais c’est complètement faux, au contraire !», fustige Guillaume Le Floch. «Pouvoir continuer à offrir des espaces où les gens se sentent bien aujourd’hui, c’est indispensable car on leur permet de développer leurs défenses immunitaires», complète Hermery. Dans leur lettre ouverte, les studios de yoga expliquent la poursuite de leur activité en arguant que depuis la reprise en juin, moins de 0,1% de cas ont été enregistrés au sein de leurs structures.

Ce mardi en soirée se tenait par ailleurs une réunion par visioconférence avec tous les acteurs du fitness et du sport confondus. A l’issue de celle-ci, une manifestation pourrait être organisée vendredi à Paris si aucune véritable avancée n’est obtenue des pouvoirs publics.

Coronavirus. Les patrons de salles de sport ne comprennent pas la décision du gouvernement .
Dans plusieurs métropoles de France, les salles de sport doivent fermer dès le lundi 28 septembre. Cette mesure annoncée par le gouvernement, qui vise à freiner la progression de l’épidémie de coronavirus, a du mal à passer auprès des patrons de salles. Certaines salles ont même décidé de rester ouvertes. À Paris, Bordeaux, Lyon, Lille ou encore Toulouse, le constat est le même : la décision du gouvernement de fermer les salles de sport pour lutter contre le coronavirus à partir de lundi 28 septembre à du mal à passer.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!