•   
  •   

France Hidalgo, Pécresse, Rubirola ou encore Wauquiez... 173 élus appellent la France à soutenir l'Arménie

01:25  04 octobre  2020
01:25  04 octobre  2020 Source:   lejdd.fr

Des combats ouverts éclatent entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh

  Des combats ouverts éclatent entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh Des civils et des militaires ont été tués dans de violents combats qui ont éclaté dimanche dans la région du Haut-Karabakh, ont déclaré l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens, s'accusant mutuellement d'avoir lancé les hostilités. Alors que cette région séparatiste soutenue par Erevan a décrété "la mobilisation générale", le président azerbaïdjanais a promis de "vaincre". Ce pourrait être un nouveau conflit ouvert. Des combats violents ont éclaté dimanche 27 septembre dans le Haut-Karabakh, région frontalière disputée depuis des décennies entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ont déclaré les deux parties, s’accusant mutuellement d’avoir

Valérie Pécresse et Anne Hidalgo , à Tokyo, le 29 février. Toshifumi kitamura / afp. Les Républicains, l’UDI ont voté « contre ». Les six élus MoDem se sont abstenus. Accédez à tous les contenus du Monde en illimité. Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

Anne Hidalgo a d'ailleurs salué l'initiative du premier ministre Jean Castex de «rétablir un dialogue constructif avec les maires» Elle en a profité pour aborder le thème, controversé, de la piétonnisation des rues appelant les maires d'arrondissements à lui faire «des Voilà la France dans laquelle on vit.


Vidéo: Présidentielle 2022: Jordan Bardella estime que Marine Le Pen «doit se mettre en retrait de la présidence du RN» (Le Figaro)


TRIBUNE - Anne Hidalgo, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Michèle Rubirola et 173 signataires, en collaboration avec le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, plaident dans une tribune pour le JDD pour que la France réexamine © Sipa

TRIBUNE - Anne Hidalgo, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Michèle Rubirola et 173 signataires, en collaboration avec le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, plaident dans une tribune pour le JDD pour que la France réexamine "sa stratégie dans le conflit" qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan au bord d’une « guerre d’envergure »

  L’Arménie et l’Azerbaïdjan au bord d’une « guerre d’envergure » De violents combats ont éclaté entre les forces azerbaïdjanaises et les séparatistes de la région du Nagorny Karabakh soutenus par l’Arménie, faisant des morts civils et militaires. Un conflit majeur impliquant Erevan et Bakou pourrait entraîner l’intervention des puissances en concurrence dans la région du Caucase, la Russie et la Turquie.Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a affirmé que l’Azerbaïdjan avait « déclaré la guerre » au peuple arménien.

Les élus reprochent à Wauquiez ses méthodes brutales pour parvenir à ses fins. Sarkozy et Wauquiez ont conclu un accord: Wauquiez le soutient et s'investit à 100%. En échange, il obtiendra dans la nouvelle direction le secrétaire général du parti.

Après un appel téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine le même jour, les présidents russe et français avaient appelé à un arrêt complet des combats. Depuis plusieurs jours, les forces de l'enclave du Haut-Karabagh, soutenues par l ' Arménie , et celles de l'Azerbaïdjan s'affrontent dans

Dans le conflit opposant l'Azerbaïdjan et l'Arménie dans la région du Haut-Karabakh, Emmanuel Macron a proposé sa médiation entre les deux parties et de reprendre un processus de négociation. Insuffisants pour les 173 signataires de cette tribune, parmi lesquels on compte Anne Hidalgo, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse ou encore Michèle Rubirola, en collaboration avec le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France. Ils veulent que la France réexamine "sa stratégie dans le conflit" : "dénoncer avec force l’agression azerbaïdjanaise et exiger l’arrêt immédiat des violences de la part de l’Azerbaïdjan sous peine d’un soutien massif aux autorités du Haut-Karabakh qui passera par la reconnaissance de leur légitimité pleine et entière." Voici leur tribune.

Les combats entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans la région contestée du Haut-Karabakh font au moins 18 morts

 Les combats entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans la région contestée du Haut-Karabakh font au moins 18 morts L'armée azerbaïdjanaise a accusé les forces arméniennes d'utiliser des boucliers humains alors que des combats meurtriers éclatent à nouveau dans la région séparatiste du Haut-Karabakh, faisant au moins 18 personnes mort et plus de 100 blessés. Nagorno-Karabakh a déclaré que 16 de ses militaires et deux civils, une femme et son petit-fils, avaient été tués après que l'Azerbaïdjan a lancé une attaque aérienne et d'artillerie dimanche matin.

Les élus régionaux LREM, premiers à avoir alerté sur cet «arbitrage injustifiable», invitent le patron de LR à Pour Wauquiez et Pécresse , la réconciliation est dans le pré. A défaut d'avoir fait campagne ensemble, le président de LR et la présidente de la région Ile-de- France sont allés mercredi faire un

En déplacement pour soutenir le candidat Les Républicains à la législative partielle dans la 1ère circonscription de l'île, le président du parti a suggéré que Selon des propos rapportés par Le Figaro, Laurent Wauquiez a expliqué qu'il fallait poser «la question de l'adaptation du droit du sol à Mayotte».

"Le 27 septembre au matin, l'Azerbaïdjan est entré en guerre contre les Arméniens au Haut-Karabakh où des villes et des populations sont prises pour cible. Ce territoire, berceau de la civilisation arménienne et dont la population fut de manière ininterrompue au cours de l'histoire composée essentiellement d'Arméniens, a conquis de haute lutte sa liberté dans une guerre qui s'est achevée en 1994 par un cessez-le-feu. Mais le conflit n'est toujours pas résolu et les affrontements d'une extraordinaire violence qui se développent le long de la ligne de front et se poursuivent depuis quelques heures, attestent de l'échec des tentatives de médiation.

"

La neutralité ne saurait être un blanc-seing aux offensives qui n'ont pour seul objectif, la disparition des populations arméniennes de ce territoire

"

Pourtant, la diplomatie française ne ménage pas ses efforts. En tant que co-présidente aux côtés de la Russie et des Etats-Unis, du Groupe de Minsk mis en place par l'Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe pour rechercher une résolution pacifiste dans ce conflit, la France, invoquant une position de neutralité, oeuvre résolument depuis plusieurs décennies pour rechercher une solution garante avant tout de la paix et de la sécurité des populations. Elle devrait pourtant à la lumière des événements récents de l'année 2020 reconsidérer profondément sa stratégie.

Les images des combats meurtriers entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh

  Les images des combats meurtriers entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh VIDEO. Les affrontements, qui ont déjà fait au moins 67 morts, font suite à trois décennies de tension entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.Bakou a fait état de sept civils tués, dont les six membres d’une famille azerbaïdjanaise, et le Karabakh de deux civils ayant péri. L’Azerbaïdjan n’a donné aucune information sur ses pertes militaires. Au total, au moins 67 personnes - civils et militaires des deux camps - ont été tuées.

« La France demeure extrêmement préoccupée des messages guerriers que la Turquie a eus ces dernières heures, au fond décomplexant l’Azerbaïdjan dans ce qui serait une reconquête du Nord Karabakh, et cela, nous ne l’accepterons pas », a réagi mercredi Emmanuel Macron.

Les consulats de France en Algérie battent le record en matière de refus de demandes de visa avec une moyenne de 35% de dossiers rejetés, 14% seulement au

Le 12 juillet dernier et sur plusieurs jours, l'armée azerbaïdjanaise a déjà attaqué, non pas le Haut-Karabakh, mais l'Arménie dont les frontières sont pourtant unanimement reconnues par la communauté internationale. Cette extension du conflit dans une région extrêmement instable, à la frontière de la Turquie, de l'Iran et aux abords de la Syrie, est aux antipodes des objectifs du Groupe de Minsk qui postulent le non recours de la force et a fortiori sa non expansion régionale. Cette attaque représentait, en outre, une agression insupportable contre un pays ami de la France, auprès duquel nous avons une responsabilité historique et universelle au regard du génocide dont son peuple a été victime en 1915. Une responsabilité qui doit nous conduire à dépasser cette position de neutralité absolument intenable lorsque depuis quelques heures, les populations civiles sont attaquées : des femmes et enfants ont été tués, et la ville de Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh, éloignée de plusieurs kilomètres de la ligne de front a été la cible de bombardements. La neutralité ne saurait être un blanc-seing aux offensives qui n'ont pour seul objectif, la disparition des populations arméniennes de ce territoire.

Karabakh : l'Arménie souhaite une « atmosphère adéquate » pour négocier

  Karabakh : l'Arménie souhaite une « atmosphère adéquate » pour négocier Le Premier ministre arménien a indiqué qu'ouvrir des négociations avec l'Azerbaïdjan était prématuré alors que des combats ont encore lieu.Depuis dimanche, les forces de l'enclave séparatiste du Nagorny Karabakh, soutenue politiquement, militairement et économiquement par l'Arménie, et celles de l'Azerbaïdjan s'affrontent dans des combats ayant fait au moins une centaine de morts, les plus meurtriers depuis 2016. L'Arménie a affirmé mardi qu'un chasseur-bombardier turc soutenant l'Azerbaïdjan avait abattu un de ses avions militaires, ce qu'ont aussitôt démenti Ankara et Bakou.

Avec cette phrase, Mme Pécresse ne ferme pas totalement la porte à une candidature si le congrès envisagé début décembre Malgré leurs mots très durs, Mme Pécresse et les autres ténors laissent le champ libre à M. Wauquiez . Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

«Je dis à l ' Arménie et aux Arméniens, la France sera dans son rôle», a déclaré par ailleurs Emmanuel Macron. La Turquie considère que l ' Arménie occupe le Haut-Karabagh par les biais de séparatistes hostiles à Bakou qui y ont autoproclamé une république en 1991, lors de la chute de l'Union soviétique.

La nouvelle donne concerne également le rôle de la Turquie, désormais omniprésente dans ce conflit. Depuis l'attaque contre l'Arménie du mois de juillet dernier, la Turquie alimente violemment le conflit par des déclarations belliqueuses de soutien aux Azerbaïdjanais. Ces encouragements, renouvelés ces dernières heures, ont conduit les Loups Gris - groupuscule d'extrême droite paramilitaire turc - à s'en prendre violemment, sur notre territoire, à des manifestants pacifistes, le 24 juillet dernier à Décines-Charpieu (Rhône), au motif qu'ils étaient d'origine arménienne.

"

L'espace de neutralité dans lequel la France s'efforçait depuis plusieurs décennies de créer un chemin vers la paix n'existe plus

"

Le 24 septembre, soit trois jours avant la nouvelle agression azerbaïdjanaise, l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme dénonçait l'envoi de miliciens –  pour ne pas dire de djihadistes – à la solde de la Turquie, acheminés en Azerbaïdjan depuis la Syrie où ils étaient venus semer la mort en particulier contre les populations kurdes. C'est contre eux que se battent en ce moment même les Arméniens. Fâcheuse ironie, la Turquie est, elle-même, membre dudit Groupe de Minsk. Cette attitude d'Ankara s'inscrit, du reste, dans sa stratégie de sabotage des organismes de concertation multilatérale au profit du recours systématique à la force.

Haut-Karabakh: l'Arménie se dit prête à œuvrer pour un cessez-le-feu

 Haut-Karabakh: l'Arménie se dit prête à œuvrer pour un cessez-le-feu L'Arménie a déclaré qu'elle était prête à travailler avec les médiateurs internationaux pour parvenir à un cessez-le-feu avec l'Azerbaïdjan alors que les deux rivaux se disputent la région séparatiste du Haut-Karabakh, où de violents affrontements se sont sixième jour. © L'Arménie et l'Azerbaïdjan sont enfermés dans un différend de plusieurs décennies sur le Haut-Karabakh, une séparation ...

Face à l'ensemble de ces événements, force est de constater que l'espace de neutralité dans lequel la France s'efforçait depuis plusieurs décennies de créer un chemin vers la paix n'existe plus. Il présente désormais davantage de garanties d'impunité au profit des agressions azerbaïdjanaises conduites en étroite concertation avec son allié turc, que de leviers pour rechercher une solution concertée au conflit. Pour l'ensemble de ces raisons, nous considérons que la diplomatie française doit réexaminer sa stratégie dans le conflit du Haut-Karabakh : dénoncer avec force l'agression azerbaïdjanaise et exiger l'arrêt immédiat des violences de la part de l'Azerbaïdjan sous peine d'un soutien massif aux autorités du Haut-Karabakh qui passera par la reconnaissance de leur légitimité pleine et entière."

Les signataires (par ordre alphabétique)

Damien ABAD, Député de l'Ain, Président du Groupe LR à l’Assemblée nationale

Saïd AHAMADA, Député des Bouches-du-Rhône

Michel AMIEL, Maire des Pennes-Mirabeau

Emmanuel ANTHOINE, Député de la Drome

Cathy APOURCEAU-POLY, Sénatrice du Pas-de-Calais

François ASENSI, Maire de Tremblay-en-France

Eliane ASSASSI, Sénatrice de la Seine-Saint-Denis, Présidente du Groupe communiste républicain citoyen et écologiste au Sénat

Bassem ASSEH, Premier adjoint à la ville de Nantes

Julien AUBERT, Député du Vaucluse

Clémentine AUTAIN, Députée de la Seine-Saint-Denis

Delphine BAGARRY, Députée des Alpes-de-Haute-Provence

Jean-Pierre BARBIER, Président du Conseil départemental de l'Isère

Conflit Arménie-Azerbaïdjan : qui sont les combattants étrangers au Nagorny Karabakh ?

  Conflit Arménie-Azerbaïdjan : qui sont les combattants étrangers au Nagorny Karabakh ? Des combattants étrangers sont impliqués dans le conflit qui fait rage dans le Haut-Karabakh. Des combattants syriens ont notamment été identifiés. © Sputnik via AFP Des forces de la non-reconnue République de Nagorny Karabath, près de la ville de Martakert, en Azerbaïdjan. Photo : Iliya Pitalev / Sputnik Les armées azerbaïdjanaise et arménienne, engagées dans des combats sanglants ayant fait au moins 191 morts dans la région séparatiste du Nagorny Karabakh, s'accusent de recourir à des mercenaires, notamment syriens.

Valérie BAZIN-MALGRAS, Députée de l'Aube

François-Xavier BELLAMY, Député européen, Président de la délégation française du Groupe PPE

Esther BENBASSA, Sénatrice de Paris

Vanik BERBERIAN, Président de l'Association des maires ruraux de France, Maire de Gargilesse

Aurore ; BERGÉ, Députée des Yvelines

Jean-Didier BERGER, Maire de Clamart

Bruno BERNARD, Président de la Métropole de Lyon

Etienne BLANC, Sénateur du Rhône

Jean-Baptiste BLANC, Sénateur du Vaucluse

Stéphane BLANCHET, Maire de Sevran

Eric BOCQUET, Sénateur du Nord

Emilie BONNIVARD, Députée de la Savoie

Patrick BORE, Sénateur des Bouches-du-Rhône

Jean-Claude BOUCHET, Député du Vaucluse

Hussein  BOUGRI, Sénateur de l'Hérault

Valérie BOYER, Sénatrice des Bouches-du-Rhône

Marine BRENIER, Député des Alpes-Maritimes

Jean-Paul BRET, Député Honoraire, Ancien maire de Villeurbanne

Céline BRULIN, Sénatrice de la Seine-Maritime

Bernard BUIS, Sénateur de la Drôme

Laurent BURGOA, Sénateur du Gard

Dominique BUSSEREAU, Ancien Ministre, Président de l'Association des Départements de France, Président du Département de la Charente Maritime

Sophie CAMARD, Maire des 1er et 7ème arrondissements de Marseille

Damien CAREME, Député au Parlement européen

Marie-Arlette CARLOTTI, Sénatrice des Bouches-du-Rhône

Luc CARVOUNAS, Maire d'Alfortville

Danièle CAZARIAN, Députée du Rhône

Bernard CAZENEUVE, Ancien Premier Ministre

Annie CHAPELIER, Députée du Gard

Dino CINIERI, Député de la Loire

Laurence COHEN, Sénatrice du Val-de-Marne

Jean-Charles COLAS-ROY, Député de l'Isère

Pierre-Yves COLLOMBAT, Sénateur du Var

François CORMIER-BOULIGEON, Député du Cher

Jean-Pierre CUBERTAFON, Député de la Dordogne

Cécile CUKIERMAN, Sénatrice de la Loire

Philippe DALLIER Sénateur de la Seine-Saint-Denis

Nicolas DARAGON, Maire de Valence

L'Iran joue à l'équilibriste dans le conflit du Haut-Karabakh

  L'Iran joue à l'équilibriste dans le conflit du Haut-Karabakh «Sentir la guerre aussi proche de nous est un sentiment épouvantable et ça nous inquiète tous», s'alarme un jeune Turc d'Iran. L'Arménie et l'Azerbaïdjan, pays frontaliers de l'Iran, sont en effet en guerre depuis le 27 septembre dans la région du Haut-Karabakh, ce territoire séparatiste peuplé d'Arméniens revendiqué par les deux pays. La République islamique d'Iran, qui partage une frontière commune avec l'Arménie et l'Azerbaïdjan, a rapidement mis en garde contre toute intrusion sur son territoire, alors que plusieurs villages iraniens ont déjà été frappés par des mortiers.

Jean-Paul DAVID, Maire de Guillaumes

Charles, DE LA VERPIERE, Député de l'Ain

Jennifer DE TEMMERMAN Députée du Nord

Bernard DEFLESSELLES, Député des Bouches-du-Rhône

Michaël DELAFOSSE, Maire de Montpellier et Président de la Métropole Montpellier-Méditerranée

Karima DELLI Députée au Parlement européen

Stéphane DELPEYRAT, Maire de Saint-Médard-en-Jalles et Vice-Président de Bordeaux-Métropole

Marguerite DEPREZ-AUDEBERT, Députée du Pas-de-Calais

Gilbert-Luc, DEVINAZ, Sénateur du Rhône

Éric DIARD Député des Bouches-du-Rhône

Julien DIVE, Député de l'Aisne

Pascal DOLL, Maire d'Arnouville

Jacqueline, DUBOIS, Députée de la Dordogne

Françoise DUMAS, Députée, Présidente de la commission de la défense et des forces armées

Pierre-Henri DUMONT, Député du Pas-de-Calais

Frédérique ESPAGNAC, Sénatrice des Pyrénées-Atlantiques

Nadia ESSAYAN Députée du Cher

Christian ESTROSI, Maire de Nice

Laurence FAUTRA, Maire de Décines-Charpieu

Rémi, FERAUD, Sénateur de Paris

Michel FORISSIER, Sénateur honoraire

Bernard FOURNIER, Sénateur de la Loire

Jean-Paul, FOURNIER Maire de Nîmes

Bernard, GAUDUCHEAU , Maire de Vanves

Fabien GAY, Sénateur de la Seine-Saint-Denis

Annie GENEVARD, Députée du Doubs

Raphael GLUCKSMANN Député au Parlement européen

Guillaume GONTARD, Sénateur de l'Isère

Michelle GREAUME, Sénatrice du Nord

Jean-Noël GUERINI, Sénateur des Bouches-du-Rhône

Patrick GUIGONETTO, Maire de Ceyreste

Sylvie GUILLAUME, Députée au Parlement européen

Didier GUILLAUME, Ancien Ministre.

Joël GUIN Président de la Communauté d'agglomération du Grand Avignon

Patrick HADDAD, Maire de Sarcelles

Benoît, HAMON, Ancien Ministre

Mathieu HANOTIN, Maire de Saint-Denis et Président de Plaine Commune

Michel HERBILLON, Député du Val-de-Marne

Anne HIDALGO, Maire de Paris

Yannick, JADOT, Député au Parlement européen

Régis JUANICO, Député de la Loire

Hubert JULIEN-LAFFERRIÈRE, Député du Rhône

Patrick KARAM, vice-président de la région Ile-de-France

Roger KAROUTCHI, Sénateur des Hauts-de-Seine

Guillaume KASBARIAN, Député de l'Eure-et-Loir

Georges KEPENEKIAN, Ancien Maire de Lyon

Yannick KERLOGOT, Député des Côtes-d'Armor

Thierry KOVACS, Maire de Vienne

Jacques KRABAL, Député de l'Aisne

François-Miche LAMBERT, Député des Bouches-du-Rhône

Mohamed LAQHILA, Député Bouches-du-Rhône

Denis LARGUERO, Maire de Meudon

Jean LASALLE, Député des Pyrénées-Atlantiques

Pierre LAURENT Sénateur de Paris

Constance LE GRIP, Députée

Eric LEJOINDRE, Maire du 18ème arrondissement de Paris

Sébastien LEROY, Maire de Mandelieu-la-Napoule

Marie-Noëlle LIENEMANN, Sénatrice de Paris

Ronan LOAS, Maire de Ploemeur

Alexandra LOUIS, Députée des Bouches-du-Rhône

Sylvain MAILLARD, Député de Paris

Richard MALLIÉ, Maire de Bouc-Bel-Air

Hervé MARSEILLE, Sénateur des Hauts-de-Seine

Marcel MARTEL, Maire de Chateaurenard

Alain MILON, Sénateur du Vaucluse

Maxime MINOT, Député de l'Oise

Jean-Michel MIS, Député de la Loire

Sandrine MORCH, Députée de la Haute-Garonne

Marlène MOURIER, Maire de Bourg-Lès-Valence

Renaud MUSELIER, Président de la région sud

Nathalie NIESON, Maire de Bourg-de-Péage

Mathieu ORPHELIN, Député de Maine-et-Loire, Co-Président du groupe Ecologie, Démocratie, Solidarité

Pierre OUZOULIAS, Sénateur des Hauts-de-Seine

Eric PAUGET, Député des Alpes-Maritimes

Christian PAUL, Ancien Ministre

Benoît PAYAN, Premier adjoint de la ville de Marseille

Valérie PECRESSE, Présidente de la Région Ile-de-France

Philippe PEMEZEC, Sénateur des Hauts-de-Seine

Gaël PERDRIAU, Maire de Saint-Etienne

Bernard PERRUT, Député du Rhône

Anne-Laurence PETEL, Députée des Bouches-du-Rhône

Emmanuel PIERRE-MARIE, Maire du 12ème arrondissement de Paris

Florence PROVENDIER, Députée des Hauts-de-Seine

Christine PRUNAUD, Sénatrice des Côtes d'Armor

Audrey PULVAR, Adjointe à la Mairie de Paris

François PUPPONI, Député du Val-d'Oise

Didier QUENTIN, Député de Charente-Maritime

Cathy RACON-BOUZON, Député des Bouches-du-Rhône

Robin REDA, Député de l'Essonne

Sandra REGOL, Secrétaire nationale adjointe d'EELV

Cécile RILHAC, Députée du Val d'Oise

Michèle RIVASI, Députée européenne

François ROCHEBLOINE, Député honoraire

Roberto ROMERO, Conseil régional Ile-de-France, Responsable des relations internationales à Génération.s

René ROUQUET, Député honoraire

Martine ROURE, Ancienne Vice Président du Parlement européen

Cédric ROUSSEL, Député des Alpes-Maritimes

Alain ROUSSET, Président de Nouvelle Aquitaine

Michèle RUBIROLA, Maire de Marseille

Thomas RUDIGOZ, Député du Rhône

Arlette SALVO, Maire de la Ciotat

Isabelle SANTIAGO, Député du Val de Marne

André SANTINI,  Mairie d'Issy-les-Moulineaux

Pascal SAVOLDELLI, Sénateur du Val-de-Marne

Gilles SIMEONI, Président du conseil exécutif de Corse

Lucien STANZIONE Sénateur du Vaucluse

Bruno STUDER, Président de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, Député du Bas-Rhin

Michèle TABAROT Député des Alpes-Maritimes

Aurélien TACHÉ, Député du Val-d'Oise

Sophie TAILLE POLIAN, Sénatrice du Val-de-Marne

Guy TESSIER, Député des Bouches-du-Rhône

Stéphan TESTE, Député de la Seine-Saint-Denis

Marie-Hélène THORAVAL, Maire de Romans-sur-Isère

Jean-Louis TOURAINE, Député du Rhône

Frédérique TUFFNELL, Députée de la Charente-Maritime

Isabelle VALENTIN, Député de la Haute-Loire

Cédric VAN STYVENDAEL, Maire de Villeurbanne

Martine VASSAL, Présidente des Bouches-du-Rhône

Michèle VICTORY, Députée de l'Ardèche

Cédric VILLANI, Député de l'Essonne

Philippe VITEL, Député honoraire

Laurent WAUQUIEZ, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Jean-Marc ZULESI, Député des Bouches-du-Rhône

L'Iran joue à l'équilibriste dans le conflit du Haut-Karabakh .
«Sentir la guerre aussi proche de nous est un sentiment épouvantable et ça nous inquiète tous», s'alarme un jeune Turc d'Iran. L'Arménie et l'Azerbaïdjan, pays frontaliers de l'Iran, sont en effet en guerre depuis le 27 septembre dans la région du Haut-Karabakh, ce territoire séparatiste peuplé d'Arméniens revendiqué par les deux pays. La République islamique d'Iran, qui partage une frontière commune avec l'Arménie et l'Azerbaïdjan, a rapidement mis en garde contre toute intrusion sur son territoire, alors que plusieurs villages iraniens ont déjà été frappés par des mortiers.

usr: 4
C'est intéressant!