•   
  •   

France Covid-19 : 103 établissements verbalisés et 10 bars fermés en quatre jours à Paris

23:15  13 octobre  2020
23:15  13 octobre  2020 Source:   lexpress.fr

Covid-19. Les bars vont-ils devoir fermer à Paris ?

  Covid-19. Les bars vont-ils devoir fermer à Paris ? Nouveau tour de vis dans la capitale. Face à la progression de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement devrait annoncer ce dimanche 4 octobre, la fermeture dès la semaine prochaine des bars à Paris. Les restaurants espèrent encore y échapper grâce à un protocole sanitaire renforcé. Les dernières données de l’Agence régionale de santé (ARS) communiquées vendredi ne laissent guère d’espoir. Jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran avait accordé un « sursis » aux cafetiers parisiens, en disant vouloir attendre les ultimes remontées de chiffres avant de placer Paris et sa petite couronne en « alerte maximale ».

95 des 500 contrôles effectués par les forces de l'ordre ont donné lieu à des "constatations d'infractions dans les bars et les restaurants", selon Jean Castex.

Un passant devant un bar à Paris, le 6 octobre 2020 © afp.com/THOMAS COEX Un passant devant un bar à Paris, le 6 octobre 2020

C'est un peu "ouvre et démerde-toi comme tu peux", témoigne, lassé, Thierry Senaud, gérant d'une brasserie à Paris. Une semaine après l'annonce de la fermeture des bars dans la capitale, les Parisiens continuent de trinquer profitant du flou des mesures. A la veille de la prise de parole d'Emmanuel Macron qui pourrait, mercredi soir, annoncer un nouveau tour de vis sanitaire, la grande confusion demeure.

Coronavirus à Paris : Vers la fermeture des bars dans la capitale

  Coronavirus à Paris : Vers la fermeture des bars dans la capitale Le taux d’occupation des lits en réanimation pour les patients atteints de Covid-19 s’élevait à 34,8 % en Ile-de-France © AFP Une terrasse de bar à Paris, le 3 octobre 2020. CRISE SANITAIRE - Le taux d’occupation des lits en réanimation pour les patients atteints de Covid-19 s’élevait à 34,8 % en Ile-de-France Nouveau tour de vis en vue dans la capitale : face à la progression de l’épidémie du Covid-19, le gouvernement devrait annoncer dimanche soir la fermeture dès la semaine prochaine des bars à Paris. Les restaurants espèrent encore y échapper grâce à un protocole sanitaire renforcé.

Paris et sa petite couronne sont passés en "zone d'alerte maximale" le 5 octobre, avec à la clef un arrêté qui prévoit la fermeture des établissements qui ont "pour activité principale la vente de boissons alcoolisées". Mais la préfecture de police de Paris précise sur son site internet que les autres établissements restant ouverts "peuvent servir des boissons en dehors des repas".

LIRE AUSSI>> Fermeture des bars et restaurants à Paris, à quoi s'attendre ?

Les bars sans place assise ni cuisine ont donc fermé totalement, après avoir dû fermer à 22 heures la semaine précédente. Mais la plus grande partie des brasseries et restaurants sont restés ouverts, même s'ils servent souvent plus de boissons que des repas.

103 établissements verbalisés

"L'idée (du gouvernement), c'est de fermer les bars de nuit", des lieux où la contamination du virus est plus rapide, explique Franck Delvau, président Paris Île-de-France de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH).

Coronavirus : ce qu'il faut retenir des annonces concernant Paris et sa petite couronne

  Coronavirus : ce qu'il faut retenir des annonces concernant Paris et sa petite couronne Alors que Paris et sa petite couronne sont désormais en "zone d'alerte maximale" en raison d'une circulation importante du coronavirus, plusieurs mesures vont être mises en place mardi et pour quinze jours avant réévaluation. Les bars devront notamment être fermés, tandis que les restaurants pourront rester ouverts sous réserve du respect d'un strict protocole sanitaire. Placé en état d'alerte maximale, Paris et sa proche banlieue vont connaître de nouvelles mesures de restrictions pour faire face à la progression inquiétante de l'épidémie de covid-19 dans la capitale.

Du 5 au 9 octobre, la préfecture a verbalisé 103 établissements à Paris et fait fermer dix bars. "Quelque chose ne va pas" quand ce week-end encore à Paris et en petite couronne, 95 des 500 contrôles effectués par les forces de l'ordre ont donné lieu à des "constatations d'infractions dans les bars et les restaurants", a jugé lundi le Premier ministre Jean Castex.

LIRE AUSSI>> Covid-19 : les bars et restaurants sont-ils réellement des lieux de contamination ?

La profession dénonce, elle, un grand flou. Comme Nasser Safer, responsable du bistrot Renaissance, près de la Porte Saint-Denis, qui assure avoir au départ refusé de servir à boire - café ou alcool - sans repas, avant de s'autoriser au bout de quelques jours à servir uniquement à boire. "Je n'avais pas compris", raconte-t-il. Désormais, "oui pour un verre [le soir]. Mais j'évite les groupes de jeunes, ça attire les contrôles", ajoute-t-il.

Dernières commandes pour les bars parisiens - pour l'instant au moins

 Dernières commandes pour les bars parisiens - pour l'instant au moins Après avoir repris vie au cours des mois d'été après le verrouillage du coronavirus en mars et avril, les volets se sont à nouveau baissés pour les bars parisiens lundi soir.

Confusion

"On discute entre collègues, mais on a tous des sons de cloche différents", déplore Thierry Senaud, 52 ans, gérant du Parvis, dans le IVe arrondissement. "Même les syndicats n'étaient au courant de rien. On n'a jamais eu d'exemples concrets, de directives simples sur ce qu'on doit mettre en place", critique-t-il. Certains pensent même qu'ils n'ont plus le droit de servir seulement à boire après 22 heures. Dans le doute, ils imposent un repas pour accompagner un verre alcoolisé.

LIRE AUSSI>> Restrictions à Paris : comment distinguer bars et restaurants ?

C'est le cas d'Hugues Rabbia, 47 ans, l'un des responsables du bar-restaurant Paris Beaubourg, qui demande de consommer "un plat par personne (...) et pas seulement une assiette de frites considérée seulement comme un accompagnement". À quelques mètres de là, Jean Selva, 58 ans, gérant de l'Alchimiste, en demande moins : "Une assiette de frites, une crêpe sont des plats, ça suffit pour commander de l'alcool à côté", juge-t-il.

Franck Delvau regrette cette confusion : juste après le 5 octobre, "des policiers disaient qu'on n'avait pas le droit de servir un café (...) Rien n'était clair dans les annonces du gouvernement et dans l'arrêté de la préfecture". Aujourd'hui, de ce qu'il comprend, les établissements pouvant rester ouverts "doivent pouvoir justifier d'une cuisine et d'une carte de restaurant". Ils doivent également espacer leurs tables, prendre les coordonnées de leurs clients et proposer du gel hydroalcoolique sur toutes les tables.

Reste que les nouvelles restrictions envisagées, dont un éventuel couvre-feu qui conduirait à une fermeture des établissements le soir, alimentent la vive inquiétude de la profession qui n'ose plus se projeter. "Il y a des chamboulements toutes les semaines. On ne sait jamais comment réagir : doit-on fermer, ouvrir, acheter des produits, les stocker ?", s'interroge Mostafa Boulguiz, 31 ans, cogérant de Marguerite Charlie, café-restaurant à Saint-Denis. Il compte ouvrir sa cuisine le soir, en plus d'un service à midi, mais préfère repousser ce projet. "C'est trop risqué. Si on achète des stocks de nourriture pour ouvrir les soirs et qu'on doit finalement fermer, on perdra tout".

Espagne: manifestation à Barcelone contre la fermeture des bars et restaurants .
"On va mourir de faim": Plusieurs centaines de manifestants ont protesté vendredi contre la fermeture des bars et restaurants en Catalogne, ordonnée par les autorités pour freiner la progression de l'épidémie dans cette région du nord-est de l'Espagne. Depuis jeudi soir, les bars et restaurants sont fermés pour au moins 15 jours dans la région espagnole de Catalogne afin de freiner la progression de l'épidémie de Covid-19.Aux cris de "Non à la fermeture", les manifestants, la plupart salariés dans le secteur de la restauration, se sont retrouvés sur la place Sant Jaume en milieu de journée, devant la Mairie de Barcelone et le siège du gouvernement catalan.

usr: 1
C'est intéressant!