•   
  •   

France Covid-19 : quelle forme pourrait prendre le couvre-feu ?

17:00  14 octobre  2020
17:00  14 octobre  2020 Source:   lexpress.fr

Covid-19 : ces villes qui ont déjà décrété un couvre-feu pour lutter contre l'épidémie

  Covid-19 : ces villes qui ont déjà décrété un couvre-feu pour lutter contre l'épidémie Afin d'éviter un confinement, plusieurs villes dans le monde ont déjà adoptés la solution du couvre-feu. Une option qui serait envisagée par le gouvernement français. © VALERY HACHE / AFP) Nice a été la première ville à instaurer un couvre-feu contre le coronavirus en France. C'est une solution intermédiaire entre la situation actuelle et des confinements locaux pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus qui touche la France de plein fouet.

Emmanuel Macron pourrait annoncer la mise en place de cette mesure, déjà expérimentée en Guyane et par plusieurs pays, dans les zones où la situation sanitaire s'est dégradée.

Lors du confinement, le 22 mars 2020, à Colombes. (Photo FRANCK FIFE / AFP) © AFP Lors du confinement, le 22 mars 2020, à Colombes. (Photo FRANCK FIFE / AFP)

Trois mois jour pour jour après sa dernière prise de parole à la télévision, Emmanuel Macron va de nouveau s'adresser mercredi soir aux Français. Face à la reprise de l'épidémie de Covid-19, que le Premier ministre Jean Castex qualifie désormais de seconde vague, le président de la République devrait annoncer de nouvelles mesures pour tenter de freiner la dynamique du virus.

Covid-19. Cinq questions sur le couvre-feu instauré dès samedi dans plusieurs villes de France

  Covid-19. Cinq questions sur le couvre-feu instauré dès samedi dans plusieurs villes de France Dès samedi 17 octobre, l’Ile-de-France et huit métropoles vont devoir appliquer un couvre-feu. Cette annonce a été faite par Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée, mercredi soir. Objectif : faire baisser le nombre de contamination par jour et reprendre le contrôle sur l’épidémie de coronavirus. C’est l’annonce la plus forte depuis le confinement en mars dernier : un couvre-feu va être instauré dans plusieurs villes de France dès samedi 17 octobre, pour lutter contre la propagation du coronavirus. Emmanuel Macron l’a annoncé hier, lors de son allocution télévisée suivie par 21 millions de personnes.

LIRE AUSSI>> Pourquoi le couvre-feu peut être utile pour casser les chaines de transmission du Covid-19

Parmi elles, l'exécutif envisagerait d'instaurer un couvre-feu dans les zones où la situation sanitaire est alarmante, notamment à Paris et en Île-de-France où les hôpitaux s'attendent à être saturés d'ici les prochaines semaines. Une hypothèse crédible, au moment où le gouvernement s'interdit d'interdire les rassemblements privés. Le reconfinement généralisé exclu, le couvre-feu pourrait être une option efficace pour lutter contre l'épidémie. Il a déjà été mis en place sous différentes formes en France, mais aussi dans d'autres pays.

Interdire les déplacements

Si Emmanuel Macron devait annoncer la mise en place d'un couvre-feu, il s'inspirerait forcément de ce qui a été fait en Guyane. Le 25 mars dernier, un peu plus de deux semaines après le début du confinement en France, le préfet de ce territoire français d'Amérique du Sud a décrété un couvre-feu entre 21h et 5h. Cela signifiait qu'aucun des 290 000 habitants de l'île n'avait l'autorisation de sortir dehors, excepté les personnes dont "les déplacements sont absolument nécessaires, sur présentation d'un document spécifique", avait précisé la préfecture.

Attestations, fêtes privées, télétravail : ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

  Attestations, fêtes privées, télétravail : ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement Au lendemain de l'allocution d'Emmanuel Macron, qui a annoncé des couvre-feux en Île-de-France et dans huit métropoles, le Premier ministre Jean Castex et les ministres concernés ont précisé les contours des nouvelles restrictions prises pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Attestations pour se déplacer, fêtes privées interdites partout sur le territoire et nouveau protocole en entreprise : voici ce qu'il faut retenir.

LIRE AUSSI>> Pourquoi la situation épidémique en Guyane est préoccupante

Au moment du déconfinement, le couvre-feu avait été maintenu, mais raccourci, entrant en vigueur à partir de 23h au lieu de 21h et toujours jusqu'à 5h du matin. Mais la situation sanitaire s'est longuement dégradée au mois de juin, obligeant la préfecture de Guyane à durcir le couvre-feu pour plusieurs communes de l'Île. Il était alors mis en place entre 17h et 5h du matin en semaine et même entre 13h et 5h du matin le week-end. Depuis le 4 septembre, le couvre-feu est de nouveau effectif de 23h à 5h du matin du lundi au dimanche, précise la préfecture. Seules les communes d'Iracoubo, Ouanary, Régina, Saint-Elie et Saül en sont exemptées.

Fermer les commerces, les bars et les restaurants

Jusqu'à présent relativement épargnée par l'épidémie de coronavirus, l'Allemagne connaît depuis la rentrée un bond des contaminations. De nouvelles restrictions ont été récemment appliquées dans des villes où la situation sanitaire est inquiétante. Présenté par les médias français comme un couvre-feu, la nouvelle salve de mesures entrée en vigueur à Francfort, Berlin et Cologne n'en est pas un. "Couvre-feu c'est peut-être une erreur de traduction des textes allemands, on est toujours libre ici de circuler", explique auprès de RTL un Français vivant à Francfort.

Covid-19. Couvre-feu, fêtes privées, télétravail… Les principales annonces du gouvernement

  Covid-19. Couvre-feu, fêtes privées, télétravail… Les principales annonces du gouvernement Le chef du gouvernement et plusieurs ministres ont tenu une conférence de presse ce jeudi 15 octobre afin de détailler les mesures annoncées par Emmanuel Macron la veille. Le même jour, ils ont adopté l’état d’urgence sanitaire qui entrera en vigueur samedi. Ils étaient chargés du SAV au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron. Jean Castex, Olivier Véran, Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et Élisabeth Borne ont tenu une conférence de presse pour détailler les conditions des nouvelles mesures de restriction liées au Covid-19, présentées mercredi soir par le chef de l’État à la télévision.

LIRE AUSSI>> Le rapport Pittet pointe les "défauts de gestion" de la crise sanitaire

En effet, les habitants des villes concernées ont toujours la possibilité de circuler librement dans les rues. Seuls les restaurants, les magasins et les bars doivent baisser rideau entre 23h et 6h du matin. Ils risquent une amende 5000 euros en cas d'ouverture illégale. Seules les pharmacies et les stations essence sont autorisées à rester ouvert.

Un confinement nocturne

Depuis mercredi, les provinces du Luxembourg et du Brabant en Belgique sont sous le coup d'un couvre-feu qui débute à 1h et finit à 6h du matin pour une durée de 15 jours, détaille Sudinfo. Il est interdit de se déplacer sur la voie publique. Seules les sorties pour motif professionnel et médical ou pour assister un proche sont autorisées. D'autres provinces pourraient passer le pas, alors que l'épidémie connaît un net rebond dans le pays. Ce couvre-feu s'apparente plus à un confinement nocturne.

Un couvre-feu drastique

Le 1er octobre, les habitants de La Havane ont pu souffler, après un mois de couvre-feu drastique qui a paralysé totalement la capitale cubaine. Une première depuis la révolution. Les Havanais avaient interdiction d'effectuer leurs courses ailleurs que dans leur arrondissement. Entre 19h et 5h du matin, ils ne pouvaient pas sortir de chez eux. De plus les transports publics ont été mis à l'arrêt, raconte Le Figaro. Dès 16 heures, les magasins devaient également fermer leurs portes.

Covid-19. Couvre-feu étendu, aides économiques… : ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex .
Accompagné de plusieurs membres de son gouvernement, le Premier ministre a fait un nouveau point sur la situation épidémique en France, ce jeudi 22 octobre. Jean Castex a notamment annoncé l’extension du couvre-feu à 38 départements supplémentaires, ainsi qu’en Polynésie. On fait le point. Ces dernières semaines, les prises de parole du gouvernement sur le Covid-19 sont à la fois attendues et redoutées. L’intervention de Jean Castex ce jeudi 22 octobre ne faisait pas exception à la règle.Le fait que le Premier ministre prenne lui-même la parole symbolisait l’inquiétude de l’exécutif face aux chiffres de l’épidémie.

usr: 2
C'est intéressant!