•   
  •   

France Covid-19. Couvre-feu, fêtes privées, télétravail… Les principales annonces du gouvernement

20:01  15 octobre  2020
20:01  15 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

Le télétravail recommandé par le gouvernement, les syndicats veulent un accord contraignant

  Le télétravail recommandé par le gouvernement, les syndicats veulent un accord contraignant Le Medef ne souhaite pas d’accord « normatif » ou « prescriptif » sur le télétravail, au grand dam des syndicats. « De nombreux postes de travail permettent un travail à distance et des rotations peuvent s’organiser afin de limiter l’impact sur le collectif de travail », a expliqué la ministre du Travail Elisabeth Borne lors d’une rencontre avec les syndicats et le patronat, appelant à recourir « autant que possible » au télétravail dans ces zones, dont Paris et la petite couronne.

Jean Castex s’exprime sur les mesures contraignantes liées à la crise sanitaire, le 15 octobre 2020. © CAPTURE D’ECRAN DAILYMOTION Jean Castex s’exprime sur les mesures contraignantes liées à la crise sanitaire, le 15 octobre 2020.

Le chef du gouvernement et plusieurs ministres ont tenu une conférence de presse ce jeudi 15 octobre afin de détailler les mesures annoncées par Emmanuel Macron la veille. Le même jour, ils ont adopté l’état d’urgence sanitaire qui entrera en vigueur samedi.

Ils étaient chargés du SAV au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron. Jean Castex, Olivier Véran, Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et Élisabeth Borne ont tenu une conférence de presse pour détailler les conditions des nouvelles mesures de restriction liées au Covid-19, présentées mercredi soir par le chef de l’État à la télévision.

Le télétravail abandonné malgré la «deuxième vague» de Covid-19

  Le télétravail abandonné malgré la «deuxième vague» de Covid-19 Si les entreprises ont recouru massivement au télétravail pendant le confinement, cette pratique a chuté depuis la rentrée. En dépit des recommandations pressantes de l’exécutif, et de la progression de l’épidémie de Covid-19. Le télétravail, «effet positif» de la crise sanitaire ? C’est ce qu’espérait le Premier ministre à la fin de l’été. Après le confinement du printemps, Jean Castex estimait même que le travail à distance des salariés était devenu un «fait de société» dans une France où le présentéisme était jusqu’alors le mode de gestion des ressources humaines privilégié.

Comme le président de la République la vielle, le Premier ministre a rappelé l’augmentation nette de la circulation du virus depuis la mi-septembre. Depuis une dizaine de jours, les autorités sanitaires ont constaté une accélération soudaine et spectaculaire entre le 1er et le 12 octobre.

Selon le chef du gouvernement, les zones de contamination sont les lieux où se déroulent des rassemblements, des fêtes entre famille ou amis, où on ne porte pas le masque, où on perd le réflexe des gestes barrières. C’est là que nous devons agir prioritairement. La seule vraie stratégie possible c’est le freinage de l’épidémie par le strict respect des gestes barrières et la réduction des contacts et interactions sociales, a défendu Jean Castex.

Couvre-feu, chômage partiel, télétravail : ce qu'il faut retenir des annonces de Macron

  Couvre-feu, chômage partiel, télétravail : ce qu'il faut retenir des annonces de Macron Après l'annonce du rétablissement de l'état d'urgence sanitaire en France, le chef de l'État a pris la parole pour annoncer l'entrée en vigueur de nouvelles mesures face au rebond de l'épidémie de coronavirus, mercredi soir. Couvre-feux en Île-de-France et dans huit métropoles, chômage partiel et télétravail : voici ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron.

> Retrouvez toute l’actualité du coronavirus dans notre direct du 15 octobre

Un couvre-feu dès 21 h, amené à évoluer

Le couvre-feu nocturne entrera en vigueur vendredi à minuit et concernera donc bien toute l’Île-de-France et huit métropoles : Aix-Marseille, Grenoble, Lille, Lyon, Montepllier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse.

Dans ces zones, chacun devra être chez soi, a indiqué le Premier ministre et tous les lieux recevant du public seront fermés. Plusieurs dérogations sont déjà établies : les déplacements pour raisons de santé ou professionnelles, lorsque son avion ou son train arrive à une heure ne permettant pas d’être au domicile à 21 h, pour aider des proches en situation de dépendance ou pour sortir son animal de compagnie à proximité de chez-soi.

Interrogé sur les modifications possibles de la mesure, Olivier Véran a affirmé qu’en cas d’évolutions importantes et durables, [pourrait se] reposer la question de rebasculer un territoire dans une zone avec moins de contraintes. Le ministre de la Santé a cependant averti : Il faut de la patience, pour constater l’efficacité d’une mesure.

Sport, sorties, transports… La vie sous couvre-feu en 7 questions pratiques

  Sport, sorties, transports… La vie sous couvre-feu en 7 questions pratiques Emmanuel Macron a annoncé mercredi l’instauration d’un couvre-feu en Ile-de-France et dans huit métropoles à compter de vendredi soir minuit. De nombreuses questions émergent déjà sur l’application de cette mesure.Ce couvre-feu, qui concerne environ 20 millions de personnes, s’appliquera à partir de vendredi soir pour une durée d’au moins quatre semaines.

Il est également possible que d’autres territoires rejoignent le couvre-feu, si les indicateurs devaient se dégrader.

Amende de 135 €

Pour tout déplacement dérogatoire, les habitants des zones sous couvre-feu devront se munir d’une attestation, téléchargeable sur le site du gouvernement (gouvernement.fr) à partir de ce vendredi et au numéro vert 0 800 130 000. L’attestation pourra être présentée sur téléphone, dans ce cas, elle se rechargera toutes les heures, imprimée ou écrite sur papier libre, a précisé Gérald Darmanin.

Concernant les motifs professionnels, un justificatif de l’entreprise sera également nécessaire, ou la présentation d’une carte professionnelle, pour les infirmiers et infirmières libéraux ou les journalistes par exemple.

En l’absence de justificatif, les contrevenants et contrevenantes s’exposent à une amende de 135 €. Au bout de la troisième, ils encourent 6 mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende.

12 000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque nuit exclusivement pour veiller au respect de la mesure, a indiqué le ministre de l’Intérieur. Les autres forces de l’ordre pourront également être amenées à contrôler.

Covid-19 : ces mesures qui s'appliqueront aussi dans les villes non visées par le couvre-feu

  Covid-19 : ces mesures qui s'appliqueront aussi dans les villes non visées par le couvre-feu Le retour de l'état d'urgence sanitaire dès samedi 17 octobre implique le recours à de nouvelles restrictions, applicables sur tout le territoire français. » LIRE AUSSI - Couvre-feu : une attestation à télécharger en Île-de-France et 8 autres métropoles

Les agents pourront également sanctionner les établissements recevant du public et feront de la pédagogie, notamment sur la règle de six personnes maximum rassemblées.

D’autres restrictions dans et hors zone de couvre-feu

En journée, les huit métropoles et l’Île-de-France devront également respecter d’autres consignes. Resteront fermés les débits de boissons ainsi que les salles de sport, sauf pour les enfants et les sportifs professionnels. Les universités et établissements du supérieur devront respecter la limite de 50 % de présence des étudiants dans les lieux d’enseignement.

Toutes les fêtes privées, mariages et soirées étudiantes dans des établissements accueillant du public seront interdites, a annoncé Jean Castex.

Dans le reste de la France, les restaurants devront respecter le protocole renforcé.

Un siège sur deux seulement pourra être occupé dans les lieux où le public est assis et le nombre de visiteurs y sera limité à 1000 ou 5 000 selon le niveau de circulation du virus. Les endroits où l’on circule debout seront régis par la jauge de 4m² par personne, et le nombre de visiteurs sera fixé par le préfet, là aussi selon la situation épidémique.

Les transports maintenus

L’offre ferroviaire ne sera pas réduite pour les vacances de la Toussaint. En revanche, dans les trains, un siège sur deux sera banalisé.

Covid-19. Le couvre-feu risque-t-il d’être étendu à d’autres villes dans les prochains jours ?

  Covid-19. Le couvre-feu risque-t-il d’être étendu à d’autres villes dans les prochains jours ? À minuit, dans la nuit de vendredi à samedi, le couvre-feu sanitaire pour lutter contre la propagation du coronavirus s’applique dans toute la région Île-de-France et huit métropoles en France. Mais d’autres territoires pourraient être concernés dans les prochains jours. Dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19, le couvre-feu sanitaire va s’appliquer à minuit dans la nuit de ce vendredi 16 à samedi 17 octobre et jusqu’au 1er décembre pour l’Île-de-France et huit métropoles : Lille, Lyon, Aix-Marseille, Grenoble, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne et Rouen.

Un trajet qui prévoirait une arrivée à destination après 21 heures constituera une dérogation au couvre-feu, sur présentation du billet. Les accompagnants qui iraient chercher un proche à la gare ou à l’aéroport, « la question devra être clarifiée très vite, a précisé Jean Castex. Sûrement qu’il faudrait rentrer ce cas de figure dans les dérogations envisagées. »

Dans les aéroports, des points de tests antigéniques seront déployés, a indiqué Olivier Véran, pour les personnes au départ.

Renforcement du télétravail

La ministre du Travail s’est félicitée du succès du protocole dans le milieu professionnel. Il n’y a pas de chaîne de contamination quand on applique le protocole très strict. Sur les 50 000 interventions, Élisabeth Borne n’a comptabilisé que 300 mises en demeure.

Cependant, les entreprises concernées par le couvre-feu sont priées de définir un nombre minimal de jours en télétravail. Emmanuel Macron a évoqué deux à trois jours par semaine, dans son intervention télévisée mercredi soir. Par ailleurs, les entreprises sont également invitées à décaler les heures de travail, afin de désengorger les transports en commun.

Le nouveau protocole national sera mis en ligne ce vendredi, et applicable d’ici la semaine prochaine.

Aides aux entreprises

Nous continuerons à être aux côtés des entreprises, a assuré Bruno Le Maire, pour qui le couvre-feu a fait l’effet d’une douche froide. Tout ce qui doit être fait sera fait pour leur permettre de passer cette période de couvre-feu, a-t-il promis.

Couvre-feu en France, situation «très préoccupante» en Europe, cacophonie en Allemagne… Une semaine d'actu sur le coronavirus

  Couvre-feu en France, situation «très préoccupante» en Europe, cacophonie en Allemagne… Une semaine d'actu sur le coronavirus Les dernières informations sur la pandémie de Covid-19. Bilan. La pandémie a fait plus de 1,09 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP jeudi. Quelque 38,57 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,6 millions ont été guéris. En France, 30 621 cas positifs ont été détectés en vingt-quatre heures jeudi, un record de contaminations journalières. 88 décès ont été enregistrésCouvre-feu.

Parmi les mesures mises en place, le fonds de solidarité sera étendu à toutes les entreprises de moins de 50 salariés dans les zones de couvre-feu et de tous les secteurs qui ont perdu au moins 50 % de leur chiffre d’affaires. Elles pourront bénéficier d’une aide allant jusqu’à 1 500 € pendant toute la durée du couvre-feu. C’est un filet de sécurité, a commenté le ministre de l’Économie.

Toutes les entreprises fermées administrativement auront une exonération totale de charges sociales et patronales, ainsi que celles qui ont perdu 50 % de leur chiffre d’affaires. Les entreprises de l’hôtellerie-restauration de moins de 50 salariés qui accuseront une perte de 50 % de leur chiffre d’affaires (et non plus 70 %) seront éligibles à une aide jusqu’à 10 000 € par mois.

Ce premier paquet de mesures coûtera 1 milliard d’euros à l’État.

Les prêts garantis par l’État seront accessibles jusqu’au 30 juin 2021, soit une prolongation de 6 mois, et pourront être remboursés en un an supplémentaire, après accord de la Fédération bancaire. Devront encore être précisées les modalités concernant les loyers, les congés payés et les assurances, dont un nouveau régime doit être établi dans les prochaines semaines.

Les bénéficiaires des APL et du RSA recevront d’ici la fin de l’année une prime de 150 € et 100 € par enfant.

Covid-19 : vendredi, dernière soirée sans couvre-feu pour l'Île de France et huit grandes villes .
Vendredi soir, les habitants de l'Île de France et des huit grandes villes placées en alerte maximale anti-Covid ont vécu leur dernière soirée avant le couvre-feu. 1/10 DIAPOSITIVES © Michel Spingler/AP/SIPA Dans les rues de Lille avant le couvre-feu, le 16 octobre 2020. Dans les rues de Lille avant le couvre-feu, le 16 octobre 2020. 2/10 DIAPOSITIVES © Michel Spingler/AP/SIPA Dans les rues de Lille avant le couvre-feu, le 16 octobre 2020. Dans les rues de Lille avant le couvre-feu, le 16 octobre 2020.

usr: 1
C'est intéressant!