•   
  •   

France A Marseille, malgré plusieurs semaines de mesures restrictives, le virus circule toujours à grande vitesse

22:05  16 octobre  2020
22:05  16 octobre  2020 Source:   lemonde.fr

Marseille : à quoi pourrait ressembler le "conseil scientifique" voulu par la mairie ?

  Marseille : à quoi pourrait ressembler le L'annonce a été faite lundi par la deuxième adjointe à la ville. L'entourage de la maire évoque une "commission technique de travail", sans logique de "guerre" avec Paris.

Le dernier bilan hebdomadaire publié mercredi soir confirme que la hausse des cas de Covid-19 admis en réanimation se poursuit dans la région.

Plan blanc décrété dès le 14 août, contraintes sanitaires imposées le 25 août et le 14 septembre. Le département des Bouches-du-Rhône et particulièrement les agglomérations d’Aix-en-Provence et de Marseille, ont vécu en avance le rebond de l’épidémie de Covid-19. Mais à l’inverse de la métropole de Bordeaux, concernée au même titre fin août, les mesures de lutte prises tôt et parfois très mal reçues par la population et les élus locaux n’ont pas permis à Aix-Marseille-Provence d’échapper au couvre-feu.

Coronavirus: plus de 4.000 nouveaux cas quotidiens en Allemagne, une première depuis avril

  Coronavirus: plus de 4.000 nouveaux cas quotidiens en Allemagne, une première depuis avril Le virus continue de circuler en Europe : l'Allemagne a enregistré plus de 4.000 nouveaux cas quotidiens. En France, Emmanuel Macron estime que des "restrictions" supplémentaires doivent être considérées dans les zones de circulation intense du coronavirus. Suivez en direct l'évolution de la situation.

« Il n’y a, aujourd’hui, pas eu d’effet significatif sur le nombre d’hospitalisations, mais certains spécialistes pensent, sûrement à raison, que les mesures sanitaires ont permis d’infléchir une hausse qui aurait pu être beaucoup plus forte », veut croire Anthony Valdez, le directeur de l’organisation des soins à l’agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur (ARS).

A Marseille, l’obsession de « sauvegarder les activités hospitalières hors Covid »

Le bilan hebdomadaire, rendu public le 14 octobre, confirme la hausse des cas de Covid-19 en réanimation dans la région. En un mois, ils sont passés de 144 à 198. Dont 143 dans les seules Bouches-du-Rhône. « Ce département et Marseille portent la courbe régionale. Et ce n’est pas une question de transferts venus d’ailleurs, car la quasi-totalité des patients sont originaires de ce territoire », explique encore M. Valdez.

Virus : bond des contaminations et restrictions en Europe, le Brésil frôle les 150.000 morts

  Virus : bond des contaminations et restrictions en Europe, le Brésil frôle les 150.000 morts Face au bond des contaminations au Covid-19 en Europe, de nouvelles restrictions entrent samedi en vigueur en Allemagne - à Berlin - et en Pologne, tandis qu'en Amérique latine, le Brésil s'apprête à dépasser la barre des 150.000 morts. En Europe, qui recense plus de 6,2 millions de cas de Covid-19 et près de 240.000 morts, la situation ne cesse d'empirer. En Allemagne, où plus de 4.000 nouveaux cas sont officiellement recensés chaque jour - chiffre record depuis début avril - la chancelière Angela Merkel a prévenu : si le nombre des contaminations ne se stabilise pas dans les dix jours, le pays prendra de nouvelles mesures restrictives.

Coup de froid

Le taux de positivité, après avoir connu une réelle décélération fin septembre, est, à nouveau, en « nette augmentation » selon l’ARS, atteignant 11,5 % des 38 773 tests effectués par semaine. « Il y a une accélération de la circulation virale. Ce n’est pas une déferlante comme on a pu l’observer dans le premier épisode, plutôt une marée montante qui exerce une forte pression sur les services de réanimation », note encore Anthony Valdez, qui, en s’appuyant sur les projections de l’Institut Pasteur, prévoit, au 2 novembre, un chiffre de 165 patients en réanimation dans les Bouches-du-Rhône.

« On n’a peut-être pas réalisé ce qui se passait » : à Marseille, de l’insouciance estivale au retour brutal du Covid-19

Pour anticiper cette perspective, et alors que certains services des hôpitaux marseillais ou aixois affichent un taux d’occupation par des patients Covid autour de 50 %, trente nouveaux lits seront ouverts dans les prochains jours.

Marseille : « "Rubirola est là", mais on sait pas si elle sera là demain »

  Marseille : « Un article du Monde alimente les rumeurs sur une éventuelle démission de Michèle Rubirola avant la fin de son mandat © CLEMENT MAHOUDEAU / AFP La maire de Marseille Michèle Rubirola POLITIQUE - Un article du Monde alimente les rumeurs sur une éventuelle démission de Michèle Rubir Au quatrième étage d’un immeuble de la Canebière, dans les locaux discrets du Centre ressource Marseille, une vingtaine de personnes entoure Michèle Rubirola.

Observateurs avancés de la situation, les marins-pompiers de Marseille voient, eux aussi, la présence du virus remonter dans les eaux usées de la ville. « Nous avons une courbe en dos de chameau. La tendance à la décrue que nous observions depuis le 3 septembre s’inverse depuis le 23 septembre », témoigne le contre-amiral Augier. Le patron du bataillon y voit la conséquence du coup de froid qui, à cette date, a soudain saisi Marseille. « Les habitants ont recommencé à se réunir à l’intérieur, ce qui a peut-être favorisé la diffusion du virus », analyse-t-il. « Mais aujourd’hui, nos équipes transportent encore deux fois moins de Covid-19 que lors du pic de septembre », assure Patrick Augier.

Comme en août, la remontée touche d’abord le réseau du centre-ville, qui représente environ 600 000 habitants. « Le virus circule et il faut accepter de se dire qu’il ne va pas disparaître », poursuit le contre-amiral.

Couvre-feu, bars, fêtes… Quelles restrictions dans votre ville ou département ?

Pour le microbiologiste et directeur de recherche CNRS à Aix-Marseille Université, Tâm Mignot, le rebond qui touche la métropole marseillaise reflète « la vague qui arrive partout, en France et en Europe ».

Quant au ralentissement de la propagation constaté à la mi-septembre, qui a conduit de nombreux politiques dont la maire écologiste de Marseille Michèle Rubirola ou le président Les Républicains de la région PACA Renaud Muselier, à s’opposer aux mesures de fermeture des bars et restaurants, il l’explique par un cocktail de facteurs : « Moins de personnes à Marseille avec le départ des aoûtiens, un retour à un rythme de travail pour beaucoup de monde et un port du masque généralisé. Le reste des mesures n’en étaient pas vraiment. J’ai du mal à croire que fermer les bars de 0 h 30 à 5 heures ait un impact sur la propagation du virus », assure-t-il. « Bordeaux a-t-il été moins laxiste que Marseille ?, s’interroge-t-il tout haut. Aujourd’hui, il y a un autre moteur épidémique en cours. Cela peut justifier un changement de braquet. »

Marseille : Michèle Rubirola demande à l'Etat de rééquilibrer les pouvoirs entre la ville et la métropole .
La maire de Marseille, qui se dit sans marge de manœuvre, car bloquée par une métropole présidée par sa rivale politique Martine Vassal, a interpellé Jean Castex sur le sujet © NICOLAS TUCAT / AFP Jean Castex et Michèle Rubirola lors d'une rencontre en octobre 2020 POLITIQUE - La maire de Marseille, qui se dit sans marge de manœuvre, car bloquée par une métropole présidée par sa rivale politique Martine Vassal, a inter Après une rencontre avec le Premier ministre, en visite ce samedi à Marseille, la maire écologiste de la deuxième ville ​ de France a appelé Jean Castex à intervenir p

usr: 1
C'est intéressant!