•   
  •   

France Mineur parmi les personnes placées en garde à vue pour un enseignant décapité

16:07  17 octobre  2020
16:07  17 octobre  2020 Source:   newsweek.com

Professeur décapité : que sait-on des onze personnes en garde à vue ?

  Professeur décapité : que sait-on des onze personnes en garde à vue ? Quatre membres de la famille du terroriste et plusieurs proches sont actuellement en garde à vue. Le parent d'élève à l'origine des vidéos demandant une mobilisation contre l'enseignant a également été interpellé. © Fournis par Franceinfo La police tente de retracer le fil des événements après la décapitation, vendredi 16 octobre, de Samuel Paty, un professeur d'histoire-géo du collège du Bois d'Aulne, situé à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). L'auteur des faits, Abdoullakh Anzorov, a été abattu par la police peu de temps après avoir commis cet assassinat.

Quatre personnes , dont un mineur , ont été placées en garde à vue dans la nuit du 16 au 17 octobre 2020 après la décapitation d'un professeur d'histoire près d'un collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans le Val-d'Oise, selon des sources judiciaires. D'après cette source, ces personnes sont issues de

Ces personnes sont issues de l'entourage familial de l'assaillant, qui a été tué par des policiers, selon cette source. Ou en est l’enquête sur les parents qui ont porté plainte contre cet enseignant martyr ? Sont-ils en garde à vue ? Crumble8. le 17/10/2020 à 07:24.

Un mineur fait partie des neuf personnes arrêtées en lien avec la décapitation d'un enseignant près de Paris dans une attaque qui a laissé la France sous le choc.

a man wearing a military uniform: French police officers at the entrance of a middle school in Conflans Saint-Honorine, 30kms northwest of Paris, on October 17, 2020. A teacher there was decapitated by an attacker who has been shot dead by policemen. © BERTRAND GUAY / Getty Images Policiers français à l'entrée d'un collège à Conflans Saint-Honorine, à 30 km au nord-ouest de Paris, le 17 octobre 2020. Un enseignant y a été décapité par un agresseur abattu par des policiers .

Des témoins ont décrit comment le suspect, qui a été nommé par les médias français comme Abdullah Anzorov, âgé de 18 ans, a brandi un grand couteau et crié "Allahu Akbar" ou "Dieu est grand", alors qu'il attaquait le professeur dans la rue dans ville de Conflans-Sainte-Honorine, à environ 20 miles au nord-ouest de Paris vendredi après-midi.

Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits

  Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits Du cours d’éducation civique, début octobre, où ont été montrées des caricatures de Mahomet à l’hommage national rendu à Samuel Paty après son assassinat, organisé ce mercredi 21 octobre, retour deux semaines d’escalade, d’enquête et de réactions politiques. Le vendredi 16 octobre, à proximité du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty était assassiné. Il a été tué par Abdoullakh A., jeune homme tchétchène d’origine russe, qui aurait visé le professeur d’histoire-géographie après que ce dernier a montré en classe des caricatures de Mahomet.

Un enseignant , qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, a été décapité en fin Emmanuel Macron, qui s'est rendu sur place quelques heures après le drame, a dénoncé un membres de l'entourage de l'assaillant tué par les policiers, ont été placées en garde à vue dans la Un professeur décapité pour avoir présenté les caricatures de #CharlieHebdo : nous en sommes, en

Quatre personnes , dont un mineur , ont été placées en garde à vue dans la nuit, selon l’Agence France-Presse (AFP). Sur place , ils ont découvert la victime, un professeur d’histoire-géographie de l’établissement scolaire. Les policiers ont alors tenté d’interpeller un homme qui les menaçait avec

La police a identifié la victime comme étant Samuel Paty, 47 ans, qui a enseigné l'histoire et la géographie.

Il avait reçu des menaces non précisées après avoir suivi un cours sur la liberté d'expression et aurait montré les caricatures du prophète Mahomet qui ont conduit à une attaque terroriste contre le magazine Charlie Hebdo en 2015.

Cela a mis en colère un certain nombre de parents musulmans. Les musulmans croient que toute représentation du prophète est blasphématoire. La police française

a déclaré que le suspect s'était enfui après l'attaque et avait été abattu à environ 600 mètres de la scène du meurtre après qu'il n'ait pas posé ses armes à la demande des officiers. Le parquet antiterroriste de

Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques

  Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques La classe politique a dénoncé d'une même voix l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, où un professeur d'Histoire a été retrouvé décapité. © CHRISTOPHE SAIDI/SIPA Un «ignoble crime» pour Jean-Luc Mélenchon, «un crime insoutenable» pour Aurore Bergé, un exemple de «l'horreur sans limite du fanatisme djihadiste» pour Raphaël Glucksmann. L'attaque qui a eu lieu vendredi à à Conflans-Sainte-Honorine, au cours de laquelle un professeur d'Histoire qui avait montré les caricatures de Mahomet en classe a été décapité, a fait réagir des politiques de tous bords.

Cinq nouvelles personnes ont été placées en garde à vue , a appris BFMTV ce samedi matin, portant le total à neuf personnes Parmi elles , figure un père de famille auteur d'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux dans laquelle il s'était plaint de l'attitude du professeur et de son choix d'avoir montré

Un enseignant a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. L'assaillant présumé a été abattu par la police dans la commune Les policiers de la Bac de Conflans-Sainte-Honorine ont été appelés pour un individu suspect rôdant autour d'un établissement scolaire, selon cette source.

France a déclaré que les grands-parents, les parents et le frère de 17 ans de l'attaquant avaient été arrêtés et qu'une enquête pour meurtre présumée terroriste avait été ouverte. Le président français de

, Emmanuel Macron, a condamné ce qu'il a qualifié d '"attaque terroriste islamiste".

"Un de nos compatriotes a été assassiné aujourd'hui parce qu'il a enseigné la liberté d'expression, la liberté de croire ou de ne pas croire", a déclaré Macron. Le ministre français de l'Education de

, Jean Michael Blanquer, a tweeté: "Notre unité et notre fermeté sont les seules réponses à la monstruosité du terrorisme islamiste." À l'Assemblée nationale, le parlement français, les députés ont honoré le professeur et condamné «l'atroce attaque terroriste».

Les origines tchétchènes du suspect constitueront un élément clé de l'enquête. La Tchétchénie est une république russe à majorité musulmane du Caucase du Nord et l'ambassade de Russie à Paris a demandé aux autorités françaises des informations sur le suspect, a rapporté Tass.

L'Assemblée des Tchétchènes d'Europe a condamné l'attaque "dans les termes les plus forts", affirmant dans un communiqué qu'elle "souhaite réitérer la position de ses membres pour condamner toutes les formes d'extrémisme religieux et tous les actes de violence", a rapporté BFMTV.

Il y a eu un pic de violence islamiste en France. Après le début du procès le mois dernier après l'attaque de Charlie Hebdo en 2015, un homme a attaqué et blessé deux personnes devant l'ancien bâtiment du magazine, a rapporté la BBC.

Démarrez votre essai illimité de Newsweek

Enseignant décapité : la FSU souhaite organiser un rassemblement dimanche place de la République, à Paris .
Le secrétaire général du syndicat de professeurs souhaite "organiser l'expression de la solidarité nationale, au-delà de la communauté éducative"."On a besoin de cohésion nationale, on a besoin de soutien", réagit Benoît Teste, secrétaire général de la FSU, au sortir de la réunion avec Jean Castex et Jean-Michel Blanquer au ministère de l'Education nationale, après l'assassinat d'un professeur, vendredi 16 octobre après-midi à Conflans-Sainte-Honorine. Le Premier ministre s'est entretenu samedi matin, aux côtés du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, avec les représentants des personnels de l'Education nationale.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 247
C'est intéressant!