•   
  •   

France Professeur décapité : Blanquer promet aux enseignants que l'État va les "protéger"

17:50  17 octobre  2020
17:50  17 octobre  2020 Source:   europe1.fr

Ile-de-France : un professeur décapité, l'agresseur présumé abattu par la police

  Ile-de-France : un professeur décapité, l'agresseur présumé abattu par la police La victime, professeur d'histoire, avait montré les caricatures de Mahomet en classe, suscitant l'émotion. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'affaire. Emmanuel Macron se rend à Conflans-Sainte-Honorine. © Fournis par Franceinfo Un professeur de collège a été égorgé puis décapité dans l'après-midi du vendredi 16 octobre à l'arme blanche à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) et son agresseur présumé est mort sous les balles tirées par la police à Eragny-sur-Oise, dans le Val-d'Oise, a appris franceinfo de source policière.

• Un professeur a été décapité près d'un collège vendredi, en fin d'après-midi à Conflans-Sainte-Honorine Je veux dire ce soir à tous les enseignants de France que nous sommes avec eux, que la nation toute Blanquer recevra samedi les représentants des personnels et des parents d'élèves.

L ’ enseignant a été décapité , vendredi. Il avait mené en classe une intervention en lien avec les caricatures de Mahomet. L’obscurantisme et la violence qui l’accompagne ne gagneront pas. Ils ne nous diviseront pas », a déclaré le chef de l ’ Etat après avoir rencontré les collègues du professeur

Au lendemain de l'horrible attaque subie par un professeur d'histoire-géographie dans les Yvelines, décapité par un homme de 18 ans, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a reçu les syndicats rue de Grenelle samedi. Il leur a fait part de son soutien et ils appellent ensemble à la cohésion. © Ludovic Marin / AFP Au lendemain de l'horrible attaque subie par un professeur d'histoire-géographie dans les Yvelines, décapité par un homme de 18 ans, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a reçu les syndicats rue de Grenelle samedi. Il leur a fait part de son soutien et ils appellent ensemble à la cohésion.

L'Etat sera aux côtés des enseignants pour les "protéger", a promis le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer dans un message vidéo à "tous les professeurs de France" diffusé au lendemain de la décapitation d'un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Jean-Michel Blanquer a également reçu les syndicats de professeurs au ministère samedi matin avec le Premier ministre Jean Castex, et ceux rencontrés par Europe 1 devant le ministère se sont dits très touchés par leurs mots. Ils ont particulièrement apprécié que Jean Castex se soit déplacé de Matignon à la rue de Grenelle pour les rencontrer.

Un prof décapité à Conflans Saint-Honorine : « C’est la République qui est attaquée », déclare Blanquer

  Un prof décapité à Conflans Saint-Honorine : « C’est la République qui est attaquée », déclare Blanquer « L’islamisme nous mène une guerre : c’est par la force que nous devons le chasser de notre pays », déclare Marine Le Pen. « Il salit sa religion », pointe Jean-Luc Mélenchon. « C’est la République qui est attaquée » avec « l’assassinat ignoble de l’un de ses serviteurs », a estimé vendredi soir le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, sur Twitter, après qu’un professeur a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Lors d'une réunion au ministère de l'Éducation nationale, en compagnie de Jean-Michel Blanquer , le Premier ministre a fait part de la Jean Castex a rendu hommage à l ' enseignant décapité . J’ai une pensée pour Samuel Paty, qui était professeur depuis une vingtaine d’années, lâchement assassiné.

Les enseignants ont également tiré la sonnette d'alarme au sujet d'une des mesures phares du projet de loi, visant à remédier à la Un principal prendrait sa tête, secondé par un adjoint sur le primaire. Même si Jean-Michel Blanquer , dans une lettre adressée aux enseignants , leur a garanti le maintien

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

"Ne pas céder à la peur"

Le Premier ministre leur a dit que c'était toute la communauté nationale qui était frappée et bouleversée. L'École est le cœur de la République, leur a t-il répété. Les professeurs ont ainsi pu ressentir l'unité du camp républicain ce matin ont-ils confié à Europe 1. Ils en appellent à leur tour à la cohésion et, comme le président hier soir et comme le ministre de l'Education, à ne pas céder à la peur.

"L'émotion est très forte, elle a été palpable tout au long de cette réunion, de tous les côtés", a ainsi témoigné Frédéric Marchand, de l'Unsa éducation. "C'est quelque chose de très, très grave qui vient de se passer; la République a été attaquée au travers de l'assassinat de cet enseignant. L'objectif sur ce sujet-là est bien de ne pas céder à la peur, qui serait de ne plus chercher à éduquer à la liberté d'expression, à la liberté de conscience. Il est important qu'on puisse éduquer à l'esprit critique, important de défendre à tout prix la liberté de la presse et la liberté d'expression", a-t-il souligné.

Professeur décapité : "L'individu qui agit seul a été incité à passer à l'acte"

  Professeur décapité : Vendredi, un professeur a été décapité par un jeune homme de 18 ans inconnu des services de renseignements. Jean-Charles Brisard, président du centre d’analyse du terrorisme, a expliqué sur Europe 1 le processus pouvant pousser des individus à commettre de tels actes même lorsqu'ils n'appartiennent pas à une organisation terroriste. require(["binding"], function (binding) { binding("wcVideoPlayer", "#video_player_d8fbfa91-67ed-4b79-b262-ecb3b05fab56").

Il aurait décapité un professeur d'histoire-géographie suite à un cours sur la liberté d'expression pendant lequel ce dernier avait présenté des Le collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, où enseignait le professeur et devant lequel il a été décapité , le 16 octobre 2020 (image

» À VOIR AUSSI - Professeur décapité : «Il ne va pas y avoir de renoncement», affirme le syndicat SNES-FSU. Le cœur du métier de tous les enseignants est touché, attaqué. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer , recevra samedi les représentants des parents d'élèves

À LIRE AUSSI - Professeur décapité dans les Yvelines : ce que l'on sait

Dans son message vidéo, Jean-Michel Blanquer rejoignait cette volonté, notant que l'enseignant "a été assassiné pour avoir donné un cours qui avait un lien avec un pilier de la démocratie : la liberté d'expression. C'est un acte ignoble et lâche, c'est une attaque contre la République, parce que l'école est la colonne vertébrale de la République", avait-t-il déclaré.

"Nos enseignants continueront à éveiller l'esprit critique des citoyens de la République, à les émanciper de tous les totalitarismes et de tous les obscurantismes", a de son côté martelé Jean Castex sur Twitter.

Appel aux rassemblements

Les échanges vont se poursuivre avec le ministère sur les enseignements et notamment celui moral et civique, ainsi que sur les temps de recueillement qui seront mis en place dès la rentrée. Les représentants syndicaux des enseignants souhaitent désormais un rassemblement citoyen pour rendre hommage au professeur assassiné. Ils appellent à un tel rassemblement dimanche à Paris, à 15 heures, place de la République, sous réserve que la préfecture de police l'autorise.

Des appels à des rassemblements ont également été lancés dans toute la France, à Lille ou à Clermont à 13 heures. Au ministère, c'est au tour des fédérations des parents d'élèves d'être reçus par Jean-Michel Blanquer pour partager l'effroi des parents et de leurs enfants. Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard doit ensuite faire un premier point de l'enquête devant la presse à 15 heures.

Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits .
Du cours d’éducation civique, début octobre, où ont été montrées des caricatures de Mahomet à l’hommage national rendu à Samuel Paty après son assassinat, organisé ce mercredi 21 octobre, retour deux semaines d’escalade, d’enquête et de réactions politiques. Le vendredi 16 octobre, à proximité du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty était assassiné. Il a été tué par Abdoullakh A., jeune homme tchétchène d’origine russe, qui aurait visé le professeur d’histoire-géographie après que ce dernier a montré en classe des caricatures de Mahomet.

usr: 8
C'est intéressant!