•   
  •   

France Kamel Kabtane : "Si les musulmans ne s'expriment pas, d'autres le feront à leur place"

22:05  17 octobre  2020
22:05  17 octobre  2020 Source:   lexpress.fr

Opération de police dans une mosquée à Paris : une lettre ouverte s'inquiète d'une «escalade délétère»

  Opération de police dans une mosquée à Paris : une lettre ouverte s'inquiète d'une «escalade délétère» Une trentaine de représentants musulmans se sont adressés à Emmanuel Macron quelques jours après un contrôle dans les locaux de la mosquée Omar, dans le XIe arrondissement. La lettre ouverte, publiée vendredi, est adressée au président de la République, Emmanuel Macron. «Nous tenons à vous exprimer nos inquiétudes sur l’escalade délétère que prend le traitement de l’islam et des musulmans dans notre pays», écrivent une trentaine de responsables musulmans d’Ile-de-France. La tension est montée fortement après les contrôles effectués, le 3 octobre, dans une mosquée parisienne.

Dans un entretien à l'Express, le recteur de la grande mosquée de Lyon se dit "abasourdi" après la décapitation d'un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet.

Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon, se dit © AFP PHOTO / JEFF PACHOUD Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon, se dit

"Un enseignant a été assassiné par le seul fait qu'il ait voulu éduquer des enfants." Auprès de l'Express, le recteur de la grande mosquée de Lyon Kamel Kabtane peine à cacher son émotion ce samedi au lendemain de la décapitation dans les Yvelines d'un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

Trump a réuni musulmans et juifs pour le vaincre

 Trump a réuni musulmans et juifs pour le vaincre Mais ce ne sont pas seulement ces chiffres qui ressortent de cette étude. Il y a autre chose qui est potentiellement plus durable et plus significatif: le soutien de chaque communauté aux autres minorités. Les musulmans et les juifs sont les deux groupes confessionnels qui soutiennent le plus Black Lives Matter, une organisation que Trump a qualifiée de «symbole de haine». Soixante-cinq pour cent des musulmans soutiennent la création de coalitions avec BLM, tout comme 54 pour cent des juifs.

Un hommage national sera rendu à ce professeur d'histoire-géographie, a annoncé ce samedi l'Elysée. Kamel Kabtane annonce également qu'il réunit dès dimanche l'ensemble des imams de son département du Rhône pour condamner fermement cette attaque. Interview.

L'Express. Comment réagissez-vous à cet "attentat islamiste caractérisé", selon les mots d'Emmanuel Macron ?

Kamel Kabtane. Je suis abasourdi. S'attaquer à la communauté éducative, c'est grave. Cette affaire a commencé dans une salle de classe où un professeur a voulu enseigner à ses élèves la liberté d'expression et aussi la tolérance vis-à-vis des autres. Et quand on voit comment les choses ont évolué par la suite, grâce à internet, aux réseaux sociaux, avec un certain nombre de discours de personnes qui derrière leurs ordinateurs lançaient des messages sans savoir quel serait le résultat... Et le résultat est celui-là, un enseignant a été assassiné par le seul fait qu'il ait voulu éduquer des enfants.

Dans le Michigan, les musulmans de Dearborn veulent tourner la page Trump

  Dans le Michigan, les musulmans de Dearborn veulent tourner la page Trump À Dearborn, ville du Michigan où le tiers des habitants sont Arabo-Américains ou originaires de pays arabes, les électeurs musulmans penchent plutôt du côté démocrate. Si Joe Biden n’était pas leur premier choix – ils lui préféraient le socialiste Bernie Sanders la nécessité de se débarrasser d’un président qui les stigmatise l’emporte. Reportage. La dernière fois que Nada Al-Hanooti s'est rendue au café Starbucks de Dearborn, situé sur une petite place commerçante le long de la très bruyante Michigan Avenue, c'était pour rencontrer un autre journaliste.

LIRE AUSSI>> Attentat de Conflans. Zineb El-Rhazoui : "C'est une nouvelle victime de Charlie Hebdo"

Dans l'islam, il existe une gradation : il y a Dieu, l'enseignant et le père. Donc l'enseignant est placé juste après Dieu, car il joue un rôle important dans l'éducation, la formation des esprits. C'est grâce à l'enseignant qu'on va pouvoir faire avancer l'intelligence, que les hommes et les femmes peuvent se parler, se rencontrer, échanger, se connaître, se faire respecter.

Un père d'élève, actuellement en garde à vue, avait publié une vidéo sur les réseaux sociaux et avait qualifié le professeur de "voyou" qui "ne doit plus éduquer nos enfants" pour avoir montré des caricatures de Mahomet "nu". Quel est votre regard sur le fait de parler de ces caricatures en cours ?

Je pense que problème des caricatures a trop duré et qu'il va falloir que les musulmans s'expliquent là-dessus, que l'ensemble des responsables religieux musulmans de France puissent se déterminer lorsqu'on arrive à des situations comme ça.

Conflans : 11 personnes en garde à vue, le déroulé de l'attaque... le point sur l'enquête

  Conflans : 11 personnes en garde à vue, le déroulé de l'attaque... le point sur l'enquête Onze personnes étaient encore en garde à vue dimanche, tandis que les enquêteurs retracent le déroulé de l'attaque qui coûté la vie à un enseignant d'histoire-géographie.

L'islam est une religion de son temps, ce n'est pas une religion d'il y a 14 siècles. Elle a toujours vécu avec son temps. Ce que certains veulent apporter avec ces actions, c'est de faire l'islam une religion rétrograde qui vit toujours comme il y a 14 siècles. Il y a besoin de formations d'imams. C'est ce que nous allons faire, ce que nous sommes en train de préparer à l'Institut français de civilisation musulmane (IFCM). On met en place une formation des imams avec l'université. Tout réside dans ce que nous allons apporter dans les dix ans qui viennent.

Quel est donc l'enjeu aujourd'hui ?

L'enjeu est de montrer que l'islam n'a jamais été une religion rétrograde, une religion du passé. C'est une religion de l'avenir et elle s'adapte, elle doit s'adapter aussi bien en France que dans le monde entier. Il n'y a pas des islams, il n'y a qu'un seul islam, celui de la paix, de la tolérance et de l'ouverture vers les autres.

LIRE AUSSI>> Omar Youssef Souleimane : "C'est avant tout aux imams de résoudre la crise de l'islam"

L'islam est en rien responsable de tout cela. C'est surtout l'utilisation que certains font de cette religion pour pouvoir commettre de tels actes. Et c'est l'ensemble de la communauté musulmane qui va en payer les conséquences malgré tout le travail que nous faisons depuis des années pour essayer de rapprocher, de faire en sorte que les gens se parlent.

Enseignant décapité : "Les musulmans français sont laissés à la merci de fanatiques", estime l'écrivain Marek Halter

  Enseignant décapité : Les musulmans représentent 10% de la population, souligne-t-il, déplorant que "personne ne s'adresse à eux" et qu'on laisse les fanatiques répandre un virus "aussi dangereux que celui du Covid, la haine".Accompagné de plusieurs personnalités musulmanes, l'imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) a déposé lundi un bouquet de roses blanches devant le collège du Bois d'Aulne où enseignait Samuel Paty, décapité vendredi par un jeune d'origine tchétchène. "Ils ont décapité la tête d'un homme en pleine rue à Paris, pas à Bagdad ! Réveillez-vous, c'est votre avenir qui est en jeu !", a déclaré Hassen Chalghoumi, l'imam de Drancy.

Vous craignez donc une fracture dans la société ?

J'espère que l'amalgame ne sera pas fait. Ce que je crains maintenant, ce sont les réactions qu'il va y avoir. Je subodore que certains, dans certaines officines, sont en train d'aiguiser leurs armes pour voir de quelle façon porter les coups à cette communauté. Ce ne sera pas la solution. La solution, ce sera que l'ensemble des Français, main dans la main, continuent de s'opposer à cette haine qui habite certains.

Certains responsables politiques demandent aux musulmans de s'exprimer et de condamner fermement cette attaque. Nadine Morano a appelé à un "mouvement de révolte". Que pensez-vous de ces appels de la classe politique ?

Je réunis demain l'ensemble des imams du département du Rhône pour une réunion allant dans ce sens-là, et on publiera un communiqué. La nature a horreur du vide : si les musulmans ne s'expriment pas, d'autres vont s'exprimer à leur place. C'est important de le faire, montrer que la majeure partie des musulmans dans ce pays veulent rester, travailler, vivre en paix. Lorsqu'on avait à l'époque manifester pour Charlie Hebdo, je disais que ce jour-là nous avions pleuré, marché... Est-ce que nous l'avons fait assez ou pas ? Ça, je ne sais pas.

"Ils ne passeront pas", a promis Emmanuel Macron après cette attaque qui a eu lieu deux semaines après son discours contre le "séparatisme islamiste". Qu'en aviez-vous pensé ?

`` Monsieur Paty '': le professeur de français était un professionnel populaire

 `` Monsieur Paty '': le professeur de français était un professionnel populaire Samuel Paty, le professeur d'histoire de 47 ans décapité pour avoir montré à sa classe des dessins animés du prophète Mahomet dans une leçon sur la liberté d'expression, est dans les mémoires comme un professionnel engagé qui aimait entraîner ses élèves dans le débat.

Je pense qu'il a abordé les sujets importants. Mais je pense qu'il a employé un terme qui a beaucoup déplu en disant que l'islam est en crise. Ce n'est pas l'islam qui est en crise, ce sont les pays, ce sont les musulmans dans chacun des pays qui sont en crise. Il y a des crises un peu partout ; Daech est un élément de crise. Ce sont ceux qui utilisent la religion pour faire du mal aux autres.

LIRE AUSSI>> "Nous sommes effondrés" : le monde éducatif sous le choc après l'attentat à Conflans

Sur un certain nombre de points, j'ai répondu favorablement au discours. J'avais fait un tweet et eu plus de 300 menaces et insultes. Mais je continue à dire : il faut peut-être voir aujourd'hui quel est l'intérêt pour la communauté musulmane de pouvoir dialoguer tranquillement avec la République sans être en permanence en train de s'opposer. Il y a un besoin de dialogue, de rencontre, d'échange. On ne dialogue pas assez. Est-il nécessaire d'ajouter une autre loi à celle que nous connaissons ? Ou les autres lois ne sont plus bonnes et il faut les réadapter ? Ou peut-être travailler sur l'essentiel : les hommes. On ne travaille pas assez sur les hommes.

Il faut s'attaquer aux racines du mal. Elles sont tellement profondes, il va falloir aller loin. C'est l'indifférence, le racisme, le logement, le travail, tout ça. Je suis en France depuis plus de 50 ans, et je n'ai jamais senti la France dans un tel état de crise.

Présidentielle en Côte d'Ivoire : la place des musulmans, enjeu crucial du scrutin .
L’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir en 2011, premier président musulman de Côte d’Ivoire, a placé cette communauté, jadis exclue, au cœur des rouages du pouvoir administratif et social. Après dix ans de guerre civile (2002-2011) qui ont divisé les Ivoiriens sur des lignes autant politiques que religieuses, la question de la place des musulmans dans le pays pourrait faire ressurgir les fantômes du passé. "Ne pas se comprendre ou avoir des idées divergentes, c'est normal dans la vie politique d'un pays. Mais faisons très attention. Ayez l'esprit de discernement. La meilleure arme vous appartient.

usr: 6
C'est intéressant!