•   
  •   

France Professeur décapité. « La peur n’est pas notre religion », affirme Jean-Michel Blanquer

02:15  18 octobre  2020
02:15  18 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

Ile-de-France : un professeur décapité, l'agresseur présumé abattu par la police

  Ile-de-France : un professeur décapité, l'agresseur présumé abattu par la police La victime, professeur d'histoire, avait montré les caricatures de Mahomet en classe, suscitant l'émotion. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'affaire. Emmanuel Macron se rend à Conflans-Sainte-Honorine. © Fournis par Franceinfo Un professeur de collège a été égorgé puis décapité dans l'après-midi du vendredi 16 octobre à l'arme blanche à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) et son agresseur présumé est mort sous les balles tirées par la police à Eragny-sur-Oise, dans le Val-d'Oise, a appris franceinfo de source policière.

n - est - pas - notre - religion -martele- jean - michel - blanquer _4145569.html. 11:15PolitiqueEnseignant tué : "Ce sont les valeurs les plus fondamentales de la République qui sont touchées", affirme Jean Castex.

Après l’attentat qui a visé un professeur d’histoire-géographie près d'un collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le ministre de l’Éducation nationale, Jean - Michel Blanquer , s’ est exprimé ce samedi.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, sur le plateau du 20h de France 2, samedi 17 octobre © CAPTURE D'ECRAN / FRANCE 2 Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, sur le plateau du 20h de France 2, samedi 17 octobre

Invité du 20h de France 2, le ministre de l’Education nationale a fait part de son « émotion » après l’assassinat de Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie décapité après un cours sur la liberté d’expression.

Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie décapité après un cours sur la liberté d’expression, Jean-Michel Blanquer a tenu à faire part de l’émotion qui nous étreint tous. Mais le ministre de l’Éducation nationale, invité du 20 h de France 2 samedi 17 octobre, a aussitôt assuré : Cette émotion ne doit pas être synonyme de peur. Je pense à ce professeur qui n’avait pas peur d’exercer son métier. Et d’affirmer : La peur n’est pas notre religion. J’en appelle à l’unité du monde adulte, défendre sans peur et sans reproche la liberté, l’égalité, la fraternité et donc la laïcité.

Un prof décapité à Conflans Saint-Honorine : « C’est la République qui est attaquée », déclare Blanquer

  Un prof décapité à Conflans Saint-Honorine : « C’est la République qui est attaquée », déclare Blanquer « L’islamisme nous mène une guerre : c’est par la force que nous devons le chasser de notre pays », déclare Marine Le Pen. « Il salit sa religion », pointe Jean-Luc Mélenchon. « C’est la République qui est attaquée » avec « l’assassinat ignoble de l’un de ses serviteurs », a estimé vendredi soir le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, sur Twitter, après qu’un professeur a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Professeur décapité : selon Jean - Michel Blanquer , "il y aura une minute de silence, très certainement". en lecture. Jean - Michel Blanquer : " La peur n ' est pas notre religion ". 1:21. Jean - Michel Blanquer : "Le monde adulte doit donner l'exemple de la fierté quant aux valeurs de la

TERRORISTE - L'homme qui a décapité ce samedi un professeur d'histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) est d'origine tchétchène et âgé 18 " La peur n ' est pas notre religion " : Jean - Michel Blanquer annonce plusieurs mesures à la rentrée après l'assassinat d'un prof d'histoire.

Jean-Michel Blanquer, qui a annoncé sa participation dimanche au rassemblement annoncé place de la République à Paris pour rendre hommage à Samuel Paty, a affirmé : L’Éducation est notre première défense, nous devons transmettre nos valeurs à nos enfants.

Il est également revenu sur les faits et notamment la polémique liée au cours professé par Samuel Paty, au cours duquel il a montré à ses élèves des caricatures de Mahomet. Une plainte avait été déposée par un parent d’élève, qui avait amené la police à auditionner l’enseignant. Ce dernier avait alors explicité le déroulé de son cours et déposé à son tour une plainte pour diffamation. Samuel Paty a été accompagné par la principale du collège lorsqu’il a porté plainte. Il n’y avait pas de menaces de mort contre lui à ce moment-là, a assuré Jean-Michel Blanquer. Personne ne pouvait imaginer qu’il allait être assassiné.

Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits .
Du cours d’éducation civique, début octobre, où ont été montrées des caricatures de Mahomet à l’hommage national rendu à Samuel Paty après son assassinat, organisé ce mercredi 21 octobre, retour deux semaines d’escalade, d’enquête et de réactions politiques. Le vendredi 16 octobre, à proximité du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty était assassiné. Il a été tué par Abdoullakh A., jeune homme tchétchène d’origine russe, qui aurait visé le professeur d’histoire-géographie après que ce dernier a montré en classe des caricatures de Mahomet.

usr: 1
C'est intéressant!