•   
  •   

France Pécresse réclame des « cellules police-justice » à disposition des enseignants et élèves

17:50  18 octobre  2020
17:50  18 octobre  2020 Source:   nouvelobs.com

Au Yémen, des élèves font leur rentrée dans un champ de ruines

  Au Yémen, des élèves font leur rentrée dans un champ de ruines Murs pulvérisés par les bombes, toits éventrés et poutres chancelantes: l'école Al-Wehdah, dans les environs de Taëz, ressemble à un champ de ruines à la rentrée scolaire au Yémen, pays dévasté par six ans de guerre. L'école Al-Wehdah détruite en partie par un bombardement en 2016, est située au milieu d'un champ de mines qui a été nettoyé au fur et à mesure pour permettre le retour graduel des élèves. © AHMAD AL-BASHA Des élèves yéménites attendent en rang de se rendre dans leur classe dans leur école fortement endommagée par un bombardement à Taëz (sud du Yémen), le 7 octobre 2020 "On était devant un choix difficile, soit les laisser à la maison

Enseignants menacés : Pécresse demande la création d' une " cellule police - justice de signalement". Europe1. Conflans: Des caricatures montrées par Samuel Paty à l'attentat, ce qu'il s'est passé.

Ce 16 octobre, un professeur de collège, qui avait montré récemment à ses élèves des caricatures de Les forces de l'ordre à Eragny, où l'auteur présumé de la décapitation d' un enseignant a été abattu Le président de la République est passé auparavant par la cellule de crise mise en place au

  Pécresse réclame des « cellules police-justice » à disposition des enseignants et élèves © Copyright 2020, L'Obs

Le présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a demandé dimanche la création de « cellules police-justice » pour qu’enseignants et élèves puissent faire des « signalements » en cas de menace, après la décapitation d’un professeur dans les Yvelines.

Samuel Paty a été décapité vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, un « attentat islamiste caractérisé » dénoncé par Emmanuel Macron.

Selon Valérie Pécresse (ex-LR), « il va falloir frapper très vite, très fort, il va falloir assurer la protection de nos enseignants ». Et « ce n’est pas l’Education nationale qui arrivera à le faire, c’est la police et la justice », a-t-elle déclaré à Europe 1, Cnews et Les Echos.

Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques

  Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques La classe politique a dénoncé d'une même voix l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, où un professeur d'Histoire a été retrouvé décapité. © CHRISTOPHE SAIDI/SIPA Un «ignoble crime» pour Jean-Luc Mélenchon, «un crime insoutenable» pour Aurore Bergé, un exemple de «l'horreur sans limite du fanatisme djihadiste» pour Raphaël Glucksmann. L'attaque qui a eu lieu vendredi à à Conflans-Sainte-Honorine, au cours de laquelle un professeur d'Histoire qui avait montré les caricatures de Mahomet en classe a été décapité, a fait réagir des politiques de tous bords.

Il faut revenir au « principe fondateur de la déconfessionnalisation » de l'éducation, soit « le respect des convictions religieuses des élèves , des étudiants, des parents », a estimé le sociologue Guy Rocher, mardi, à Québec, lors des On veut accorder priorité aux convictions religieuses des enseignants .

Le Sénat a adopté dans la nuit de mardi à mercredi un projet de loi qui rapproche les règles d’usage des armes à feu par la police en cas de légitime défense de celles de la gendarmerie. Les sénateurs ont élargi une partie de ces dispositions aux policiers municipaux autorisés à porter une arme.

Professeur décapité à Conflans : «Cette histoire de caricatures agitait tout le monde ici »

« C’est pour cela que je demande une cellule police-justice de signalement » pour « nos enseignants, dès qu’ils font l’objet de menaces, de pressions de la part des élèves ou de leur famille », a-t-elle poursuivi.

Journée consacrée à la liberté d’expression le 2 novembre ?

Ces cellules devraient aussi être à la disposition des élèves, a précisé la présidente du conseil régional d’Ile-de-France, rappelant le cas de Mila, adolescente harcelée pour avoir critiqué l’islam sur les réseaux sociaux.

Professeur décapité à Conflans : le terroriste avait déjà été signalé sur Twitter

Il s’agit d’« éviter le pas de vague », a-t-elle souligné en référence au mouvement des professeurs qui s’estiment lâchés par leur hiérarchie lors d’incidents liés à l’islam.

Professeur assassiné : Valls "ne serait pas étonné qu’il y ait eu des dysfonctionnements" de l'administration

  Professeur assassiné : Valls Manuel Valls, Valérie Pécresse, Thibault de Montbrial, Adrien Quatennens et Sébastien Chenu étaient les invités d'un Grand Rendez-vous spécial sur Europe 1. En réaction à l'horrible assassinat terroriste qui a visé un enseignant des Yvelines, Manuel Valls a déclaré qu'il ne serait "pas étonné qu'il y ait eu des dysfonctionnements" de l'administration.L'enseignant tué a été harcelé après avoir montré des caricatures de Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression. S'il a reçu le soutien de la communauté éducative locale, il a été révélé par la presse que l'académie de Versailles lui aurait demandé de ne pas faire de vagues.

Un enseignant a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Selon les journalistes de ces médias, ainsi que du Parisien et de l'AFP, le professeur assassiné enseignait l'histoire et avait récemment montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, prophète de la religion islamique, dans

Un professeur d'histoire-géographie, qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, a été décapité près d'un collège vendredi à Quatre personnes dont un mineur placées en garde à vue après l'attaque d' un enseignant d'histoire-géographie ce vendredi dans le Val-d'Oise, a-t-on appris

Le Premier ministre Jean Castex a indiqué dans le JDD travailler à « une stratégie de riposte encore plus ferme, plus rapide et plus efficace quand un enseignant subit des menaces ».

Au-delà, Valérie Pécresse juge qu’« il faut faire reculer l’islamisme, aujourd’hui il est dans nos écoles ». « Il faut assumer des principes très forts » et dès la rentrée « le lundi 2 novembre, il devrait y avoir une journée pédagogique entièrement consacrée à la liberté d’expression dans chaque classe », pour pouvoir « parler du droit de caricaturer et montrer des caricatures ».

Fermer les mosquées qui ne « condamnent pas clairement »

En outre, « on doit interdire toute association qui se réclame de l’islam et qui ne condamnerait pas publiquement ce crime abject » commis vendredi, prône la présidente de région. De même « on doit fermer toute mosquée qui ne condamnerait pas clairement » cette décapitation.

Attentat à Conflans: trois questions sur la création d'un numéro vert pour les enseignants

  Attentat à Conflans: trois questions sur la création d'un numéro vert pour les enseignants Après l'attaque terroriste qui a visé un professeur d'histoire-géographie, le ministère de l'Education nationale a annoncé la création d'un numéro vert.

En cas de faits d'indiscipline ou de fautes commises par un élève , plusieurs mesures peuvent être prises à son encontre. Selon la gravité des faits, elles ne sont pas prises par les mêmes personnes et n'ont pas la même importance.

Obligations de l’administration. Recours administratif, défenseur des droits, Agir en justice contre l’administration. Fichiers judiciaires et de police judiciaire. Protection de l’image.

Prof décapité à Conflans : ce que l’on sait du tueur, un homme d’origine tchétchène

La responsable de droite renvoie dos à dos extrême droite et extrême gauche sur ces questions. « Le Rassemblement national serait plus crédible (...) si à chaque fois qu’on propose une solution (ses représentants) ne votaient pas contre », affirme Valérie Pécresse. Quant à LFI, ses élus ont « attaqué la charte de la laïcité au conseil régional », a pointé l’ancienne ministre.

Le président du groupe RN à la Région, Wallerand de Saint Just, s’en est pris ensuite sur Twitter à Valérie Pécresse: elle « prétend faussement que nous ne votons pas ses propositions quand elle sont adéquates » et « reprend avec son projet de cellule d’écoute (pour les enseignants) un amendement » de son groupe « qu’elle avait refusé de façon sectaire », a-t-il affirmé.

Rentrée du 2 novembre : comment les profs vont parler de l’assassinat de Samuel Paty ? .
Le ministre Jean-Michel Blanquer attend un « cadrage clair » après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine. L’Obs a interviewé des enseignants au sujet d’une leçon qui s’annonce pleine d’émotions…La matinée du 2 devra être découpée en trois temps, un premier d’échange entre professeurs sans les élèves, un second d’échange en classe et un troisième d’hommage par une minute de silence et la lecture de la « Lettre aux instituteurs et institutrices » de Jean Jaurès. Dans un entretien au Journal du Dimanche, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale a promis « un cadrage clair et précis pour ne laisser aucun enseignant dans le flou ».

usr: 1
C'est intéressant!