•   
  •   

France Professeur assassiné. Jean-Michel Blanquer dément que l’enseignant était menacé d’une sanction

23:15  18 octobre  2020
23:15  18 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques

  Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques La classe politique a dénoncé d'une même voix l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, où un professeur d'Histoire a été retrouvé décapité. © CHRISTOPHE SAIDI/SIPA Un «ignoble crime» pour Jean-Luc Mélenchon, «un crime insoutenable» pour Aurore Bergé, un exemple de «l'horreur sans limite du fanatisme djihadiste» pour Raphaël Glucksmann. L'attaque qui a eu lieu vendredi à à Conflans-Sainte-Honorine, au cours de laquelle un professeur d'Histoire qui avait montré les caricatures de Mahomet en classe a été décapité, a fait réagir des politiques de tous bords.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, le 17 octobre 2020 (photo d’illustration). © ABDULMONAM EASSA / AFP Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, le 17 octobre 2020 (photo d’illustration).

« Cette information est fausse », a expliqué Jean-Michel Blanquer. Le ministre a démenti ce dimanche 18 octobre que l’enseignant des Yvelines décapité vendredi était menacé d’une sanction ou de remontrance.

Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a démenti ce dimanche 18 octobre que l’enseignant des Yvelines décapité vendredi était menacé d’une sanction ou de remontrance pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, ainsi que l’ont suggéré certains intervenants sur les réseaux sociaux.

Kad Merad et Julia Vignali amoureux complices au Festival du film Lumière

  Kad Merad et Julia Vignali amoureux complices au Festival du film Lumière La star de Bienvenue chez les Ch'tis et l'animatrice du Meilleur Pâtissier ont pris la pose ensemble lors de la cérémonie de clôture du Festival du film Lumière à Lyon. De nombreux invités préstigieux avaient également fait le déplacement pour assister au triomphe des frères Dardenne. 1/63 DIAPOSITIVES © BestImage, Pascal Fayolle Kad Merad et Julia Vignali, lors de la cérémonie de clôture de la 12e édition du Festival du film Lumière à Lyon. Le festival rend, cette année, hommage aux cinéastes belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, doubles lauréats de la Palme d'Or.

Cette information est fausse, a martelé Jean-Michel Blanquer interrogé par France Inter, France 2 et Le Monde.

À aucun moment, il n’a été dit, ni même sous-entendu, ni pensé que l’institution allait ‘sévir contre le professeur, Samuel Paty, a également déclaré le rectorat de Versailles dans un communiqué dimanche. L’institution a toujours été en soutien total, a-t-il ajouté.

L’enseignant était la cible de critiques d’un parent d’élève

Depuis vendredi, les messages suggérant que l’académie s’apprêtait à sanctionner l’enseignant essaimaient sur les réseaux sociaux.

Professeur d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty a été décapité vendredi en rentrant à son domicile par un Russe tchétchène de 18 ans, Abdouallakh A., abattu aussitôt après par la police.

Kamel Kabtane : "Si les musulmans ne s'expriment pas, d'autres le feront à leur place"

  Kamel Kabtane : Dans un entretien à l'Express, le recteur de la grande mosquée de Lyon se dit "abasourdi" après la décapitation d'un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet. © AFP PHOTO / JEFF PACHOUD Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon, se dit "Un enseignant a été assassiné par le seul fait qu'il ait voulu éduquer des enfants." Auprès de l'Express, le recteur de la grande mosquée de Lyon Kamel Kabtane peine à cacher son émotion ce samedi au lendemain de la décapitation dans les Yvelines d'un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

M. Paty était la cible de violentes critiques d’un père d’élève et d’un militant islamiste connu des services de police, Abdelhakim Sefrioui, qui lui reprochaient, dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, d’avoir montré le 5 octobre les caricatures de Mahomet à ses élèves de 4e, dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.

Ces vidéos énoncent de fausses informations et instrumentalisent les faits dans une perspective qui dépassait la séquence du cours, a pointé le rectorat.

Un échange avec l’inspection académique

Le parent d’élève et M. Sefrioui étaient toujours dimanche en garde à vue.

La principale, qui a été impeccable de bout en bout, voyant qu’il y a eu un incident de cette nature, a justement appelé les équipes Valeurs de la République (les référents laïcité de l’Éducation nationale, N.D.L.R.), a rappelé de son côté M. Blanquer.

Le professeur a dit que ceux qui sont choqués ferment les yeux ou sortent de la classe. Ce point-là a suscité un malentendu car il a pu être vécu comme une discrimination, a-t-il précisé.

Professeur décapité. « La peur n’est pas notre religion », affirme Jean-Michel Blanquer

  Professeur décapité. « La peur n’est pas notre religion », affirme Jean-Michel Blanquer Invité du 20h de France 2, le ministre de l’Education nationale a fait part de son « émotion » après l’assassinat de Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie décapité après un cours sur la liberté d’expression. Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie décapité après un cours sur la liberté d’expression, Jean-Michel Blanquer a tenu à faire part de l’émotion qui nous étreint tous. Mais le ministre de l’Éducation nationale, invité du 20 h de France 2 samedi 17 octobre, a aussitôt assuré : Cette émotion ne doit pas être synonyme de peur.

Un échange avait eu lieu entre le père d’élève et l’inspection académique afin d’expliquer la démarche du professeur dans un souci d’apaisement, selon le rectorat.

Vendredi soir, la députée des Yvelines Michèle de Vaucouleurs (MoDem) avait évoqué devant la presse la mauvaise idée du professeur de demander aux élèves musulmans de sortir de la classe. Il a reconnu que c’était une maladresse, avait-elle ajouté.

On peut toujours regretter telle ou telle chose, tout n’est pas parfait (mais) le soutien a été effectif, a souligné M. Blanquer, ajoutant qu’il allait demander à l’inspection générale d’établir l’ensemble de l’enchaînement des faits.

LIRE AUSSI. REPORTAGE. Place de la République, à Paris, l’hommage à Samuel Paty « contre la barbarie »

Rentrée du 2 novembre : comment les profs vont parler de l’assassinat de Samuel Paty ? .
Le ministre Jean-Michel Blanquer attend un « cadrage clair » après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine. L’Obs a interviewé des enseignants au sujet d’une leçon qui s’annonce pleine d’émotions…La matinée du 2 devra être découpée en trois temps, un premier d’échange entre professeurs sans les élèves, un second d’échange en classe et un troisième d’hommage par une minute de silence et la lecture de la « Lettre aux instituteurs et institutrices » de Jean Jaurès. Dans un entretien au Journal du Dimanche, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale a promis « un cadrage clair et précis pour ne laisser aucun enseignant dans le flou ».

usr: 4
C'est intéressant!