•   
  •   

France Enseignant décapité : "Trop c'est trop, ça suffit !", s'insurge le président de la Fondation de l'islam de France

11:45  19 octobre  2020
11:45  19 octobre  2020 Source:   francetvinfo.fr

Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques

  Professeur décapité dans les Yvelines : Les réactions des politiques La classe politique a dénoncé d'une même voix l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, où un professeur d'Histoire a été retrouvé décapité. © CHRISTOPHE SAIDI/SIPA Un «ignoble crime» pour Jean-Luc Mélenchon, «un crime insoutenable» pour Aurore Bergé, un exemple de «l'horreur sans limite du fanatisme djihadiste» pour Raphaël Glucksmann. L'attaque qui a eu lieu vendredi à à Conflans-Sainte-Honorine, au cours de laquelle un professeur d'Histoire qui avait montré les caricatures de Mahomet en classe a été décapité, a fait réagir des politiques de tous bords.

Le président de la République, Emmanuel Macron, s’ est rendu sur place vendredi soir, évoquant un « attentat terroriste islamiste caractérisé ». Un enseignant décapité près d’une école à Conflans-Saint-Honorine, le parquet antiterroriste chargé de l ’enquête. Le principal suspect a été tué par la

Se présentant comme «membre du Conseil des imans de France , Abdelhakim Sefrioui», avait diffusé il y a quelques jours sur Youtube une vidéo dans laquelle il dénonçait le professeur. Il s' est fait connaître plus particulièrement en 2010. A la tête du collectif Cheikh Yassine (du nom du fondateur du Hamas

"Lorsqu'on est civilisé on obéit au droit", martèle Ghaleb Bencheikh qui rappelle également que la tradition de l'islam est de respecter "le maître, le professeur, celui qui donne à comprendre, qui transmet le savoir et la connaissance". Il appelle les "théologiens, philosophes, intellectuels musulmans" à entreprendre "une refondation de la pensée".

  Enseignant décapité : © Fournis par Franceinfo

Depuis l'attentat de vendredi dont Samuel Paty, un professeur d'histoire-géographie a été victime, le ministère de l'Intérieur et la plateforme Pharos [plateforme de signalement des contenus et comportements illicites sur internet] ont identifié 80 messages qui soutiennent l’action de l’agresseur de Samuel Paty, a annoncé dimanche l'Élysée à l'issue du Conseil de défense. Dès lundi, des procédures seront diligentées contre les personnes qui les ont diffusés. "Trop c'est trop, ça suffit, le travail est à mener" pour éviter de tels actes, a déclaré lundi 19 octobre sur franceinfo Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l'islam de France.

Professeur décapité : pour défendre la liberté d’expression, "on refuse de baisser les bras !"

  Professeur décapité : pour défendre la liberté d’expression, Vendredi, en fin d'après-midi, un professeur d'histoire-géographie a été attaqué au couteau et décapité à Conflans-Saint-Honorine, après avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet. Sur Europe 1, le président du syndicat national des lycées et collèges a fait part de son effroi. require(["binding"], function (binding) { binding("wcVideoPlayer", "#video_player_d97dc1c3-83ba-4b65-9cda-0991c7306513").all(); }); "La communauté enseignante est dévastée", réagit Jean-Rémi Girard, président du syndicat national des lycées et collèges (SNALC), contacté par Europe 1.

Editorial du « Monde ». La lutte contre le terrorisme est une entreprise de très longue haleine : l’attentat dont a été victime un professeur d’histoire-géographie, Samuel Paty, vendredi 16 octobre, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), dans des conditions particulièrement atroces, en est une nouvelle preuve.

Depuis l'assassinat vendredi de Samuel Paty, le professeur d'histoire décapité après un cours sur la liberté d'expression, de nombreux élèves du collège du Bois d'Aulne Une vidéo est particulièrement partagée sur les réseaux sociaux, y compris par l'Élysée, tant le message de ce jeune élève est fort.

Des mesures vont être prises, notamment des contrôles de police chez les personnes ayant soutenu le tueur. Les associations au discours de haine sont également visées. Que pensez-vous des annonces d'Emmanuel Macron ?

Elles sont bonnes, elles arrivent tardivement, mais mieux vaut tard que jamais et c'est ce qu'il faut faire. Il faut faire évoluer le droit, nous sommes dans un État de droit et lorsqu'on est civilisé on obéit au droit.

Avez-vous le sentiment qu'on s'apprête à confondre l'islam de haine et celui que vous défendez ?

Mon horizon c'est la nation française et pourquoi pas au-delà si je suis dans une approche humaniste et de fraternité entre les hommes. Je ne défends pas un islam en particulier.

Les préceptes de bonté, d'amour, de miséricorde ont été bafoués depuis longtemps et avilis par les jihadistes et les extrémistes et il est temps, aussi, que d'un point de vue théologique il y ait une réforme de la pensée théologique et philosophique au sein de la tradition religieuse islamique pour renouer avec ce qui a pu se passer à travers l'histoire.

Professeur décapité: le point sur l’enquête et le profil de l’assaillant

  Professeur décapité: le point sur l’enquête et le profil de l’assaillant Des arrestations ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Evreux et Montigny-les-Cormeilles. Neuf personnes sont en garde à vue dans les locaux de l’antiterrorisme.» LIRE AUSSI - Professeur décapité: notre direct

«Un professeur de lycée a été décapité pour blasphème en France , le pays le plus laïc, et le New York Times le formule comme ça », critique la journaliste « C ’ est ainsi que le New York Times, journal de gauche de plus en plus répugnant, a décrit la décapitation d’un enseignant en France qui a eu lieu

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a condamné l’assassinat d’un enseignant en région parisienne lequel, d’après le parquet, a été décapité par un jeune Tchétchène. Selon M.Kadyrov, la Tchétchénie n’a aucun lien avec ce crime.

Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l'islam de France

à franceinfo

Il est temps de conjuguer un humanisme totalement oblitéré et effacé des mémoires qui a prévalu dans les contextes islamiques avec l'héritage des Lumières. Dans notre pays c'est possible.

Que faut-il faire ?

Il y a trois types de ripostes. Une première, c'est celle que nous avons vue dès hier, elle est d'ordre sécuritaire et de prise de conscience de l'ensemble du peuple de France puisque pour l'instant nous sommes chez nous en France. Deuxièmement, c'est la réponse éducative, culturelle et sociale. Il incombe aux théologiens, aux philosophes, aux intellectuels musulmans d'entreprendre un travail qui dépasse le simple aggiornamento [mise à jour] qui est une refondation de la pensée sur des chantiers titanesques. La liberté, la liberté de conscience, d'expression, l'égalité fondamentale entre les êtres humains, quel que soit le genre, l'orientation métaphysique ou spirituelle, la désacralisation de la violence, l'autonomisation du champ du savoir et de la connaissance par rapport à celui de la révélation et de la croyance et aussi libérer le sujet humain de la pression communautaire, surtout si celle-ci est obsédée par la norme canonique. Ce travail est à mener nécessairement. À chaque fois nous disons que c'est l'attentat de trop, on est sidéré, après la sidération c'est la révolte, on dit que le cauchemar continue mais il n'y a pas de mesures réalisées. Trop c'est trop, ça suffit, le travail est à mener, il faut qu'il porte ses fruits.

Professeur décapité : l'hommage national aura lieu mercredi, annonce l'Élysée

  Professeur décapité : l'hommage national aura lieu mercredi, annonce l'Élysée L'hommage national à Samuel Paty, l'enseignant décapité vendredi dans les Yvelines aura lieu mercredi, a annoncé l'Élysée, samedi. Le lieu de cet hommage n'a pas encore été annoncé, et sera organisé en coordination avec la famille. L'hommage national à Samuel Paty, l'enseignant décapité vendredi dans les Yvelines par un jeune homme Russe tchétchène, se tiendra mercredi, a indiqué l'Elysée samedi.

La présidence de la République a précisé que cet hommage serait organisé en concertation avec la famille de la victime, Samuel Paty. Le corps d'un professeur d'histoire a été découvert décapité vendredi en fin d'après-midi à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines.

Dès le lendemain, la principale du collège Bois d’Aulne a été contactée par une mère d’élève, affirmant que sa fille a été mise à l’écart en raison de sa religion. L’ enseignant a été convoqué, s’ est excusé «s’il avait été maladroit» auprès d ’ elle et de sa famille. Mais plusieurs mails de parents ont suivi.

Comment le militant Abdelhakim Sefrioui a-t-il pu avoir un rôle aussi important ?

C'est de l'autoproclamation, personne ne l'a mandaté. Je ne sais pas comment il a pu agir de la sorte. C'est une affaire aussi de vigilance de la part des services de sécurité et des renseignements généraux. Maintenant il doit répondre de ce qu'il a fait sur le plan pénal et je le laisse à sa conscience. Le rôle des imams, des aumôniers, des prédicateurs, des cadres du culte, parmi les musulmans doivent aussi avoir un travail de veille, de vigilance, et appeler à vivre au sein de la République selon les lois de la République. Un enseignant ne fait rien d'autre que d'appliquer son programme qui est une émanation de la loi commune. En même temps, il faut conjuguer cela avec la grande tradition au sein de l'islam qui respecte le maître, le professeur, celui qui donne à comprendre, qui transmet le savoir et la connaissance.

AUSSI SUR MSN - L’édito de Matthieu Croissandeau: "La peur va changé de camp" - 19/10

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits .
Du cours d’éducation civique, début octobre, où ont été montrées des caricatures de Mahomet à l’hommage national rendu à Samuel Paty après son assassinat, organisé ce mercredi 21 octobre, retour deux semaines d’escalade, d’enquête et de réactions politiques. Le vendredi 16 octobre, à proximité du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty était assassiné. Il a été tué par Abdoullakh A., jeune homme tchétchène d’origine russe, qui aurait visé le professeur d’histoire-géographie après que ce dernier a montré en classe des caricatures de Mahomet.

usr: 2
C'est intéressant!