•   
  •   

France Hommage à Samuel Paty à Rennes : « Comme si on nous empêchait de parler »

17:45  19 octobre  2020
17:45  19 octobre  2020 Source:   ouest-france.fr

Kad Merad et Julia Vignali amoureux complices au Festival du film Lumière

  Kad Merad et Julia Vignali amoureux complices au Festival du film Lumière La star de Bienvenue chez les Ch'tis et l'animatrice du Meilleur Pâtissier ont pris la pose ensemble lors de la cérémonie de clôture du Festival du film Lumière à Lyon. De nombreux invités préstigieux avaient également fait le déplacement pour assister au triomphe des frères Dardenne. 1/63 DIAPOSITIVES © BestImage, Pascal Fayolle Kad Merad et Julia Vignali, lors de la cérémonie de clôture de la 12e édition du Festival du film Lumière à Lyon. Le festival rend, cette année, hommage aux cinéastes belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, doubles lauréats de la Palme d'Or.

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées place de la République, à Paris, ainsi qu’à Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Toulouse, Nice et Nantes, deux jours après cette attaque terroriste à Conflans. Le rassemblement en hommage à Samuel Paty sur le Vieux-Port de Marseille.

Le père d'un élève de Samuel Paty , professeur d'histoire-géographie sauvagement décapité le 16 octobre à proximité du collège du Bois-d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), s'est exprimé le jour-même à propos de la polémique qui avait visé cet enseignant en amont de son meurtre.

Khadia, 55 ans, et Jennifer, 44 ans, aux côtés l’une de l’autre pendant le rassemblement en hommage à Samuel Paty, lundi 19 octobre 2020, à Rennes. © Ouest-France Khadia, 55 ans, et Jennifer, 44 ans, aux côtés l’une de l’autre pendant le rassemblement en hommage à Samuel Paty, lundi 19 octobre 2020, à Rennes.

Organisé par le syndicat Force Ouvrière, un nouveau rassemblement en hommage à Samuel Paty, professeur assassiné vendredi 16 octobre, s’est tenu place de la République à Rennes ce lundi 19 octobre 2020, regroupant une soixantaine de participants. Une minute de silence était aussi organisée sur le campus de l’université Rennes 2 à Villejean.

« Je suis rempli d’un mélange de colère et de tristesse ». Fabrice Lerestif, secrétaire de Force ouvrière (FO) en Ille-et-Vilaine, a exercé en tant que professeur d’histoire-géographie pendant plus de 20 ans. Place de la République, à Rennes, ce lundi 19 octobre 2020, à midi, le syndicat a appelé à un rassemblement en hommage à Samuel Paty, enseignant assassiné devant son collège, à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines.

PORTRAIT. Samuel Paty, "un prof très calme et attentif"

  PORTRAIT. Samuel Paty, Samule Paty, cet enseignant de 47 ans qui a été tué vendredi près du collège où il travaillait, était respecté. Ses élèvres rendent hommage à un homme juste, épris de liberté. "Monsieur Paty." Devant le collège du Bois-d'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), samedi, tous les élèves venus rendre hommage à leur professeur d'histoire-géographie parlent de "Monsieur Paty". Ceux qui étaient dans ses classes en parlent vite, de façon frénétique, presque cathartique. Ils en parlent au présent. Les autres, qui l'ont eu les années précédentes, le décrivent au passé, sourdement.

Cela dépasse la personne même de Samuel Paty ". Quoi de mieux alors, selon lui, que le Panthéon, "le temple républicain, le lieu de mémoire collectif "Après avoir rendu hommage à ce professeur, nous manifesterons notre solidarité de différentes manières notamment à travers un cadrage nationale

Hommage à Samuel Paty , devant le collège Bois-d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (image d'illustration). Le journal Le Monde publie les premiers éléments Selon les informations du journal Le Monde, le terroriste islamiste aurait trouvé l'enseignant en payant des élèves du collège Bois-d'Aulne

Plus modestement qu’au samedi 17 octobre, où un rassemblement avait réuni plus d’un millier de personnes dans la capitale bretonne, une soixantaine de participants ont répondu à l’appel, ont observé une minute de silence, puis échangé les uns avec les autres.

C’est le cas de Jennifer, 44 ans. Elle est professeure d’histoire-géographie, dans un collège de Seine-et-Marne, à côté de Fontainebleau, où Samuel Paty avait enseigné. En vacances à Rennes, elle a tenu à se mobiliser. « J’avais besoin de cette minute de silence, de communier », lâche-t-elle, affectée. « Quand j’ai entendu ce qu’il s’était passé à la radio, vendredi, j’étais en train de conduire. J’ai dû me garer, je suis restée en sidération. J’avais comme une sensation d’étouffement. Comme si on nous empêchait de parler », détaille-t-elle tout en peinant à contenir son émotion.

La police française fait une descente dans les maisons d'islamistes présumés

 La police française fait une descente dans les maisons d'islamistes présumés La police française a fait une descente dans les maisons de dizaines de radicaux islamistes présumés à la suite de la décapitation d'un enseignant qui a montré des caricatures controversées du prophète Mahomet à ses élèves. Certaines des personnes interrogées auraient posté des messages de soutien au meurtrier de Samuel Paty. D'autres sont issus d'associations qui, selon le gouvernement, propagent un message de défi à l'Etat français. La police a abattu le meurtrier présumé de M.

La dénonciation de l’acte barbare qui a eu lieu à Conflans-Sainte-Honorine doit se faire de façon indépendante, sans instrumentalisation de la part des politiciens qui surfent sur la xénophobie, estime la secrétaire adjointe de l'Union locale CGT d'Angers qui pointe en outre du doigt la place accordée à

VIDÉO - Le témoignage d'un élève du professeur de Conflans-Sainte-Honorine est largement salué deux jours jours après le drame. Le jeune Pape Byram a 14 ans, il était élève de Samuel Paty , le professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Fabrice Lerestif, secrétaire de Force ouvrière en Ille-et-Vilaine rend hommage à Samuel Paty. © Ouest-France Fabrice Lerestif, secrétaire de Force ouvrière en Ille-et-Vilaine rend hommage à Samuel Paty.

« Je vais installer un mur de caricature dans ma salle de classe »

« Quand j’ai quitté mes collégiens la semaine dernière, nous étions en train d’étudier les écrits de Voltaire sur la liberté », indique la professeure. Elle rappelle que tous ces principes de liberté d’expression « sont au programme. Ce que Samuel Paty enseignait, nous le faisons tous au quotidien. » Après cet acte de barbarie, hors de question de céder à la peur. « Je vais installer un mur de caricatures dans ma salle de classe. D’habitude, je demande à mes élèves de créer des affiches. Moi aussi je vais participer cette fois-ci. »

À ses côtés, Khadia, 55 ans, accompagnante d’élèves en situation de handicap (AESH). D’origine Mauritanienne, elle est arrivée en France à l’âge adulte. Et voue une passion pour l’histoire. « C’est important de ne pas oublier le passé. » C’est la première fois qu’elle rejoint un rassemblement après un appel syndical. « Je ne manifeste jamais, la dernière fois c’était pour Charlie Hebdo en 2015 ». Dans sa main, le petit livre Je suis Charlie, qu’elle garde précieusement, dans lequel sont regroupées 150 paroles de Français contre l’intolérance. Comme pour Jennifer, la nouvelle de cet assassinat a été « un vrai choc ».

Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits

  Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits Du cours d’éducation civique, début octobre, où ont été montrées des caricatures de Mahomet à l’hommage national rendu à Samuel Paty après son assassinat, organisé ce mercredi 21 octobre, retour deux semaines d’escalade, d’enquête et de réactions politiques. Le vendredi 16 octobre, à proximité du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty était assassiné. Il a été tué par Abdoullakh A., jeune homme tchétchène d’origine russe, qui aurait visé le professeur d’histoire-géographie après que ce dernier a montré en classe des caricatures de Mahomet.

Facebook de Samuel Paty . «Monsieur Paty », ce sont ses élèves et leurs parents qui en parlent le mieux. Ses élèves ont tous eu droit, ces trois dernières années, à un débat sur la liberté d’expression, s’appuyant sur des caricatures de Charlie Hebdo.

D'importantes manifestations ont eu lieu ce dimanche partout en France en hommage au professeur Samuel Paty , décapité le 16 octobre pour avoir montré à une partie de ses élèves des caricatures de Mahomet. Les responsables des principaux partis politiques

Plus loin, Gilles, 60 ans, ingénieur, brandit la une de Charlie Hebdo et la caricature de Mahomet et une seule phrase : « Nous devons défendre les principes de la République. »

Minute de silence à Rennes 2

À noter qu’à Rennes-2, l’université appelait aussi à « respecter une minute de silence sur les lieux de formation et de recherche à 12 h, ou à se rassembler sur l’Agora de Villejean », ce lundi.

Plus belle la vie rend hommage à Samuel Paty avec une scène émouvante dans la salle des profs .
Une nouvelle fois, les scénaristes de Plus belle la vie ont tenu à coller à l'actu en ajoutant une scène pour rendre hommage à Samuel Paty. Blanche (Cécilia Hornus), le proviseur Rochat (Charles Schneider) et Coralie (Coralie Audret) évoquent avec émotion la mort du professeur qui a été décapité après avoir montré une caricature en classe. Une séquence bouleversante qui a été diffusée dans l'épisode de ce mercredi 21 octobre 2020 sur France 3. © France 3 Plus belle la vie : une scène émouvante pour rendre hommage à Samuel Paty, le professeur décapité Plus belle la vie rend hommage à Samuel Paty Alors que Mila va changer de visage à cause du coronavirus et qu

usr: 19
C'est intéressant!