•   
  •   

France « Samuel Paty est devenu le visage de la République » : l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron

13:25  22 octobre  2020
13:25  22 octobre  2020 Source:   lemonde.fr

Attentat de Conflans : le terrible engrenage au collège du Bois-d'Aulne

  Attentat de Conflans : le terrible engrenage au collège du Bois-d'Aulne Après un cours sur la liberté de la presse ayant suscité l'inquiétude de certains parents d'élèves, Samuel Paty avait fait l'objet d'une campagne publique, appelant à son renvoi, par un père soutenu par des réseaux islamistes. Récit d'un emballement qui pourrait avoir mené à sa mort. Dans son cahier à carreaux, Célia (1), 13 ans, a soigneusement pris en note son cours sur la liberté de la presse. Au stylo rouge, l’élève de 4e 5 a écrit :Lundi 5 octobre. «Pendant le cours, il a demandé s’il y avait des musulmans dans la classe, plusieurs élèves ont levé la main, il leur a dit que s’ils préféraient sortir ou détourner les yeux c’était possible, et de même pour d’autres personnes si elles étaient choquées», relate Célia.

Lors de l 'hommage national rendu à la Sorbonne, le chef de l 'État a livré un discours dans lequel il a affirmé que Samuel Paty était " de ces professeurs que Ce mercredi 21 octobre lors de l 'hommage national, Emmanuel Macron a salué la mémoire du professeur d'histoire-géographie assassiné.

" Samuel Paty était de ces professeurs que l'on n'oublie pas. De ces humbles qui se remettaient mille fois en question comme pour ce cours sur la liberté Emmanuel Macron a proclamé: " Samuel Paty incarnait la République qui renaît chaque jour dans les salles de classe, la liberté qui se transmet et

Le chef de l’Etat a rendu hommage, mercredi, dans la cour de la Sorbonne, au professeur d’histoire-géographie assassiné à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre.

Emmanuel Macron, lors de l’hommage à Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne, mercredi 21 octobre. © Fournis par Le Monde Emmanuel Macron, lors de l’hommage à Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne, mercredi 21 octobre.

Lors de la cérémonie consacrée à Samuel Paty, dans la cour de la Sorbonne, mercredi 21 octobre, le président de la République, Emmanuel Macron, a prononcé un discours en son hommage. Nous publions ci-dessous son discours.

« Ce soir, je n’aurai pas de mots pour évoquer la lutte contre l’islamisme politique, radical, qui mène jusqu’au terrorisme. Les mots, je les ai eus. Le mal, je l’ai nommé. Les actions, nous les avons décidées, nous les avons durcies, nous les mènerons jusqu’au bout.

La police française fait une descente dans les maisons d'islamistes présumés

 La police française fait une descente dans les maisons d'islamistes présumés La police française a fait une descente dans les maisons de dizaines de radicaux islamistes présumés à la suite de la décapitation d'un enseignant qui a montré des caricatures controversées du prophète Mahomet à ses élèves. Certaines des personnes interrogées auraient posté des messages de soutien au meurtrier de Samuel Paty. D'autres sont issus d'associations qui, selon le gouvernement, propagent un message de défi à l'Etat français. La police a abattu le meurtrier présumé de M.

Samuel Paty est devenu , vendredi, le visage de la République . De notre volonté de briser les terroristes, de réduire les islamistes.» En dehors de la Sorbonne, de nombreux Parisiens étaient eux aussi venus rendre hommage à Samuel Paty . Son assassinat sauvage ébranle le pays et place ses

La laïcité est -elle en train de se déliter ? L'assassinat de Samuel Paty , un professeur d'histoire décapité en pleine rue à Vient ensuite un quator à 37 % : le ministre de l 'Intérieur Gérald Darmanin, l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron et le Premier ministre Jean

Ce soir, je ne parlerai pas du cortège de terroristes, de leurs complices et de tous les lâches qui ont commis et rendu possible cet attentat. Je ne parlerai pas de ceux qui ont livré son nom aux barbares, ils ne le méritent pas. De noms, eux n’en ont même plus. Ce soir, je ne parlerai pas davantage de l’indispensable unité que toutes les Françaises et tous les Français ressentent. Elle est précieuse et oblige tous les responsables à s’exprimer avec justesse et à agir avec exigence. Non.

Ce soir, je veux parler de votre fils, je veux parler de votre frère, de votre oncle, de celui que vous avez aimé, de ton père. Ce soir, je veux parler de votre collègue, de votre professeur tombé parce qu’il avait fait le choix d’enseigner, assassiné parce qu’il avait décidé d’apprendre à ses élèves à devenir citoyens. Apprendre les devoirs pour les remplir. Apprendre les libertés pour les exercer. Ce soir, je veux vous parler de Samuel Paty.

Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits

  Assassinat de Samuel Paty. Des caricatures à l’hommage national, retour sur la chronologie des faits Du cours d’éducation civique, début octobre, où ont été montrées des caricatures de Mahomet à l’hommage national rendu à Samuel Paty après son assassinat, organisé ce mercredi 21 octobre, retour deux semaines d’escalade, d’enquête et de réactions politiques. Le vendredi 16 octobre, à proximité du collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty était assassiné. Il a été tué par Abdoullakh A., jeune homme tchétchène d’origine russe, qui aurait visé le professeur d’histoire-géographie après que ce dernier a montré en classe des caricatures de Mahomet.

Emmanuel Macron préside une cérémonie en mémoire de ce professeur d'histoire-géographie de 47 ans, décapité par un jeune radicalisé. " Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République ".

EN DIRECT - Le président de la République a présidé dimanche un conseil de Défense pour Ce qu'il faut retenir de cette journée d'hommages à Samuel Paty . Ce live est désormais terminé, merci Emmanuel Macron leur a donné quinze jours pour amender le projet de loi contre le séparatisme.

Samuel Paty aimait les livres, le savoir, plus que tout. Son appartement était une bibliothèque. Ses plus beaux cadeaux, des livres pour apprendre. Il aimait les livres pour transmettre, à ses élèves comme à ses proches, la passion de la connaissance, le goût de la liberté. Après avoir étudié l’histoire à Lyon et avoir envisagé de devenir chercheur, il avait emprunté la voie tracée par vous, ses parents, instituteur et directeur d’école à Moulins, en devenant « chercheur en pédagogie » comme il aimait à se définir, en devenant professeur. Aussi ne pouvait-on trouver meilleur endroit que la Sorbonne, notre lieu de savoir universel depuis plus de huit siècles, le lieu de l’humanisme, pour que la nation puisse lui rendre cet hommage.

Samuel Paty aimait passionnément enseigner et il le fit si bien dans plusieurs collèges et lycées jusqu’à celui de Conflans-Saint-Honorine. Nous avons tous ancré dans nos cœurs, dans nos mémoires, le souvenir d’un professeur qui a changé le cours de notre existence. Vous savez, cet instituteur qui nous a appris à lire, à compter, à nous faire confiance. Cet enseignant qui ne nous a pas seulement appris un savoir, mais nous a ouvert un chemin par un livre, un regard, par sa considération.

2 étudiants faisant face à d'éventuelles accusations pour la décapitation d'un enseignant

 2 étudiants faisant face à d'éventuelles accusations pour la décapitation d'un enseignant France rendra hommage mercredi à un professeur d'histoire décapité pour avoir montré des dessins animés du prophète Mohamed dans une leçon de liberté d'expression lors d'une attaque horrible qui a choqué le pays et provoqué une répression gouvernementale Islam radical. Sept personnes, dont deux étudiants, comparaîtront devant un juge antiterroriste pour une décision sur des accusations criminelles pour le meurtre de Samuel Paty, professeur d'histoire âgé de 47 ans, vendredi.

Le président de la République , Emmanuel Macron , a tenu un discours ce mercredi soir pour rendre hommage à Samuel Paty . Le 21/10/2020 à 19:59 | Durée : 0:56.

Emmanuel Macron rend un hommage national à Samuel Paty depuis la cour de la Sorbonne. Lors de son discours , le Président a dénoncé «les lâches» qui ont livré l’enseignant décapité «aux barbares» et déclaré que le professeur a été tué «parce qu'il incarnait la République ». Samuel Paty , 47 ans, a

Samuel Paty était de ceux-là, de ces professeurs que l’on n’oublie pas, de ces passionnés capables de passer des nuits à apprendre l’histoire des religions pour mieux comprendre ses ­élèves, leurs croyances. De ces humbles qui se remettaient mille fois en question, comme pour ce cours sur la liberté d’expression et la liberté de conscience qu’il préparait depuis juillet, encore l’été dernier, à Moulins, à vos côtés et des doutes qu’il partageait par exigence, par délicatesse.

Samuel Paty incarnait au fond le professeur dont rêvait Jaurès dans cette lettre aux instituteurs qui vient d’être lu : « la fermeté unie à la tendresse ». Celui qui montre la grandeur de la pensée, enseigne le respect, donne à voir ce qu’est la civilisation. Celui qui s’était donné pour tâche de « faire des républicains ».

Alors, reviennent comme en écho les mots de Ferdinand Buisson : « Pour faire un républicain, écrivait-il, il faut prendre l’être humain si petit et si humble qu’il soit (…) et lui donner l’idée qu’il faut penser par lui-même, qu’il ne doit ni foi ni obéissance à personne, que c’est à lui de chercher la vérité et non pas à la recevoir toute faite d’un maître, d’un directeur, d’un chef, quel qu’il soit. » « Faire des républicains », c’était le combat de Samuel Paty.

`` Monsieur Paty '': le professeur de français était un professionnel populaire

 `` Monsieur Paty '': le professeur de français était un professionnel populaire Samuel Paty, le professeur d'histoire de 47 ans décapité pour avoir montré à sa classe des dessins animés du prophète Mahomet dans une leçon sur la liberté d'expression, est dans les mémoires comme un professionnel engagé qui aimait entraîner ses élèves dans le débat.

L ’ intégralité du premier discours d ’ Emmanuel Macron élu président. BFMTV. Загрузка Ses premiers mots : "Vous avez choisi de m’accorder votre confiance et je tiens à vous exprimer ma profonde gratitude. C’ est un grand honneur et une grande responsabilité car rien n’ était écrit.

Le président de la République , Emmanuel Macron , a tenu un discours ce mercredi soir pour rendre hommage à Samuel Paty . Le 21/10/2020 à 19:57 | Durée : 1:19.

Et si cette tâche, aujourd’hui, peut paraître titanesque, notamment là où la violence, l’intimidation, parfois la résignation prennent le dessus, elle est plus essentielle, plus actuelle, que jamais. Ici, en France, nous aimons notre nation, sa géographie, ses paysages et son histoire, sa culture et ses métamorphoses, son esprit et son cœur. Et nous voulons l’enseigner à tous nos enfants.

Ici, en France, nous aimons le projet tout à la fois terrien et universel que porte la ­République, son ordre et ses promesses. Chaque jour recommencer. Alors, oui, dans chaque école, dans chaque collège, dans chaque lycée, nous redonnerons aux professeurs le pouvoir de « faire des républicains », la place et l’autorité qui leur ­reviennent. Nous les formerons, les considérerons comme il se doit, nous les soutiendrons, nous les protégerons autant qu’il le faudra. Dans l’école comme hors de l’école, les pressions, l’abus d’ignorance et d’obéissance que certains voudraient instaurer n’ont pas leur place chez nous. « Je voudrais que ma vie et ma mort servent à quelque chose », avait-il dit un jour. Comme par prescience.

Alors, pourquoi Samuel fut-il tué ? Pourquoi ? Vendredi soir, j’ai d’abord cru à la folie aléatoire, à l’arbitraire absurde : une victime de plus du terrorisme gratuit. Après tout, il n’était pas la cible principale des islamistes, il ne faisait qu’enseigner. Il n’était pas l’ennemi de la religion dont ils se servent, il avait lu le Coran, il respectait ses élèves, quelles que soient leurs croyances, il s’intéressait à la civilisation musulmane.

France rend hommage au professeur décapité

 France rend hommage au professeur décapité Macron de Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage au "héros tranquille" Samuel Paty, le professeur décapité vendredi dernier. © Reuters M. Macron a rendu hommage au professeur lors d'un mémorial à Paris M. Paty a été pris pour cible près de son école près de Paris pour avoir montré des dessins animés du prophète Mahomet en classe. Son assassin, Abdullakh Anzorov, 18 ans, a été abattu par la police. S'exprimant lors d'un service commémoratif télévisé mercredi, M.

Non, tout au contraire, Samuel Paty fut tué précisément pour tout cela. Parce qu’il incarnait la République qui renaît chaque jour dans les salles de classe, la liberté qui se transmet et se perpétue à l’école.

Samuel Paty fut tué parce que les isla­mistes veulent notre futur et qu’ils savent qu’avec des héros tranquilles tels que lui ils ne l’auront jamais. Eux séparent les fidèles, des mécréants. Samuel Paty ne connaissait que des citoyens. Eux se repaissent de l’ignorance. Lui croyait dans le savoir. Eux cultivent la haine de l’autre. Lui voulait sans cesse en voir le visage, découvrir les richesses de l’altérité.

Samuel Paty fut la victime de la conspiration funeste de la bêtise, du mensonge, de l’amalgame, de la haine de l’autre, de la haine de ce que, profondément, existentiellement, nous sommes.

Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République, de notre volonté de briser les terroristes, de réduire les islamistes, de vivre comme une communauté de citoyens libres dans notre pays, le visage de notre détermination à comprendre, à apprendre, à continuer d’enseigner, à être libres, car nous continuerons, professeur.

Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien et nous porterons haut la laïcité. Nous ne renoncerons pas aux ­caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent. Nous offrirons toutes les chances que la République doit à toute sa jeunesse sans discrimination aucune.

Nous continuerons, professeur. Avec tous les instituteurs et professeurs de France, nous enseignerons l’histoire, ses gloires comme ses vicissitudes. Nous ferons découvrir la littérature, la musique, toutes les œuvres de l’âme et de l’esprit. Nous aimerons de toutes nos forces le débat, les arguments raisonnables, les persuasions aimables. Nous aimerons la science et ses controverses. Comme vous, nous cultiverons la tolérance. Comme vous, nous chercherons à comprendre, sans relâche, et à comprendre encore davantage cela qu’on voudrait éloigner de nous. Nous apprendrons l’humour, la distance. Nous rappellerons que nos libertés ne tiennent que par la fin de la haine et de la violence, par le respect de l’autre.

Emmanuel Macron : "Samuel Paty est devenu le visage de la République"

  Emmanuel Macron : Le président de la République Emmanuel Macron, les yeux rougis par l’émotion, a rendu un vibrant hommage à Samuel Paty et au-delà à tous les professeurs. © Francois Mori/Pool via REUTERS «Ce soir, je ne parlerai pas de ceux qui ont livré son nom aux barbares, ils ne le méritent pas, a d’abord expliqué le chef de l’Etat. Ce soir, je veux parler de votre fils, de ton père, de votre collègue, de votre professeur, tombé parce qu’il avait fait le choix d’enseigner (…) Ce soir, je veux vous parler de Samuel Paty» en «la Sorbonne, notre lieu de savoir universel depuis huit siècles».

Nous continuerons, professeur. Et tout au long de leur vie, les centaines de jeunes gens que vous avez formés exerceront cet esprit critique que vous leur avez appris. Peut-être certains d’entre eux deviendront-ils enseignants à leur tour. Alors, ils formeront des jeunes citoyens. A leur tour, ils feront aimer la République. Ils feront comprendre notre nation, nos valeurs, notre Europe, dans une chaîne des temps qui ne s’arrêtera pas.

Nous continuerons, oui, ce combat pour la liberté et pour la raison dont vous êtes désormais le visage, parce que nous vous le devons, parce que nous nous le devons, parce qu’en France, professeur, les Lumières ne s’éteignent jamais. Vive la République. Vive la France. »

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Hommage à Samuel Paty : L’élève Macron face à la noirceur des temps .
LE CLIN D’ŒIL DE SERGE RAFFY. Il n’a pas fait de fioritures. Un discours sobre et carré. En hommage au professeur assassiné. Curieux et paradoxal destin que celui d’Emmanuel Macron : le chantre de la modernité au forceps confronté à l’obscurantisme le plus meurtrier.Alors, les mots reviennent en boucle, toujours les mêmes, liberté d’expression, connaissance, force de l’enseignement laïc, amour de nos professeurs, citant la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs de la IIIe République, à la fin du XIXe siècle. Entre les statues de Victor Hugo et de Louis Pasteur, après avoir écouté « One », la chanson de U2, un des groupes préférés de Samuel Pasty, le chef de l’Etat n’a pas fait du Emmanuel Macron.

usr: 1
C'est intéressant!