•   
  •   

France EXCLUSIF. Le rapport de l'Institut Montaigne qui déconstruit les idées reçues sur les quartiers populaires

20:05  24 octobre  2020
20:05  24 octobre  2020 Source:   lejdd.fr

Bordeaux. Un ouvrage ayant appartenu au philosophe de la Renaissance Montaigne est mis aux enchères

  Bordeaux. Un ouvrage ayant appartenu au philosophe de la Renaissance Montaigne est mis aux enchères Un ouvrage issu de la bibliothèque du philosophe Michel de Montaigne (1533-1592) est mis aux enchères à Bordeaux (Gironde), ce jeudi 15 octobre. Il s’agit d’un livre datant de 1565, intitulé « Les Vies des Hommes illustres », écrit par le philosophe de la Rome antique Plutarque. Ce texte est le plus cité dans les « Essais », l’œuvre majeure de Montaigne. Les passionnés de philosophie trouveront sûrement leur bonheur à l’hôtel des ventes des Chartrons, à Bordeaux (Gironde), ce jeudi 15 octobre.Un livre de la collection personnelle de l’écrivain Michel de Montaigne (1533-1592) y sera mis aux enchères à partir de 14 h, rapporte Sud Ouest.

Un rapport de l'Institut Montaigne, que le JDD dévoile en exclusivité, dévoile un autre visage des quartiers populaires. Ce document invite l'Etat, trop concentré sur la rénovation urbaine, à désormais favoriser l'essor économique de ces villes pauvres. © Emeric Fohlen/Hans Lucas pour le JDD

Un rapport de l'Institut Montaigne, que le JDD dévoile en exclusivité, dévoile un autre visage des quartiers populaires. Ce document invite l'Etat, trop concentré sur la rénovation urbaine, à désormais favoriser l'essor économique de ces villes pauvres.

La Haine, film générationnel par excellence, fête cette année ses 25 ans. Le tragique décès de deux ados, Zied et Bouna, dans un poste électrique à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ses 15 ans. Depuis, la moindre étincelle pourrait encore embraser les banlieues. Car le visage des quartiers dits "populaires" n'a guère changé. Enfin si, celle de ses tours, détruites par centaines. Pour le reste, le chômage et la paupérisation y sévissent toujours. "La rénovation urbaine, au moins à ses débuts, ne s'est pas préoccupée de développement économique local", regrette Hakim El Karoui. Plutôt que sociologique, le chercheur a dressé un portrait économique et social de ces territoires dans un éclairant rapport qu'il a rédigé pour l'Institut Montaigne, "Les quartiers pauvres ont un avenir", publié dimanche.

Couvre-feu : certains quartiers seront "à feu et à sang", prédit un syndicat de policiers

  Couvre-feu : certains quartiers seront Environ 12.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour faire respecter le couvre-feu qui entre en vigueur dès vendredi, minuit, dans plusieurs métropoles en France. "Dans les quartiers dits 'sensibles', ça sera très compliqué de faire respecter un couvre-feu", avertiti Fabien Vanhemelryck, du syndicat de policiers Alliance, vendredi sur Europe 1. require(["binding"], function (binding) { binding("wcVideoPlayer", "#video_player_63c0309b-5844-40e6-9dab-2137eb1a8729").

Pour briser le miroir déformant de la vie dans ces territoires, le fondateur du Club du XXIe siècle, un think tank qui promeut une vision positive de la diversité, a compilé durant un an des données de l'Insee sur différents paramètres (niveaux de vie, de pauvreté, taux d'imposition…), puis il a comparé leur situation à celle de tout l'Hexagone. Les résultats sont déroutants, inattendus.

Lire aussi - Hakim El Karoui, essayiste : "Sans les quartiers populaires, la société ne tient pas"

Non, vivre dans une cité ne fait pas de vous un assisté. Non, les banlieues ne sont pas mieux traitées que les campagnes. Mais oui, la délinquance et les inégalités scolaires les empoisonnent. Pour le géographe, une autre voie est possible et il est urgent de la prendre pour éviter que d'autres ne l'occupent. Car, par-delà les chiffres, se cachent des énergies qui ne demandent qu'à se libérer. Des clichés qui les cantonnent dans une image déformée. Mais aussi des plaies qui les contraignent.

Clara Luciani : Reconvertie en créatrice de mode, elle lance sa collection avec Sandro

  Clara Luciani : Reconvertie en créatrice de mode, elle lance sa collection avec Sandro Le look de Clara Luciani fait presque autant d'émules que ses chansons ! Ses fans vont désormais pouvoir l'adopter : la belle brune s'est en effet associée à Sandro et elle a fêté le lancement de sa collection de vêtements sur la scène de l'Olympia.Avec un album certifié double platine (Sainte-Victoire, sorti en 2018) et deux Victoires de la musique à son actif, Clara Luciani a séduit les amoureux de pop française. Elle part désormais à la conquête de la planète Mode. La chanteuse se découvre une vocation de créatrice et lance sa propre collection.

L'Île-de-France n'est pas plus riche

"La France des villes versus la France des campagnes" : cette fracture territoriale qui s'est exprimée au travers de la crise des Gilets jaunes fonctionne en trompe-l'œil. Pour le prouver, Hakim El Karoui distingue la richesse créée de celle qui est disponible. La Région a ainsi contribué à 31% du PIB en 2015, mais ses habitants ne possèdent que 22% du revenu disponible national. Le plus gros écart par rapport aux autres territoires.

En clair, les Franciliens créent plus de richesse qu'ils n'en détiennent. Car ils circulent, voyagent, dépensent ailleurs. "Sans le dynamisme de la Région capitale, conclut l'ancien conseiller de Jean-Pierre ­Raffarin, le système de solidarité français n'existerait plus."

Le 93, champion des créations d'emplois

Département le plus pauvre de France avec 29% de ses habitants vivant avec moins de 1.000 euros par mois : c'est l'étiquette le plus souvent collée à la Seine-Saint-Denis. Mais qui sait qu'en dix ans c'est le territoire qui a créé le plus d'emplois? Entre 2007 et 2018, 29% de l'augmentation de la masse salariale s'est faite ici. L'installation de nombreuses entreprises à Saint-Denis, le développement des services ont nourri le ­développement économique. Les JO 2024 et le Grand Paris devraient accélérer son dynamisme.

Grenoble, Marseille, Saint-Denis… 43 élus lancent un appel pour "ne pas oublier les quartiers populaires"

  Grenoble, Marseille, Saint-Denis… 43 élus lancent un appel pour TRIBUNE. 43 maires et présidents d'agglomérations, notamment celles d'Angers, Besançon, Clichy-Sous-Bois, Dijon, Grenoble, Grigny, Marseille, Metz, Montpellier, Mulhouse, Nancy, Nantes, Nice, Nîmes, Reims, Rennes, Rouen, Saint-Denis, Toulouse, Vaulx en Velin, lancent un appel en faveur des quartiers populaires. Quarante et un maires et présidents d'agglomérations, dont celles d'Angers, Marseille, Montpellier, Reims, Toulouse, Saint-Denis, Grenoble, lancent un appel en faveur des quartiers populaires, où se joue "beaucoup de l'avenir de notre cohésion sociale et territoriale". Voici leur tribune.

Leurs habitants ne sont pas des assistés…

Autre lieu commun, les banlieues vivraient aux crochets des autres. "Faux", démontre Hakim ­El Karoui, qui a épluché les flux de prestation et de prélèvements sociaux territorialement. Ainsi, les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) reçoivent moins de revenus issus des transferts sociaux (retraites, RSA, pensions…) que les autres : 6.100 euros par habitant contre 6.800 en moyenne.

La Seine-Saint-Denis figure parmi le huitième plus gros contributeur au financement de la protection sociale avec près de 9.300 euros par habitant. Mais c'est le département qui touche le moins de prestations (8.400 euros). A l'inverse, le Var décroche la palme des endroits qui en bénéficie le plus : 12.100 euros par habitant. Ce paradoxe tient au poids des retraités, faible dans le 93 qui compte presque deux fois plus de personnes de moins de 20 ans que de plus de 60 ans. Une jeunesse qui fait vivre le système social plus qu'elle n'en profite.

… et ne vivent pas de la drogue

Le trafic de drogue ne génère "que" 2,7 milliards d'euros en France, selon le rapport qui a compilé les données officielles. Au total, 200.000 personnes sont impliquées dans le marché du ­cannabis, d'où découle la moitié des ventes de stupéfiants. Or toutes n'habitent pas dans un quartier pauvre. Et même si c'était le cas, elles ne seraient le fait que d'une infime partie de la population ­vivant ici. D'après Hakim El ­Karoui, cette activité ne représente guère que 21.000 emplois en équivalent temps plein. Car la ­plupart ne travaillent que quelques heures par mois. Pour des sommes modiques, hors les têtes de réseau et les grossistes. "Rien qui permette de vivre", déduit le chercheur.

Nicolas Bedos "obligé" de se justifier : il sort du silence après sa polémique antimasque

  Nicolas Bedos "Bon, allez, soyons francs. Arrêtez tout. TOUT." Ces quelques mots vous disent sans doute quelque chose, tant ils ont été relayés sur les réseaux sociaux par un mouvement antimasque. Fatigué de cette polémique, Nicolas Bedos a tenté d'expliquer ce qui l'avait poussé à les écrire.Bas les masques ! En cette période de crise sanitaire, certains gestes barrières ne sont pas au goût de Nicolas Bedos. Et en faisant savoir son envie de respirer à l'air libre, le comédien a trouvé un écho phénoménal. Sa tirade a été relayée par un très grand nombre de Français, las de cette situation interminable... mais a aussi soulevé le coeur de l'autre partie de la population.

Pas mieux traités que les campagnes

Les ravages du virus permettent de rétablir une réalité : les quartiers pauvres souffrent prioritairement des faiblesses du maillage sanitaire. Davantage que les campagnes et les zones rurales. Ils comptent ainsi deux fois moins de médecins spécialistes et de professionnels offrant des soins de proximité. En Seine-Saint-Denis, on recense 1.100 agents de la fonction publique hospitalière pour 100.000 habitants contre 1.800 ailleurs en France.

La politique de la Ville délaissée

Avec ses milliards d'euros déversés sur les cités et ses plans ­banlieue, elle serait un puits sans fond. Le montant des dépenses totales de l'Etat pour les QPV et des bailleurs sociaux pour l'ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) s'élève à 5,7 ­milliards d'euros en 2019. Selon les calculs d'Hakim El Karoui et de son équipe, l'effort représente… 840 euros par habitant. Une goutte d'eau par rapport au budget de l'Education nationale ou de la ­Défense.

Or 5,5 millions de ­Français vivent dans un QPV, soit 8% de la population. En Seine-Saint-Denis, cette proportion grimpe à 38%. Des territoires ­délaissés alors que les besoins restent importants. Le chercheur estime la sous-dotation en matière d'investissement public dans les quartiers pauvres à près de 1 ­milliard d'euros par an.

Lorie maman : elle a perdu ses kilos de grossesse et le prouve en photo .
La chanteuse et comédienne est fière d'elle et elle a raison. Un peu plus de deux mois après la naissance de sa fille, elle a déjà perdu ses kilos de grossesse. Elle n'a pas caché sa joie sur les réseaux sociaux. 1/7 DIAPOSITIVES © BestImage, Gaffiot-Perusseau Exclusif - Laure Pester (Lorie) - Surprises - Enregistrement de l'émission 2/7 DIAPOSITIVES © Instagram Lorie a perdu ses kilos de grossesse. Elle révèle son ventre plat sur Instagram, le 28 octobre 2020.

usr: 8
C'est intéressant!