•   
  •   

France Coronavirus à Nice : « La pression monte nettement » observe le chef du service de réanimation de l'hôpital l'Archet

21:25  28 octobre  2020
21:25  28 octobre  2020 Source:   20minutes.fr

Coronavirus : Plus de 13.000 nouveaux cas et 146 décès en 24 heures

  Coronavirus : Plus de 13.000 nouveaux cas et 146 décès en 24 heures Plus de 2.000 patients sont désormais en réanimation, un record depuis mai © PHILIPPE MAGONI/SIPA Coronavirus: Plus de 2.000 personnes en réanimation (Illustration) EPIDEMIE - Plus de 2.000 patients sont désormais en réa Le coronavirus a tué 146 personnes depuis 24 heures. Par ailleurs, un nouveau seuil a été atteint depuis hier : le nombre de malades du Covid-19 actuellement en réanimation a dépassé les 2.000 personnes, un chiffre que l’on n’avait plus connu depuis mai, selon les chiffres officiels de Santé publique France.

Le service de réanimation dirigé par le professeur Dellamonica à Nice va se consacrer totalement aux malades du Covid-19

Le professeur Jean Dellamonica dirige un service de réanimation désormais dédié exclusivement aux patients Covid-19 © CHU de Nice Le professeur Jean Dellamonica dirige un service de réanimation désormais dédié exclusivement aux patients Covid-19 DEUXIEME VAGUE - Le service de réanimation dirigé par le professeur Dellamonica à Nice va se consacrer totalement aux malades du Covid-19

Les Alpes-Maritimes sont passées « dans le rouge » avec plus de 60 % d’occupation des lits de réanimation et près de 250 malades du Covid-19 hospitalisés. Alors que la plupart des indicateurs sont à la hausse d’après le dernier bilan publié ce mercredi par l’Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le professeur Jean Dellamonica, chef du service Médecine intensive – réanimation à l’hôpital l’Archet de Nice, annonce que son service se dote de trois lits supplémentaires et va désormais se consacrer à 100 % aux malades du coronavirus.

Coronavirus : "Il va falloir commencer à pousser les murs" à l’hôpital

  Coronavirus : Chef du service de réanimation de l’hôpital Bichat, à Paris, Jean-François Timsit a dressé mercredi matin sur Europe 1 l’état des lieux de l’épidémie de coronavirus dans son hôpital. Le médecin fait état d’une situation alarmante : comme dans d'autres établissements franciliens, tous les lits de réa sont occupés, et des déprogrammations d’actes chirurgicaux ont déjà eu lieu. La deuxième vague de l’épidémie de coronavirus continue de déferler sur les hôpitaux français. 2.168 malades du Covid sont désormais en réanimation, selon les chiffres de Santé Publique France. La dernière fois que plus de 2.

Observez-vous l’arrivée d’une « deuxième vague » ?

Aujourd’hui, la pression monte nettement. Depuis début août, nous avions à nouveau des patients Covid-19, alors qu’il n’y en avait aucun en juillet. D’abord un puis deux, et finalement une nette augmentation depuis trois semaines. La décision vient d’être prise d’augmenter la capacité de prise en charge : nous ouvrons trois lits supplémentaires dans notre service, pour passer à treize lits. Et pour éviter de mélanger les malades, les patients qui n’ont pas le coronavirus iront dans un autre service de réanimation de l’Archet. On continue à s’occuper de tous ceux qui en ont besoin.

Votre service est proche de la saturation ?

Quasiment tous les lits sont occupés… mais déjà en temps normal c’est plus ou moins le cas. L’hôpital est en turn-over perpétuel. Nos capacités sont déjà tendues habituellement. Ce qui change avec le Covid, c’est que les patients restent plus longtemps en réanimation. Une des raisons de la pression sur les lits, c’est que sa durée d’hospitalisation est plus longue.

Covid-19 : quatre questions pour comprendre la saturation des hôpitaux

  Covid-19 : quatre questions pour comprendre la saturation des hôpitaux L’afflux de patients atteints du SARS-CoV-2 éprouve, comme au printemps, le système hospitalier français. Avec quelles conséquences ? Si la menace sanitaire liée au nouveau coronavirus semblait se dissiper en été, elle est redevenue très concrète à l’automne. Moins de six mois après le déconfinement, les hôpitaux français font désormais face à un nouvel afflux de patients atteints du Covid-19. Cette « deuxième vague » fait déjà craindre un risque de saturation des services de réanimation, spécialisés dans la prise en charge des cas graves. Le point sur la situation à l’hôpital en quatre questions.

Le profil des patients Covid-19 a changé ?

Non, entre ce qu’on pourrait appeler la première vague et maintenant, nous avons exactement le même profil. Ce sont des gens plutôt au-delà de 60 ans, voire 70 ans, chez lesquels on retrouve de l’hypertension, du diabète ou du surpoids. Nous n’avons pas de jeunes concernés par les formes sévères. Le taux de mortalité des patients Covid en réanimation est comparable à ce qu’on observe avec les autres pathologies. La différence c’est que ces patients restent longtemps. La durée séjour moyenne en réa est de cinq à sept jours, pour les patients qui ont du coronavirus on a plutôt dix à quinze jours. Cela laisse des traces. Après les problèmes d’oxygénation dans la première phase il y a des infections bactériennes difficiles à traiter, et une perte importante de muscle qui nécessite ensuite une longue rééducation.

La prise en charge médicale a-t-elle évolué depuis la « première vague » ?

Nous avons un peu mieux compris la maladie, même s’il nous reste beaucoup de choses à comprendre. Nous donnons plus volontiers des corticoïdes pour ceux qui font un orage cytokinique. Ce qui est nouveau dans la recrudescence actuellement, ce sont les nombreux protocoles de recherche clinique. Ces derniers mois nous ont permis de nous organiser, il y a eu énormément de recherches, nous avons eu le temps d’avoir les autorisations réglementaires pour proposer aux patients des études. Pour l’instant il y a des pistes, pas encore de solution mais des espoirs importants dans les études en cours. On cible des choses intéressantes même si pour l’instant on ne peut encore rien dire.

En forte tension, les hôpitaux d’Ile-de-France vont procéder à des déprogrammations

  En forte tension, les hôpitaux d’Ile-de-France vont procéder à des déprogrammations Une note de l’Agence régionale de santé lundi soir donne l’instruction de rediriger en priorité les effectifs des hôpitaux vers les patients en Covid. Signe de la concentration de tous les efforts sanitaires contre la deuxième vague du coronavirus, les hôpitaux d’Ile-de-France ont reçu l’instruction de déprogrammer «de façon effective» toutes les «activités chirurgicales (y compris ambulatoires) et médicales dès lors qu’elles sont consommatrices de ressources humaines qui pourraient être utilement affectées dans les services de soins critiques et de médecine Covid».

Un nouveau confinement vous paraît une mesure nécessaire ?

C’est une décision qui relève du politique. Ce que j’attends en tant que médecin, c’est d’avoir les moyens pour prendre en charge les patients. Si le système de santé est au maximum de ses capacités, il faut diminuer le débit des entrées dans le service. Je n’ai pas du tout envie que la vie, ni que l’économie, s’arrête. Mais il n’est pas question ne laisser patients sans soins. L’hôpital doit s’adapter aux situations qui changent.

Attentat de Nice : l'incrédulité de la famille de Brahim Aouissaoui, l'assaillant .
La famille en Tunisie de l'auteur présumé de l'attentat meurtrier de Nice le décrit comme un jeune homme qui s'est isolé et tourné vers la religion depuis deux ans. 1/10 DIAPOSITIVES © ZOUBEIR SOUISSI / Reuters En Tunisie : Gamra, la mère de Brahim Aouissaoui, principal suspect de l'attaque perpétrée à Nice le 29 octobre 2020 En Tunisie : Gamra, la mère de Brahim Aouissaoui, principal suspect de l'attaque perpétrée à Nice le 29 octobre 2020 2/10 DIAPOSITIVES © ZOUBEIR SOUISSI / Reuters En Tunisie : Gamra, la mère de Brahim Aouissaoui, principal suspect de l

usr: 1
C'est intéressant!