•   
  •   

France À Nice, "on commence en avoir marre de déposer des fleurs et des bougies"

12:45  31 octobre  2020
12:45  31 octobre  2020 Source:   europe1.fr

Trois morts alors qu'une femme décapitée lors d'une attaque au couteau dans une église française

 Trois morts alors qu'une femme décapitée lors d'une attaque au couteau dans une église française Par Eric Gaillard © Reuters / ERIC GAILLARD Attaque au couteau signalée dans la ville française de Nice NICE, France (Reuters) - Une femme a été décapitée par un agresseur avec un couteau qui a également tué jeudi deux autres personnes dans une église de la ville française de Nice, a déclaré la police lors d'un incident qualifié de terrorisme par le maire de la ville.

Au lendemain de l'attaque de Nice , des centaines de personnes sont venues déposer des fleurs ou des bougies devant la basilique Notre-Dame de Sur les marches, des centaines de fleurs blanches. Malgré le reconfinement en France, chacun a trouvé un moment pour venir se recueillir au pied de la

A Nice , une ville qui compte une forte communauté originaire du Maghreb, les sentiments sont partagés. De la colère voire de la haine, chez ces quelque 200 identitaires qui ont manifesté dès jeudi soir, en partant de la basilique, aux cris de "l'islam dehors". De la peur, comme chez cette jeune lycé.

Invité d'Europe 1, dimanche, Jean-Claude Hubler, président de l’association Life for Nice, a fait part de sa colère après l'attentat de jeudi, qui a fait trois morts dans la Basilique Notre-Dame. Il s'est également fait le porte-voix des victimes, et plus largement des habitants de Nice, traumatisés par ce nouvel attentat, quatre ans après l'attaque à la voiture-bélier qui avait fait 86 morts sur la promenade des Anglais. © VALERY HACHE / AFP Invité d'Europe 1, dimanche, Jean-Claude Hubler, président de l’association Life for Nice, a fait part de sa colère après l'attentat de jeudi, qui a fait trois morts dans la Basilique Notre-Dame. Il s'est également fait le porte-voix des victimes, et plus largement des habitants de Nice, traumatisés par ce nouvel attentat, quatre ans après l'attaque à la voiture-bélier qui avait fait 86 morts sur la promenade des Anglais.

"Un sentiment d’énervement, de dégoût. Les gens ne savent pas quoi faire, ils sont dégoûtés". Jean-Claude Hubler, président de l’association Life for Nice, était invité au micro d’Europe 1, samedi matin. Cet homme, engagé depuis que Nice a été victime d’un attentat il y a quatre ans est une nouvelle fois sous le choc après l’attaque de jeudi, qui a fait trois morts dans la Basilique Notre-Dame. "Tous les gens ne se sont même pas remis du 14 juillet", souffle-t-il. En 2016, un camion fou avait en effet percuté la foule, faisant 86 morts et 400 blessés. "Il va peut-être falloir faire le ménage dans les fichés S. On sait que ce terroriste venait d’arriver en France, mais il faut avancer, il n’est pas normal qu’on libère des terroristes comme ça dans la nature".

Attaque à Notre-Dame de Nice : les mondes politique et religieux entre «sidération», «compassion» et «colère»

  Attaque à Notre-Dame de Nice : les mondes politique et religieux entre «sidération», «compassion» et «colère» Le moment est à l'émotion dans la classe politique et les instances religieuses. L'extrême droite en profite pour demander des mesures plus fortes contre l'islamisme. Trois personnes ont été tuées, dont une mortellement égorgée, ce jeudi matin près de l’église Notre-Dame de Nice, par un individu muni d’un couteau qui a été interpellé. Une attaque terroriste condamnée par la classe politique et les instances religieuses, qui font part de leur émotion.

A la gare de Nice , l'assaillant a notamment procédé à quelques modifications vestimentaires. Puis, il rejoint la basilique Notre-Dame où restera pendant Il n'est pas 18h et il commence déjà à faire nuit à Nice . Un vieux monsieur apporte un bouquet, ce sont les policiers qui iront le déposer au pied de la

L'émotion est toujours vive à Nice . De nombreux Niçois ont déposé fleurs et bougies au pied de la basilique. Des gerbes ont également été déposées par les Un déploiement de militaires en renfort de l'opération Sentinelle " a commencé dès hier, et sa montée en puissance va se déployer dans les

>> A LIRE AUSSI -Attentat de Nice : pour Estrosi, "il faut modifier la Constitution" pour lutter contre le terrorisme

Les personnes qui se trouvaient autour de la basilique au moment de l’attaque, dont la secrétaire générale de l’association Life for Nice, ont en effet exprimé leur état de choc. "Certaines familles perdent un proche, d’autres sont blessées physiquement. Les victimes ont du mal à remonter".


Vidéo: Ce qu'il faut savoir sur le plan Vigipirate (Euronews)

Renforcer les mesures

Jean-Claude Hubler souhaite donc que le gouvernement resserre la vis, surveille et traite plus sévèrement les fichés S. Le jeune homme qui a commis l’attentat du jeudi 29 octobre n’était, pourtant ni fiché ni connu de la police, car il venait d’arriver en France après être passé par l’Italie et l’île de Lampedusa, rendant plus compliqué sa surveillance par les autorités antiterroriste.

Attaque au couteau à Nice : le point sur l'enquête

  Attaque au couteau à Nice : le point sur l'enquête Trois personnes ont été tuées jeudi, dont au moins deux égorgées, à l'intérieur de la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption lors d'une attaque au couteau.

Un nouvel attentat a eu lieu à Nice ce 29 octobre. Une attaque dans la Basilique Notre-Dame de Nice , qualifiée «La Tunisie condamne fermement l'incident terroriste à Nice et exprime sa solidarité avec le gouvernement et le peuple français», a indiqué un communiqué du ministère tunisien des Affaires

Des bougies ont été allumées par la foule devant l'église Sainte-Marie, le 29 octobre à Nice . Photo Arié Botbol. Hans Lucas pour Libération. Les militants franchissent le cordon qui protégeait la scène de crime pour déposer une couronne mortuaire sur le parvis.

>> A LIRE AUSSI -Attentat à Notre-Dame de Nice : François Hollande appelle "au courage et à la cohésion"

Reste la sanction. Face à ces actes, faut-il pour autant une justice d’exception, un "Guantanamo" à la française comme le suggère le député Eric Ciotti ? "Exactement, ça fait un moment que je dis qu’il ne faut pas les mettre au même endroit que les prisonniers de droit commun. Tous les gouvernements n’ont pas pris les mesures qu’il fallait", estime-t-il. "On commence à en avoir marre de déposer des fleurs et des bougies".

Attentat à Nice : La garde à vue d’un mineur de 17 ans levée .
Le mineur de 17 ans avait été interpellé mercredi après-midi en Seine-Saint-Denis dans l’enquête sur l’attaque mortelle au couteau dans la basilique de Nice (Alpes-Maritimes) © SYSPEO/SIPA Un militaire de l'operation Sentinelle face à la basilique Notre-Dame de l'Assomption, à Nice, le 3 novembre 2020 ENQUETE - Le mineur de 17 ans avait été interpellé mercredi après-midi en Seine-Saint-Denis dans l’enquête sur l’attaque mortelle au couteau dans la basilique de Nice (Alpes-Maritimes) La garde à vue d’un mineur de 17 ans, soupçonné d’avoir été en contact par messagerie avec Brahim Aouissaoui, l’auteur de l'at

usr: 1
C'est intéressant!