•   
  •   

France Après l’élection de Macron, les Français croient plus en leur démocratie

16:32  12 janvier  2018
16:32  12 janvier  2018 Source:   challenges.fr

Mélenchon tacle les vœux de "DRH" de Macron

  Mélenchon tacle les vœux de Dans un message publié sur son blog, Jean-Luc Mélenchon dénonce les voeux d'Emmanuel Macron. Il n'a pas apprécié que le président en diffuse deux versions. Jean-Luc Mélenchon n'a vraiment pas aimé les voeux d'Emmanuel Macron. Dans un message publié mardi sur son blog, le leader de la France insoumise dissèque la longue intervention du 31 décembre. «Macron voudrait bien nous parler personnellement. Il voudrait qu’on admette ce qu’il dit. Il nous parle donc sur le ton d’une autorité qui veut être bienveillante. Mais le ton, et même ce registre du commandement inclusif, est celui d’un DRH.

Les électeurs de Macron ne savent vraiment pas qui c’est. Macron va accélérer la démolition de l’état social français pour sauver l’euro. Rendez-vous dans cinq ans pour l ’ élection triomphale de Marine Le Pen, parce que les Français n’auront plus d’autre choix.

La démocratie partout, même chez les anglophone, suppose une véritable opposition. Je suis contre Macron . Mais selon ce que nous attendions (ou pas) de l ’ élection d ’Emmanuel MACRON , les estimations changerons de couleur.

Après l’élection d'Emmanuel Macron, les Français croient plus en leur démocratie © Charles Platiau Après l’élection d'Emmanuel Macron, les Français croient plus en leur démocratie

Inédit. Un sondage de l’institut Viavoice pour la Fondation Jean Jaurès et La Revue Civique révèle que 54% des Français considèrent que leur démocratie fonctionne bien, contre 36% en septembre 2016. Avec l’élection d’Emmanuel Macron, nouveau venu de la politique, et la mise à la retraite des leaders traditionnels, ils expriment le sentiment d’avoir repris leur démocratie en main.

Une embellie spectaculaire. Le tremblement de terre de la présidentielle de 2017, qui a vu l’élection d’Emmanuel Macron à 39 ans, non élu jusqu’alors et sans parti politique aguerri, ainsi que l’élimination de tous les leaders historiques (Sarkozy, Juppé, Fillon, Hollande), a redonné confiance aux Français en leur démocratie. Selon le sondage de Viavoice, réalisé du 22 au 28 décembre dernier pour «L’Observatoire de la démocratie», que l’institut a créé avec la Fondation Jean Jaurès et la Revue Civique, 54% des Français considèrent que la «démocratie française fonctionne bien». En septembre 2016, ils n’étaient que 36% et à peine 30% en avril 2014, lors de la première édition de l’étude. «Au cours de cette année 2017, la démocratie française aura progressé selon les Français, voire se sera régénérée après plusieurs années de crises économiques et politiques majeures», écrivent les auteurs de l’enquête, Aurélien Preud’homme (Viavoice), Gilles Filchenstein (Fondation Jean Jaurès) et Jean-Philippe Moinet (Le Revue Civique).

Larcher prêt à bloquer Macron sur la réforme de la Constitution

  Larcher prêt à bloquer Macron sur la réforme de la Constitution Emmanuel Macron a besoin d'un accord avec le président du Sénat pour faire passer la réforme constitutionnelle. Mais Gérard Larcher pose ses conditions. © Abaca Emmanuel Macron a besoin d'un accord avec le président du Sénat pour faire passer la réforme constitutionnelle. Mais Gérar Gérard Larcher, vu de l’Élysée, c’est "Monsieur Trois cinquièmes".  Comprendre : l’homme qui a les clés de la majorité élargie dont Emmanuel Macron a besoin pour faire passer sa réforme de la Constitution.

Le président de l'Union du peuple pour rétablir la démocratie (UPR) Selon ce candidat malheureux à l ' élection présidentielle Sur le site internet de son parti, François Asselineau a lancé en conséquence un appel aux parlementaires français pour destituer Emmanuel Macron de ses fonctions : «François

Logo de l ' élection présidentielle française de 2017. Le corps électoral annoncé début mars 2016 est 45,678 millions d'inscrits (en hausse de 824 000 unités, + 1,8 %), soit Le président algérien Abdelaziz Bouteflika félicite Emmanuel Macron en affirmant que les Français ont élu « un ami de l'Algérie »[225].

Surtout, cette évolution réjouissante n’est pas seulement partagée par les électeurs macronistes. Si 80% de ceux qui ont voté pour Macron au premier tour considèrent que notre démocratie fonctionne mieux, 66% des électeurs de François Fillon et 64% de ceux de Benoît Hamon pensent la même chose. Et les partisans de Jean-Luc Mélenchon sont partagés, avec 48% jugeant que notre démocratie s’améliore, «en dépit des critiques du leader de la France Insoumise contre le Coup d’Etat social qu’auraient constituées les réformes économiques de l’automne 2017, notamment les ordonnances de la loi réformant le Code du Travail», soulignent les auteurs. Seuls les électeurs de Marine Le Pen (31%) sont peu nombreux à considérer que la démocratie française fonctionne bien.

8 Français sur 10 adhèrent à une des "théories du complot"

  8 Français sur 10 adhèrent à une des Assassinat de JFK, vaccins, "Nouvel Ordre mondial", attentats le complotisme est un "phénomène social majeur", selon une enquête.Assassinat de Kennedy, nocivité des vaccins, attentats du 11-Septembre… près de huit Français sur dix adhèrent à au moins l'une des grandes "théories du complot", révèle une étude de l'Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et l'observatoire Conspiracy Watch.

Après un an à l'Élysée, les Français dressent un bilan paradoxal de l'action du président de la République. Près de six Français sur dix (57%) se déclarent plutôt mécontents. « La note moyenne attribuée par les Français au président pour juger son action depuis son élection est de 8/20

A l’occasion du premier anniversaire de l ’ élection d ’Emmanuel Macron à l’Elysée, le politologue et directeur du département opinion de l’Institut français d’opinion publique (IFOP), Jérôme Fourquet, a répondu aux questions des lecteurs du Monde.fr lors d’un tchat, lundi 7 mai.

"Pas de clivage démocratique"

Ce sentiment de régénération démocratique est partagé par toutes les classes d’âge, surtout les jeunes de 18 à 24 ans (61%, soit une hausse spectaculaire de 35 points depuis septembre 2016). Et il traverse les catégories sociales: les plus aisées (CSP +), qui ont majoritairement voté pour Emmanuel Macron, considèrent, à 58%, que notre démocratie fonctionne bien. Certes, les catégories populaires ne sont que 45% à partager ce sentiment, mais avec une progression sensible de 19 points en 16 mois. Il n’y a donc «pas de clivage démocratique entre le peuple et les élites, en quelque sorte, ni entre insiders et outsiders», résument les auteurs de l’étude.

2017 est donc bien «l’année où les Français se sont prouvés qu’ils pouvaient transformer la vie politique par leurs bulletins de vote». Peut-on mettre ce sentiment au crédit d’Emmanuel Macron? Pour partie. 48% des Français considèrent que sa façon de gouverner constitue une véritable rupture (contre 36% une continuité) et surtout une très large majorité (75%) pense que «faire travailler des élus de droite et de gauche permet de prendre de meilleurs décisions pour la France». Soit l’une des marques de fabrique du nouveau président.

Pour autant, les deux tiers des Français pensent que ce big bang politique s’explique d’abord par «le rejet des partis traditionnels et des personnalités qui étaient au pouvoir», plus que dans l’adhésion à de nouvelles formations et personnalités politiques. Et malgré les nouveaux venus dans le gouvernement et à l’Assemblée, les électeurs ne se sentent pas mieux représentés (pour 48% d’entre eux). «Un renouvellement bienvenu, donc, mais insuffisant», concluent les auteurs. Si les Français voient d’un bon œil la nouveauté portée par Emmanuel Macron, ils sont loin de lui donner un chèque en blanc.

«Capitulation», «coup de poignard», la droite en colère après l'abandon de NDDL .
Pour l'opposition de droite, partisane du nouvel aéroport, la décision prise par le gouvernement ce mercredi est non seulement un reniement des promesses de campagne de Macron mais aussi un déni de démocratie. Après des années de bras de fer, la décision est finalement tombée ce mercredi : le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est abandonné. Et c’est Edouard Philippe, ex-LR, qui l’a annoncé avant de défendre le gouvernement devant les députés. Les responsables politiques de son ancienne famille politique, unanimement favorables à la construction d’un nouvel aéroport sur le bocage nantais, sont immédiatement tombés sur l’exécutif considérant qu’Emmanuel Macron serait coupable de déni de

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!