•   
  •   

France Législatives partielles : LREM prend le bouillon

09:13  05 février  2018
09:13  05 février  2018 Source:   liberation.fr

Dans le Val-d'Oise, l'élection législative partielle vire au duel national

  Dans le Val-d'Oise, l'élection législative partielle vire au duel national LE SCAN POLITIQUE - Edouard Philippe et Christophe Castaner seront dans le Val-d'Oise jeudi pour soutenir la candidate LREM au deuxième tour de l'élection législative partielle. La visite des deux ministres interviendra au lendemain de celle de Laurent Wauquiez et de Valérie Pécresse présents aux côtés du candidat LR. © Szwarc Henri/ABACA Edouard Philippe et Christophe Castaner seront jeudi dans le Val-d'Oise pour soutenir la candidate LREM. Les deux premières élections législatives partielles sous l'ère Macron se transforment en événement politique national.

Dans le Val-d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale. Législatives partielles : LREM prend le bouillon .

Législatives partielles : LREM prend le bouillon . Dans le Val-d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale.

Un bureau de vote de Belfort le 4 février 2018 © SEBASTIEN BOZON Un bureau de vote de Belfort le 4 février 2018

Dans le Val d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale.

Avis de coup de froid pour la macronie. Dimanche, lors de deux partielles dans le Val d’Oise et à Belfort, les candidats LREM se sont inclinés face à leur adversaire des Républicains. À l’issue du dépouillement des deux législatives partielles, dans la première circonscription du Territoire de Belfort, le candidat Modem soutenu par la République En Marche, Christophe Grudler a essuyé une défaite sans appel dans la partielle qui l’opposait à son concurrent Les Républicains, Ian Boucard, sorti en pole position du premier tour. Avec 41,07% des voix contre 58,93% pour son adversaire LR, il échoue à emporter le siège de député, qui ne lui avait pourtant échappé en juin que de 269 voix. Surtout, alors même qu’elle était arrivée en pole position au terme du premier tour, la candidate LREM dans le Val d’Oise, Isabelle Quoy-Muller n’a réuni dimanche que 48,55% des suffrages abandonnant la victoire à son adversaire LR Antoine Savignat. Le parti macronien concède donc un siège de député au parti de Laurent Wauquiez.

Les législatives partielles, un test pour l’exécutif

  Les législatives partielles, un test pour l’exécutif Les ministres et le patron de La République en marche, Christophe Castaner, se déploient auprès des candidats qui jouent leur réélection. © OLIVIER LABAN-MATTEI / M.Y.O.P POUR LE MONDE Réunion publique d’Isabelle Muller-Quoy, candidate La République en marche à la législative partielle de la 1re circonscription du Val-d’Oise. Un empilement de ballons de baudruche bleus, blancs et rouges floqués du logo d’En marche ! et quelques tee-shirts de soutien à Emmanuel Macron. La République en marche (LRM) a ressorti les gadgets de la campagne présidentielle, lundi 22 janvier, dans la salle du Dôme de Pontoise.

Législatives partielles : LREM prend le bouillon . Dans le Val-d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale.

Dans le Val-d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale. Législatives partielles : LREM prend le bouillon .

Sans attendre de connaître les résultats des partielles à Belfort comme dans le Val d’Oise, le délégué général de la République En marche avait pris les devants, soulignant que des partielles n’avaient en aucun cas valeur de «test» national. Avec 349 députés, la majorité dont dispose l’exécutif reste confortable. Néanmoins, même ravalé au rang de «signaux faibles»- signaux que d’ordinaire, l’entourage d’Emmanuel Macron prend très au sérieux — tels résultats sont annonciateurs de lendemains qui déchantent pour le parti présidentiel et son allié centriste. Tout comme l’avaient été les revers successifs enregistrés par la République En Marche aux sénatoriales de septembre puis aux trois municipales partielles qui se sont déroulées en décembre.

INFO FRANCEINFO. Des Britanniques lancent leur propre version du mouvement "En Marche" avec l'aide d'élus français LREM

  INFO FRANCEINFO. Des Britanniques lancent leur propre version du mouvement Des Britanniques ont participé ce week-end à Londres à une réunion pour lancer Renew, un nouveau parti fondé sur le modèle d'En Marche. L'un de ses objectifs est d'annuler le Brexit, selon une information franceinfo lundi. © Fournis par Francetv info Au Royaume-Uni, des Britanniques s'apprêtent à lancer leur propre version du mouvement En Marche qui a porté Emmanuel Macron au pouvoir, selon une information de franceinfo lundi 5 février.

Scénario inverse à Mayotte où la candidate LREM Ramlati Ali a été réélue face à son rival LR Elad Chakrina. Le parti de la majorité présidentielle affiche un bilan en demi-teinte au terme du second tour des législatives partielles qui ont lieu le 25 mars dans le Loiret et à Mayotte.

Législatives partielles : LREM prend le bouillon . Dans le Val-d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale.

Témoin du flottement actuel de l’électorat: l’abstention est massive. Dans le Val d’Oise, plus de 80% des inscrits se sont détournés des urnes. Plus de 70% dans le Territoire de Belfort. A priori, rien d’inhabituel s’agissant de scrutins partiels, a fortiori après une année riche en rendez-vous électoraux. L’ennui, c’est que la désertion des électeurs n’a pas frappé les deux candidats en lice de la même façon.

Et pour la République En Marche et son allié Modem, la cote d’alerte est atteinte. À l’issue du premier tour, entre juin et janvier, plus de la moitié de l’électorat de Grudler et les deux tiers de l’électorat de Quoy Muller s’étaient évaporés, quand ceux de leurs concurrents des Républicains restaient quasi stables. Dimanche 8 février, le constat valait toujours, la candidate LREM dans le Val d’Oise comme son homologue de Belfort retrouvant moins de la moitié de leur électorat du 18 juin.

Les propositions de La République en Marche sur la formation professionnelle

  Les propositions de La République en Marche sur la formation professionnelle Le parti d'Emmanuel Macron présentait, mercredi, 12 propositions pour améliorer le système de formation professionnelle et d'apprentissage. Des mesures qui ont pour vocation d'inspirer le gouvernement. Sans avoir valeur d'obligation. Trois mois après son élection à la tête de la République en Marche, Christophe Castaner commence enfin à relancer la machine intellectuelle macroniste. Le secrétaire général de LREM dévoilait ce mercredi les résultats de la consultation sur formation professionnelle et l’apprentissage lancée par le parti présidentiel. 12 propositions issues de 23.

Législatives partielles : LREM prend le bouillon . Dans le Val-d'Oise comme dans le Territoire de Belfort, les candidats macroniens ont été défaits, réduisant d'un siège la majorité de l'exécutif à l'Assemblée nationale.

REGLEMENT DE COMPTE - Après l'échec des candidats LREM à deux législatives partielles dimanche face à LR, la députée Claire O'Petit a incriminé sèchement, mardi 6 février, François de Rugy.

Faux tracts

Le motif de l’annulation de l’élection de Boucard par le Conseil constitutionnel était pourtant de nature à le servir: la veille du second tour de juin, la droite avait en effet distribué de faux tracts, l’un au logo du FN, l’autre de la France Insoumise, appelant à voter en faveur du candidat Les Républicains. Venus soutenir Grudler en meeting à Belfort le 25 janvier, le patron du Modem, François Bayrou et le délégué du parti macronien Christophe Castaner n’avaient d’ailleurs pas manqué de rappeler la volonté présidentielle de «moraliser la vie publique», et opposé la «tricherie» du candidat de la droite à «l’honnêteté» du représentant de la majorité. À l’évidence, l’argument n’a pas suffi à remobiliser les troupes En Marche. Redoutant une double déculottée à Belfort et dans le Val d’Oise, Castaner a dans l’entre-deux tours changé d’angle d’attaque. Jeudi sur France Inter, c’est un appel à la «mobilisation» citoyenne au nom de l'«obligation» que s’est fixé Macron de «réhabiliter la politique» dont il s’est fendu. Sans trouver d’écho ni dans l’une ni dans l’autre circonscription.

À l'Assemblée, les propositions de loi des Insoumis se heurtent à l'opposition des députés LREM

  À l'Assemblée, les propositions de loi des Insoumis se heurtent à l'opposition des députés LREM Les députés de La France insoumise fixaient l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, jeudi, sans parvenir à convaincre la majorité. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP À l'Assemblée, les propositions de loi des Insoumis se heurtent à l'opposition des députés LREM Sans surprise, la "niche parlementaire" des Insoumis n'a pas donné de résultat dans l'hémicycle. Lors de chaque session parlementaire, les groupes d'opposition disposent d'une journée pendant laquelle ils fixent l'ordre du jour avec leur proposition de loi. Jeudi, la France insoumise a avancé ses textes sans rallier la majorité macroniste.

Législatives : le PS Joël Aviragnet écrase le candidat LREM en Haute-Garonne. A castaner oui nous allons nous mobiliser , nous les retraités pour vous faire boire le bouillon , mais un bouillon indigeste , celui de la CSG !!

Une large victoire prévue à Belfort et un succès plus inattendu dans le Val-d'Oise : Les Républicains ont emporté hier les deux sièges attribués lors des législatives partielles , une première bonne nouvelle pour Laurent Wauquiez dans son offensive contre Emmanuel Macron. Et LREM prend le bouillon .

Victimes de la volatilité de leurs électeurs, qu’ils soient réservés vis-à-vis des réformes en cours, ou simplement las de se rendre aux urnes dans un contexte où le chef de l’État dispose déjà d’une majorité confortable à l’Assemblée nationale, les deux candidats de la majorité présidentielle le sont aussi de l’isolement de son parti. Dans le Val d’Oise, le refus de la gauche d’appeler à voter pour LREM avait ouvert large le jeu. Même configuration dans la partielle de Belfort où seul le candidat EELV avait donné une consigne de vote en faveur de Grudler au second tour. Ni Savignat, ni Boucard n’ont rencontré telle difficulté: dans le Val d’Oise comme à Belfort, les électeurs d’extrême droite mobilisés au premier tour se sont largement reportés sur les candidats LR. De quoi conforter la stratégie nationale de Laurent Wauquiez, même s’il a dimanche soir, préféré lire dans les résultats un «désaveu qui sanctionne la politique du gouvernement». Et asseoir son statut de premier opposant à Emmanuel Macron.

Sans leader et sans idées, la descente aux enfers du PS se poursuit .
Depuis l'élection présidentielle, le parti socialiste est incapable de se redresser. Plombé par l'héritage du hollandisme et la crise des gauches en Europe, il aborde son prochain congrès du 15 mars en état de décomposition avancé. Les cartes postales - petites phrases ou apparitions publiques - que François Hollande adresse à intervalles réguliers aux Français pour leur rappeler qu'il s'intéresse à l'avenir du pays donnent la mesure de son aveuglement. 

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!