•   
  •   

France Corse : Macron à l'heure de la clarification

09:09  07 février  2018
09:09  07 février  2018 Source:   liberation.fr

Politique : le PS et les Républicains en quête de renouveau

  Politique : le PS et les Républicains en quête de renouveau Hasard de calendrier, le parti Socialiste et le parti Les Républicains, réunissaient leurs instances ce weekend. Danielle Sportiello est sur le plateau de France 3 pour revenir sur ces rendez-vous politiques.C'est le temps de la reconstruction. Le parti socialiste a réuni ses instances ce dimanche 28 janvier. Quatre candidats sont en lice pour diriger le parti : Olivier Faure, Stéphane Le Foll, Kuc Carvounas et Emmanuel Maurel. "Tandis que chez Les Républicains, il y a un déjà un chef : Laurent Wauquiez évidemment", déclare la journaliste Danielle Sportiello.

Photo Albert Facelly pour Libération. Le chef de l 'Etat doit préciser, mercredi à Bastia, ses projets pour l'avenir institutionnel de l 'île. Corse : Macron à l ' heure de la clarification .

Un moment de clarification pour Emmanuel Macron , attendu sur les questions posées par les nationalistes. Avec notre envoyée spéciale en Corse , Valérie Gas. C'est l ’ heure de vérité pour le chef de l 'Etat.

  Corse : Macron à l'heure de la clarification © Albert FACELLY

Le chef de l'État doit préciser, mercredi à Bastia, ses projets pour l'avenir institutionnel de l'île.

«Pas de déclarations» : les dirigeants de la collectivité Corse sont restés muets, mardi soir, après leur entretien avec Emmanuel Macron. Le chef de l’État a exposé à Gilles Simeoni, président de l’exécutif insulaire, et à Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée corse, ses projets pour le statut de l’île. Mais rien n’a filtré de la réunion, les grandes annonces étant réservées au discours présidentiel, mercredi après-midi à Bastia. 

Le chef de l’État est arrivé vers 19h30 au siège de la collectivité de Corse - un ancien hôtel de luxe de la Belle époque, bordé de vastes jardins. Accompagné notamment des ministres Gérard Collomb et Jacqueline Gourault, il s’est entretenu pendant près de deux heures avec les deux hommes forts de l’île, le président de l’exécutif corse Gilles Simeoni et celui de l’Assemblée territoriale, Jean-Guy Talamoni. Point final d’une curieuse controverse sur laquelle ont dû s’exprimer, ces derniers jours, les différents acteurs de la rencontre : un drapeau tricolore figurait bien dans la pièce, de même que les bannières corse et européenne. 

Hugo Clément, au sujet de son tweet sur Emmanuel Macron : " C'était une bêtise "

  Hugo Clément, au sujet de son tweet sur Emmanuel Macron : Invité de Village média, ce mardi 30 janvier, sur Europe 1, le journaliste Hugo Clément est revenu sur le tweet alarmiste qu'il avait publié lors du voyage d'Emmanuel Macron au Burkina Faso. © JACQUES WITT/SIPA Hugo Clément, au sujet de son tweet sur Emmanuel Macron : " C'était une bêtise " Interrogé ce mardi matin sur Europe 1 par Philippe Vandel pour le lancement de Konbini News, un nouveau média du web, Hugo Clément, ex-reporter star du magazine de Yann Barthes Quotidiensur TMC en a profité pour se livrer à un mea culpa.

Le chef de l 'Etat doit préciser, mercredi à Bastia, ses projets pour l'avenir institutionnel de l 'île. Corse : Macron à l ' heure de la clarification . Pourquoi Rihanna adresse un (nouveau) message sur Twitter à Emmanuel Macron .

Les maires de France veulent faire de leur 100e congrès, qui se tiendra de mardi à jeudi à Paris, un moment de clarification des relations entre Une délégation de l 'AMF a été reçue fin octobre par Emmanuel Macron , mais n'a eu selon son président "aucune indication" sur les intentions de l 'exécutif.

Un climat incertain entourait l’entretien, après le discours tenu le matin même par Emmanuel Macron lors de la commémoration de l’assassinat du préfet Erignac. Condamnant très fermement le nationalisme armé, le chef de l’État avait exclu toute amnistie des assassins du préfet, et toute réforme qui éloignerait la Corse du «giron républicain». Une fermeté qui avait fait réagir Jean-Guy Talamoni, avant la rencontre du soir : «Ce serait absolument consternant qu’il ferme les portes, car ce serait vraiment dire que la démocratie ne s’applique pas à la Corse» avait jugé l’autonomiste, menaçant de «faire le tour des capitales européennes pour dénoncer ce déni de démocratie»

«Faites quelque chose»

Plus tôt dans l’après-midi, la question du rapprochement des prisonniers avait surgi de manière impromptue dans la visite présidentielle. Sortant d’une visite au musée Fesch, le chef de l’État s’est vu interpeller dans la rue par l’épouse d’Yvan Colonna, accompagnée de son fils de six ans. «Il n’a pas vu son père depuis un an et demi. S’il vous plait, faites quelque chose, a-t-elle lancé au président. Ce n’est pas un animal, c’est un être humain». S’en est suivie une courte discussion dans laquelle Emmanuel Macron, excluant une amnistie que Stéphanie Colonna s’est d’ailleurs défendue de réclamer, s’est voulu rassurant : «Que votre enfant puisse voir votre père, que des détenus puissent voir leur famille, cela fait partie des choses que nous allons assurer»

C’est mercredi après-midi, dans un discours tenu à Bastia, qu’Emmanuel Macron doit s’exprimer publiquement sur le statut corse. Forte d’une large victoire aux élections territoriales de décembre, l’alliance nationaliste a avancé d’ambitieuses revendications, comme la coofficialité de la langue corse, la mention de l’île dans la constitution ou un statut de résident conditionnant l’achat d’un bien immobilier. 

Corse : le gouvernement ouvert à plus d'autonomie .
A l'issue d'une rencontre avec les élus corses, la ministre Jacqueline Gourault s'est montrée ouverte à de nouveaux transferts de compétences aux institutions insulaires. Des nationalistes corses sortant (à peu près) satisfaits d’un rendez-vous parisien : l’image était inespérée. Le président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a pourtant jugé «plus ouverte que prévu» la rencontre intervenue mardi à Paris entre une délégation d’élus insulaires et la ministre Jacqueline Gourault, chargée du dossier corse. La discussion, qui sera suivie d’autres rendez-vous, a porté sur les modalités de l’inscription de la Corse dans la Constitution –Si la mention de l’île dans la Constitution a reçu l’aval présidentiel, reste à en préciser le cadre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!