•   
  •   

France Danone supprime 1 500 à 2 000 postes, dont 400 en France, un choix de «rentabilité» assumé

15:20  23 novembre  2020
15:20  23 novembre  2020 Source:   liberation.fr

Responsabilité sociétale: la crise va tester la sincérité des entreprises

  Responsabilité sociétale: la crise va tester la sincérité des entreprises Les engagements RSE pris par les entreprises vont-ils passer au second plan en raison de la crise sanitaire et économique ? C'est ce que craignent des spécialistes de la question, dont Caroline Renoux, dirigeante du cabinet Birdeo, qui observe que "pendant le confinement, certains ont coupé leurs budgets RSE".Le spécialiste ESG (risques environnementaux, sociaux et de gouvernance) Vigeo Eiris recense même déjà "quatre à cinq fois plus" d'incidents directement liés au Covid-19 dans les 8.000 sociétés cotées qu'il surveille, dévoile sa présidente Sabine Lochmann.

Entre 1 500 et 2 000 postes supprimés chez Danone . Dont près de 400 en France . L’annonce faite par son PDG, Emmanuel Faber, lundi 23 La question de l’emploi est d’autant plus sensible pour un groupe de 100 000 salariés qui a bâti son image sur le double projet économique et social théorisé

Les modalités de ces suppressions de postes (éventuelles mesure d'âge, réorganisation interne ou plan de départ) "feront l'objet des discussions à venir "Nos prises de commandes en 2019 ont été soutenues principalement par un contrat de services de 400 millions d'euros et des contrats clés dans

L'entreprise Danone à Ferrières-en-Bray, le 19 février 2013. © CHARLY TRIBALLEAU L'entreprise Danone à Ferrières-en-Bray, le 19 février 2013.

Habitué à jouer d'une image sociale, le PDG, Emmanuel Faber, réorganise le groupe agroalimentaire pour générer un milliard d'euros d'économies et accroître la marge de l'entreprise. Les sièges sociaux du groupe à travers le monde seront les plus touchés.

Publié aux aurores ce lundi, le communiqué de Danone porte un titre plein de promesses environnementales : «Redonner la priorité au local.» En phase avec le discours, tenu depuis quelques années par ce géant du CAC 40, sur la nécessité de la «transition alimentaire». Mais la décision la plus significative que contient le même texte est beaucoup moins enchanteresse : le groupe d’agroalimentaire français, célèbre pour ses marques Activia et Evian, annonce vouloir supprimer 1 500 à 2 000 emplois dans le monde, dont environ 400 en France. Mais comment peut-on bien passer d’un tel objectif qualitatif à un tel résultat quantitatif ?

Nicolas Sarkozy jugé pour «corruption», visons contaminés au Covid-19, plan social chez Danone : l'actu de ce lundi matin

  Nicolas Sarkozy jugé pour «corruption», visons contaminés au Covid-19, plan social chez Danone : l'actu de ce lundi matin A suivre aujourd’hui Affaire «Bismuth». Un procès inédit s’ouvre à Paris ce lundi après-midi : pour la première fois, un ex-chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, comparaît devant les juges pour «corruption» dans l’affaire dite des «écoutes» aux côtés de son avocat Thierry Herzog et de l’ex-haut magistrat Gilbert Azibert. Avant lui, un seul ancien président, Jacques Chirac, a été jugé - et condamné en 2011- pour les emplois fictifs de la Ville de Paris. Nicolas Sarkozy dénonce un «scandale qui restera dans les annales» et promet d’être «combatif» devant le tribunal correctionnel de Paris. Notre dossier.

Selon les syndicats, 236 emplois seraient concernés en France . Cette démarche du groupe agroalimentaire s’inscrit dans une volonté d'accélérer sa croissance et Danone espère relancer des ventes européennes en perte de vitesse, avec une diminution de 3% l'année dernière, en raison d'un

La France serait la plus touchée par le plan de suppressions de postes dans les activités de marché envisagé par la Société Générale. Ce qui représente 7,5% de la masse salariale de la banque de financement et d'investissement. Selon un document interne, la France serait dans les deux cas la

Le charismatique PDG de l’entreprise, Emmanuel Faber, qui aime à se présenter en patron soucieux de la justice sociale, l’explique ainsi : «Local First [le nom de la restructuration présentée ce lundi, ndlr] est un plan par lequel nous redonnons de l’autonomie à nos organisations business locales, partout, au plus près du terrain.» Alors qu’elle était divisée selon les grandes catégories de produits vendues, la direction opérationnelle de Danone est réaffectée en six grandes zones géographiques (Amérique du Nord, Europe, Chine-Océanie, et.), avec un manager aux responsabilités renforcées à la tête de chacune.

Avec cette réorganisation, poursuit Faber, «nos entités dans les pays ne seront plus inféodées à une organisation mondiale par catégorie [de produits, ndlr], mais réunies en une seule business unit locale, pour jouer avec puissance et efficacité sur toute la gamme des spécificités locales pour gagner en capacité à servir nos clients et nos consommateurs, et donc à croître». Conséquence immédiate : les «sièges mondiaux et locaux» de Danone, qui réunissaient des métiers pour plusieurs zones géographiques, vont perdre en puissance. Ce sont eux qui vont supporter les coupes d’effectifs. En France, les sites de Paris et Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) vont se rapprocher.

Qui est Véronique Penchienati, la patronne de Danone International qui doit transformer le champion français?

  Qui est Véronique Penchienati, la patronne de Danone International qui doit transformer le champion français? Elle est apparue pour la première fois aux côtés du président de Danone, Emmanuel Faber et doit, à la tête des activités internationales du groupe, superviser la plus importante transformation jamais connue par cette entreprise. C’est l’une des forces d’Emmanuel Faber, le président de Danone, dans cette période de fortes turbulences pour son entreprise : son vivier de "Danoners". Il dispose en interne d’un certain nombre de cadres de haut niveau, performants, dévoués, partageant les mêmes valeurs et connaissant parfaitement les rouages et enjeux du business de la grande consommation.

Le nombre de suppressions d’emplois bondirait de 3 000 à 6 000 . Même si certaines usines de Danone bénéficieront de transferts d’activités – en France , c’est le cas des usines de Cestas (Gironde) et de La Haye-Fouassière (Loire-Atlantique) –, la direction sait que ces annonces seront très mal

Le nombre de suppressions d'emplois bondirait de 3 000 à 6 000 . Même si certaines usines de Danone bénéficieront de transferts d'activités - en France , c'est le cas des usines de Cestas (Gironde) et de La Haye Fouassière (Loire-Atlantique -, la direction sait que ces annonces seront très mal

«Renforcer nos marges»


Galerie: Bourse : 5 actions à fort potentiel, selon Cholet Dupont (Capital)

Restez sélectifs sur les actions

Derrière le storytelling parfaitement travaillé, le bénéfice est tout aussi calculé. Dans ce communiqué destiné aux investisseurs et aux marchés, Emmanuel Faber estime que son «plan d’adaptation» va générer une économie récurrente de 1 milliard d’euros d’ici 2023, l’année où il sera pleinement mis en œuvre. Au milieu d’autres mesures, la diminution du nombre d’employés contribuera à ce chiffre à hauteur de 700 millions d’euros. La somme est importante : elle représente 20% des coûts de structure. Ces gains «serviront d’une part à investir dans la croissance, en soutien de nos marques, mais également à renforcer nos marges», lance le PDG de Danone.

L’objectif principal est clairement énoncé : faire repasser la marge opérationnelle courante au-dessus de 15% dès en 2022, contre 14% cette année, et la rapprocher de 20% à «moyen terme». Emmanuel Faber assume clairement le choix de la rentabilité, même s’il en passe par des sacrifices humains : «Pour que nous puissions continuer à investir pour le long terme, pour la santé, pour l’agriculture, dans nos écosystèmes, au fond pour remplir notre mission, nous devons rapidement et durablement ajouter une marge de sécurité à l’étiage de rentabilité opérationnelle de nos affaires.»

Audience suspendue au procès Sarkozy, quatrième vaccin, Danone... l'essentiel de l'actu ce lundi

  Audience suspendue au procès Sarkozy, quatrième vaccin, Danone... l'essentiel de l'actu ce lundi L’actu Affaire des écoutes. Le procès pour corruption de Nicolas Sarkozy s’est ouvert en l’absence d’un des trois prévenus, le magistrat Gilbert Azibert, qui a demandé le renvoi en raison des risques liés au Covid-19. Le parquet a évoqué la possibilité de recourir à la visioconférence, une perspective à laquelle s’oppose les avocats. Le tribunal a suspendu l’audience jusqu’à jeudi. Et de quatre. Le vaccin contre le Covid-19 développé par l’université d’Oxford au Royaume-Uni est lui aussi «hautement efficace» selon les résultats préliminaires d’essais de masse sur plus de 23 000 volontaires au Royaume-Uni et au Brésil, ont annoncé les chercheurs.

Paris (AFP) - Le géant de l'agroalimentaire Danone a publié vendredi des résultats annuels 2017 en nette hausse, tirés par la Nutrition spécialisée, mais peine encore avec les produits laitiers. Il augmente de 14, 2 % à taux de change constant, à 3,49 euros.

Les modalités de ces suppressions de postes (éventuelles mesure d'âge, réorganisation interne A ces mesures viendront s'ajouter «un programme de rentabilité renforcé» et des «mesures visant à Airbus supprime deux fois plus d'emplois en Allemagne qu' en France . Airbus devient de plus en plus

Une telle stratégie a tout pour plaire aux actionnaires de Danone, dont le cours de Bourse n’est pas revenu au niveau auquel il était avant la chute printanière due au Covid-19. Pourtant, le groupe français, qui compte 100 000 salariés, n’a pas très durement souffert de la crise économique, l’agroalimentaire étant un secteur relativement épargné par les restrictions sanitaires. A la différence de beaucoup de grandes entreprises, il n’a d’ailleurs pas annulé le paiement, mi-juillet, d’un dividende de 2,10 euros par action, en hausse de 8% sur un an. Soit un décaissement de plus de 1,4 milliard d’euros, qui aurait sans doute pu contribuer de nombreuses manières à la «transition alimentaire»...

Carton des produits laitiers, plongeon de l’eau

Sur les neuf premiers mois de l’année, son chiffre d’affaires est ressorti à 18 milliards d’euros, en baisse de 1,6% seulement sur un an, à données comparables. Ses ventes de produits laitiers, l’une de ses trois grandes activités, ont même progressé. Celles de ses produits de nutrition spécialisée (pour les bébés notamment) se sont maintenues. La baisse globale s’explique par le plongeon de ses ventes d’eaux : avec la fermeture des bars et restaurants, Danone a pu écouler moins de bouteilles d’Evian et de Volvic qu’à son habitude.

Plan social chez Danone: "la survie même de l'entreprise" en cause, selon Faber

  Plan social chez Danone: "C'est la survie même de l'entreprise qui est en cause": le PDG de Danone Emmanuel Faber a dit mardi assumer "complètement" le plan de suppression de postes annoncé la veille par le groupe. "C'est la survie même de l'entreprise qui est en cause": le PDG de Danone Emmanuel Faber a dit mardi assumer "complètement" le plan de suppression de postes an La rentabilité du groupe est "le socle des investissements de demain (...

S’expliquant dans le Figaro ce lundi, Emmanuel Faber tient quand même à préciser une petite chose : «On ne procède pas à des suppressions de poste de gaieté de cœur.» Il sait que sa décision, drastique, entre en contradiction avec l’image avancée par Danone depuis sa création par le mythique fondateur, Antoine Riboud, et travaillée avec acharnement par son successeur. En mai, le groupe a été la première société cotée en Bourse – et a tout fait pour qu’on le sache – à adopter le statut juridique d'«entreprise à mission», créé par la loi Pacte de 2019. Celui-ci oblige ses bénéficiaires à faire figurer une «raison d’être» dans leurs statuts. Pour Danone, il s’agit d'«apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre». Emmanuel Faber vient rappeler ce lundi que cela ne se substitue pas à l’impératif de rentabilité.

Risques de faillite : les pompiers de Bercy .
Alors que la crise fait vaciller des pans entiers de l’économie, plongée dans les services du ministère de l’Industrie qui viennent au secours des entreprises. © PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS Rien n’y a fait. Ni le front uni des élus locaux et des ministres, ni la lettre envoyée au Japon par valise diplomatique, ni les déclarations sur la « trahison de la confiance », ni le calme des salariés, ni les solutions alternatives proposées. Le groupe japonais Bridgestone a confirmé qu’il fermera son usine de pneus de Béthune en avril 2021 et licenciera 863 personnes.

usr: 5
C'est intéressant!