•   
  •   

France Syrie : au moins 250 civils tués en quelques jours, "un cataclysme humanitaire", selon Le Drian

12:20  21 février  2018
12:20  21 février  2018 Source:   lejdd.fr

Syrie: au moins 100 civils tués dans les bombardements sur un fief rebelle

  Syrie: au moins 100 civils tués dans les bombardements sur un fief rebelle Quelque 300 personnes ont également été blessées dans les bombardements du régime syrien. © Fournis par Francetv info Le bilan s'alourdit. Au moins 100 civils, dont 20 enfants, ont été tués lundi 19 février dans des bombardements intensifs du régime syrien sur l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, près de Damas en Syrie, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)Quelque 300 personnes ont également été blessées dans les bombardements de l'artillerie et de l'aviation.

"La situation en Syrie se dégrade considérablement" et "s'il n'y a pas d'élément nouveau, nous allons vers un cataclysme humanitaire ", a déclaré mardi 20 février le chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian . • Un groupe armé capture et tue un pilote russe.

Plus de 500 civils , dont une centaine d'enfants, ont été tués en sept jours de frappes du régime syrien sur le fief rebelle de la Ghouta orientale. Syrie : face aux bombardements du régime, "tout immobilisme est coupable", estime Le Drian . Dans un entretien au "Parisien"

Les bombardements s'intensifient dans le fief rebelle de la Ghouta, à l'est de Damas (Syrie), visant particulièrement les civils.

Les bombardements s'intensifient dans le fief rebelle de la Ghouta, à l'est de Damas (Syrie), visant particulièrement les civils. © Reuters Les bombardements s'intensifient dans le fief rebelle de la Ghouta, à l'est de Damas (Syrie), visant particulièrement les civils.

Au moins 250 civils, dont près de 60 enfants, ont été tués depuis dimanche dans la Ghouta orientale, en Syrie. Ce fief rebelle - le dernier du pays - est assiégé depuis 2013 et depuis le début du mois, les bombardements aériens de la part des forces gouvernementales s'intensifient, laissant présager un assaut terrestre dans les prochaines semaines. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, 17 civils ont péri dimanche, 127 lundi et 106 mardi, malgré les appels de l'Onu à mettre fin à cette "souffrance insensée".

Syrie : l'interminable supplice de la Ghouta orientale, assiégée depuis 2013

  Syrie : l'interminable supplice de la Ghouta orientale, assiégée depuis 2013 Les aviations syrienne et russe ont encore violemment bombardé mardi une enclave rebelle proche de Damas, malgré les appels de l'ONU à mettre fin à cette "souffrance insensée". De violents bombardements aériens des armées syrienne et russe ont secoué mardi 20 février la Ghouta orientale, une enclave rebelle proche de Damas, tuant plus de 100 civils pour la deuxième journée consécutive et mettant hors service plusieurs hôpitaux.Au moins 250 civils, dont près de 60 enfants, ont été tués depuis dimanche, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), dans ces bombardements. Selon l'OSDH, 17 civils ont péri dimanche, 127 lundi et 106 mardi.

Dans un entretien au Parisien, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian , a demandé, jeudi 22 février, la mise en place d'une trêve immédiate dans cette région de Syrie , un fief rebelle pilonné ces derniers jours par le régime et ses alliés. "Il n’y a eu qu’un seul convoi humanitaire

Jean-Yves le Drian , le chef de la diplomatie française, a de son côté indiqué redouter un " cataclysme humanitaire " en Syrie . Le Conseil de sécurité doit se réunir pour débattre d’un projet de résolution imposant un cessez-le-feu de 30 jours en Syrie .


Les hôpitaux visés par des frappes dont un par la Russie

Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres s'est dit "profondément inquiet" devant l'escalade de violence en cours dans l'enclave rebelle. Selon Stéphane Dujarric, le porte-parole de l'Onu, ce sont "près de 400.000 personnes" qui seraient "soumises à des frappes aériennes". La moitié d'entre elles sont des enfants, d'après l'Unicef. Assiégés depuis des mois, les habitants de cette région rurale à la périphérie de Damas vivent dans des "conditions extrêmes". Les structures médicales du pays ont été touchés à plusieurs reprises, notamment par l'aviation de la Russie qui a bombardé la Ghouta pour la première fois depuis trois mois. L'hôpital d'Arbine, un des principaux du pays est désormais hors service. Six autres établissements ont été visés au cours des dernières 48 heures, dont trois sont désormais inutilisables, selon l'Onu.

Jean-Yves Le Drian a dit, mercredi, craindre un "cataclysme humanitaire" dans le pays. Le ministre des Affaires étrangères estime que le "pire est devant nous" en raison d'un "processus politique bloqué". Il a annoncé qu'il se rendrait prochainement à Moscou et à Téhéran, deux alliés de Bachar al-Assad. Les négociations continuent au Conseil de sécurité sur un projet de résolution prévoyant un cessez-le-feu de 30 jours afin d'acheminer de l'aide humanitaire en Ghouta et d'évacuer des personnes nécessitant une urgence médicale.

Paris presse Moscou de faire appliquer le cessez-le-feu en Syrie .
La question syrienne a été au centre de la visite de Jean-Yves Le Drian, le ministre français des affaires étrangères, à Moscou. © YURI KADOBNOV / AFP Jean-Yves Le Drian, le ministre français des affaires étrangères, avec son homologue russe Sergueï Lavrov, à Moscou, le 27 février 2018. Le « cessez-le-feu à temps partiel » n’a pas convaincu Jean-Yves Le Drian, le ministre français des affaires étrangères, qui a décrit ainsi la pause quotidienne de cinq heures dans les combats en Syrie décrétée par le Kremlin.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!