•   
  •   

France L’État visé par une action de groupe de six ONG pour contrôles au faciès

08:25  27 janvier  2021
08:25  27 janvier  2021 Source:   ouest-france.fr

La préfecture de police furieuse après les propos chocs tenus par Zoubir, le policier des Princes de l'amour, dans TPMP ! (VIDEO)

  La préfecture de police furieuse après les propos chocs tenus par Zoubir, le policier des Princes de l'amour, dans TPMP ! (VIDEO) Après les propos chocs tenus par Zoubir, prétendant des Princes et des Princesses de l'amour sur W9, ce mardi 19 janvier dans Touche Pas à Mon Poste sur C8, la Préfecture de Police a réagi dans une vidéo postée sur Twitter. Les propos de Zoubir ne passent pas ! Mardi 19 janvier 2021, le prétendant de la huitième édition des Princes et des Princesses de l'amour de W9 était l'invité de Touche pas à mon poste sur C8. Sur le plateau de l'émission de Cyril Hanouna, le jeune homme de 25 ans est revenu sur la polémique qui agite les réseaux sociaux depuis son arrivée dans la télé-réalité de la TNT la semaine dernière.

Le collectif d'ONG met en demeure le gouvernement de mettre fin aux « contrôles d'identité discriminatoires » par la police. Photo d'illustration. © THOMAS BREGARDIS / OUEST-FRANCE Le collectif d'ONG met en demeure le gouvernement de mettre fin aux « contrôles d'identité discriminatoires » par la police. Photo d'illustration.

Six ONG, dont Amnesty International, ont annoncé mercredi le lancement, pour la première fois en France, d’une action de groupe contre l’État afin de mettre fin aux « contrôles d’identité discriminatoires » par la police dont l’existence a été reconnue en décembre par Emmanuel Macron.

Pour la première fois en France, une action de groupe a été lancée ce mercredi contre l’État par un collectif d’ONG qui met en demeure le gouvernement de mettre fin aux « contrôles d’identité discriminatoires » par la police, sous peine de saisir la justice.

Les plus riches sortis indemnes voire renforcés de la pandémie, selon Oxfam

  Les plus riches sortis indemnes voire renforcés de la pandémie, selon Oxfam Dans son rapport annuel sur les inégalités, l'ONG Oxfam indique les milliardaires ont vu leur fortune augmenter de 3900 milliards de dollars depuis le début de la pandémie. © afp.com/MARK WILSON Le coronavirus frappe indistinctement toute la planète. Plus sournois, le virus des inégalités s'attaque quant à lui aux plus pauvres. C'est ce que peut affirmer l'ONG Oxfam, chiffres à l'appui, dans son dernier rapport sur les inégalités publié annuellement.

Cette procédure, prévue par la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle votée en 2016, intervient après une succession d’affaires mêlant violences policières et accusations de racisme dans la police, dont le tabassage fin novembre du producteur de musique noir Michel Zecler.

Castex, Darmanin et Dupond-Moretti visés

Elle coïncide également avec le lancement du « Beauvau de la sécurité », grande concertation nationale sur la police annoncée par Emmanuel Macron quelques jours après cette agression à l’écho retentissant en France, dont le lancement officiel est prévu lundi prochain.

« Ce n’est pas une mauvaise coïncidence », reconnaît l’avocat Antoine Lyon-Caen, qui a préparé la mise en demeure, rappelant les propos début décembre du chef de l’État sur les contrôles au faciès au média en ligne Brut.

Contrôles au faciès : l'État visé par une action de groupe, une première

  Contrôles au faciès : l'État visé par une action de groupe, une première Un collectif d'ONG met en demeure le gouvernement de mettre fin aux "contrôles d'identité discriminatoires" par la police, sous peine de saisir la justice. © AFP La mise en demeure vise précisément le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti.

« Aujourd’hui quand on a une couleur de peau qui n’est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé (..) On est identifié comme un facteur de problème et c’est insoutenable », avait reconnu le président de la République.

La mise en demeure vise précisément le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti. Elle leur laisse un délai de quatre mois pour répondre aux demandes des six ONG, dont Amnesty International France et Human Rights Watch.

Celles-ci réclament notamment une modification du code de procédure pénale pour « interdire explicitement la discrimination dans les contrôles d’identité », la « création d’un mécanisme de plainte efficace et indépendant » ou encore « la mise à disposition de toute personne contrôlée d’une preuve de contrôle », sur le modèle du récépissé.

Si, à l’issue de la mise en demeure, les associations estiment ne pas avoir obtenu satisfaction, elles « peuvent saisir la justice et les juges peuvent ordonner au gouvernement des mesures pratiques pour que cesse cette discrimination », développe Antoine Lyon-Caen.

Contrôles au faciès : six ONG lancent une action de groupe contre l'Etat, une première

  Contrôles au faciès : six ONG lancent une action de groupe contre l'Etat, une première Six ONG ont annoncé mercredi le lancement d'une action de groupe contre l'Etat pour mettre fin aux "contrôles discriminatoires" par la police, dont l'existence a été reconnue en décembre par Emmanuel Macron. Une première en France.A l'issue d'une mise en demeure préalable de quatre mois, les six organisations expliquent qu'elles saisiront la justice si le gouvernement n'apporte pas d'ici là des "réponses satisfaisantes", conformément à la procédure prévue par la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle votée en 2016.

« L’inutilité des contrôles »

La mise en demeure, épaisse de 350 pages, compile des témoignages de victimes recueillis dans neuf villes (Paris, Rennes, Beauvais, Lorient, Châtellerault, Eybens, Lyon, Toulouse, Lille) mais aussi de policiers « qui racontent l’inutilité des contrôles » et expliquent les contrôles au faciès « par la commodité, quand il faut faire du chiffre », rapporte Me Lyon-Caen.

Le document rappelle également les différentes enquêtes et procédures judiciaires qui ont permis de documenter et d’accréditer la réalité de ces discriminations.

Une étude menée en 2009 à Paris par Open Society Justice Initiative et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) montrait qu’en France, les personnes perçues comme « noires » et « arabes » sont contrôlées respectivement six et huit fois plus que celles perçues comme « blanches ».

Plus récemment, en janvier 2017, un rapport du Défenseur des droits avait conclu qu’un « jeune homme perçu comme noir ou arabe […] a une probabilité 20 fois plus élevée » d’être contrôlé que l’ensemble du reste de la population.

Couvre-feu jugé insuffisant, nouvelles expertises ADN dans l'affaire Grégory, report du festival de Cannes... l'actu de ce mercredi

  Couvre-feu jugé insuffisant, nouvelles expertises ADN dans l'affaire Grégory, report du festival de Cannes... l'actu de ce mercredi L'actu Suspense. Le couvre-feu à 18h «ne freine pas suffisamment» la propagation du Covid-19 pour être «pleinement efficace», a déclaré Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. Différents scénarios sont à l'étude, allant «du maintien du cadre actuel jusqu’à un confinement très serré», a-t-il ajouté. Le président Emmanuel Macron a demandé des analyses supplémentaires sur ces différents scénarios avant de prendre des décisions. Suivez l'actu sur le coronavirus en direct juste ici. Variant.

L’État déjà condamné

Quelques mois auparavant, en novembre 2016, la Cour de cassation avait définitivement condamné l’État pour des contrôles d’identité « au faciès », une première. En octobre dernier, la même Cour a condamné l’État pour « fautes lourdes », notamment pour des contrôles d’identité de mineurs injustifiées, sans toutefois retenir la discrimination.

« Cette pratique est de plus en plus attaquée mais l’État ne prend pas de mesures », déplore Slim Ben Achour, avocat spécialiste des questions de discriminations qui a plaidé dans ces deux affaires.

« Il n’y a pas de chiffres sur les contrôles d’identité. Un État de droit ne sait pas ce que font les forces de l’ordre dans l’une des principales activités de la police, une activité dont il est de plus en plus établi qu’elle est attentatoire aux libertés fondamentales », ajoute-t-il.

Après les déclarations d’Emmanuel Macron à Brut, les syndicats de policiers avaient appelé à cesser les contrôles, rejetant les accusations de racisme et expliquant « ne pas choisir leur délinquance ».

« Le gouvernement n’arrive pas, face aux syndicats de police, à mettre ce sujet sur la table », se désole Me Lyon-Caen. « Mais, s’il y est obligé, les choses peuvent changer ».

Irlande du Nord : « Condamnation » et appel au « calme » après des menaces de violences contre les contrôles douaniers .
Des contrôles sanitaires et vétérinaires ont été interrompus lundi soir dans les ports de Belfast et de Larne en raison d’inquiétudes sur la sécurité du personnel concerné © Peter Morrison/AP/SIPA Des véhicules au port de Larne en Irlande du Nord, le 2 février 2021. TENSIONS - Des contrôles sanitaires et vétérinaires ont été interrompus lundi soir dans les ports de Belfast et de Larne en raison d’inquiétudes sur la La tension est montée d’un cran en quelques heures en Irlande du Nord.

usr: 0
C'est intéressant!