•   
  •   

France La mise en garde d'un médecin réanimateur : "Le variant anglais est de plus en plus fréquent"

15:10  27 janvier  2021
15:10  27 janvier  2021 Source:   europe1.fr

Sur les traces du variant sud-africain qui pourrait remettre en cause l'efficacité du vaccin

  Sur les traces du variant sud-africain qui pourrait remettre en cause l'efficacité du vaccin Aujourd'hui indétectable par test PCR en France, le variant sud-africain avec la mutation E484K pourrait altérer l'effet des vaccins.Il a débarqué en France en catimini le 31 décembre, à quelques heures du réveillon. Dans le Haut-Rhin, un malade de retour de voyage était placé à l'isolement. Contamination au nouveau variant sud-africain, a dit, laconique, le ministère de la Santé. Les épidémiologistes, eux, étaient déjà préoccupés. Ils le sont encore davantage aujourd'hui. "Ce variant sud-africain nous inquiète tout autant, voire plus, que le variant anglais", confie Arnaud Fontanet, professeur à l'institut Pasteur et membre du conseil scientifique.

La tension hospitalière continue de s'accroitre face à la hausse des contaminations, avec notamment une multiplication des cas de variants anglais. Invité d'Europe 1, Jean-François Timsit, chef du service de réanimation à l'Hôpital Bichat, appelle le gouvernement à prendre des mesures rapidement pour éviter une submersion.

Les Français ne seront probablement pas reconfinés cette semaine, si reconfinement il y a. Le président de la République a décidé de temporiser et de se laisser du temps avant de décider d'un éventuel troisième confinement, notamment pour observer les effets de la généralisation du couvre-feu à 18 heures sur les chiffres de l'épidémie de Covid-19. Mais certains soignants estiment néanmoins que le gouvernement perd trop de temps et qu'il serait urgent de prendre des mesures dès maintenant, comme Jean-François Timsit, chef du service de réanimation à l'Hôpital Bichat à Paris, qui était invité mercredi d'Europe Matin.

Coronavirus en Bretagne : Dix cas du variant anglais confirmés, l’épidémie repart à la hausse

  Coronavirus en Bretagne : Dix cas du variant anglais confirmés, l’épidémie repart à la hausse La région demeure l’une des moins touchées par le virus mais le nombre de cas est à la hausse © C. Allain / 20 Minutes Illustration de l'entrée d'un hôpital ici confiné en raison de l'épidémie de coronavirus. EPIDEMIE - La région demeure l’une des moins touchées par le virus mais le Cette fois-ci, c’est confirmé. Après une fausse alerte au sein du pôle gériatrique de Chantepie, près de Rennes, l’Agence régionale de santé a confirmé la présence du variant anglais du Covid-19 en Bretagne.

"La situation épidémiologique n'est pas bonne. Il y a manifestement plus de nouveaux cas que de cas guéris, et de plus en plus de patients dans les réanimations", a déclaré le professeur Jean-François Timsit. "Chez nous, le nombre de patients Covid augmente de 10% environ chaque semaine. On est en train de rouvrir des lits", explique-t-il.

La tension hospitalière continue de s'accroitre face à la hausse des contaminations, avec notamment une multiplication des cas de variants anglais. Invité d'Europe 1, Jean-François Timsit, chef du service de réanimation à l'Hôpital Bichat, appelle le gouvernement à prendre des mesures rapidement pour éviter une submersion. © SEBASTIEN BOZON / AFP La tension hospitalière continue de s'accroitre face à la hausse des contaminations, avec notamment une multiplication des cas de variants anglais. Invité d'Europe 1, Jean-François Timsit, chef du service de réanimation à l'Hôpital Bichat, appelle le gouvernement à prendre des mesures rapidement pour éviter une submersion.

Ces nouveaux patients seraient pour la plupart touchés par le variant anglais, plus contagieux que la souche qui circulait jusqu'à présent en Europe, est susceptible d'être à l'origine d'une troisième vague de contaminations en France. "Grosso modo, le variant anglais représentait 1% de nos patients il y a dix jours. À l'heure actuelle, sur les huit derniers malades que j'ai reçus, j'en ai cinq qui ont un variant qui est probablement le variant anglais", confie Jean-François Timsit.

Covid : les différents scénarios sur la circulation du variant anglais

  Covid : les différents scénarios sur la circulation du variant anglais Une étude de l'Inserm tire la sonnette d'alarme quant à la circulation du variant anglais du coronavirus en France. La propagation rapide de cette forme plus contagieuse pourrait, selon l'Institut, menacer la relative stabilisation des chiffres de l'épidémie sur le territoire.

"Ce variant est de plus en plus fréquent et se transmet mieux"

À ses yeux, la tension hospitalière est déjà suffisamment forte pour contraindre le gouvernement à prendre des mesures fortes. "Ce variant est de plus en plus fréquent et se transmet mieux, il y a donc un fort risque pour que la situation s'aggrave très vite.[...] Si on attend trop longtemps, on va être submergés", alerte Jean-François Timsit.

"Entre la contamination d'un nouveau malade et l'arrivée des cas sévères à l'hôpital, il s'écoule environ dix jours, ce qui veut dire que la réaction doit se faire très tôt [...]. Dès que l'on voit arriver la pente et l'augmentation, il faut réagir. Je pense que vendredi, il y aura un certain nombre de données, et en fonction de ces données j'espère que la réponse sera suffisamment forte et suffisamment calibrée face aux préoccupations qu'on peut avoir", ajoute ce praticien sans évoquer explicitement un troisième confinement.



Covid : le traitement de Regeneron reste efficace contre les variants .
Ce cocktail d'anticorps, administré à Donald Trump pour le soigner du Covid-19, garde son efficacité face aux variants britanniques et sud-africains.Le REGEN-COV, constitué « des deux anticorps neutralisants » appelés imdevimab et casirivimab, « a gardé sa puissante capacité de neutralisation contre le variant B.1.1.7 » britannique ainsi que « contre le variant B.1.351 » sud-africain, a déclaré la société dans un communiqué. Concernant le variant sud-africain toutefois, l'un des deux anticorps, le casirivimab, a vu sa « puissance réduite ».

usr: 0
C'est intéressant!