•   
  •   

France L’annulation ou non de la dette Covid ? Un débat lunaire

23:40  07 février  2021
23:40  07 février  2021 Source:   liberation.fr

Biden dit non à l'élimination de 50000 dollars de dettes étudiantes Le président de

 Biden dit non à l'élimination de 50000 dollars de dettes étudiantes Le président de , Joe Biden, a répondu aux questions d'Américains lors d'un événement télévisé à la mairie à Milwaukee, Wisconsin mardi et a révélé qu'il ne soutenait pas le plan des législateurs démocrates pour annuler 50000 dollars de dette pour un prêt étudiant. destinataires. © Crédit: CBSNews cbsn-fusion-biden-said-vaccines-will-be-available-to-all-americans-by-end-of-July-in-télévised-town-hall-thumbnail-647725-640 $ .jpg "Je n'y arriverai pas", a déclaré M.

Faut-il annuler la dette publique héritée des mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus ? Le débat semble un rien lunaire alors que la crise est loin d’être terminée, qu’aucun Etat n’a de problème pour se financer et que jamais les taux d’intérêt n’ont été aussi bas grâce à la Banque centrale européenne (BCE) qui achète à tour de bras les obligations du Trésor… Mais voilà, le «quoi qu’il en coûte» martialement proclamé par Emmanuel Macron en mars dernier pour annoncer un soutien sans limites à l’économie, commence à inquiéter : la charge de cette dette ne va-t-elle pas peser lourdement sur les actifs, qui ont été sacrifiés par les politiques sanitaires adoptées, et sur les futures générations ?

intensifient la pression sur l'administration Biden pour qu'elle annule jusqu'à 50000 dollars de dette étudiante.Les démocrates

 intensifient la pression sur l'administration Biden pour qu'elle annule jusqu'à 50000 dollars de dette étudiante.Les démocrates Les démocrates dirigés par Elizabeth Warren, Chuck Schumer et Ayanna Pressley ont réintroduit une résolution appelant le président Biden à annuler jusqu'à 50000 dollars de dette étudiante fédérale par une action de l'exécutif. Les législateurs augmentent leur pression sur l'administration pour qu'elle réduise le fardeau lui-même, affirmant que cette décision aiderait à réduire l'écart de richesse raciale et à stimuler l'économie pendant la pandémie de coronavirus.

Les chiffres donnent le vertige. La dette française a littéralement explosé en 2020 en franchissant la barre symbolique des 100 % du PIB pour s’établir à près de 120 % contre 98 % en 2019. En quarante ans, la dette a été multipliée par six, puisqu’elle s’établissait à 20 % du PIB en 1980. Certes, pour l’instant, elle ne coûte rien grâce à l’euro : la France emprunte même à taux négatif à dix ans ! Ainsi, alors que l’endettement a doublé depuis 1995, le service de la dette (les intérêts à payer chaque année) ne cesse de diminuer, passant de près de 3,4 % du PIB à 0,8 % dans le même laps de temps.

Reste qu’un jour, il faudra la rembourser. Or, il n’y a pas trente-six façons pour le faire : soit on augmente les impôts, soit on coupe dans les dépenses publiques, soit on fait les deux en trouvant le bon dosage pour ne pas casser la croissance. Une autre méthode, bien plus radicale, est d’annuler la dette ou de la restructurer comme l’on dit dans le langage financier, en tout ou en partie. C’est la solution que prônent une partie de la gauche et des économistes et pas seulement de gauche (d’Alain Minc à Thomas Piketty). Ainsi, dans un appel publié le 5 février, 150 économistes européens (dont un tiers de Français) proposent que la BCE efface les 25 % des dettes publiques nationales (un tiers de la dette des grands Etats), soit 2 500 milliards d’euros, qu’elle a achetés pour aider les Etats à faire face à la pandémie ou, à tout le moins, les transforme «en dettes perpétuelles sans intérêt».

Schumer et Warren répondent à la réticence de Biden en matière de pardon de la dette étudiante: `` Nous continuerons à nous battre '' Le chef de la majorité au Sénat

 Schumer et Warren répondent à la réticence de Biden en matière de pardon de la dette étudiante: `` Nous continuerons à nous battre '' Le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer (D., NY) et la sénatrice Elizabeth Warren (D., Mass.) Ont repoussé mercredi la déclaration du président Biden qu'il n'adopterait pas un plan d'annulation de la dette étudiante de 50 000 $ . © Brian Snyder / Reuters Elizabeth Warren prend la parole lors d'une assemblée publique de campagne à Cedar Rapids, Iowa, le 26 janvier 2020.

Condamnation par avance


Galerie: Crédit immobilier : ces particuliers qui peuvent de nouveau emprunter cette année (Capital)

6 profils d’emprunteurs qui ont de nouveau accès au crédit

Une idée immédiatement écartée par Christine Lagarde, la présidente de la BCE, qui, dans le Journal du Dimanche, estime qu’elle constituerait «une violation du traité européen qui interdit strictement le financement monétaire des Etats». Sans compter qu’il faudrait l’accord unanime des Vingt-Sept, ce qui la condamne par avance, tant on imagine mal l’Allemagne consentir à cette idée qu’il y aurait de l’argent magique.

Surtout, on ne voit vraiment pas l’intérêt d’une telle annulation puisque, de facto, la dette est déjà annulée ! En effet, les obligations détenues par la BCE sont gratuites pour l’Etat puisqu’elle lui reverse les intérêts versés via sa banque centrale. Certes, il faudra un jour rembourser le principal, mais la BCE n’a nullement l’intention d’alléger à terme son bilan : elle devrait la renouveler à l’échéance afin de ne pas écraser les économies de la zone euro à moins que, d’ici là, les faucons prennent le pouvoir à Francfort…

Schumer et Warren font pression pour l'annulation de la dette étudiante de 50 000 $ après que Biden ait contredit

 Schumer et Warren font pression pour l'annulation de la dette étudiante de 50 000 $ après que Biden ait contredit , le chef de la majorité au Sénat, Charles Schumer (DN.Y.) et la sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass.), Pressent le président Biden d'utiliser son pouvoir exécutif pour annuler 50 000 $ par emprunteur en dette étudiante après avoir hésité à l'idée lors d'une mairie mardi.

Autrement dit, lancer le débat sur l’annulation de la dette Covid alors que la BCE intervient massivement sur les marchés et alors que l’Union va bientôt décaisser les 750 milliards d’euros de son fond de relance adopté en juillet dernier, c’est prendre un sacré risque, celui d’attirer l’attention des marchés, qui vont se demander quand leur tour viendra, sur la situation réelle des économies de la zone euro. D’autant que des écarts béants se sont creusés entre le nord et le sud de la zone euro (la récession en Allemagne a été deux fois moins importante qu’en France…). Or supprimer 20 points d’endettement ne changera rien à la trajectoire de l’Hexagone qui présente la particularité unique d’avoir à la fois les impôts et les dépenses publiques les plus élevées de l’OCDE. Bref, si la France ne met pas rapidement en œuvre des réformes profondes à même de relancer la croissance afin de revenir à des finances publiques soutenables, les taux pourraient rapidement se remettre à grimper, ce qui la mettrait à genoux. Le seul débat qui vaille devrait porter sur l’utilisation de l’argent qui se déverse sur le pays et non sur une fantasmatique annulation de la dette.

Chinois forcé de se débattre avec une énigme COVID du Nouvel An lunaire .
Pékin - De nombreux Américains et des centaines de millions de personnes à travers l'Asie célébraient vendredi le Nouvel An lunaire, marquant le coup d'envoi de l'année du boeuf. Dans China , la pandémie de COVID-19 a eu un impact dramatique sur la ruée traditionnelle des personnes qui retournent dans leur ville natale pour retrouver leurs proches pendant une semaine de vacances.

usr: 0
C'est intéressant!