•   
  •   

France Rixes entre bandes dans l’Essonne. Gérald Darmanin envoie une centaine de policiers en renfort

22:55  23 février  2021
22:55  23 février  2021 Source:   ouest-france.fr

Rixes dans l’Essonne. Ce que l’on sait des affrontements qui ont tué deux adolescents

  Rixes dans l’Essonne. Ce que l’on sait des affrontements qui ont tué deux adolescents Des affrontements entre bandes de jeunes dans l’Essonne ont fait deux morts en début de semaine. Le préfet dénonce un phénomène qui augmente alors que le ministre de l’Intérieur a annoncé des renforts. Deux adolescents ont été tués en quelques jours après des affrontements entre jeunes, dans l’Essonne. Les deux affaires ne semblent pas être liées, selon le parquet, mais révèlent un phénomène en hausse, selon le préfet. Le ministre de l’Intérieur, a annoncé l’envoi de renforts.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans un poste de police de Paris (Archives). © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans un poste de police de Paris (Archives).

Alors que deux rixes mortelles ont éclaté entre bandes en moins de 24 heures dans l’Essonne, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est rendu sur place. Il a annoncé avoir déployé une centaine de policiers et gendarmes pour « apaiser » la situation.

Alors que l’Essonne a été le théâtre de deux rixes entre bandes ces deux derniers jours, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu à Dourdan où il a annoncé avoir déployé des renforts. « J’ai demandé à une centaine de policiers et de gendarmes supplémentaires de venir dans le département dès ce soir pour que les choses puissent s’apaiser et pour qu’il ne puisse pas y avoir de réplique ou de confrontations nouvelles et pour préparer la rentrée scolaire dans la plus grande sécurité », a-t-il déclaré sur BFMTV.

Ile-de-France: quels dispositifs sont mis en place pour lutter contre les rixes ?

  Ile-de-France: quels dispositifs sont mis en place pour lutter contre les rixes ? FOCUS – Des processus d'alerte existent mais n'étaient pas activés dans l'Essonne, où deux bagarres ont causé la mort de deux adolescents en deux jours. » LIRE AUSSI - Essonne : six jeunes présentés à un juge après la mort d'une collégienne dans une rixe

Les réseaux sociaux pointés du doigt

Gérald Darmanin a évoqué un « défi de sécurité » contre « ces bandes qui se multiplient ».

Le ministre de l’Intérieur a pointé le mimétisme des réseaux sociaux.

« Les réseaux sociaux et leur mimétisme contribuent souvent à ces confrontations, à cette montée de violence mimétique, les messageries, Télégramme, WhatsApp qui permettent d’échapper à la surveillance habituelle des services de police et de la gendarmerie », a-t-il déclaré.

Gérald Darmanin a par ailleurs indiqué qu’il réunira en fin de semaine les préfets d’Ile-de-France pour travailler à une « amélioration de ce qui peut être fait », car selon lui, c’est en Ile-de-France que « 90 % de ces combats entre de jeunes adolescents existent et parfois se terminent dramatiquement ».

Gérald Darmanin espère convaincre les électeurs de l'extrême droite

  Gérald Darmanin espère convaincre les électeurs de l'extrême droite A plusieurs reprises ces derniers jours, le ministre de l'Intérieur a adressé des messages très directs aux électeurs du Rassemblement national. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP En glissant, jeudi dernier sur France 2, qu'il trouvait Marine Le Pen «molle», Gérald Darmanin a suscité le trouble jusque dans la majorité. Plusieurs figures de la République en marche ont réagi aux propos du ministre de l'Intérieur en les reformulant ou en traduisant ses supposées intentions, loin de toute «connivence» avec la présidente du Rassemblement national, par exemple selon le député LREM Christophe Castaner.

Deux rixes mortelles en 24 heures

Un adolescent est mort mardi à la suite d’un nouvel affrontement entre deux bandes de jeunes dans l’Essonne, moins de 24 heures après le décès dans ce département d’une collégienne de 14 ans, blessée lors d’une rixe entre mineurs.

Le garçon a été tué « très probablement d’un coup de couteau au ventre », près de la piscine de Boussy-Saint-Antoine, a précisé à l’AFP la Direction départementale de la sécurité publique de l’Essonne. Un autre adolescent a été blessé à la gorge lors de cette rixe et a été transporté par hélicoptère vers un hôpital. Selon une source policière, au moins six interpellations ont eu lieu. La rixe a opposé « une quarantaine de jeunes » venus d’Epinay-sous-Sénart et de Quincy-sous-Sénart, a indiqué la même source.

Lundi déjà, dans l’Essonne, une altercation avait éclaté entre une dizaine de jeunes de Dourdan et de Saint-Chéron, aux abords du collège de cette petite ville de 5 000 habitants, située près d’Étampes. Une adolescente avait alors reçu un coup de couteau au ventre. Elle est décédée dans la nuit de lundi à mardi à l’hôpital.

Pour cet affrontement à Saint-Chéron, au moins six mineurs ont été placés en garde à vue : trois interpellés et trois autres qui s’étaient rendus à la police, selon une source proche du dossier.

Une enquête a été ouverte par le parquet d’Évry pour meurtre sur mineur de 15 ans et violences en réunion et confiée à la section de recherches de Paris.

Seine-Saint-Denis : un adolescent de 15 ans tué par balle à Bondy .
L’adolescent se trouvait dans une maison de quartier de la commune de Bondy quand il a été touché. Deux personnes ont pris la fuite à scooter et pour l’heure « aucune personne n’a été appréhendée », selon le parquet de Bondy.Vers 17 heures, l’adolescent se trouvait dans une maison de quartier de la commune de Bondy quand il a été touché, a indiqué à l’AFP le parquet de Bobigny.

usr: 1
C'est intéressant!