•   
  •   

France Covid-19. Le Nord serre la vis sur les mesures sanitaires, l’Ouest veut lâcher du lest

23:02  23 février  2021
23:02  23 février  2021 Source:   ouest-france.fr

Arabie saoudite : l'administration Biden ne cache pas "son hostilité vis-à-vis de MBS"

  Arabie saoudite : l'administration Biden ne cache pas Alors que l'administration Biden s'apprête à publier le rapport du renseignement sur l'assassinat de Jamal Khashoggi, et que le nouveau président américain entend désormais échanger avec le roi Salmane, et non plus avec son fils, le prince héritier Mohamed Ben Salmane, interlocuteur privilégié de Donald Trump, les relations entre Washington et Riyad semblent se dégrader. Décryptage avec Karim Sader, politologue spécialiste du Golfe. Au sommet de son influence et de son pouvoir sous l’ère Trump, le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane, dit MBS, n’est pas dans les bonnes grâces de la nouvelle administration américaine qui veut recalibrer ses relatio

À Malo, à côté de Dunkerque, les promeneurs ne portent pas tous le masque en bord de mer. © Pierre Le Masson, PQR, Voix du Nord, MAXPPP À Malo, à côté de Dunkerque, les promeneurs ne portent pas tous le masque en bord de mer.

Face au Covid-19, les Français ne sont pas tous logés à la même enseigne. Alors qu’il y a urgence à Dunkerque, des élus bretons demandent un allègement de la pression sur leurs administrés.

Après la quasi mise sous cloche des Alpes-Maritimes pour deux semaines au moins, à qui le tour maintenant ? Confrontés à une très nette accentuation de l’épidémie de Covid-19, plusieurs villes et départements en appellent à l’aide du gouvernement. Des mesures d’urgence sont réclamées, afin de soulager la pression sur les services hospitaliers.

Covid-19. Le reconfinement local est-il vraiment efficace pour lutter contre la flambée des cas ?

  Covid-19. Le reconfinement local est-il vraiment efficace pour lutter contre la flambée des cas ? La mesure n’avait jamais été appliquée en France métropolitaine, le département des Alpes-Maritimes sera le premier département à la prendre. La population située sur bande littorale sera confinée lors des deux prochains week-ends, a annoncé le préfet ce lundi 22 février. Cette mesure localisée est-elle efficace pour diminuer les cas de Covid-19 ? Éléments de réponse. Le couperet, attendu dimanche soir, est finalement tombé lundi 22 février, aux alentours de midi : les populations des communes du littoral des Alpes-Maritimes, de Menton à Théoule-sur-Mer, seront confinées pour les deux prochains week-ends, afin de contenir la flambée des contaminations de

C’est, notamment, le cas à Dunkerque (Nord) où le taux d’incidence a dépassé les 900 cas pour 100 000 habitants, lundi 22 février. Bien davantage qu’à Nice ! Face à la gravité de la situation, le ministre de la Santé a d’ailleurs décidé de se déplacer au plus vite dans la cité portuaire. Il y est attendu ce mercredi 24 février.

« Un dernier sursis » avant le confinement

Le maire divers gauche Patrice Vergriete propose « une stratégie en quatre points » à Olivier Véran : poursuivre la campagne de dépistages ; accélérer les vaccinations ; rendre le masque obligatoire partout ; limiter au maximum les regroupements. Pour l’instant, il écarte l’hypothèse d’un reconfinement. « Nous voulons un dernier sursis, une dernière chance », explique-t-il.

Covid-19 : couvre-feu, confinement, quarantaine... Tour du monde des différentes stratégies pour combattre le virus

  Covid-19 : couvre-feu, confinement, quarantaine... Tour du monde des différentes stratégies pour combattre le virus Alors que le gouvernement vient de recourir au confinement local dans les Alpes-Maritimes et dans l'agglomération de Dunkerque, état des lieux des méthodes choisies par d'autres pays.Confinement, reconfinement, quarantaine ? Les stratégies sont multiples pour endiguer l'épidémie de Covid-19 au fur et à mesure de la propagation du virus. Si, au printemps 2020, la majeure partie des Etats ont décrété des confinements, depuis l'automne chacun semble avoir trouvé sa propre tactique pour contenir l'épidémie. Franceinfo vous explique ces différents choix et fait le point sur leur efficacité.

Problème : l’épidémie s’étend bien au-delà de Dunkerque, en raison d’une sérieuse poussée du variant britannique. À Lille, des praticiens du CHU sonnent ainsi l’alerte. « L’urgence est dans l’ensemble des Hauts-de-France. Lille a une semaine de retard sur Dunkerque. »

Un couvre-feu à 20 h ?

Lors d’une rapide prise de parole hier midi, Emmanuel Macron a estimé que cette stratégie « de régionalisation des mesures » est, actuellement, « la meilleure ». Toujours « en concertation avec les élus locaux ».

Régionalisation… Le mot résonne en Bretagne. Pour l’heure, l’Ouest est toujours relativement préservé de la pandémie. Les taux d’incidence y sont encore « raisonnables » : 54, 6 en Finistère, 81 en Côtes-d’Armor, 113, 3 en Morbihan, 150, 9 en Ille-et-Vilaine, au dernier point du 22 février.

Ce qui incite certains élus à demander au gouvernement un « traitement de faveur ». À l’image de Ronan Loas, maire divers droite de Ploemeur (18 000 habitants), près de Lorient (Morbihan) : « Pourquoi ne pas tester chez nous la réouverture des bars et des restaurants en terrasses, avec des protocoles sanitaires ? Le couvre-feu à 18 h n’est pas compris. Celui de 20 h est bien plus confortable. »

Des mesures à « adapter localement »

Une requête partagée par le Costarmoricain Marc Le Fur (vice-président LR de l’Assemblée nationale), et par Hervé Guihard (Place publique), le maire de Saint-Brieuc. « Nous ne sommes pas une grande métropole. Il serait bon que les mesures gouvernementales soient adaptées localement. »

En fin de semaine dernière, le président de la République avait annoncé qu’il se donnait huit à dix jours pour éventuellement lâcher du lest ou décider d’un nouveau tour de vis. Il en sera peut-être question ce mercredi matin, lors du nouveau conseil de défense.

Des Françaises détenues en Syrie en grève de la faim pour réclamer leur rapatriement .
Des Françaises emprisonnées en Syrie ont démarré une grève de la faim ce dimanche 20 février une grève de la faim. Elles réclament leur rapatriement et celui de leurs enfants alors que la politique de la France vis-à-vis des enfants de djihadiste est toujours de rapatrier au cas par cas. Une dizaine de femmes, détenues dans des camps en Syrie, ont entamé ce dimanche 20 février une grève de la faim « pour protester contre le refus obstiné des autorités françaises d’organiser leur rapatriement et celui de leurs enfants », ont annoncé deux avocats.

usr: 1
C'est intéressant!