•   
  •   

France Ile-de-France: quels dispositifs sont mis en place pour lutter contre les rixes ?

00:20  25 février  2021
00:20  25 février  2021 Source:   lefigaro.fr

Laurent Saint-Martin, tête de liste LREM aux régionales en Ile-de-France : «La notoriété ne fait pas l’élection»

  Laurent Saint-Martin, tête de liste LREM aux régionales en Ile-de-France : «La notoriété ne fait pas l’élection» Laurent Saint-Martin, tête de liste LREM aux régionales en Ile-de-France : «La notoriété ne fait pas l’élection»Vous êtes tête de liste LREM aux élections régionales en Ile-de-France. Je suis électeur et je n'ai jamais entendu parler de vous.

Photo d'illustration. © THOMAS COEX / AFP Photo d'illustration.

Alors que deux rixes se sont déroulées cette semaine dans le département de l'Essonne, causant la mort d'une collégienne de 14 ans qui tentait de séparer les bandes, la question se pose au sujet de la prévention de ce phénomène. Éric Jalon, préfet de l'Essonne, explique que des dispositifs d'alerte ont été activés dans plusieurs secteurs de son département. Malheureusement, ce procédé n’était pas mis en place dans le secteur des deux dernières bagarres. Comment fonctionnent ces dispositifs ? Les retrouve-t-on dans d'autres départements de la région Ile-de-France ? LeFigaro fait le point.

Une île privée paradisiaque avec maison de luxe est à vendre aux Bahamas

  Une île privée paradisiaque avec maison de luxe est à vendre aux Bahamas L’île d’Anges, située au cœur de l’archipel des Bahamas, est à vendre. Elle compte huit hectares de végétation et de sable blanc mais aussi une luxueuse maison de 600 m². Les futurs acquéreurs devront débourser 29 millions d’euros pour habiter ce coin de paradis. À l’heure où les voyages se font rares, voir inexistants, à cause de la pandémie de Covid-19, cette annonce devrait en faire rêver plus d’un. Aux Bahamas, l’île d’Anges est à vendre, rapporte Le Figaro immobilier. Son prix : 35 millions de dollars, soit environ 29 millions d’euros.Situé dans les îles Exumas, ce coin de paradis mesure huit hectares.

» LIRE AUSSI - Essonne : six jeunes présentés à un juge après la mort d'une collégienne dans une rixe

Qu'est-ce qu'une rixe ?

Une rixe est l'affrontement entre deux bandes rivales. Ces dernières doivent être composées de trois individus pour être considérées comme «bande», définit le plan préfectoral «anti-bandes». Les affrontements entre ces groupes concernent généralement une guerre de territoires ou des règlements de compte concernant des contentieux liés à l'économie souterraine.

D'après le ministère de l'Intérieur, sur l'ensemble du territoire national, en 2020, se sont déroulés 357 affrontements entre bandes de quartiers, contre 288 en 2019. Donc une augmentation notable de 23,95%. Trois personnes sont décédées à la suite de ces affrontements.

Rixes entre bandes dans l’Essonne. Gérald Darmanin envoie une centaine de policiers en renfort

  Rixes entre bandes dans l’Essonne. Gérald Darmanin envoie une centaine de policiers en renfort Alors que deux rixes mortelles ont éclaté entre bandes en moins de 24 heures dans l’Essonne, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est rendu sur place. Il a annoncé avoir déployé une centaine de policiers et gendarmes pour « apaiser » la situation. Alors que l’Essonne a été le théâtre de deux rixes entre bandes ces deux derniers jours, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu à Dourdan où il a annoncé avoir déployé des renforts.

Quels sont les dispositifs d'alerte mis en place ?

En Essonne, depuis le décès de deux jeunes l'été dernier, un réseau a été constitué entre les forces de l'ordre, les établissements scolaires, les services sociaux et les transporteurs publics. Ces rixes fonctionnent sur un modèle géographique précis: elles se concentrent généralement autour des établissements scolaires, des gares et des stations de bus. Les échanges et la surveillance aux abords des établissements scolaires ont donc été renforcés. «Ce dispositif d'alerte a déjà été activé une quinzaine de fois depuis l'automne, ce qui a permis de prévenir, ou du moins d'arriver avant que les choses ne dégénèrent», précise le préfet de l'Essonne au Figaro.

Une boucle de réseaux a également été créée sur des messageries cryptées, telles que WhatsApp ou Télégramme. Elle fonctionne 24 heures sur 24 dans le secteur de Corbeil-Essonnes. Dès la détection de signaux faibles par l'un des acteurs, ce dernier envoie un message sur la conversation, ce qui permet aux autres de se mobiliser. «Deux clés sont importantes dans ces dispositifs: le décloisonnement et la réactivité. Le décloisonnement amène à ce que tous les acteurs se parlent, et il faut qu'ils se parlent vite. Des institutions différentes sont concernées, qui ont chacune un morceau de l'information et un morceau de l'action à conduire», détaille le préfet.

Rixes dans l’Essonne. Ce que l’on sait des affrontements qui ont tué deux adolescents

  Rixes dans l’Essonne. Ce que l’on sait des affrontements qui ont tué deux adolescents Des affrontements entre bandes de jeunes dans l’Essonne ont fait deux morts en début de semaine. Le préfet dénonce un phénomène qui augmente alors que le ministre de l’Intérieur a annoncé des renforts. Deux adolescents ont été tués en quelques jours après des affrontements entre jeunes, dans l’Essonne. Les deux affaires ne semblent pas être liées, selon le parquet, mais révèlent un phénomène en hausse, selon le préfet. Le ministre de l’Intérieur, a annoncé l’envoi de renforts.

» LIRE AUSSI - Rixes entre bandes rivales dans l'Essonne: «La nature de la violence a changé, mais pas nos lois»

Ce même processus est également présent dans la capitale. Un dispositif local d'alerte, qui englobe les commissariats, la ville de Paris, les maires d'arrondissement, les associations de prévention spécialisées et le parquet, a par ailleurs été mis en place dans chaque arrondissement. En 2020, ce dispositif a été activé 57 fois, permettant ainsi de prévenir des troubles à l'ordre public.

Vers une généralisation ?

Concernant le cas de l'Essonne, ce dispositif n'est pas étendu à tout le département. En réaction aux rixes du début de semaine, le préfet a été clair: il souhaite le généraliser. Pour cela, il réunira lundi 1er mars l'ensemble des élus locaux, afin d'envisager des solutions et de «monter en puissance».

» LIRE AUSSI - Dealers, fêtes sauvages : la première soirée du couvre-feu dans les cités de l'Essonne

À Paris, un conseil s'est organisé il y a près d'un mois pour renforcer le dispositif existant. Se sont réunis autour d'une table la maire, le procureur de la République, le préfet de police, le recteur et la directrice de la protection judiciaire de la jeunesse. Les améliorations s'axeront autour de la prévention, les échanges d'informations, la mise en œuvre d'audits, l'organisation de groupes de travail selon les arrondissements, la généralisation de la prévention aux villes de première couronne et le renforcement des équipes mobiles des rectorats.

À l'échelle de la région Ile-de-France, une réunion sera organisée jeudi 25 février avec tous les préfets, sur demande du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Le but étant de mutualiser les expériences, afin d’endiguer ces phénomènes qui sont particulièrement concentrés dans la région.

Violences entre jeunes. Le gouvernement va faire un historique et une cartographie des affrontements .
Une grande réunion impliquant plusieurs ministères et des préfets va se tenir lundi à la demande de Gérald Darmanin qui a réactivé la veille le plan de lutte contre les bandes. Les ministres de l’Intérieur, de la Justice et de l’Éducation se réunissent lundi 1er mars 2021 avec préfets, procureurs et recteurs d’Ile-de-France pour répondre au phénomène des rixes entre jeunes, qui ont endeuillé la région parisienne la semaine dernière.

usr: 3
C'est intéressant!